Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Le matérialisme historique présenté par Marx, morceau choisi par A. Gramsci

28 Décembre 2016 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Antonio Gramsci, #Théorie immédiate

 

Critique de l'économie politique (extrait de l'avertissement de 1859), texte trouvé sur marxist.org

 

NdGQ : cet avertissement ne figure pas dans la sélection de Lucien Sève (textes économiques bilingues aux ES), par contre l'extrait présenté ci-dessous a été traduit en italien par Gramsci, dans les Cahiers de Prison, sous ce titre :

Le matérialisme historique(...)

Le premier travail que j'entrepris pour résoudre les doutes qui m'assaillaient fut une révision critique de la Philosophie du droit, de Hegel, travail dont l'introduction parut dans les Deutsch-Französiche Jahrbücher, publiés à Paris, en 1844.

Mes recherches aboutirent à ce résultat que les rapports juridiques - ainsi que les formes de l'État - ne peuvent être compris ni par eux-mêmes, ni par la prétendue évolution générale de l'esprit humain, mais qu'ils pren­nent au contraire leurs racines dans les conditions d'existence matérielles dont Hegel, à l'exem­ple des Anglais et des Français du XVIII° siècle, comprend l'ensemble sous le nom de « société civile », et que l'anatomie de la société civile doit être cherchée à son tour dans l'éco­no­mie politique. J'avais commencé l'étude de celle-ci à Paris et je la continuai à Bruxelles où j'avais émigré à la suite d'un arrêté d'expulsion de M. Guizot. Le résultat général auquel j'arrivai et qui, une fois acquis, servit de fil conducteur à mes études, peut brièvement se formuler ainsi : dans la production sociale de leur existence, les hommes entrent en des rap­ports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté, rapports de production qui corres­pondent à un degré de développement déterminé de leurs forces productives maté­rielles. L'ensemble de ces rapports de production constitue la structure économique de la société, la base concrète sur laquelle s'élève une superstructure juridique et politique et à la­quel­le correspondent des formes de conscience sociales déterminées. Le mode de production de la vie matérielle conditionne le processus de vie social, politique et intellectuel en général. Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur être; c'est inversement leur être social qui détermine leur conscience. À un certain stade de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en contradiction avec les rapports de production existants, ou, ce qui n'en est que l'expression juridique, avec les rapports de propriété au sein desquels elles s'étaient mues jusqu'alors. De formes de développement des forces productives qu'ils étaient ces rapports en deviennent des entraves. Alors s'ouvre une époque de révolution sociale. Le changement dans la base économique bouleverse plus ou moins rapidement toute l'énorme superstructure. Lorsqu'on considère de tels bouleversements, il faut toujours distin­guer entre le bouleversement matériel - qu'on peut constater d'une manière scientifiquement rigoureuse - des conditions de production économiques et les formes juridiques, politiques, religieuses, artistiques ou philosophiques, bref, les formes idéologiques sous lesquelles les hommes prennent conscience de ce conflit et le mènent jusqu'au bout. Pas plus qu'on ne juge un individu sur l'idée qu'il se fait de lui-même, on ne saurait juger une telle époque de boule­ver­se­ment sur sa conscience de soi; il faut, au contraire, expliquer cette conscience par les contradictions de la vie matérielle, par le conflit qui existe entre les forces productives socia­les et les rapports de production. Une formation sociale ne disparaît jamais avant que soient développées toutes les forces productives qu'elle est assez large pour contenir, jamais des rapports de production nouveaux et supérieurs ne s'y substituent avant que les conditions d'existence matérielles de ces rapports soient écloses dans le sein même de la vieille société. C'est pourquoi l'humanité ne se pose jamais que des problèmes qu'elle peut résoudre, car, à y regarder de plus près, il se trouvera toujours, que le problème lui-même ne surgit que là où les conditions matérielles pour le résoudre existent déjà ou du moins sont en voie de devenir.

À grands traits, les modes de production asiatique, antique, féodal et bourgeois moderne peuvent être qualifiés d'époques progressives de la formation sociale économique. Les rap­ports de production bourgeois sont la dernière forme contradictoire du processus de produc­tion sociale, contradictoire non pas dans le sens d'une contradiction individuelle, mais d'une contradiction qui naît des conditions d'existence sociale des individus; cependant les forces productives qui se développent au sein de la société bourgeoise créent en même temps les conditions matérielles pour résoudre cette contradiction. Avec cette formation sociale s'achè­ve donc la préhistoire de la société humaine.

