Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Il faut virer le soldat Dartigolles...

11 Janvier 2009 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Ce qui ne peut plus durer au PCF

Cette vidéo, suivie de mes commentaires, date de mars 2008, soit un peu moins d'un an. Je l'exhume au moment où O.Dartigolles s'apprête à poursuivre son rôle de porte parole, car décidément, "il faut changer l'image du parti";
Au secours.
AQ







iTélé : Olivier Dartigolles le 30mars 2008
envoyé par CN-PCF


Olivier Dartigolles était l'invité du journal d'I TV le 30 mars, pour parler du prochain congrès (en esquivant les questions qui fâchent, genre "mais le ps, c'est toujours votre allié naturel oui ou non?"), de l'actualité politique (retraites), et du renouvellement de la candidature de MGB au poste de secrétaire national.
J'ai lutté pour regarder la vidéo jusqu'au bout, partagée entre le rire, la honte et le desarroi. Franchement, comment ce... jeune homme (restons polis) qui est incapable de former, ne serait-ce qu'UNE seule phrase qui ait un sens, peut-être porte-parole du Parti Communiste Français?
Morceaux choisis:

- A la remarque du journaliste - qui tape là où ça fait mal- :"On a l'impression d'entendre la même chose depuis dix ans!", voici la réponse de Dartigolles: "Non! et je vais vous expliquer pourquoi (ahhh...il va nous expliquer pourquoi....attention, attention...). Nous avons un programme, un projet politique (...) Nous parlons souvent d'une visée, en voie, là, dans la stratosphère (
?), souvent on n'est pas compris "(ah, ça, on se demande bien pourquoi, tiens!) Vous y avez compris quelque chose, vous?

- des envolées tartignolesques: "Ma foi, Marie-George Buffet c'est une autorité politique pour rassembler, pour donner (
?) c'te feuille de route (...) J'ai la chance de travailler avec Marie-George Buffet (ah oui, quelle chance, vraiment!) (...) Je souhaite à la gauche (roulements de tambours...ratatatatam...attention...accrochez vous à votre siège).. d'avoir des dirigeants du niveau de Marie-George Buffet. (poin poin poin poin...et il dit ça avec le plus grand sérieux du monde!)

-
des hyperboles: "Elle (MGB) a beaucoup beaucoup (parcequ'un seul "beaucoup" ne suffit pas)  participé au renouvellement des dirigeants nationaux", "Marie-George buffet a  a beaucoup beaucoup (je dirais même plus: beaucoup, beaucoup, beaucoup) aidé au fait d'ouvrir les postes aux jeunes dirigeants"

- des imbécilités de la novlangue gôchepop: "Ce qu'il faut c'est une ambition forte autour d'un projet" (mais encore...
) , "la gauche peut-elle se rassembler pour changer la vie (les magasins Auchan aussi)

-
de grossières erreurs: "Sebastien Jumel a été réélu brillament"

- O.D répond à côté des questions du journaliste au sujet de la création d'une nouvelle force, avec un changement de nom. Mais le journaliste insiste ( "mais c'est pas un nouveau mouvement qui va se créer?). Dartigolles répond: "ce qu'il faut c'est une ambition politique forte à gôche en terme de projet et de contenu et il faut autour de ce projet une majorité politique à vocation majoritaire (
??????), donc oui (un tout petit oui prononcé tout bas mais je l'ai clairement entendu ). Mis à part que cette phrase n'a ni queue ni tête, Dartigolles lâche le morceau!

La méthode de Dartigolles: noyer le poisson avec une belle tirade en langue de bois, pour éviter de trop se mouiller avant le congrès, mais derrière l'épaisse langue de bois on voit bien où il veut en venir: il faut une nouvelle force composée de socialistes, de communistes, et pourquoi pas de gens "issus du mouvement social" (j'ai jamais compris ce que c'était). Lorsque le journaliste évoque la trahison du PS de Seine-Saint-Denis, Dartigolles se défile en insistant sur les merveilleux rassemblements avec le PS (comme si ça pouvait contrebalancer les trahisons) partout ailleurs.
Dartigolles croit qu'en terme de projet politique il suffit de balancer 4-5 fois le mot "projet" et ça suffit. Derrière les mots magiques de "projets", "programme", feuille de route", il y a un vide sidéral...et sidérant. Au lieu de s'atteler à la reconstruction du PCF (un PCF marxiste, combatif, révolutionnaire et dé-mo-cra-ti-sé) Olivier Dartigolles se réjouit qu'au PS, "le débat s'amorce".
Dartigolles and co nous préparent un mauvais remake de la gauche plurielle...il va falloir être très attentifs et ne pas se laisser faire, si on veut pas finir comme le parti communiste italien.

