Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Contribution au débat sur les débats

31 Décembre 2020 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ, #Ce que dit la presse, #Positions, #Répression, #Impérialisme, #Qu'est-ce que la "gauche", #Mille raisons de regretter l'URSS

Contribution au débat sur les débats

 

L'inspiration de cet article provient d'une polémique apparue entre collègues de mon ancien établissement, au sujet de l'organisation d'une réunion non mixte. Polémique intéressante en soi, avec des arguments travaillés de part et d'autre, mais relevant de la première catégorie de débats définie ci-dessous : de toute manière quoiqu'il en résulte, ça ne va rien changer.


Sur la question elle-même, je n'ai rien à objecter à ce genre de réunion, et même si c'était le cas, je ne vois pas ce que je pourrais faire pour l'empêcher !

Après tout, les hommes et les femmes sont différents.

 

Presse et médias dans notre société capitaliste en déclin ne sont pas là pour nous permettre de nous exprimer, mais pour garantir dans la pseudo "opinion publique" une telle cacophonie, que les élites soient certaines qu'aucune idée surgie des masses ne pourra jamais les mettre en danger. Nous sommes donc encouragés à nous lancer dans des polémiques hystériques sur des questions de "société", en fait, d'idéologie. Et on sait depuis Karl Marx que dans la sphère de l'idéologie, en définitive il ne se passe rien.

Voici quelques exemples en vrac de polémiques mainstream, parfois passionnantes, mais où il est judicieux de ne pas s'enliser :

Le bien fondé du confinement, être "Charlie" ou pas, le voile à l'école, les réunions non-mixtes, les usages et les paroles de l'hymne national, le réchauffement climatique, la PMA pour tous, l'affaire Polanski, la chloroquine, l'écriture inclusive, le bien fondé du redoublement, le mariage gay, la statue de Colbert, la repentance pour l'esclavage, le colonialisme, ou la collaboration, les actions secrètes de l'État profond, le contenu de l'éducation sexuelle à l'école, les spectacles de Dieudonné, la réintroduction des ours et des loups, l'interdiction de la fessée, les caméras de surveillance, la montée du végétarisme, la dangerosité de l'islamisme radical, l'interdiction de la chasse et de la pêche, les péchés du mâle occidental blanc, la peine de mort, la laïcité, le danger des ondes, l'identité nationale, la maltraitance des animaux, la limitation de vitesse sur les routes, dire "madame" au lieu de "mademoiselle", les abus des trottinettes, le gluten, les éoliennes, l'interdiction du tabac, l'autorisation du cannabis, Adama Traoré, Adèle Haenel, et Greta Thunberg ! Pfff ...

 

Liste non limitative.

 

Ce qui caractérise ces polémiques, c'est que des participants de bonne foi peuvent s'y impliquer, dans chaque camp, et se persuader rapidement du caractère malfaisant et abject de leurs adversaires dans le dialogue de sourds qui s'ensuit (avec déjà un peu moins de bonne foi).

 

La bonne foi est par contre tout à fait absente des campagnes de propagande libérales, impérialistes, anti-chinoises, anti-russes, auxquels ne participent que des menteurs invétérés, des bourgeois haineux ou des naïfs peu excusables (ainsi les campagnes pour affubler de l'étiquette infamante d'antisémite tous ceux qui défendent les Palestiniens). On peut y joindre les campagnes officielles et mainstream d'intimidations contre les présumés ou prétendus "fake news".

 

Ne pas confondre les polémiques stériles avec les véritables antagonismes où il est possible de trancher scientifiquement dans l'intérêt de la classe ouvrière, comme sur le recul de l'âge de la retraite (non), l'usage de l'énergie nucléaire (oui), des vaccins (oui), l'immigration de main d'œuvre (non), l'euro (non), le droit à l'avortement (oui), les grèves de lycéens "pour le climat" (non), le bac national (oui), le Frexit de l'UE et de l'OTAN (oui), l'existence d'un complot russe pour faire élire Trump (non), ou les lois de Macron pour sanctuariser les agents de la répression (non), les Gilets Jaunes (oui). A mon humble avis.

 

Ici aussi, on peut prolonger la liste.

 

Ne pas confondre non plus avec les scandales politico-judiciaires, du type du Watergate ou de l'Affaire Dreyfus, qui - signe du déclin signalé plus haut - ne sont plus guère couverts par nos médias. Il y a, on l'oublierait presque, une Affaire Dreyfus mondiale en cours, l'Affaire Julian Assange, dans le silence assourdissant et pleutre des journalistes mais aussi de nos polémiqueurs professionnels ou amateurs.

 

D'ailleurs, l'affaire Dreyfus elle-même illustre dès l'origine des technologies de communication de masse les lourdes responsabilités de désinformation des médias bourgeois, car si elle provient d'un complot militaire, comme on le sait (les dreyfusards aujourd'hui seraient catalogués par les experts mainstream de la télé comme complotistes, et Dreyfus, comme Assange, resterait emprisonné), elle résulte plus encore d'une bulle médiatique antisémite. "L'Aurore" de Clemenceau n'étant que l'exception qui confirme la règle.

 

A propos, avez-vous entendu parler de George Ibrahim Abdallah? Combattant anti-impérialiste, prisonnier politique en France depuis 36 ans, libérable depuis vingt ans, il reste incarcéré par suite des pressions des États-Unis. Et de Mumia Abu Jamal, militant afro-américain maintenu trente ans dans le couloir de la mort? c'est tout de même curieux que ceux qui n'ont qu'antiracisme à la bouche ne mouftent rien sur ces deux cas bien précis ! Ni sur celui du plus ancien prisonnier politique au monde, également aux États-Unis, l'amérindien Leonard Peltier, otage de l'Empire depuis 1976 !

 

Bref, lorsqu'une polémique enflamme l'actualité et fait chauffer les réseaux sociaux, il est très important de savoir dans lequel des trois groupes sommairement définis ci-dessus il faut la classer. Du point de de l'intérêt de la classe ouvrière et de la cause du socialisme, s'entend.

 

Sinon, "jamais nous ne gagnerons tant de guerres"!

 

GQ, 14 décembre 2020

 

Ps : il y a donc quatre types de polémiques : la polémique sociétale stérile, la résistance aux campagnes de diabolisation médiatiques, marccarthystes et mensongères, la polémique critique contre les idées réactionnaires, antisociales, la polémique suscitée par les scandales policiers et judiciaires,

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GQ 14/12/2020 21:16

L'inspiration lointaine de cet article provient d'une polémique apparue entre collègues de mon ancien établissement, au sujet de l'organisation d'une réunion non mixte. Polémique intéressante en soi, avec des arguments travaillés de part et d'autres, mais relevant de la première catégorie : de toute manière quoiqu'il en résulte, ça ne va rien changer.

Sur la question elle-même, je n'ai rien à objecter à ce genre de réunion, et même si c'était le cas, je ne vois pas ce que je pourrais faire pour l'empêcher !

Après tout, les hommes et les femmes sont différents.