Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le retour du modèle socialiste

9 Novembre 2020 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ, #Economie, #Qu'est-ce que la "gauche", #Positions, #Chine, #classe ouvrière, #Impérialisme, #lutte contre l'impérialisme

Le retour du modèle socialiste

Le socialisme revient à la mode aux États-Unis depuis la crise des subprime (2008), comme remède proposé aux abus de plus en plus délirants du capitalisme dans sa principale métropole, et il y a gros à parier qu'il en sera de même chez nous très vite. Et ce n'est pas simplement en tant qu'utopie, mais aussi à nouveau en tant que modèle économique et social bien concret.

Voilà qui tombe bien, car l'objectif spécifique des communistes est le socialisme, et non l’émancipation de l’individu, tâche historique du capitalisme qui l’a déjà conduite au-delà de son terme et qui aujourd’hui la pousse jusqu’à l’absurde. Cette orientation fondamentale ne plaît pas du tout à la gauche et à l’extrême gauche bourgeoises qui continuent à enfoncer le portail grand ouvert au nouvel âge du capitalisme de la liberté sans freins et sans règles (celle des riches).

Ce système déplaira aussi aux puristes qui restent au chaud dans la théorie parce qu’il comportera des survivances de longue durée du capitalisme : la monnaie, le salariat, la bourse, et même les riches, ce ne sont pas des réalités que l’on peut abolir d’un trait de plume (en tout cas, c’est ce que l'expérience du socialisme du XXème siècle a montré).

Remplacer le capitalisme signifie donc, non pas le détruire du jour au lendemain, mais commencer par le mettre sous contrôle de la société, en lui ôtant son influence politique, en interdisant aux capitalistes de contrôler des forces politiques, et des médias. Ce qui signifie fragiliser progressivement la propriété privée des moyens de production sans la prohiber d'un seul coup. Comme on fait en Chine, l’enfermer dans une cage, et lui interdire absolument, par le jeu des élections et la manipulation de l’opinion, son retour au pouvoir.

Le socialisme est donc un système politique de parti hégémonique qui n’admet pas d’alternance sur les principes de base de son organisation économique et sociale.

La victoire de ce système est certaine parce que tôt ou tard, et plutôt tôt que tard, les masses prendront conscience, au niveau mondial, de l’intérêt et de la nécessité de ce nouveau système économique où la production et la distribution des biens nécessaires sera confiée à la collectivité et à l’État qui la représente. Mais cette victoire ne surviendra pas sans engagement actif d’une grande partie de ces masses. Il va falloir encore une âpre lutte et un engagement intégral de millions de héros ordinaires pour y arriver.

Ce qui est clair c’est qu’il n’y a pas d’alternative capitaliste au capitalisme : pas question pour le capital financier dégénéré de revenir au Welfare State des années 1945-1980, ni de laisser un capitalisme autochtone non occidental se développer, ni qu’il parvienne à s’autoréguler pour devenir « vert », ou « éthique », ne serait ce que parce qu’il soumet la science et la culture à des intérêts sordides et court-termistes, et n’a donc aucun moyen objectif de déterminer ce qui est réellement bon pour l’environnement, ou pour l’être humain.

Ces utopies sont destinées à le rester, parce que le capitalisme n’est pas une abstraction, il est fait de chair et de sang, et à ce titre il est indissociable de l’empire d’un Occident en voie d’intégration politique (malgré quelques péripéties, comme par exemple la présidence Trump). Cet empire se développe sous le règne d’une nouvelle oligarchie à l’idéologie mondialiste portée par une classe dirigeante anglophone internationale qui a fait son temps mais qui ne veut pas lâcher l’affaire. A part l’idéologie, sa puissance résiduelle est fondée exclusivement sur la force militaire considérable qu’il conserve encore pour quelques temps.

Une opposition au capitalisme va donc apparaître objectivement dans les forces qui luttent contre l’hégémonie occidentale, dans les appareils d’État dits « émergents » et notamment en Chine.

Dans les métropoles, c’est dans la classe ouvrière nombreuse et multiforme des économies de service qu’apparaîtra la force politique qui mettra le capitalisme en cage. Prolétaires de services, mais indispensables et incontournables pour le fonctionnement matériel de la société. Quoiqu’il en soit de la forme précise qu’elle prendra, cette force périphérique « encerclera les villes par les campagnes », comme le préconisait Mao, et elle surgira par surprise en contournant les lignes de défenses et les digues idéologiques qui nous bloquent depuis deux générations.

En ce sens des mouvements comme le M5S en Italie ou les Gilets Jaunes en France préfigurent cette surprise stratégique et cette reconfiguration politique radicale. Il faut aussi constater que l’expérience de leur déclin accéléré montre que ces formations sont vouées à jouer un rôle de catalyseur éphémère et à disparaître très vite avec le renouvellement de conditions politiques, avec le retour de la guerre de mouvement entre le capital et le travail.