Friedrich Engels, avec qui, depuis la publication dans les Deutsch-Französische Jahrbücher de sa géniale esquisse d'une contribution à la critique des catégories écono­mi­ques, j'entretenais par écrit un constant échange d'idées, était arrivé par une autre voie (com­pa­rez sa Situation des classes laborieuses en Angleterre) au même résultat que moi-même, et quand, au printemps de 1845, il vint lui aussi s'établir à Bruxelles, nous résolûmes de tra­vail­ler en commun à dégager l'antagonisme existant entre notre manière de voir et la conception idéologique de la philosophie allemande; en fait, de régler nos comptes avec notre conscience philosophique d'autrefois. (...)

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Touré 09/10/2015 22:02

Les rapports de production ou rapports sociaux de production se limitent à trois rapports principales d'où partent toute les autres contradictions économiques.
Ce sont: le mode capitaliste de répartition du travail; le mode capitaliste de répartition des produits(plus-value et salaires); le mode capitaliste d'échanges des produits et de la force de travail.

Le mode de répartition du travail détermine le mode de répartition des produits et le mode d'échanges.C'est à dire la division du travail détermine toujours la propriété privée.

Autrement dit dans une société planifiée et où l'économie est étatisée, sans la suppression du mode capitaliste de répartition du travail, il se produit une société capitaliste, il se produit un rétablissement des anciens modes d'échanges et de répartition des produits.C'est ce qui s'est passée en URSS par son effondrement.

Le mode capitaliste de répartition du travail est donc la contradiction suprême du capitalisme avec les forces productives et qui détermine toutes les autres.
Cette contradiction n'a même pas été égratignée par la révolution soviétique et les conséquences ont été le rétablissement des autres contradictions(naissent de classes antagonistes, déplanification progressive, crises économiques,etc.)

olivier imbert 28/09/2014 10:18


bonjour


   pour althusser sauf erreur, il s'agit en effet de cette fameuse opposition au trop de hégélianisme et de deu rectfication un peu fichte un peu spinoza parmi le panthéon de l'individu
de Marx à propos de sa jeunesse et de ses effets de limite et incomplétude...idéaliste résiduel...sur ce si l'introduction de 57 est très valorisé et les groundriss un peu pris au pince nez puant
le hégélianisme, c'est à propos en effet comme à mon avis clouscart en exagère l'importance de la méthodologie proche du trranscendantal de l'exrpession concret de pensée...pas de l'apsect
fondateur de la critique matérailiste de la société civile au contraire puisque là on étudie dans l'économie politique et sa critique derechef hegel et sa conception des corps et des classes
comme de al colonisation pusqiue le capital à lire est là interminé et donc non interminable...c'est pourquoi, l'expression concret de pensée distinct de concret réel est entièrement compatible
avec le maoisme-stalinisme de la contradiction sur déterminée et pluraliste complexe et d'efficace en terme de classe et décision politique dans la révolution et après la prise du pouvoir, et
avec un matérialsime nouménale de la chose en soi et donc en rien un empiriocriticisme...à l'extrème rigueur ce qui est critiqué là c'est le côté un peu rapide( et comment cela pourrait ête
autrement) de l'idée de succession nécessaire( et d'une nécessité pré-indéterminsite et de matrîse des fonctions discontinue et probabilitaire) des modes de production...on en voti donc l'effet
dans le texte de pierre raymond la résistible fatalité de l'histoire et l'apologie continue des prises de pouvoir par les vietnamiens dans l'union du peuple...même de France m'ont soufflé des
trotskistes très subtiles comme auditeurs...quoique le mode de production capitaliste ne soient pas encore arrivé à son terme où les monopoles donneraient de manière "économistes" le socialisme
ou la revanche de la seconde internationale...en dehors de la commune et des putchs actifs et militaire en guerre mondiale léniniste, en effet pour althusser et faute de foi en soi et sa personne
de lulu le sève aussi je crois les concepts de moyenne durée de l'articulation du parti et du réformisme syndical de prince moderne, de distinction de la conjoncture et de la structure lourde
durable, de l'intello organique et de l'intellocollectif dans le prince et dans l'idéologie(s) et les classes organisées ou en masse et mouvement spontanée ou outillée avec laquelle on
agit....sont le bien commun du Comintern par Gramsci...autant que Kim il sung, giap, hochi min, castro plutôt raoul que fidel etc...Guevarra etc...et quelques savants ingénieurs de haut niveau
d'information et d'abstraction mathématique et physique..;comme d'artistes et artisans-bricoleurs parfois imprudents disparus ou vivants....

