Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Intervention en AG PCF Paris 19e

23 Octobre 2007 , Rédigé par J. Chenal Publié dans #Correspondance au PCF

PCF Paris-19e                                                     Assemblée générale du 18 octobre 2007

 

Jonathan Chenal:

 

L'actualité nous montre que notre place est avec ceux qui luttent contre Sarkozy. Il y a nécessité pour nous d'être à la hauteur contre cette politique de classe au service unique de la finance, contre toutes la population : carte judiciaire, casse des hôpitaux, casse du CNRS, du statut de la fonction publique, de la Sécurité sociale, sans compter le scandale EADS, multinationale créée sous Jospin avec un ministre des transports communiste (Jean-Claude Gayssot).

 

L'heure n'est absolument pas aux questions existentielles sur le PCF mais à la mise en action de celui-ci. Le 27 octobre doit être une réussite, mais aussi le point de départ d'une vraie mobilisation politique de riposte.

 
 

A propos de l'assemblée extraordinaire : c'est moins pire qu'un congrès antistatutaire, mais moins bien qu'un vrai congrès statutaire. Les critères de choix des délégués sont mauvais : la parité à outrance est une caricature de lutte pour l'émancipation des femmes.

 

Je formule 5 exigences pour cette assemblée :

 

            1. un bilan de l'action du Parti depuis le référendum : analyse du référendum, de la stratégie d'engagement dans les collectifs antilibéraux dont chacun a pu apprécier le résultat, critique du maladroit retournement de décembre 2006, critique de la campagne présidentielle de Marie-George Buffet, explications sur la constitution du groupe parlementaire.

 

            2. organiser l'action contre Sarkozy.

 

            3. une nouvelle stratégie : rassembler les travailleurs plutôt que la gauche.

 

            4. l'organisation : démocratiser le parti ; formation des militants et responsables à tous les niveaux ; fin des permanents à vie, et des jeunes permanents dès la sortie d'école : priorité donnée aux camarades issus du monde du travail ; relance des cellules et sections d'entreprises.

 

            5. une idéologie recentrée sur le travail, lieu essentiel de construction des identités sociales.

 

Enfin, je mets en garde les camarades contre un scénario d'auto-dissolution comme celui connu par le Parti Communiste Italien à la fin des années 1980, et qui a fini en parti centriste !

 

 

 

Concernant les municipales, faisons déjà un constat, celui des dysfonctionnements dans l'articulation entre élus et militants. Quelle que soit la situation à l'issue des élections, je demande qu'un comité de liaison entre élus et le Parti soit mis en place. Je ne jette pas ce que dit Jean Vuillermoz sur les risques réels encourus par des listes autonomes à la poubelles, mais je me prononce pour des listes autonomes dès le 1er tour. Pour affirmer un projet et une visibilité au projet et à l'électorat du PCF, pour ne pas recommencer l'épisode “Gauche plurielle” ; pour ne pas laisser la critique de gauche aux Verts et à la LCR ; quant au danger de la droite, il existe à chaque élection, et s'allier avec le PS dès le 1er  tour c'est jouer le jeu de la bipolarisation qui nous est fatale ; nos candidats doivent avoir plus confiance dans la capacité des militants à mener une bonne campagne pour être élus que dans la mansuétude de Delanoé ; par ailleurs, un Parti avec des élus sans électeurs n'a pas de légitimité ; il faudra expliquer au corps électoral ce retournement de stratégie, puisque nous sommes passés de “pas d'alliance avec le social-libéralisme” à l'alliance avec Delanoé, qui avait fait distribuer à tous les parisiens un tract appelant à voter OUI ; il n'y a enfin aucune raison de croire que Delanoé ne fera pas alliance avec le MODEM entre les 2 tours et ne nous fera pas d'enfants dans le dos. Je demande à la présidence de séance un vote avec 3 options : des listes autonomes dès le 1er tour, une alliance avec le PS au 1er tour sous conditions, une alliance avec le PS au 1er tour sans conditions.

 

Enfin, un dernier mot sur le Congrès du Parti de la Gauche Européenne : on ne sait absolument pas ce qui se passe dans cette entité, mais je remarque que c'est depuis l'adhésion du PCF au PGE en 2004 que nous avons adopté un discours ne parlant que de “la gauche, la gauche, la gauche”. Chacun en tirera les conséquences qui s'imposent.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article