Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Napoléon n'est pas Staline, Staline n'est pas Napoléon

30 Mai 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Front historique, #GQ, #Russie, #l'Europe impérialiste et capitaliste

Napoléon n'est pas Staline, Staline n'est pas Napoléon

Extrait d'un article sur le Napoléon des commémorations publié sur le blog de "Descartes", Dans la France du XXIème siècle, pas de place pour Napoléon, qui est probablement l'œuvre d'un ancien haut fonctionnaire communiste :

(...) Et nous laisse une magnifique citation qu’on devrait graver dans le mur de chaque école : « Les vraies conquêtes, les seules qui ne donnent aucun regret, sont celles qu’on fait sur l’ignorance » (3).

(3) On rapprochera cette citation d’une autre, « l’ignorance est une forteresse qu’il nous faut conquérir », due à… Staline. Le parallèle entre les deux personnages est d’ailleurs intéressant : tous deux étaient nés dans des régions périphériques et étaient jusqu’à un certain point des « immigrés assimilés ». Tous deux ont participé à une révolution qui a balayé l’ensemble des structures politiques et symboliques de leurs pays. Tous deux arrivent au pouvoir à un moment où il s’agit de tourner le dos aux tourmentes révolutionnaires et rétablir un fonctionnement rationnel de l’État. Tous deux ont eu à faire face à une guerre permanente organisée par des voisins hostiles à l’idéologie du nouvel État. Tous deux étaient des pragmatiques, et ont cherché à établir les institutions issues de la révolution sous l’aspect rassurant d’une symbolique à laquelle leurs peuples étaient habitués, « trahissant » symboliquement la période révolutionnaire. La différence est que Staline partait de bien plus loin, dans un pays dont la tradition politique était celle « d’une autocratie modérée par le meurtre », alors que Napoléon héritait l’œuvre politique et administrative commencée par Louis XIV et l’apport des Lumières…

Commentaire de RC

Le rapprochement esquissé par Descartes est bien intentionné au fond car il tranche avec les lieux communs stupides anti-staliniens qui dominent encore dans la culture, mais il est fondamentalement erroné parce que le "Staline " qu'il se représente est davantage le résultat de la construction de la propagande hostile, qu'il renverse dans un sens positif, que le personnage historique avec son action réelle.

Staline n'a pas fait de coup d'État et il n'est pas le fossoyeur d'une révolution auquel il aurait mis fin par une dictature militaire, (c'est plutôt Trotski qui était le prétendant à ce rôle). Staline a mis en pratique la dictature du prolétariat telle que Marx et Lénine l'avaient envisagée, et il a poursuivi consciencieusement et énergiquement la feuille de route de Lénine, qu'il a théorisé. Il n'est pas le représentant du retour à "l'ordre" désiré par les conservateurs. Pour lui le service de l'État n'a pas de sens s'il ne contribue pas à l'avènement futur du communisme. Il consolide la révolution prolétarienne en lui donnant une base économique et une armée dans un pays entièrement à reconstruire, et sous sa direction s'édifie le premier État socialiste de l'histoire, et non une caricature de l'Empire romain, qui est en réalité un État bourgeois déficient comparé au rival britannique! Staline n'est pas un Bonaparte devenu empereur du prolétariat., mais un Robespierre qui aurait vécu quarante ans de plus. et alors que Napoléon a rétabli l’esclavage aux Antilles, l'action de Staline a été objectivement l'un des plus grand facteur de décolonisation et d'émancipation des peuples esclaves de toute l'histoire.

Si on veut une description réaliste du Napoléon objectif, militaire borné pétri de vanité, vu à travers les yeux du peuple russe qui l'a abattu, il suffit de lire Guerre et Paix, de Léon Tolstoï.

GQ, 13 mai 2021

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G
On peut ajouter que Napoléon a mené des guerres offensives et impérialistes dans une escalade continuelle, où ont disparu un ou deux millions de Français, perte à l'origine du déclin démographique du XIXème siècle, alors que Staline n'a mené que des guerres défensives.qui lui ont été imposées !
Répondre
D
C’est vrai que Napoléon n’est pas Staline sur de très nombreux points mais la comparaison reste pertinente sous un rapport. La révolution française a été une révolution bourgeoise et même si elle a eu un moment plus radical, plus populaire, elle reste une révolution bourgeoise et Napoléon a consolidé au final les acquis de la révolution bourgeoise. La révolution russe a été une révolution paysanne-ouvrière-soldats, et même si elle a eu des moments plus radicalement communiste, elle reste une révolution d’une masse paysans politisés parce que devenus soldats et de peu d’ouvriers et Staline a consolidé au final les acquis de cette révolution à mi chemin entre prolétariat réduit et masse paysanne petite-bourgeoise. Napoléon a fait avec son époque et la réalité sociale du moment, Staline a fait avec son époque et la réalité sociale du moment. Il était illusoire de vouloir créer une société prolétarienne à l’époque de Napoléon, il était illusoire de vouloir créer une société communiste à l’époque de Staline. Mais dans les deux cas, il y a eu marche vers le progrès ... et elle se poursuit aujourd’hui ...vers le communisme.
Répondre
Z
Pas d'accord : l'empire et sa chute en 1815 ferme une longue période de progrès scientifique et en technique en France dite des Lumières. À partir de 1815, les grands progrès mathématiques et scientifiques viennent de l'Angleterre, de la grande Allemagne, Suisse et Autriche comprises et des Etats-Unis. Le déclin français commence et se poursuivra régulièrement.
À la mort de Staline, les scientifiques russes avaient pris des premières places dans les domaines du nucléaire, de l'industrie spatiale et aéronautique, résultats des choix politiques se Staline et des communistes soviétiques. L'échec du système soviétique résulte des choix anti-staliniens conduits de puis Khrouchtchev, Brejnev et les gigolos mis en place par Gorbatchev. Poutine est un joueur de ligue régionale qui donnera à la Russie des trophées misérables.