Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Hypothèse sur la fonction contre-révolutionnaire de l'homophobie

21 Octobre 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ

Les mouvements prétendant représenter les homosexuels et lutter pour leurs droits sont souvent récupérés (superficiellement) par l'impérialisme, enrôlés dans le chœur des appels à l'ingérence, à cause du retard d'évolution des mœurs dans le monde non-occidental. Or dénoncer l'homophobie en Russie n'aura aucun effet positif pour les principaux concernés, si les étranges étrangers de l'intérieur de toute les cultures se laissent ranger dans la catégorie banale des agents de l'étranger. Ci-dessous quelques reflexions engendrées par la manif homophobe "pour tous", publiées il y a un an sur RC.


La "manif pour tous" ayant fait le plein des troupes de l'épiscopat (dans des proportions qui ne sont nullement supérieures à ce qu'il fait d'habitude), il est intéressant de se pencher sur les raisons de ce succès relatif. Pourquoi des gens ordinaires, exploités, sont-ils prêts à s'allier à leurs ennemis de classe dans un front homophobe (au fond du fond il ne s'agit que de cela, la différence entre la MPT et Civitas n'étant que dans le degré de l'aversion).

L'homophobie joue un rôle non négligeable dans l'idéologie traditionnelle. Elle affirme la naturalité de la division entre les sexes, qui engendre dans l'idéologie la naturalité de la division du travail et de la société de classe. L'homophobe reproche à l'homosexuel de brouiller la distinction des sexes et donc la division du travail entre sexes et la fondation symbolique de l'exploitation. Plus crûment, ce que l'homophobe ne peut pas supporter, dans sa vision de l'ordre familial et social qui sont intimement liés, c'est que des hommes jouent un rôle de femme. Cette féminisation comprise comme démasculinisation remet en cause l'idée fondamentalement ancrée par l'éducation traditionnelle monothéiste judéo-christiano-islamique et présente encore dans l'inconscient de chacun, que les femmes valent moins que les hommes (dans le Coran, qui a le mérite de la clarté, exactement deux fois moins, du point de vue de l'héritage, à noter qu'il s'agit là d'un progrès pour l'époque de sa rédaction), et par réplication du jugement, que les ouvriers valent moins que les patrons, que les travailleurs manuels moins que les intellectuels, etc.

Plus rarement, l'inverse aussi peut être invoqué : des femmes scandaleuses usurperaient des rôles d'homme. Mais c'est beaucoup plus rare parce la tradition admet cette substitution en cas de défaillance masculine pour occuper une case libre dans le système familial-social (d'où la présence de figures féminines fortes dans l'histoire politique et dynastique).

L'homophobie doit donc être combattue avec détermination, mais dans une perspective assez différente de celle qui actuellement se développe dans le militantisme à tendance implicitement communautariste LGTB, plutôt dans une perspective proche de la politique de fond pour l'éradiquer qui est mise en œuvre à Cuba depuis la sortie du film "Fraise et Chocolat" qui fit époque en 1993. Il ne s'agit pas d'affirmer une orientation sexuelle comme un contenu positif, une culture, voire une nation intérieure dissidente, mais de lutter contre un préjugé qui touche au socle même de la société de classes, qui fait que les hommes combattent pour leur servitude comme si c'était leur liberté. 

En France aujourd'hui, les homosexuels en tant que tels, c'est à dire en pratique ceux de la bourgeoisie ne sont plus un groupe opprimé. Les plus opprimés de tous sont les homophobes et les racistes de toute religion, des classes populaires, qui sont piégés dans une alliance "contre nature " ou plutôt "antisociale" avec leurs oppresseurs, alliance contre leurs frères et leur sœurs d'orientation religieuse ou sexuelle différente, qui sont d'autant plus leurs "prochains" qu'ils les haissent davantage.

Mais les homosexuels courent toujours le risque de devenir les boucs-émissaires de l'exploitation comme le furent autrefois les Juifs, surtout si contrairement au regretté Guy Hocquenheim, ceux qui font profession de les représenter se font récupérer en masse par la frange libérale de la bourgeoisie (celle qui possède et qui s'exprime dans les médias tels "Libération", "Canal plus", etc.). Ils devraient viser politiquement à approfondir et à étendre à toutes les classes sociales "le droit à l'indifférence" plutôt qu'à surenchérir sur un "droit à la différence" qui n'a jamais été plus large ni plus illusoire qu'à notre époque, sur fond de triomphe de l'idéologie du désir, c'est à dire de la consommation aliénée. ll faut lutter pour le droit des "hommes sans qualités", des prolétaires à choisir leur orientation sexuelle, et non confondre politique, pseudo art contemporain et exhibition festive. En cela les provocations exhibitionistes contre les manifestations homophobes sont néfastes, et confondent libération sexuelle et prostitution.

