Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Terroristes « modérés » pour la guerre en Syrie

18 Janvier 2015 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme, #Syrie

Manlio Dinucci

vendredi 16 janvier 2015, par Comité Valmy

 

Terroristes « modérés » pour la guerre en Syrie

 

Pendant que, sur la vague des attentats terroristes de Paris, Washington prépare le Sommet du 18 février, où les USA et leurs alliés décideront « les façons de faire obstacle à l’extrémisme violent qui existe dans le monde », le Pentagone -comme annoncé par son porte-parole John Kirby- prépare « l’entraînement de 5 mille autres miliciens modérés syriens ». Ainsi « Washington continue à travailler avec Ankara afin de former et équiper les forces modérées de l’opposition syrienne », programme auquel participent aussi l’Arabie Saoudite et le Qatar. Le Ministère des affaires étrangères turc communique que « l’accord définitif sur le programme est très proche ».

 

La Turquie confirme ainsi être aux avant-postes de la guerre contre la Syrie : ici l’Otan a plus de vingt bases aériennes, navales et d’espionnage électronique, renforcées par des batteries de missiles étasuniennes, allemandes et hollandaises, en mesure d’abattre des engins volants dans l’espace aérien syrien. A ces bases s’est ajouté un des plus importants commandements de l’Alliance : le Landcom, responsable des forces terrestres des 28 pays membres, activé à Izmir (Smyrne). Le Landcom, sous les ordres du général étasunien Hodges, fait partie de la Force conjointe alliée dont le quartier général est à Lago Patria (Naples) sous les ordres de l’amiral étasunien Ferguson, qui est en même temps commandant des Forces navales étasuniennes en Europe et des Forces navales du Commandement Africa. Comme l’ont documenté aussi des enquêtes du New York Times et du Guardian, la Cia a depuis longtemps ouvert, surtout dans les provinces d’Adana et du Hatay, des centres de formation militaire de combattants à infiltrer en Syrie ; dans ces camps ont été notamment entraînés des militants islamistes provenant d’Afghanistan, Bosnie, Tchétchénie, Libye et autres pays. Les armes arrivent surtout via l’Arabie Saoudite et le Qatar.

 

Pour le nouveau programme, qui devrait commencer au printemps, le général Michael Nagata, chef des Opérations spéciales du Commandement central étasunien, est en train de sélectionner les miliciens à entraîner et armer. On ne sait pas quel est le critère du général pour s’assurer qu’ils sont « modérés », c’est-à-dire capables de combattre (selon ce qu’on affirme à Washington) à la fois les forces de l’Etat islamique et celles du gouvernement syrien. On sait par contre avec certitude que de nombreux « miliciens modérés », entraînés et armés par les USA et par leurs alliés européens et arabes pour renverser le président Assad, ont ensuite rejoint les formations de l’Etat Islamique et du front qaediste Al-Nosra, qui poursuivent le même objectif. Cela a-t-il été un échec ou bien un coup habile de Washington et de ses alliés pour alimenter l’EI, de fait fonctionnel à la stratégie visant à démolir la Syrie et reconquérir l’Irak ? Question légitime, si l’on a sous les yeux la photo du sénateur étasunien John McCain qui, en mission en Syrie pour le compte de la Maison-Blanche, rencontre en mai 2013 Ibrahim al-Badri, le « calife » à la tête de l’EI. Ou le récent reportage télévisé transmis par l’allemande Deutsche Welle, qui montre comment des centaines de camions TIR traversent chaque jour sans aucun contrôle la frontière entre Turquie et Syrie, en direction de Raqqa, base des opérations de l’EI en Syrie. Ou les images des caméras télé de l’aéroport d’Istanbul, qui montrent la compagne d’Amedy Coulibaly, auteur de l’attaque du supermarché kasher, qui entre facilement en Syrie à travers la Turquie.

 

A quoi serviront les 5mille autres miliciens qui, dans le cadre des opérations spéciales USA, seront entraînés à des attaques de commandos et à des attentats à la bombe ? Au terrorisme, mais « modéré ».

 

Manlio Dinucci

 

Edition de vendredi 16 janvier de il manifesto http://ilmanifesto.info/gli-usa-addestrano-5mila-miliziani-siriani/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel Gourmel 18/01/2015 19:18


.../...


De nombreuses preuves existent à ce sujet. Par exemple la photo du sénateur étasunien John McCain, en mission en Syrie pour le compte de la Maison Blanche, qui rencontre en mai 2013 Ibrahim
al-Badri, le « calife » à la tête de l’EI. Ou le reportage télévisé transmis il y a quelques jours seulement par la chaîne allemande Deutsche Welle, qui montre comment
des certaines de camions TIR traversent chaque jour sans aucun contrôle la
frontière entre la Turquie et la Syrie, en transportant des chargements destinés à Raqqa, base des opérations EI en Syrie.


Source et suite : http://www.mondialisation.ca/le-senat-autorise-lintervention-militaire-italienne-en-syrie/5418534


 


Irak-Syrie : pourquoi l'offensive n'a pas de nom de code ? Pas elle n’a pas de budget !


"Les opérations qui ont lieu aujourd'hui en Irak et en Syrie ont été financées en attribuant des budgets existants et il est par conséquent moins pressant de leur donner un nom, dit-on au
Pentagone." NDLR : En clair ce sont de petites sommes relativement au budget de guerre US, ce qui confirme que ce
sont de petites frappes, de temps en temps pour faire illusion


Source et suite : http://www.courrierinternational.com/article/2014/10/06/irak-syrie-pourquoi-l-offensive-n-a-pas-de-nom-de-code


Info et commentaire de François
F. : Peut-on réellement faire la " guerre au terrorisme " avec quelque risque de victoire ?


