Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le PCF et la guerre en Irak : un bon communiqué pour un mauvais vote

18 Janvier 2015 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Correspondance au PCF

 

pcf.jpg

          COMMUNIQUE DE PRESSE

Irak : sortir du piège de la guerre sans fin (PCF)

 

Les parlementaires ont débattu hier, 13 janvier, de la poursuite de l'intervention militaire française en Irak. Ce débat suivi d'un vote est intervenu dans le contexte douloureux que connaît le pays depuis les odieux massacres des 7 et 9 janvier 2015 à Charlie Hebdo et au supermarché casher de la Porte de Vincennes. La participation de la France à l'action de la coalition internationale sous commandement américain, lancée en septembre dernier, pose question.

 

La détermination des communistes à stopper l'influence et la violence des groupes armés islamistes est sans équivoque. Le peuple de France dans toutes ses composantes et tous les habitants de notre pays doivent vivre en sécurité.

 

Dire aujourd'hui que désormais « la France est en guerre sur son propre sol » et que notre réponse doit être de prolonger l'intervention militaire en Irak est irresponsable et dangereux. Cette vision nous précipite dans le piège tendu par les intégristes. Eux veulent la guerre généralisée, le prétendu « choc des civilisations » ; nous, le peuple de France, voulons une société de libertés, de solidarité et justice sociale, laïque, fraternelle et un monde de paix.

 

C'est ainsi qu'il faut entendre la mobilisation et l'union des citoyens dans tout le pays et rester « fidèles à l'esprit du 11 janvier 2015 ». C'est pour cela qu'aujourd'hui la France par sa voix officielle devait avoir le courage, comme elle l'eut en mars 2003 devant tous les États et nations du monde, de dire non à la poursuite de la stratégie de « guerre contre le terrorisme » telle qu'elle est menée sous l'égide des Etats-Unis depuis des années en Afghanistan, en Irak, en Libye.

 

Quels résultats ont été obtenus en 4 mois en Irak ? Quels sont les objectifs de cette intervention militaire ? Et surtout quelles sont les initiatives politiques envisagées par le gouvernement pour ramener la paix et la stabilité dans la région ? Questions qui sont demeurées sans réponse.

 

La stratégie de « guerre au terrorisme », cette « guerre sans fin » lancée par la présidence américaine au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 à New York est en échec patent. Toute action militaire occidentale et étrangère répond à la tactique des « djihadistes » et les confortent : c'est la leçon qu'il faut tirer lucidement de ces dernières décennies.

 

La politique de l'OTAN a produit les résultats strictement inverses à ceux affichés. En réalité, elle alimente ce fléau. Depuis 2001, les foyers de « djihadistes » ont été multipliés par 13 dans le monde, elle renforce les réseaux intégristes sans s'attaquer à la racine du problème : les causes, les soutiens actifs et les facteurs qui nourrissent leur développement ; hier soutenus et aujourd'hui bombardés, les intégristes servent de sombres calculs parce qu'ils ne représentent aucune alternative, broient tout espoir et aident à maintenir l'oppression.

 

Cette politique aggrave la déstabilisation du Proche-Orient et de l'Afrique de l'Ouest ; en Europe, elle leur permet de capter une jeunesse en désespérance, en rupture sociale, qui passe allègrement de la violence de la délinquance à la violence du fanatisme sectaire.

 

Nous devons changer de politique extérieure en contribuant au soutien – y compris matériel mais sans intervention extérieure – aux forces démocratiques kurdes et irakiennes qui combattent l'OEI, aussi bien qu'aux solutions politiques et diplomatiques sous égide des Nations unies et élaborées par l'ensemble des États de la région. Et dans ce cadre, la France doit soutenir sans plus tarder l'exigence de la sortie du PKK et du PYD des listes des organisations terroristes de l'Union européenne.

 

Dans un monde interdépendant, la sécurité des uns dépend de la sécurité de tous, et nous avons besoin d'une stratégie globale avec des réponses politiques, sociales, économiques, diplomatiques et pas seulement militaires. Il est temps de s'attaquer aux racines du fondamentalisme, au terreau de la pauvreté, des inégalités, des dominations et violences sur lequel grandit l'obscurantisme.