GQ 25/09/2014 10:00


On attend maintenant un penseur capable d'appliquer cette géniale intuition méthodologique au monde de la première moitié du XXIème siècle

GQ 22/09/2013 09:48


plus exactement : comment distinguer dans une situation politique antagonique donnée, la critique constructive et la trahison (en sachant que celle-ci peut être involontaire)? et comment
distiguer l'opportunisme cariériste de l'ambition justifiée par une idée juste, à mettre en pratique?


Il faut remarquer que les grands théoriciens et leaders politique du socialisme n'ont jamais été des adorateurs déférents du parti, Lénine, Mao, Fidel sont davantage "hérétiques" que
"orthodoxes". Mais il y a aussi un moment de l'orthodoxie, lorqu'il s'agit d'organiser les masses pour une confrontation qui prend la forme de la guerre internationale.


 

GQ 22/09/2013 09:40


Ce texte canonique figure donc aussi dans "l'histoire du parti communiste (bolchevik) de Russie", écrit officiel de très grande influence en URSS et dans le monde, publié fin 1938, écrit par une
commission dont staline faisait partie (il semble avoir écrit lui mêm une bonne partie du texte, dont l'extrait souvent publié à part "matérialisme historique et matérialisme dialectique". On ne
peut pas comprendre ces textes, pourtant écrit avec rigueur et soucis de simplicité, si on oublie qu'il s'agit d'armes dans une guerre idéologique totale, lancée contre le socialisme dès 1917, et
dont les bataillons avancé à cettedate sont les régimes fascistes et nazis. D'où la volonté d'éliminer d'avance une "cinquième colonne" en prévision de la guerre inévitable. vu la date de
publication, la justification des choix stratégiques du BP du PC de l'URSS prend beaucoup de place, et les oppositions sont toutes disqualifiées comme irréalistes, opportunistes. cet ouvrage
fondamental (même s'il est renié) dans la culture communiste mérite d'être relu avec un œil neuf et critique. En se posant la question de l'opposition, justement.

GQ 18/08/2013 20:14


Autre supporter de " l'Introduction de 1857" contre "L'introduction de 1859" dont est extrait le texte publié ci-dessus, Louis Althusser, qui l'accuse d'hégélianisme évolutionniste, dans la
préface à l'édition du Capital, Champs Flammarion. On voit se dessiner un clivage très net entre les théoriciens dirigeants, et les universitaires de parti.

GQ 13/08/2013 21:13


la mise à l'écart de ce texte fondateur s'explique parce qu'il est aussi cité intégralement et tout à fait indépendament de part et d'autre, par Staline dans "Matérialisme dialectique et
matérialisme historique" (1938) .


Il faut remarquer que Gramsci et Staline s'ils n'ont pas du tout le même caractère, et si le premier suscite plus de sympathie, ont des positions philoophiques et politiques très proches.

GQ 10/08/2013 12:20


Pour Lucien Sève, philosophe officiel du PCF quelque soit sa ligne de Thorez à Buffet, l'activité philosophique consite essentiellement à faire l'éxégèse d'un corpus de textes sacralisé. Selon
lui, dans sa dernière version, la théorie du matérialisme historique ne se trouve pas dans marx. Ce n'était pas l'avis de Gramsci.


Pour gagner du temps, autant ne lire que les classiques écrits par des théoriciens  qui ont été aussi des dirigeants politiques, au moins ils savent de quoi ils parlent, et ils font l'efort
de s'exprimer clairement, contrairement aux universitaires. Tant pis pour l'école de Francfort, Althusser, et son "ami" Sève avec lequel il n'avait pas besoin d'ennemis.