Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Georges Gastaud (PRCF) analyse le résultat du PCF dans le 62 et le 93

20 Mars 2008 , Rédigé par Réveil Communiste

Cette analyse défend une des options possibles de reconstruction du PCF de l'extérieur. Réveil Communiste dans son ensemble favorise quant à lui la lutte interne en vue du prochain congrès. Le PCF tel qu'il existe est un espace structurant qui évite la dispersion des forces. Il est certain que dans des zones où le PCF est historiquement très implanté, des résultats peuvent être obtenus hors du PCF officiel sur une ligne de gauche, comme aussi Gremetz dans la Somme. Mais les groupes extérieurs divers se heurtent rapidement au problème de la gestion de leur propre diversité, tandis que dans le PCF, le groupe dirigeant joue un role fédérateur... contre lui-même!

 

 

Alors que l'UMP essuie une défaite retentissante et que le PS tire à nouveau les bénéfices quasi-exclusifs de la prétendue « union de la gauche », le PCF subit un nouveau recul historique. Même s'il enregistre çà et là des succès (Dieppe, Nord...), il recule lourdement dans nombre de bastions, notamment dans le Pas-de-Calais et en Seine-St-Denis où l'« allié » PS lui dérobe la direction du département pendant que la « verte » Voynet s'empare de Montreuil, la ville de Jacques Duclos.

1°) Dans le Pas-de-Calais, le PCF perd deux bastions historiques, Calais et Harnes, la ville de Charles Debarge, le «Fabien » du Bassin minier.

Certes on peut incriminer le rôle du FN à Calais où la droite a bénéficié du désistement de fait de l'extrême droite. Il n'en reste pas moins qu'au 1er tour, Jacky Hénin, « l'homme fort » de la Fédé PCF du Pas-de-Calais, le défenseur minoritaire de la mutation de R. Hue dans les années 90, avait perdu dix points sur le 1er tour de 2001. Le maire de Calais perd sa ville, historiquement très ancrée à gauche et qui a massivement voté contre la Constitution européenne en 2005, alors même que le PS figurait sur sa liste dès le 1er tour et que pour obtenir cela, la Fédération 62 du PCF avait mangé son chapeau en acceptant un accord d'union de la gauche dès le 1er tour dans tout le département (à l'encontre de toutes ses traditions !) !

A Harnes, même s'il est désolant que la mairie passe au PS en obtenant certaines voix d'extrême droite au second tour, l'ex-maire Y. Druon doit d'abord s'en prendre à lui-même, à son autoritarisme, à son orgueil, à ses exclusives, à sa chasse aux sorcières contre le PRCF, à sa politique franchement non communiste.

La chute de ces deux maires, qui n'ont cessé de harceler la Coordination communiste du PCF, puis le PRCF, est une grave défaite pour la direction fédérale du Pas-de-Calais qui a rallié sans le dire la direction nationale réformiste du PCF sous la pression des deux maires battus le 16 mars. La Fédération 62 a aussi enterré la revendication de souveraineté nationale pour adopter le slogan social-démocrate de « l'Europe sociale ». Tout en se réclamant pour « l'image » de « l'opposition de gauche », la direction du PCF-62 a intégré l'exécutif national du PC mutant, ce qui signifie clairement qu'elle est co-responsable de l'orientation catastrophique du PCF national.

L'actuel naufrage du PCF-62, qui recule aussi aux cantonales, était d'autant plus évitable que le PRCF 62, continuateur révolutionnaire du PCF dans plusieurs villes ouvrières du bassin minier, a obtenu d'excellents résultats partout où il a présenté ou soutenu des listes ou des candidats aux cantonales, à Liévin, Eleu, Bully, Lens. A Lens, le PRCF n'est pas pour rien dans la mise en ballottage du maire PS et dans l'émergence d'une alternative à gauche dans cette ville, où trois listes subsistaient sur la gauche du PS au second tour et où, aux deux tours, la liste soutenue par le PRCF a devancé celle présentée par le PC « officiel » et les trotskistes de Lutte ouvrière.