 

Parti communiste français,

Paris le 13 janvier 2015

 

Commentaire de B.T : Sauf que l'on ne comprend pas très bien où est la cohérence entre ce communiqué positif et la lâche abstention des députés FDG sur le vote pour la poursuite de l'intervention Française en Irak. (sans mandat de l'ONU) La cohérence aurait été de voter CONTRE, mais peut-être est-ce trop demander ?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michel Gourmel 18/01/2015 19:33


 


Ce que Fabius a oublié de dire aux parlementaires :


1°) La guerre contre EI n’a pas de nom car les USA n’ont pas de budget pour cela … depuis un 13 mois que les troupes de l’EIIL devenues EI se massaient aux frontières ! La seule guerre qui
ne coûte rien au contribuable.


2°) Canada et Italie faute d’objectif assigné par l’OTAN contre EI veulent attaquer la Syrie !


3°) L’Irak a attendu un an, en vain, 10 avions US pour combattre EI … qu’il a dû acheter à la Russie ! ! !


Et pendant ce temps des norias de camions assurent l’intendance d’EI d’une part, et d’autre part le pétrole terroriste se déverse dans les pompes occidentales ! ! !


 


L’Irak a attendu un an, en vain, 10 avions US pour combattre EI


… et a été obligée finalement d’acheter des Soukhoï russes, devant le refus définitif US ! ! !


Irak/EI : des avions d'assaut Sukhoi dispersent les extrémistes


"Des pilotes irakiens sur des avions d'assaut Sukhoi de fabrication russe ont porté les premières frappes contre les positions de Daesh (acronyme arabe de l'Etat islamique) près de Yathrib, à 80
km au sud de Tikrit, faisant les extrémistes quitter cette région", a indiqué la chaîne se référant à une source militaire…


L'Irak a reçu fin juin le premier lot de dix avions de combat Sukhoi achetés d'urgence à la Russie pour lutter contre le groupe Etat islamique. Les autorités irakiennes ont décidé de commander
des avions en Russie suite à la décision des Etats-Unis de repousser sine die
la livraison du premier lot de chasseurs F-16, initialement prévue pour le début de 2014.


http://french.ruvr.ru/news/2014_12_25/Irak-EI-des-avions-dassaut-Sukhoi-dispersent-les-extremistes-9812/


 


Le Canada s'apprête à élargir son rôle dans la guerre au Moyen-Orient


…Selon un rapport de la CBC, le gouvernement du premier ministre Stephen Harper «travaille avec fébrilité à préparer les avions de combat canadiens pour frapper des objectifs à l'intérieur de la
Syrie».


Apparemment, l'une des raisons de cette hâte est le manque d'«objectifs» en Irak. Dans un article publié jeudi, le National Post droitiste se plaint que la demi-douzaine d'avions de combat canadiens CF-18
déployés au Moyen-Orient par Ottawa «sont la plupart du temps sur le tarmac».


Source et suite : http://www.wsws.org/fr/articles/2014/dec2014/isis-d05.shtml


Il n’y a qu’une demi douzaine d’avions, et l’OTAN n’arrive même pas à leur trouver des objectifs quand la guerre contre EI fait rage soi-disant si on en croit la pensé unique ! …
l’OTAN ne fait pas la guerre à EI ! Le Canada va donc attaquer les
syriens ! ! ! CQFD


 


Italie. Le Sénat autorise l’intervention militaire italienne en Syrie. Et révélations sur les liens EI -
OTAN.


Info Démocrite. La
Commission affaires étrangères au Sénat, dans une résolution sur la Syrie (Doc. XXIV, n° 43), a engagé le gouvernement à « soutenir par tous les moyens, y compris militaire, l’action de la
coalition internationale »: en d’autres termes, elle a autorisé (avec un vote favorable PD-Pdl et un vote opposé du Sel et 5Stelle (NDLR : des partis politiques italiens) une intervention militaire
directe de l’Italie en Syrie…


Source et suite : http://www.mondialisation.ca/le-senat-autorise-lintervention-militaire-italienne-en-syrie/5418534


 


Irak-Syrie : pourquoi l'offensive n'a pas de nom de code ? Pas elle n’a pas de budget !


"Les opérations qui ont lieu aujourd'hui en Irak et en Syrie ont été financées en attribuant des budgets existants et il est par conséquent moins pressant de leur donner un nom, dit-on au
Pentagone." NDLR : En clair ce sont de petites sommes relativement au budget de guerre US, ce qui confirme que ce
sont de petites frappes, de temps en temps pour faire illusion


Source et suite : http://www.courrierinternational.com/article/2014/10/06/irak-syrie-pourquoi-l-offensive-n-a-pas-de-nom-de-code


Info et commentaire de François
F. : Peut-on réellement faire la " guerre au terrorisme "