Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

De qui "Staline" est-il le nom?

4 Septembre 2021 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Front historique, #Théorie immédiate, #GQ, #Russie, #lutte contre l'impérialisme, #Mille raisons de regretter l'URSS

De qui "Staline" est-il le nom?

L'été dernier a vu la diffusion internationale du film de propagande "l'Ombre de Staline". On constate ainsi l'actualité du principal dirigeant soviétique qui fait encore aujourd'hui l'objet d'attaques quotidiennes de propagande, 68 ans après sa mort !

 

Le blog œuvre pour la réhabilitation de Staline, on ne va pas le cacher. Qu’est ce que ça signifie ? Une posture de provocation ? Du paradoxe ? Un positionnement extrémiste ? Un aveuglement idéologique ?

 

Ça ne signifie rien de cela. Non pas choquer, mais rétablir la raison et la vérité, ou lorsqu’elle est devenue inaccessible par la sédimentation séculaire de mensonges, démasquer les incohérences de la propagande dans le discours des médias et des institutions.

 

Ça signifie que sur la plupart des problèmes que Staline a affronté, dans les choix qu’il a fait et dans les circonstances concrètes où ils ont eu lieu, à l'époque où il agissait, il a eu raison. Et ses contemporains en étaient bien d’accord, y compris ses adversaires, qui étaient bien conscients qu'ils auraient fait de même que lui s'ils avaient été placés dans sa position et qui ne croyaient pas un mot des affabulations de leurs propres médias, contrairement au jour d’aujourd’hui.

 

Ça signifie aussi que la plupart des choses que l’on raconte, que l’on colporte, et que l’on croit savoir sur Staline sont fausses. Il s’agit sans doute du personnage historique le plus diabolisé de l’histoire. Non qu’il ait été un enfant de chœur, ça non, mais qui voudrait d’un enfant de chœur dans cette fonction ? Et pas davantage un saint, on sait d’ailleurs ce que ça donne, un saint au pouvoir, avec notre Saint Louis national pourfendeur d’hérétiques.

 

Ça signifie que Staline a été un véritable dirigeant politique, comme Lénine avant lui, mais plus représentatif du chef politique à l’état pur que Lénine, qui avait pour lui une autorité intellectuelle de théoricien hors du commun et une influence directe de sa voix sur les masses, comparable à celle de Fidel.

 

Staline est dans le rôle ingrat de celui qui doit consolider les positions acquises au moment où l’enthousiasme retombe et où les frustrations s’enveniment, celle d’un Maduro qui succède à un Chavez. Et ce rôle, on ne peut pas le jouer à genoux à la Justin Trudeau.

 

Nous qui voyons nos leaders charismatiques se dégonfler et rétropédaler à l'approche du pouvoir, aujourd’hui les Sanders, Mélenchon, Corbyn, ou trahir en rase campagne comme Tsipras, il faudrait qu'on réfléchisse un peu à ce que c'est vraiment qu'un chef politique compétent pour le prolétariat, et quel rôle on lui fait jouer et quel portait on fait de lui dans les médias bourgeois dès qu’il a été repéré. Il n’y a pas d’alternative ! Un Trotsky uchronique parvenu au pouvoir à la place de Staline, à supposer qu’il ait été sincèrement attaché à la révolution, aurait agi comme un Staline, ses actions auraient été interprétées et déformées comme celles de Staline,  et il aurait mérité dans les médias bourgeois la même réputation que Staline.

 

Les dirigeants populaires qui ne sont pas des pantins ou un produit de marketing se retrouvent dans une région idéologique d’atmosphère raréfiée où les critères de morale habituels ne s’appliquent plus. Ça ne sert tout bonnement à rien de se poser la question de leur bonté. Leur bonté ou leur méchanceté ne sont plus que des signes envoyés à leurs partisans et à leurs ennemis. C’est le cas aussi de tous les dirigeants importants des autres classes qui jouent dans une partie sans règle où tous les coups sont permis – ou, plus exactement, où les règles changent sans cesse, et ce qui permis aussi. Ce qui caractérise le pouvoir politique, c’est qu’il est le lieu de la transgression. Transgression misérable des sous-fifres et des opportunistes : corruption, harcèlement sexuel, abus et tyrannie, transgression fondatrice pour les grands personnages « qui font passer l’esprit à cheval » comme Hegel l’a dit de Bonaparte.

 

Staline est un des seuls dirigeants du prolétariat dans l’histoire qui se soit élevé à cette hauteur, à la capacité d’action, et à la liberté d’initiative qui sont naturelles et habituelles pour tout grand homme de la bourgeoisie, pour tout chef féodal ou tout homme de cour habile et courageux des Temps Modernes, qui se sont placés par leurs fonctions au dessus du bien et du mal. C'est un des très rares représentants des opprimés "qui joue dans la cour des grands".

