Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Juifs et musulmans ne sont plus des opprimés

8 Juin 2017 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ, #Théorie immédiate, #Impérialisme

et les autres religieux non plus.

et les autres religieux non plus.

Juifs et musulmans, en France au moins, ne sont plus des opprimés. Et en Palestine, Israël n'est qu'un satellite de l'Impérialisme américain, qui mène un conflit global où les religions ne servent qu'à brouiller les cartes et où les religieux de tous bords qui s'y laissent entrainer ne sont que les idiots utiles du capitalisme. Si tu veux défendre Gaza, dénonce les États-Unis.

Pour faire face à la régression de la pensée dans ce millénaire qui s'annonce mal, il est nécessaire de sortir de la pensée manichéenne qui assure aux croyances des membres de minorités religieuses une sorte d’impunité critique.

Voyons le cas des deux principales minorités d'Occident, musulmans et juifs, souvent fort opposées entre elles comme chacun sait. Ce qui suit ne s’applique pas à ceux de leurs fidèles qui sont tolérants envers les autres et ouverts à la discussion.  Et cela va sans dire et mieux encore en le disant, ne sont pas considérés ici comme juifs ou musulmans ceux qui ne pratiquent plus leur religion, ceux qui sont devenus agnostiques, athées, se sont convertis à une autre religion, et a fortiori leurs descendants.

Des militants progressistes bien intentionnées, sans doute par amour du prolétariat, participent à la tentative de diabolisation de ce qu’ils appellent improprement « islamophobie », et d’autres qui sont parfois les mêmes sur-réagissent à toute accusation d’antisémitisme, ou d’antisémitisme masqué en  « complotisme ». L'actualité récente a montré aussi qu'il pouvait être fort dangereux de critiquer les religions.

Or nul n’est obligé d’approuver les croyances et les pratiques religieuses, et il serait étonnant et rétrograde que les seules idées au dessus de toute critique soient des idées religieuses qui datent respectivement de 3200 et 1400 ans.

A ce propos je ne vois pas pourquoi un non-juif verrait avec sympathie l’idée qu’il existe un peuple élu et qu’il n’en fait pas partie, ou pourquoi un non musulman devrait renoncer à la liberté d’expression sur l’Islam, le  Coran, Mahomet, quand il accepte la critique de ses propres croyances. 

Juifs et musulmans peuvent accepter ce que la plupart des chrétiens de diverses obédiences ont fini par accepter bon gré mal gré, depuis l’époque des Lumières :  que leurs croyances, leurs rituels, leurs interdits et leurs règles vestimentaires et alimentaires que les autres considèrent comme de simples superstitions n’ont droit à aucun respect particulier, au-delà des exigences d’un savoir vivre élémentaire.

Le respect dû aux personnes ne s’étend pas à ce que contient leur cerveau, et ne peut fleurir qu’avec la liberté.

La montée d’une méfiance populaire contre l’Islam provient non seulement de l’image déplorable que les terroristes qui s’en réclament donnent à cette religion, mais aussi de l’impression, fortement étayée par l’actualité depuis plus de trente ans (affaires Rushdie, ou des caricatures de Mahomet) que la plupart de ses fidèles n’acceptent pas facilement la critique, ni externe ni interne.

Le retour de la pratique religieuse, et la restructuration conservatrice des communautés ont produit un phénomène similaire parmi les juifs. Ils sont de plus en plus souvent enrôlés par le biais d’associations communautaristes dans la défense inconditionnelle d’Israël. Les milieux sionistes et fondamentalistes tentent de faire passer pour antisémite toute critique d’Israël, et invoquent de manière déplacée la mémoire de la Shoah pour sanctuariser la politique israélienne, enrobée dans un discours culpabilisateur envers tous et n’importe qui (et n’importe quoi : la SNCF par exemple, serait coupable d'y avoir contribué avec ses trains).

Tous ceux qui sont de bonne foi (c'est le cas de le dire!) savent que s’opposer résolument à certaines conceptions ou pratiques religieuses ne signifie pas rejeter l’ensemble du message religieux concerné, qui peut comporter des aspects progressistes, une grande valeur humaine, une poésie étonnante. Pourtant l’amalgame est systématique : et ne voilà-t-il pas que ceux qui refusent l'introduction du voile islamique à l’école passent pour racistes, et que ceux qui défendent les Palestiniens passent pour antisémites!

Les Occidentaux chrétiens ou athées et les Français parmi eux ne sont certainement pas non plus au-dessus des critiques, mais la plupart de celles qui circulent portent à faux, et loin de s’en prendre aux responsables actuels de crimes actuels, par exemple aux politiciens français du PS ou de l'ex UMP qui soutiennent politiquement et fournissent des armes aux terroristes en Syrie, elles consistent à imputer à tous les contemporains une sorte de péché originel en tant que descendants des esclavagistes, des colonisateurs, des nazis et autres collabos, alors qu’ils n’y peuvent absolument plus rien. La transmission de la culpabilité de génération en génération, mais aussi par association des individus aux groupes dont ils sont issus, à tous les cousins et à tous les voisins, est devenue une forme contemporaine de racisme bien tranquille, conservée bien au chaud dans le narcissisme moral gauchiste. Et à ce titre le « racisme antiblanc » n’est pas une invention du FN même s’il est aussi pratiqué par des blancs riches qui se pensent « de gauche » contre des blancs pauvres dépolitisés.

