Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Citation archi-célèbre de Staline, vraie ou fausse? enfin la réponse !

10 Juin 2020 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Front historique, #Russie, #Ce que dit la presse, #GQ

 

Il y a six ans, le 1er janvier 2014, Réveil Communiste proposait au public une sorte de concours :

Staline a-t-il déclaré, oui ou non, que "la mort d'une personne est une tragédie, mais que la mort d'un million de personnes est une statistique", et si oui, quelqu'un est-il capable d'informer sur le contexte et de fournir les références exactes de la citation?

Dans le cas où personne ne saurait la retrouver avec précision, nous la rangerions parmi les foisonnantes légendes urbaines colportées par la propagande anticommuniste.

 

Au 11 janvier 2014, aucun lecteur de ce blog n'avait pu donner la référence de la citation. Interrogé sur la question, le biographe trotskyste de Staline, JJ Marie, peu suspect de sympathie pour le personnage, doutait fortement de son authenticité.

Il ne s'agit pas d'une vaine question d'érudition historique, puisque la citation est reprise en écho par tous ceux qui veulent dépeindre Staline comme un tyran cynique et sans principes, et étendre ce jugement par extension à l'ensemble du mouvement communiste qu'il dirigea de fait entre 1926 et et 1953. Cette citation plus que douteuse n'est pas sans rapport non plus avec l'inflation délirante sous la plume des historiens bourgeois du nombre des victimes de la répression en URSS, en ce qu'elles donne une certaine crédibilité psychologique à des évaluations multimillionnaires parfaitement ridicules !

Aujourd'hui (25 mars 2020), une réponse est enfin parvenue dans un post signé Thalie :

c'est Kurt Tucholsky qui attribue cette phrase a un diplomate français dans son essai Französischer Witz écrit en 1925. "Darauf sagt ein Diplomat vom Quai d'Orsay: "Der Krieg? Ich kann das nicht so schrecklich finden! Der Tod eines Menschen: das ist eine Katastrophe. Hunderttausend Tote: das ist eine Statistik!"

 

Et voilà ! CQFD

Pour en savoir plus :

Staline, histoire et critique d'une légende noire

De qui Staline est-il le nom?

Staline et la révolution

 

PS Une autre question est toujours au concours. Quand, à qui et et dans quelles circonstances Staline aurait-il ainsi ironisé stupidement : "le Vatican, combien de divisions?"

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Thalie 25/03/2020 17:49

c'est Kurt Tucholsky qui attribue cette phrase a un diplomate français dans son essai Französischer Witz écrit en 1925. "Darauf sagt ein Diplomat vom Quai d'Orsay: "Der Krieg? Ich kann das nicht so schrecklich finden! Der Tod eines Menschen: das ist eine Katastrophe. Hunderttausend Tote: das ist eine Statistik!"

Réveil Communiste 25/03/2020 17:52

Enfin une réponse circonstanciée au bout de 6 ans ! merci

Leila 04/11/2019 21:58

Attribuer cette citation à Staline, qu'il l'ait vraiment dite ou non, n'est pas fait pour le discréditer. On appelle ça du second degré ... de l'ironie ... du cynisme ou comme vous voulez. On ne rend pas Staline coupable de quoi que ce soit, on tourne en dérision l'impact qu'a la mort d'une personne, qui nous afflige énormément et tout le tralala, les larmes, le deuil ..., comparé à l'impact de la mort d'un million de personnes, qui n'est qu'une simple statistique, dont on se fout royalement, juste bon à parler aux infos, et qui a la limite ont moins d'importance que les dégâts matériels : on est plus nombreux à chialer l'incendie de notre-dame qu'à prier pour les Syriens qui crèvent sous les bombes. Bref, arrêtez de dire qu'on essaie de cracher sur Staline, tout le monde sait qu'il a fait des atrocités, au bout d'un moment faut arrêter : tu marques pas l'Histoire si t'es un bisounours. Les cerveaux aussi vous vous les partager ?

GQ 04/11/2019 22:05

Je ne vois pas ça comme ça mais c'est peut être le cas. En tout cas, la citation lui est attribuée pour le discréditer.

Quant à partager les cerveaux, c'est le meilleur moyen de les multiplier.

CN46400 05/01/2018 15:56

J'en propose une autre, bien réelle, qui dit quelque chose du goulag...

" A Moscou et aux Cdes Kaganoviich et Molotov,
Le manque de main d’oeuvre, les possibles départs en masse vers les travaux des champs, peuvent mettre en péril le travail de construction de Magnitogorsk. Il faut donc disperser les condamnés dans les villages et les différents secteurs de l’énorme chantier et ainsi cela ne sautera pas aux yeux. Cela permettra de soulager, ne serait-ce qu’en partie Magnitogorksk. Je demande à ce que l’on autorise l’utilisation de 15 ou 20 000 condamnés sur ce chantier. Ordjonikidzé est d’accord. (Sotchi 14 juillet 1932, Staline)".

Réveil Communiste 05/01/2018 17:55

A la même époque (et que je sache encore aujourd'hui) les condamnés américains enchaînés réparaient les routes. Ce que cette citation prouve, c'est le caractère exceptionnel du recours au travail forcé sur les grands chantier du plan, puisqu'il faut une décision du plus haut niveau pour l'utiliser.

GQ 17/10/2014 07:12


Il est logiquement impossible de prouver que quelque chose, une citation par exemple, n'existe pas, mais c'esst à ceux qui affirmenet qu'elle existe d'en apporter lapreuve. Pour le moment, il ne
l'ont pas fait, et au bout d'un an on peut donc dire que l'affaire est close

GQ 16/01/2014 11:06


Une brève recherche sur Wikiblabla place la citation sur le vatican soit en 1935, face à Pierre Laval, soit en 1944 face à Churchill. Les mémoires de Churchill ne sont pa une source fiabl en
lamatière, évidemment. On dit aussi que Staline aimait replacer ses plaisanteries.


Pie XII lui aurait dignement rétorqué "mon fils Joseph rencontrera mes divisions au ciel". En ce cas ils seront deux.


Une autre question au concours : à quelle date les socialistes sont-ils entrés dans la résistances?