 

C’est un des seuls qui aurait tenu le choc dans des circonstances comme celles des guerres civiles romaines du Premier siècle avant notre ère, des Guerres de Religion (1562 à 1598), de la Fronde (1648 à 1653) telle qu’elle est racontée par le cardinal de Retz, ou qui aurait pu affronter le roi de Prusse Frédéric le Grand sur les champs de batailles européens au milieu du XVIIIème siècle, sans parler du Napoléon de la campagne de Russie de 1812, comparaison qui s’impose pour le commandant en chef de l’armée soviétique qui repoussa l’invasion de la Wehrmacht, puis écrasa le IIIème Reich de juin 1941 à mai 1945.

 

Staline n’est ni plus ni moins terrible que César, Auguste, Henri IV, Marie Thérèse d’Autriche, William Pitt, Cavour, Bismarck, Disraeli, Clemenceau, ou que ses alliés et rivaux Roosevelt et Churchill. Il est plus terrible que Léon Blum, ça oui ! Et que De Gaulle, qui était pourtant assez méchant.

 

Il y a une différence entre agir au niveau individuel et local, et agir dans le vide à l’altitude où tout est possible et où le danger vient de toutes les directions, dans les postes de grande responsabilité et de direction stratégique, et pour nous qui ne connaissons pas directement le vécu de ces responsabilités, on ne peut en comprendre qu’indirectement leur fonctionnement et la mentalité qu’elle exige. On ne peut que juger sur les résultats.

 

Les anticommunistes qui sont encore a donner le ton dans la culture, et je pressens pour peu de temps maintenant, nous disent que Staline est plus terrible que Hitler. Et bien, encore heureux !

 

L’histoire des classes exploitées et des peuples opprimés abonde en martyrs et en rebelles romantisés mais vaincus. La Révolution d’Octobre l’Union Soviétique et la République Populaire de Chine ont brisé cette fatalité. Si Staline était conforme à la représentation horrifique que l’on nous a inculquée, ce serait un Pougatchev ou un Spartacus au pouvoir, et ce serait déjà pas mal. Mais il n’est évidemment pas cela. S’il ressemble à quelqu’un ce serait plutôt à Luther, créateur énergique et rustre d’un nouveau monde, jusque dans l’effroi provoqué chez les intellectuels contemporain de voir l'esprit mis en pratique.

 

Mais bien entendu, tout ça, on ne nous l’a pas appris à l’école ou à la télévision. On nous a menti et baladé tout le long de notre vie sur Staline et sur l'URSS! Le traitement du Venezuela dans nos médias nous donne la clef de déchiffrement des discours délirants accumulés sur l’URSS et sur ses dirigeants.

 

Le vrai crime de Staline, c’est d’avoir été à la tête d’un mouvement du prolétariat qui a été pour la première fois étendu au monde entier et qui a provisoirement, l’espace de deux ou trois générations, vaincu la bourgeoisie sur une grande partie de la planète, et d’avoir semé les graines de sa ruine prochaine et totale.

 

GQ, 25 avril 2020, relu le 27 juillet 2020

 

PS

Lire sur la question Losurdo : Staline, histoire et critique d'une légende noire (Aden, 2011), et la Note de lecture de GQ

Pourquoi nos mauvais dirigeants sont-ils aussi mauvais? En ce qui concerne le cas de Léon Blum, ce chef lamentable, son leadership timoré et incompétent empêtré dans des scrupules intempestifs au moment du Front Populaire et de la Guerre d'Espagne laisse la place après la Libération à une action tout à fait déterminée d'agent des intérêts des États-Unis dans la mise en place des conditions de la Guerre froide. Il avait déjà montré son expertise contre-révolutionnaire en 1920 en organisant la scission au Congrès de Tours. Certains hommes de gauche pathétiques se révèlent d'excellents politiciens quand ils changent de camp.

Pour aller plus loin : Staline et la révolution

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 11/09/2021 10:40

Staline : "le socialisme dans un seul pays"

Trotsky : "le socialisme dans aucun pays"

CN46400 09/09/2021 15:45

La critique de Staline qui reste sur "la fin justifie les moyens" ne vaut rien puisque l'échec était au bout du bout (1991).
Plus intéressante est celle qui repose sur la question stratégique de fond posée par Kaustky dès octobre, à laquelle Lénine réponds en mars 1918, six mois, à peine, après: le capitalisme d'état ! Et après la guerre civile par la NEP en disant: "nous avons assez de pouvoirs, mais pas assez de savoirs qu'il faut négocier avec les capitalistes occidentaux"
Lénine tenait les deux bouts de la chaîne, quand il dit que "le socialisme c'est les soviets plus l'électricité" il sait que la clef du succès gît dans le "développement des forces productives', jusqu'à concurrencer sur ce terrain, le capitalisme le plus développé.
Staline, quand Lénine disparaît, fait un autre choix, qui plaît aux jeunes et fougueux communistes qui sortent de la guerre civile, celui de l'autarcie, du volontarisme, celui du "socialisme dans un seul pays" et qui prétend négliger l'accumulation du capital réalisée par les capitalistes occidentaux en particulier. L'échec de l'URSS est, tout entier dans ce choix. Comme les révolutions, les contre révolutions démarrent toujours sur un échec économique. En 1991 l'URSS accumulait les pénuries en tous genres, notamment de produits manufacturés, et le peuple le savait.
La critique de Staline qui, en 2021, ne parle ni de la Chine, ni de Deng Xiao Ping, ne peut être que subjective et ne vaut guère plus que le papier qui la porte.