Sur ce, bon visionnage! et ne cassez pas votre ordi...

Astrée Questiaux.08/04/2008


Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles questiaux 11/01/2009 19:11

OD quel flagorneur! Marie George par ci, Marie George par là. Comme elle a dit elle!Mais pour le moment nous avons les dirigeants que nous méritions : ceux qui parmi nous on voté le texte 1 en pensant défendre le parti sont renvoyés à leurs illusions, ceux qui se sont défoulé en votant le texte 2 sont renvoyé à leur gauchisme, et nous qui avons soutenus le texte 3 nous devons faire une autocritique sans complaisance : quand on a raison il ne suffit pas de figurer, on a le devoir de vréer les conditions de la victoire.

gilles questiaux 09/04/2008 17:07

Dartigolle s'embrouille et se ridiculise quand le journaliste lui oppose les analyses défaitistes de Martelli, parce qu'il serait obligé de comparer le résultat des cantonales avec celui de Marie George Buffet, son "autirité morale" (il la prend pour Mère Théresa ou quoi?) et donc d'arrêter de lui cirer les pompes.

Jonathan 09/04/2008 07:32

Je ne souscris pas à l'idée selon laquelle la présence de nombreux "jeunes" dans les instances de directions serait le résultat d'un manque de cadres de qualité. Il s'agit seulement d'un choix politique, point. Un choix tournant le dos aux salariés, aux syndicalistes. En conférence fédérale en 2006, j'avais critiqué le choix de P. Bessac comme secrétaire départemental, parce qu'il n'a quasiment (?) jamais travaillé en dehors du PCF, et qu'il pouvait dès lors difficilement incarner un discours incarné concernant le monde du travail. Hormis le 15e qui a applaudi mon intervention, beaucoup de délégués m'ont descendu comme rarement au cours de cette conférence. Le choix il est là, politique, reflétant un constat sociologique à mon avis erroné et un choix idéologique "renouvelé" (la lutte des classes n'existe plus et l'émancipation passe par les questions sociétales).

gilles questiaux 09/04/2008 07:20

Organiser le renouvellement des générations est un moyen de se débarasser de ses rivaux potentiels. Mias le vrai problème, c'est que ces jeunes loups ne sont pas communistes. Quelque soit la définition qu'on donne du terme. Un type qui va à la télé pour expliquer qu''il n'a pas de projet, il est quoi? "nulliste"?

Emmanuel Lyasse 09/04/2008 00:18

Une précision:quand je parlais de la gôche, c'était bien sûr Dartigolles compris, et tous les autres. Ce qui est intéressant, c'est cette façon de proclamer que ce machin dont il se revendique et hors duquel il ne voit pas d'avenir pour les communistes n'a pas de projet.À part ça, je ne qualifierais pas le renouvellement de générations par promotion d'incapables qui n'ont jamais milité qu'a connu le PCF de méthode de "stal". Ça me semble historiquement faux, sauf bien sûr si on adopte la nomenclature trotskiste ("j'appelle stal tout ce que je n'aime pas").Je crois que ça doit être compris, au moins en partie, comme la conséquence d'un grand vide. Si on enlève tous ceux qui sont passés à l'opposition, et tous ceux qui se sont tirés sur la pointe des pieds (compris certains d'ailleurs qui avaient été des enthousiastes de la mutation au départ), sans compter tous ceux qui veulent bien être élus, mais non se compromettre dans des postes d'appareil, il ne reste plus grand-monde. D'où des Dartigolles, des Brossat, des Bessac.Personne ne peut me soupçonner d'avoir de la sympathie politique pour Henri Mahlberg, dont la responsabilité est lourde dans les renoncements du PCF. Mais, côté compétence, une fédé qui passe en douze ans de Mahlberg à Bessac montre qu'elle a un problème majeur au niveau des cadres.