Il est d'ailleurs assez drôle de constater que le modèle scénographique et communicationnel de la "Manif pour tous" , Frigide Barjot en tête, n'est autre que ... la Gay Pride !

 

GQ, 14 janvier 2013

 

PS il faut remarquer aussi, si l'on suit les termes du raisonnement ci-dessus, que la lutte contre l'homophobie est une composante particulièrement importante du combat féministe réel (je ne parle pas du politiquement correct subventionné par l'UE qui veut introduire des figures féminines dans les livres... de maths!).

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 21/10/2014 10:06


Synode sur la famille au Vatican : pas d'accord sur les divorcés et les homosexuels


Synode sur la famille au Vatican : pas d'accord sur les divorcés et les homosexuels Selon le porte-parole du Vatican, le texte a été rééquilibré pour tenir compte des réticences des prélats les
plus…


Pour lire la suite cliquez ici



JMP 14/02/2013 08:04


Hier, pour une fois, j'ai eu honte de montrer à lire la Une de l'Humanité dans les transports en commun... Mariage pour tous ! Les 4 premières pages y passent, c'est l'évènement... La manif
devant le siège Goodyear, la milice au service du Patronat commandé par le capo servile Valls, c'est la page 8...


En page 5 "L'assemblée Nationale face à l'ennemi sans visage" oui pas mal mais outre qu'il n'y a pas de grande illusion à se faire sur le résultat, je trouve absolument scandaleux, inouï, d'avoir
eu une représentation nationale et les appointements que ça représente pour débattre jour et nuit de la question de société sur la mariage pour tous alors que le pays part en lambeaux quasiment
chaque jour au niveau économique et social...


On ne va pas dans le mur, on y est déjà mais on le creuse avec une petite cuiller !

GQ 12/02/2013 22:18


Le mariage gay est essentiellement un leurre pour ne pas parler d'autre chose. S'y opposer est aussi intempestif que de militer pour lui. Mais s'il déplait aux communautaristes "indigènes de la
république " c'est déjà un bon point. Cela dit le communautarisme LGTB a un point commun avec le sionisme : de même que celui-ci déjudaise les juifs en les transformant en chauvins ordinaires, il
intègre les homosexuels qui vivaient la subversion dans la banalité bourgeoise la plus plate. La bourgeoisie travaille à normaliser les minorités subversives que l'écart à la norme, les
persécutions , et la position dans la marge pouvait pousser vers le prolétariat, de manière à lui fournir des cadres révolutionnaires.

stoni 18/01/2013 14:15


faire remonter l'homophobie à une culture "judéo-chrétienne", du moins pour les  pays occidentaux, est un peu un "réflexe" qui a été dépassé par maints historiens dans leurs recherches.


c'est intéressant pour les marxistes, car ces historiens font remonter, et lient, l'homophobie à l'apparition du capitalisme.


dans la france d'ancien régime, il n'existait pas d'homophobie telle qu'on la connait aujourd'hui. d'ailleurs le terme "homosexualité" est apparu à la fin du XIXème siècle.


 


une étude très intéressante sur ce sujet : "l'invention de l'hétérosexualité" par J.N. Katz alimente le dossier contre le capitalisme avec brio.


 


 

GQ 16/01/2013 10:28


La foule évaluée à 340 000 par la police et à 800 000 par les organisateurs est visiblement plus clairsement que celle visible sur la photo des JMJ de 1997, à 500 000. Mais de toute manière ce
genre de rassemblement n'a pas d'effet politique, même et surtout quand ce sont les syndicats qui les organisent. Vu sur Diablo :



La preuve en photos 





cliquez pour agrandir


Photo de gauche : les JMJ de 1997 : 500 000
personnes (nombre non contesté)


Photo de droite: la « manif' pour
tous » du 13 janvier 2013 où l'on veut nous faire croire qu'il y a 800 000 personnes.


A vous de vous faire une opinion.