Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Benoît Quennedey, président de l'Association d'Amtié France Corée, en garde à vue sous accusation d'espionnage (sic!).

27 Novembre 2018 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Corée, #Répression, #Initatives et rendez-vous

La presse précise bien qu'il est accusé d'espionnage au profit "du régime dictatorial de la Corée du Nord"

La presse précise bien qu'il est accusé d'espionnage au profit "du régime dictatorial de la Corée du Nord"

Ce soir (lundi) , 20h30, point presse à la librairie Tropiques, 63 rue Raymond Losserand 75014 Paris,
 
suite à la perquisition au domicile de M. Benoît Quennedey, prédisent de l'Association d'amitié franco-coréenne (AAFC).
 
A l'heure actuelle, il est toujours en garde à vue, laquelle peut être prolongée de 24h en 24h. On saura ce soir vers 21h si la garde à vue est prolongée.
 
M. Benoît Quennedey a été arrêté à son domicile, à Paris, hier dimanche soir, au motif de "recueil et livraison d'informations à une puissance étrangère susceptibles de porter atteinte aux intérêts de la nation".
 
J'attends qu'on m'explique quels types d'informations un membre de la commission architecture du Sénat pourrait détenir.
 
Je précise que M. Benoît Quennedey a toujours milité pour l'amitié entre les peuples, à commencer par les deux Corée, puis entre celles-ci et le nôtre. L'association qu'il préside a été fondée en 1969. 
J'ai eu l'honneur de publier récemment son dernier ouvrage "La Corée du Nord cette inconnue" (éditions Delga, 2017) et je peux garantir que M. Quennedey met toutes ses compétences à apporter des informations non confidentielles sur la Corée du Nord, mais peu répercutées sur les médias et fort utiles, pourtant, à améliorer notre connaissance éclairée et pacifique de cette partie du monde.
Me tenant à votre disposition pour plus d'informations, 
 
Aymeric Monville, éditeur de Benoît Quennedey (éditions Delga)
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article