Assurément non si l'on juge les résultats obtenus par toutes les interventions occidentales sur les différents théâtres d'opération depuis l'intervention en Afghanistan qui a étrenné le concept


Obama et son establishment américain, sont maintenant faux-culs jusqu'au bout des ongles et sans doute du mandat présidentiel...


Pas de mandat de l'ONU pour les opérations Irak-Syrie, rien de des initiatives "individuelles" (France, Royaume-Uni), sans consultation des parlements (États-Unis, France)...


On voit ici que la démocratie est de moins en moins fonctionnelle et les oligarchies de plus en plus triomphantes ! Jusqu'à quand ?


 

Michel Gourmel 18/01/2015 19:16


Un article excellent !


 


Complément d’informations/révélations sur EI.


1°) La guerre contre EI n’a pas de nom car les USA n’ont pas de budget pour cela … depuis un 13 mois que les troupes de l’EIIL devenues EI se massaient aux frontières ! La seule guerre qui
ne coûte rien au contribuable.


2°) Canada et Italie faute d’objectif assigné par l’OTAN contre EI veulent attaquer la Syrie !


3°) L’Irak a attendu un an, en vain, 10 avions US pour combattre EI … qu’il a dû acheter à la Russie ! ! !


 


Et pendant ce temps des norias de camions assurent l’intendance d’EI d’une part, et r’utre part emmène le pétrole terroristes vers les pompes occidentales


 


L’Irak a attendu un an, en vain, 10 avions US pour combattre EI


… et a été obligée finalement d’acheter des Soukhoï russes, devant le refus définitif US ! ! !


Irak/EI : des avions d'assaut Sukhoi dispersent les extrémistes


"Des pilotes irakiens sur des avions d'assaut Sukhoi de fabrication russe ont porté les premières frappes contre les positions de Daesh (acronyme arabe de l'Etat islamique) près de Yathrib, à 80
km au sud de Tikrit, faisant les extrémistes quitter cette région", a indiqué la chaîne se référant à une source militaire.


Les forces de sécurité irakiennes mènent depuis mercredi une opération au sud de Tikrit.


L'Irak a reçu fin juin le premier lot de dix avions de combat Sukhoi achetés d'urgence à la Russie pour lutter contre le groupe Etat islamique. Les autorités irakiennes ont décidé de commander
des avions en Russie suite à la décision des Etats-Unis de repousser sine die la livraison du premier lot de chasseurs F-16, initialement prévue pour le début de 2014.


http://french.ruvr.ru/news/2014_12_25/Irak-EI-des-avions-dassaut-Sukhoi-dispersent-les-extremistes-9812/


 


Le Canada s'apprête à élargir son rôle dans la guerre au Moyen-Orient


Les médias ont récemment confirmé que le gouvernement conservateur du Canada se prépare à élargir de façon significative le rôle des Forces armées canadiennes (FAC) dans la nouvelle guerre menée
par les États-Unis au Moyen-Orient.


Selon un rapport de la CBC, le gouvernement du premier ministre Stephen Harper «travaille avec fébrilité à préparer les avions de combat canadiens pour frapper des objectifs à l'intérieur de la
Syrie».


Apparemment, l'une des raisons de cette hâte est le manque d'«objectifs» en Irak. Dans un article publié jeudi, le National Post droitiste se plaint que la demi-douzaine d'avions de combat canadiens CF-18
déployés au Moyen-Orient par Ottawa «sont la plupart du temps sur le tarmac».


Source et suite : http://www.wsws.org/fr/articles/2014/dec2014/isis-d05.shtml


Il n’y a qu’une demi douzaine d’avions, et l’OTAN n’arrive même pas à leur trouver des objectifs quand la guerre contre EI fait rage soi-disant si on en croit la pensé unique ! …
l’OTAN ne fait pas la guerre à EI ! Le Canada va donc attaquer les
syriens ! ! ! CQFD


 


Italie. Le Sénat autorise l’intervention militaire italienne en Syrie. Et révélations sur les liens EI -
OTAN.


Info Démocrite. La
Commission affaires étrangères au Sénat, dans une résolution sur la Syrie (Doc. XXIV, n° 43), a engagé le gouvernement à « soutenir par tous les moyens, y compris militaire, l’action de la
coalition internationale »: en d’autres termes, elle a autorisé (avec un vote favorable PD-Pdl et un vote opposé du Sel et 5Stelle (NDLR : des partis politiques italiens) une intervention militaire
directe de l’Italie en Syrie.


La crise syrienne déclare la prémisse approuvée - par contre aussi par Sel et 5Stelle- s’est transformée en guerre civile « à cause de la responsabilité claire et reconnue du régime du
président Assad », créant « le terrain idéal pour le renforcement de l’extrémisme fondamentaliste armé, en particulier de celui de Daesh » (Emirat islamique) qui constitue
aujourd’hui « une menace à l’intégrité territoriale des pays de la région, en plus d’être une des plus grands défis contemporains à la sécurité, à la démocratie et à la liberté ».


Ce sont en réalité les Etats-Unis et les alliés majeurs de l’Otan qui ont financé, armé et entraîné en Libye en 2011 les groupes islamistes jusque peu de temps auparavant définis comme
terroristes, parmi lesquels les premiers noyaux du futur EI. Ils ont été approvisionnés en armes à travers un réseau organisé par la Cia (comme l’indique une enquête du New York Times en mars
2013) quand, après avoir contribué à renverser Khadafi, ils sont passés en Syrie pour renverser Assad ; ce sont, encore, les USA et l’Otan qui ont favorisé l’offensive de l’EI en Irak (au
moment où le gouvernement al Maliki s’éloignait de Washington, en se rapprochant de Pékin et Moscou). De nombreuses preuves existent &agrav