Un danger existentiel croissant, perçu comme provenant exclusivement de l’extérieur, explique le tournant autoritaire et répressif de l’Occident. La montée de la puissance chinoise annonçant la fin de la division post-colombienne du monde, cinq fois séculaire, entre un Occident dominateur, et tous les autres, est ressentie comme une agression barbare par la classe dirigeante de notre ordre finissant.

L’intérêt de la classe ouvrière métropolitaine occidentale coïncide avec l’intérêt national chinois. La promotion de la Chine au titre de puissance dominante en termes économiques signifie d’abord la fin de son rôle de pays atelier, concurrençant l’emploi ouvrier chez nous. Elle signifie la mise en pratique d’un nouveau modèle de développement où les besoins réels sont davantage pris en compte que par le spectacle marchand produit dans les métropoles du premier monde, Los Angeles, New York, Londres et Paris. Elle signifie enfin la ruine des projets bellicistes de domination mondiale sous prétexte de civilisation et du colonialisme vendu sous la marque des droits de l’homme.

L’intérêt de la classe ouvrière coïncide également avec la préservation du milieu favorable à la survie de l’humanité à long terme, en relocalisant la production industrielle, en l’orientant vers la satisfactions des besoins réels rationnellement calculés du plus grand nombre, et en réorientant la recherche et le progrès technique sous le contrôle d’un État dirigé par le parti qui représente les classes du travail, et non de monopoles capitalistes prédateurs de dimension mondiale.

La classe ouvrière veut des emplois solides, bien rémunérés, valorisants, situé près de chez elle et la sécurité sociale au sens large (logement, alimentation compris) et non la précarité, le nomadisme, la guerre et la dévastation de la planète que lui propose le capital ! Elle veut le développement, la paix et la prospérité pour une longue durée, et cette aspiration coïncide avec les objectifs économiques et géopolitiques de la Chine.

La Chine n’entretient pas de relations privilégiées avec des partis étrangers qui lui seraient a priori favorable. Soutenir la Chine sur le plan international ne signifie pas en espérer une aide politique, mais lutter concrètement contre les tendances à la guerre contre ce pays qui se développent chez nous. La diabolisation de l’image du grand pays d’Asie, et de son allié russe ne sont en effet rien autre chose qu’une préparation psychologique de masse à un conflit majeur avec eux.

La grande cause des forces populaires des métropoles est de rendre impossible cette guerre de reconquête du monde par l’Occident impérialiste, sous quelque forme nouvelle qu’elle prenne.

La Chine pratique le multilatéralisme, et ne cherche pas à imposer chez ses partenaires internationaux un système économique ou social décalqué sur le sien. Mais du simple fait qu’elle tienne tête aux partisans du millénaire occidental, et qu’elle fasse mieux qu’eux au niveau économique, la rend déterminante de l’alternative politique concrète de l’heure. Son accession au rang de première puissance mondiale libère le monde de l’emprise occidentale-américaine, et rend possible la proposition aux masses en France, et dans le monde, d’une véritable alternative politique : le socialisme.

La Chine se présente au monde comme un État socialiste et il faut prendre cette revendication au sérieux. Le socialisme de marché n’est pas un oxymore économique, il signifie l’articulation de ces deux modes de production historiques qui se chevauchent dans le temps, ce qui est conforme à l’expérience concrète de toutes les transitions historiques. Pendant cette période de chevauchement dont on ne peut pas facilement prévoir la durée, une lutte de ligne permanente y opposera les tenants du socialisme à ceux du retour en arrière.

Le socialisme renaît en Chine par une conséquence nécessaire et inévitable de l’agressivité d’un capitalisme mondialisé qui reste imbriqué avec les intérêts nationaux des impérialistes (États-Unis, Royaume-Uni, France, UE sous domination allemande). L’hégémonie ne se partage pas.

Le socialisme redevient ainsi par une formidable ruse dialectique un modèle concret, ce qui ne s’était pas vu depuis que l’expérience soviétique a été enrayée par les effets conjugués de la guerre hitlérienne et de la Guerre froide américaine.

Ce modèle a montré sa puissance et son bien-fondé en cette année 2020 dans la lutte contre la pandémie, en Chine, au Viet Nam, et à Cuba. A nous de le revendiquer résolument, en l'adaptant aux réalités nationales, et de le proposer à tous.

 

GQ, 27 octobre 2020

 

 

 

Partager cet article

Repost2
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jo nice 29/10/2020 12:44

superbe texte! Vous avez raison la RPC représente une alternative concrète et viable au capitalisme néolibérale.Malheureusement la "gauche" n'ose pas s'appuyer sur ce modéle... en raison de la propagande bourgeoise dont la vision est hégémonique... même dans notre camp.
C'est le noeud du probléme,impossible d'avoir une réel critique du système si on s'informe exclusivement par le biais de ses médias.

IMBERT OLIVIER 01/11/2020 16:47

En effet le camarade Kim propose un travail patient de respect du cominform bien trop douloureux pour son peuple et le notre! Mais vive le socialisme et le grand pari des travailleurs! non au révisionnisme des nouvelles forces productives de hong kong qui assassinent le peuple de la RPC???