Les juifs et les musulmans ne sont plus, en tant que tels, des opprimés, et ce sont des combattants laïcs, les héros de l’Armée rouge et des guerres d’indépendance, comme en Algérie, qui ont obtenu ce grand résultat historique. Les générations communautarisées les plus âgées l’ont oublié et leurs enfants ne l’ont jamais su. Le capitalisme se chargera peut être de leur ouvrir les yeux.

En attendant, communistes et progressistes n’ont littéralement rien à gagner à flatter les tendances obscurantistes qui croissent sur le terrain de la crise du capitalisme, avec l’appui des États-Unis. Il n’y a rien à gagner à ménager ici en France des fascistes religieux organiquement liés aux groupes qui ont été armés par la CIA pour détruire la Syrie, l'Afghanistan, la Libye, l'Irak, et que les peuples arabes sont en train de vomir. Le capitalisme moderne travaille à communautariser le prolétariat pour le diviser, et rien ne lui est plus agréable que de voir les exploités apparaître dans l'espace public costumés en musulmans ou en chrétiens rendus hystériques par le "mariage pour tous".

Le parti pris de n'envisager sous le signifiant "musulman" que l'ouvrier immigré et non le prince milliardaire saoudien ou qatari révèle un candide paternalisme qui s'ignore. Voltaire qui est le saint patron des causes humanitaires le disait bien, il faut une religion au peuple.

Il n’y a rien à gagner non plus en relayant les accusations outrancières d’antisémitisme, ou simplement en s’effaçant devant le terrorisme moral sioniste qui cherche à délégitimer la critique d’Israël, et plus fondamentalement tout mouvement révolutionnaire ou progressiste (jusqu’à Chavez) en le faisant passer pour antisémite. Dans la logique sioniste, qui est la même que celle des antisémites, critiquer un banquier, c’est critiquer les juifs. C’est Einstein, je crois, qui avait dit : un philosémite est un antisémite qui aime les juifs.

Le terme "sioniste" débarrassé des connotations ambigües qu'il prend dans les discours racistes ne signifie ni plus ni moins que "pro-israélien". Et je ne vois pourquoi on ne pourrait pas être contre les pro-israéliens, juifs ou non.

Dans le monde actuel de guerre contre la pensée rationnelle critique, de haine de la dialectique, la pensée religieuse politisée est le complément parfait de l’esprit du marketing et de sa névrose individualiste de masse. Nous devons combattre résolument tout empiètement du religieux sur le politique, qu’il s’agisse des prétentions de l’épiscopat français à régenter les mœurs, que celles de minorités religieuses dont des représentants autoproclammés cherchent à usurper un statut dérogatoire en abusant de la rhétorique antiraciste.

Enfin, sur les « théories du complot », il faudrait que leurs pourfendeurs se rendent compte que si les complots que l’on peut imaginer n’existent pas tous, il peut en exister aussi que l’on n’imagine pas du tout. Et de toute manière, la théorie de la théorie du complot est, elle aussi, une théorie du complot : la théorie qu'un complot antisémite universel emprunte le masque de la critique du capitalisme.

 

GQ, 5 août 2013, revu 29 février 2016

 

PS du 18 juillet 2014 : un monde où ces croyances religieuses auraient complètement disparu serait sans doute culturellement appauvri. Mais les Tartuffe, les hypocrites de toujours et de partout qui s'accrochent à la lettre de la loi par volonté de puissance sont les pires adversaires de leur propre foi et de leur propre peuple.

PPS du 17 mai 2015 :

Note bibliographique : récents, pertinents et intéressants à consulter sur la question de l'actuel tournant réactionnaire du judaïsme, nullement fatal : Le Manteau de Spinoza, et Judaïsme et Révolution, d'Ivan Segré, talmudiste marxiste.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

imbert olivier 25/08/2015 12:05

alors que près d'un français sur deux est athée et relativement rationaliste, ce sont les rationalistes qu'on opprime en les obligeants à défendre telle ou telle religion et le droit de croire en monothéiste ou en religion naturelle déiste!

GQ 20/03/2015 06:58

Le grand diffuseur de la théorie du complot antisémite est Taguieff, qui croit que les militants qui soutiennent la Palestine sont à la recherche d'une figure idéale de l'opprimé, où le Palestinien jouerait le rôle antérieurement tenu par le prolétaire. Dans le même ordre d'idée, les philosophes du "retour du nom juif" qui d'après eux ferait disparaitre le "nom ouvrier", et qui n'ont pas l'air de se rendre compte avec toutes leurs cogitations réactionnaires et ultranarcissiques que ce retour implique le retour en cascade de tous les autres noms nationaux-religieux.

