Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Jonathan est contre les contradictions secondaires, oui mais...

1 Février 2008 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Correspondance au PCF

Jonathan a écrit aujourd'hui, en réponse à Astrée, en commentaire de son texte sur Lens les Courcelles et Métaleurop

mes grands-parents ayant été ouvriers dans le textile dans les Vosges (leur usine ayant fermé l'an dernier, la dernière de la vallée de la Vologne), je sais de quoi tu parles, et à quel point c'est vrai. Le PCF a d'abord défendu la sidérurgie lorraine, par exemple, mais en participant au gouvernement Mauroy qui l'a liquidée au final. Et le Parti a finit par adopter une posture d'amnésie, ou de changement à 180° : "la classe ouvrière a disparu". Mes grands-parents, qui, comme me le rappelle mon grand-père, "ont toujours voté rouge", et aimaient Georges Marchais, se sont éloigné du PCF, ou plutôt celui-ci s'est éloigné d'eux. Je pense que la fracture dont tu parles, qui en apparence est celle Paris-province, est beaucoup plus celle "sociétal-social", et qu'elle est la traduction des différences sociologiques entre les deux. Malgré la décentralisation, ou plutôt à cause d'elle, en plus des politiques de ségrégation sociale pratiquées à Paris, la capitale recelle de plus en plus, y compris au PCF, de gens des classes moyennes, et se "dé-prolétarise". Y compris dans nos rangs à RC : nous sommes enseignants, ingénieurs, thésards, etc. La différence entre nous et la direction du Parti est probablement notre longueur de vue et notre fidélité à la vocation du PCF : être le parti des exploités, des travailleurs.
Le fait que le PCF dise que les questions sociétales ont la même valeur que les questions sociales est une catastrophe. Sous prétexte d'avoir "raté" mai 68, on en vient à dire que toutes les luttes d'émancipation se valent ; et très concrètement, lors du dernier CN, il y a eu débats pour, d'un côté, travailler à l'unité des salariés ; de l'autre pour imposer l'unité des dominés, sans plus de précision. Au moins le premier terme place le curseur sur le thème du travail ; le second est flou et révèle la place disproportionnée occupée par les questions sociétales dans la politique du Parti. C'est un véritable non-sens et une aberration que de s'imaginer qu'on peut mener le combat pour l'émancipation sans se référer à des groupes socialement situés. Hier soir à Canal+, Mme de Sarnez, candidate du MODEM à Paris, disait même clairement qu'elle était la candidate des classes moyennes. Le PCF doit être un parti de classe, et défendre une politique d'unité des travailleurs. Les questions sociétales, que je ne nie pas, ne valent rien en soi ; elles ne prennent sens qu'articulées à la lutte de classe et d'émancipation sociale. Que signifie le féminisme en dehors de l'articulation à la question sociale ? Que les femmes veulent dominer les hommes ? Que devient l'indépendance nationale en dehors de l'émancipation du capital, si ce n'est un vulgaire nationalisme ?

Je réponds, (Gilles Questiaux)

Je suis d'accord à  75%. Mainenant, les questions purement sociales, relevant de la contradiction brute capital travail ont repris le dessus en France, et prennent le dessus dans le monde entier avec l'effacement des conditions postcoloniales et le décollage économique de l'ex- "Tiers Monde", malgré la pression retardataire des groupes religieux intégristes de toute farine; mais ce n'était pas le cas dans les pays  industrialisés vers 1968-1981. Le nationalisme et le féminisme en tant qu'expression de groupes humains objectivement et matériellement opprimés ont toute leur place dans la lutte révolutionnaire. La première, et à  ma connaissance la seule arme opérationnelle "paritaire" a été, jusqu'à présent, la Fraction Armée Rouge allemande des années 1970, dont on a découvert a postériori, au grand étonnement de certains communistes antigauchistes primaires, les liens avec la RDA!

Dans certains pays, comme en Algérie ou en Iran, la lutte féministe reste une priorié de même rang que la lutte des classes. Dans l'armée populaire de libération de Mao Zedong, le statut des femmes et la question de l'indépendance étaient  élevées au rang de "contradictions principales". Une des erreurs théoriques du trotkisme dogmatique (de celui de LO en particulier, en ce sens diamtralement opposé à la LCR) et des "conseillistes (ceux qui idéalisaient les conseils ouvriers) tient au refus total de prise en compte du nationalisme, ce qui les conduisit à un total aveuglement devant le fascisme.

Par ailleurs je n'ai jamais compris pourquoi ceux qui sont les premiers à défendre les revendications du nationalisme palestinien sont souvent les mêmes qui dénient aux Français tout droit à conserver une nation. La "cosntruction européenne" qui va dans le sens de la destruction simultanée des nations et des droits sociaux en Europe fait pourtant chaque jour la preuve de la nécessité pour les peuples, et en particulier pour les classes popualires de chaque peuple de conserver cette forme d'organisation historique.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jonathan 02/02/2008 15:53

Attention, je ne dénigre absolument pas les luttes féministes ni de libération nationale. Je dis simplement qu'elles ne prennent une dimension réellement émancipatrice qu'en nourrissant le combat de classe, et que la tentative de l'y opposer est contre-productive et ne constitue pas nécessairement une voie vers l'émancipation. essentiel. Je suis personnellement très attaché au concept de nation, voire presque "souverainiste", en ce sens que la nation une et indivisible ne saurait abandonner des pans de souveraineté, que ce soit à l'Union européenne, ou aux collectivités locales. Mais en soi, une telle position pourrait me faire passer pour un nationaliste nauséabond. Cette position n'a de sens qu'articulée avec le sens social donné à la nation, et l'égalité des citoyens comme objectifLes nationalistes arabes, Nasser par exemple, s'ils ont poussé dans le sens de l'émancipation de leur nation de la tutelle occidentale, n'en ont pas moins persécuté les communistes, qui eux aussi voulaient émanciper leur patrie. Mon attachement à la nation n'est pas un chauvinisme, c'est l'attachement à la brique élémentaire de l'internationalisme qu'est la nation. En tant que communiste, je souhaite que cette nation soit garante de l'égalité des citoyens, de leur implication permanente dans les décisions à toutes les échelles, au service du bien commun. Sur le féminisme, je déplore la philosophie différentialiste qui sous-tend la position du PCF sur le sujet, et lui préfèrerais une philosophie universaliste.