Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Staline à l’Agence juive d’Amérique (1931)

12 Février 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Front historique

Repris sur le site maoiste juif Hapoel

 

Le chauvinisme national et racial est une survivance des mœurs misanthropiques propres à la période du cannibalisme. L’antisémitisme, comme forme extrême du chauvinisme racial, est la survivance la plus dangereuse du cannibalisme.
 L’antisémitisme profite aux exploiteurs, comme paratonnerre afin que le capitalisme échappe aux coups des travailleurs. L’antisémitisme est un danger pour les travailleurs, car c’est une fausse route qui les égare hors du droit chemin et les conduit dans la jungle. Aussi les communistes, en tant qu’internationalistes conséquents, ne peuvent être que les ennemis jurés et intransigeants de l’antisémitisme.
En URSS, la loi punit avec la plus grande sévérité l’antisémitisme comme phénomène opposé au régime soviétique. Selon les lois de l’URSS, les antisémites actifs sont condamnés à la peine de mort.

Staline, Réponse à une question télégraphique de l’Agence juive d’Amérique, 31 janvier 1931.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GQ 14/02/2014 10:52


Bien entendu, dans la lutte de faction, les accusations calomnieuses d'espionnage pouvaient jouer un rôle. Cela dit l'espionnage était une réalité, et les épisode de crise répressives (36 à 38 et
48 à 53) correspondent parfaitement à la montée rapide de menaces extérieures.


N'oubliez pas que Golda Meir, très anticommuniste, était ambassadrice d'Israël à Moscou en 1948. Il semble que Staline ait joué le mauvais cheval au moment de la création d'israël, et qu'il ait
espéré que l'État juif deviennent une "base" du camp socialiste.


Ehrembourg, ami personnel de Staline, co-auteur avec Grossman du "Livre Noir" (le vrai, sur le génocide nazi en URSS) et personnage clef de la culture soviétique, ne l'a jamais renié, à ma
connaissance. Quant à Grossman, sa volte face s'explique par le cours nouveau Khrouchtchévien, quand les écrivains se voyaient poussés en avant sur la scène politique pour appuyer une évolution
réformiste de la politique soviétique.


 

GQ 14/02/2014 10:36


Parmi les affabulations de l'antistalinisme de guerre froide, il y a l'imputation d'antisémitisme, qui se base sur les purges dans les organisations juives de l'URSS à partir de 1948, et dans les
démocraties populaires (procès Slansky London en Tchécoslovaquie). Ces répressions qui témoignent avec les autres purges de la faiblesse majeure du système, qui était incapable de gérer autrement
les conflits de faction, n'ont pas de signification antisémlte. Les autorités soviétiques dans le contexte de la guerre froide qui commençait soupçonnaient à tort ou à raison certains
intellectuels des institutions officielles juives de propager le sionisme et d'être devenu des agents de l'Occident.