Réveil Communiste 21/03/2015 18:13

Mais évidemment il s'en rendent parfaitement compte.

GQ 19/01/2014 10:36


J'ai publié ton article sur RC aussi. Sans doute les correctifs que tu apportes sont pertinents, mais mon article ci-dessus quoi qu'il prenne un ton de polémique scientifique, n'est pas autre
chose qu'un acte performatif. qui affirme en le faisant que si nous voulons nous débarasser de ces problématiques nous le pouvons.


Sans doute beaucoup d'antisionistes sont en fait antisémites, et beaucoup d'adversaires de l'islam sont en fait antimaghrébins, mais ça ne change pas le fond des choses : en tant que tels, juifs
et musulmans ne sont pas du tout opprimés dans les sociétés occidentales. Ils y sont même encouragés à se grouper pour affirmer leur singularité, pour qu'ils contribuent, à l'instar d'autres
communautés organisées, à dissoudre à terme le cadre national.


Certes le racisme antijuif et le racisme ant-arabe n'ont pas la même fonction, mais ils participent tous les deux à l'ethnicisation de la lutte des classes, où les premiers quelques soient leur
statut social réel jouent le rôle de la bourgeoisie, et les autres celui du prolétariat, même s'ils ont fait fortune dans le commerce "halal".


Quant au racisme qui exprime la bêtise individuelle, c'est maintenant la guerre de tous contre tous !

Marc Harpon 18/01/2014 23:08


Je ne partage pas ton analyse, Gilles.


http://socio13.wordpress.com/2014/01/18/racismes-asymetriques-par-marc-harpon/

GQ 15/01/2014 19:45


Ce qui est ennuyeux, c'est que l'agacement que provoque légitimement les abus communautaristes peut provoquer des expression équivoques, qui sont ensuite exploutées parles mêems communautaristes
pour se poser en victimes. ce qui est grave aussi c'est que les communautaristes en se provoquants mutuellement créent les conditions d'un rejet massif des minorités.


Décidément, c'est de plus en plus clairement l'alternative socialisme ou barbarie qui se pose. Le socialisme a un train de retard.

Bernard Gilleron 13/01/2014 22:14


Merci Gilles, d'avoir si bien synthétisé tout ça.


Concernant les chrétiens tout n'est hélas pas règlé: si les règles les plus absurdes ont disparu, certaines croyances et manies persistent
(et, bien sûr, l'intrumentalisation de la chrétienté par le FN ET Soral, d'accord bien entendu...)


Cependant le Vatican reste rétrograde obstinément: tous les clercs qui tentent de dépoussiérer les écritures, et de les désembourgeoiser sont sanctionnés (Mgr Gaillot, et un inconnu plutôt de
droite politique mais passionnant, qui compare méthodiquement tous les récits sacrés, aux résultats des recherches scientifiques de toute sorte. C'est "l'exégèse historico-critique" de la
religion chrétienne. Bien sûr le pape l'a viré.


www.michelbenoit17/over-blog.fr

GQ 02/10/2013 23:49


Les responsables des crimes actuels contre la nation syrienne : Hollande, Fabius, Juppé, Sarkozy, Cameron, donneurs d'ordre, et la CIA, leur légion condor, organisation criminelle au sens du
tribunal de Nuremberg.

stefano 27/07/2016 22:08

Bravo!Nous attendono le prochain Tribunal du Nuremberg,face aux crimes capitalistes,imperialistes USA et UE, et,bien sur,sionistes!!

GQ 21/09/2013 13:13


Il y a 20 ans les Palestiniens par la voix de l'OLP reconnaissaient Israël ...





20 ème anniversaire des accords d'Oslo : un Communiqué du Front populaire pour la
libération de la Palestine


Communiqué du Front populaire pour la libération de la Palestine ****** En ce vingtième anniversaire de la signature des accords d'Oslo, le Front populaire pour la libération de la Palestine
demande…


Pour lire la suite cliquez ici

GQ 19/08/2013 08:40


En réalité les seuls oppresseurs des juifs et des musulmans en tant que tels sont les Tartuffe de leur propre communauté qui les prennent en otage et dénaturent leur religion en un sens odieux.

GQ 13/08/2013 19:53


Je pense qu'il y a malheureusement une composante narcissique et moralisatrice dans l'engagement de nombreux militants à affichage  "révolutionnaire", on est "de gauche" pour montrer qu'on
est "mieux" moralement que les autres, ce qui suppose évidemment de trouver des "moins bien". il peut y avoir aussi un racisme incionscient inversé en paternalisme démagogique. Il  y aenfin
l'autophobie communiste qui conduit à s'aligner sur les cliché soixanthuitard, quand tout le monde les a abandonnés.