CN46400 11/09/2021 09:07

Kroutchev, Brejnev et consort faisaient parti des jeunes communistes convoqués par Staline pour troquer la NEP, déclarée dépassée, contre le "socialisme dans un seul pays", qui survivra à toutes les adaptations jusqu'en 91.

Réveil Communiste 09/09/2021 15:58

Pourtant, l'économie soviétique de la génération stalinienne a réussi de manière incontestable le développement et le rattrapage accéléré du pays, qui lui ont permis de faire face aux agressions hitlériennes et américaines ! les problèmes structurels de l'économie soviétique sont apparu après la mort de Staline, au moment où Khrouchtchev a tenté de copier la société de consommation occidentale tout en démoralisant la population en ruinant la légitimité du socialisme.

jo nice 05/02/2021 11:41

Cette article est juste superbe!
Je le relis de temps à autre.La comparaison avec le Venezuela est très bien vue. STALINE est le symbole ultime de la révolution qui se donne les moyens de ses ambitions. Un fils de serf qui détruit le système qui l'a asservi, lui et les siens.
Je me doute que c'est pas facile à assumer.Vous êtes courageux!

CN46400 11/09/2021 09:01

Kroutchev, Brejnev et consort faisaient partie des jeunes qui avaient suivi, et parfois précédé, le choix de Staline d'abandonner la NEP, déclarée dépassée, pour le "socialisme dans un seul pays".....

IMBERT OLIVIER 13/12/2020 00:58

soit c'est en effet un point de vue uchronique, qui est toujours nécessairement lié à la défense-juste pour moi- d'un nom propre issus d'ailleurs des noms d'emprunt de Dougachvili, Oulianov et Bronstein...des luttes de classes et affrontement guerrier de masse à l'échelle mondiale...mais l'inconvénient de l'uchronie en histoire politique contemporaine et donc aussi originale ou chronique journalistique en temps et à l'aveugle(s)- pour reprendre le juste point de vue hégélien qui n'est pas celui du maître d'école en hussard noir radsoc des trous de serrure de la moralité bourgeoise- c'est qu'elle n'a pas à être édifiante seulement! C'est pourquoi il serait important de dire, je crois avec un style d'article d'espèce(im) ou style presse, que ce dont le stalinisme peut être le nom c'est comme le maoisme la castrisme ou le -dit-on ho chi min hisme??? ou dit-on le lumundisme - ou le chavisme après le bolivarisme ainsi que le nassérisme... le nom des victoires du comintern/cominfrom et donc les luttes de libérations nationales anticolonialistes et anti-impérialistes, et cela avant le non alignement dont Tito et Castro après la mort de Staline.. enfin aussi le nom de l'autocritique du 20° congrès du PCUS et de l'affrontement au sein du stalinisme entre les lignes (tel en chine l'affrontement de lignes non terminé heureusement pour les communistes organisés, et aussi d'ailleurs partout où existe un communisme significatif dans le marquage de l'histoire politique et sociao-économique contemporaine de moyenne durée, qui au fond n' a pas eu la même suite en histoire réfléchie et donc non contemporaine et chroniques journalistiques en service de l'histoire pragmatique et monumentale du communisme en longue durée mondiale politiquement, seule alternative, non plus en raison de l'évolution des majos ou blochos, et des minos ou menchévicks,- non plus donc à l'union du social et démocratique du 19°siècle défini par Marx en 1848 dans les luttes de classe en France, disons/écrivons vaguement-, mais du libéralisme parlementaire et du démocratisme national social ou phalangiste et fasciste en cas de nécessité de défense de la bourgeoisie.. Le prince moderne à traiter tel Télémaque en pragmatique au sens hégélien et non kanto-fichtéen, c'est le prolétariat mondial, qui a eu des césar des tribuns alors qu'il n'en veut pas et que la bourgeoisie lui en impose encore.

Ivan 22/08/2020 12:59

"Un Trotsky uchronique parvenu au pouvoir à la place de Staline, à supposer qu’il soit sincèrement attaché à la révolution agirait comme un Staline, ses actions seraient interprétées et déformées comme celles de Staline, et il mériterait dans les médias bourgeois la réputation de Staline." Bravo, c'est ce que j'en pense depuis des décennies, merci !

Ivan 13/02/2021 16:45

Si il faut autant de temps pour la reconnaissance des mérites de Jossip que pour ceux de Robespierre, on n'est pas sortis de l'auberge, ceci dit, totalement d'accord avec l'article. A proposd e dirigeants qui ont "tenu le choc" et tenu la dragée haute à l'impérialisme, tu aurais pu citer l'oncle Hô, Le Duc To, Giap et toute la direction Vietnamienne de la guerre.

Réveil Communiste 22/08/2020 15:37

Et d'ailleurs, en remilitarisant l'armée rouge et en écrasant la révolte de Kronstadt, il l'a prouvé !