En Seine-St-Denis, le PCF a une nouvelle fois reçu le baiser de la mort du PS. A l'abri de la mascarade de « l'union de la gauche », le PS et ses satellites « Verts » sont montés à l'assaut des vieilles mairies communistes d'Aubervilliers, de Montreuil, et du conseil général communiste de Seine-St-Denis. Sans honneur et sans dignité, la direction nationale mutante du PCF s'est refusée à prendre la moindre mesure de rétorsion contre son pseudo-« allié » alors même qu'à Blanc-Mesnil, où M.-G. Buffet figurait sur la liste du PCF, le PS a tenté de faire chuter le maire PCF ! Comble du ridicule, le PCF 93 s'apprête même à intégrer la nouvelle direction PS de Seine-St-Denis : l'époux délaissé remercie l'amant miséricordieux de lui laisser tenir la chandelle !

Quoi d'étonnant à cela quant la direction du PCF a refusé de condamner l'alliances du PS avec la droite MODEM, laissant même le maire PCF d'Aubagne fusionner avec ledit MODEM pour sauver son fauteuil !

Décidément, l'« union de la gauche » sous hégémonie PS n'est qu'un rideau de fumée préparant une alternance de façade pour l'Europe maastrichtienne (on a vu de nouveau la collusion des députés de l'UMPS lors de l'adoption parlementaire de la constitution européenne bis), et un moyen de « plumer la volaille communiste »... avant de la désosser.

A cette stratégie faillie, quelle autre alternative possible que celle proposée par le PRCF d'un Front de résistance et d'alternative populaire (FRAP), d'un rassemblement populaire majoritaire visant clairement la rupture de la France avec l'UE, la reconquête de la souveraineté nationale, de nouveaux traités internationaux progressistes, l'union de lutte du peuple travailleur contre les monopoles capitaliste, leur pouvoir et leur Europe, avec pour horizon historique la lutte pour le socialisme.

Mais surtout, le PC mutant est victime de sa propre « autophobie » : depuis 76, le PCF a renié ses fondamentaux, marxisme-léninisme, centralisme démocratique, internationalisme prolétarien, ses principes stratégiques, rôle de la classe ouvrière, lutte révolutionnaire pour le socialisme, ses bases organisationnelles, cellules d'entreprise et liens avec le syndicalisme de classe. Désormais étroitement associé à l'U.E. par l'entremise du Parti de la Gauche Européenne de Bertinotti, le PCF s'apprête à renier son nom à l'occasion du congrès de décembre 2008.

Dans ces conditions, il est temps que les vrais communistes se regroupent, qu'ils restent membres du PCF ou qu'ils travaillent à reconstituer une organisation et une politique communistes indépendantes de la direction liquidatrice du PCF. Les vrais communistes doivent s'apprêter à continuer ensemble le communisme organisé dès janvier 2009, quitte à rompre dès aujourd'hui tout lien politique avec les naufrageurs qui usurpent encore provisoirement le noble nom du PCF de Cachin, Sémard, Thorez, W. Rochet et Marchais.

C'est à quoi les invite la Confédération d'Action Communiste présidée par Georges Hage.

Dès à présent, sur proposition du PRCF, la CAC a invité toutes les organisations vraiment communistes de France à s'adresser ensemble à toutes les forces progressistes politiques et syndicales pour leur proposer d'appeler en mai prochain, 40ème anniversaire des grèves de mai 68, à une manifestation nationale à Paris contre l'ensemble de la politique de Sarkozy, du MEDEF et de l'UE.

La C.A.C. propose également d'organiser en 2008, année du 160ème anniversaire de Manifeste du Parti communiste, une rencontre nationale sur « l'identité communiste »

De plus en plus haï par les salariés, les chômeurs, les étudiants, par tous les républicains, l'odieux régime sarkozyste, n'a rien d'invincible. Pour le vaincre et rouvrir à la France la voie du progrès et de la démocratie, notre peuple a besoin du regroupement des vrais communistes pour rompre avec les stratégies suicidaires, résister à la droite, sortir de l'Europe de Maastricht, rouvrir la voie du socialisme !

Communistes de France, unissons-nous pour unir notre peuple !

Georges Gastaud,
ancien secrétaire de la section de Lens du PCF,
ancien membre du comité départemental du PCF-62,
secrétaire national du PRCF,
membre du comité d'organisation de la Confédération d'Action Communiste.

Lens, le 19 mars 2008

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

gilles questiaux 21/03/2008 07:21

Le manque d'unité des antiliquidateurs du PCF a jusqu'à présent laissé les coudées franches au groupe dirigeant. Mais c'est en train de changer.