Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Soutien Donbass : Danielle Bleitrach sera le dimanche 14 septembre à fête de l'Huma au stand du Pas de Calais

4 Septembre 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Initatives et rendez-vous

 

Marianne et moi à la fête de l’Humanité dimanche au stand du Pas de Calais

Photo de South Front.
 

Il était prévu depuis longtemps que Marianne et moi nous assurerions un débat autour de l’Ukraine et des nouveaux rapports de force dans le monde à la fête de l’Humanité au stand du Pas de Calais. Nous avons discuté avec Marianne, je ne voulais pas venir à ce rassemblement, mais j’ai décidé et je vais vous expliquer pourquoi d’être pendant deux heures dimanche à partir de 11 heures au stand du Pas de Calais pour honorer l’engagement que j’avais pris avant les vacances. Je vais donc monter d’Aix-en Provence à mes frais pour aller seulement pour ces deux heures au stand du Pas de Calais et je repartirai aussi vite après le débat. Pourquoi ce choix, pour vous y rencontrer, vous tous qui m’avez témoigné une telle fidélité sur ce blog et parfois depuis tant d’années. Pas à moi, mais à une conception de l’engagement communiste, certains d’entre vous sont des amis désormais et l’idée de vous revoir, de discuter avec vous m’est une joie même si je vous verrai chez vous comme récemment les amis de Vénissieux et ceux du Tarn.

Marianne est -elle même adhérente dans la fédération du Pas de Calais. J’ai toujours apprécié cette fédération depuis le temps où j’étais membre du Comité central, elle a toujours su prendre ses responsabilités et dire ce qu’il y avait à dire sans pourtant être moins fidèle que d’autres à sa conception de l’unité des communistes. Je crois profondément qu’il faut dans les temps qui sont les nôtres pousser plus loin une telle conception, un de nos pires ennemi est la conception de l’infaillibilité des dirigeants, Cela mène à la paralysie, à l’absence d’initiative tout autant que les luttes de clans. Et ce la devient de plus en plus absurde. Que l’on ait peur de Staline ou que l’on vénère Fidel Castro, cela peut se comprendre, mais quand on adopte les mêmes attitudes à l’égard des dirigeants actuels, c’est incompréhensible. Certes on peut parler quand plus personne n’écoute. Le droit à la parole n’est rien quand jamais on ne soumet à la discussion les questions essentielles et que l’on nous fait nous perdre dans le secondaire des questions des luttes intestines. Le rôle des directions est de provoquer le débat sur la manière dont le parti peut être utile à la classe ouvrière, aux couches populaires, à notre pays, à la paix, à la solidarité internationale pour aider à l’intervention populaire.  Il faut ici comme partout reconstruire la démocratie en centrant nos débats sur des choix réels, ceux qui sont devant nous et pas seulement les alliances qui n’en sont que le résultat.

Notre malheureux pays, la France, traverse une des pires périodes de son histoire, jamais un peuple manqua à ce point de nécessaire perspective politique, de dirigeants, de forces politiques capables d’aider à son redressement. L’annonce hier de la soumission atlantiste, à l’OTAN, à l’UE, que représente la non livraison de navires à la Russie, alors même que l’on sait que le prétexte, l’invasion de la Russie est une sinistre comédie, le sacrifice des intérêts une fois de plus des travailleurs des chantiers à ce leurre, montre jusqu’où la France est tombée. Le vaudeville présidentiel n’est que l’illustration de la débâcle de nos valeurs. Cette manière de se vautrer dans la soumission, le sacrifice permanent des intérêts de la population française, des plus pauvres, des "édentés" parce que les soins ne sont plus remboursés, tout cela est bouleversant.

Dans cette débâcle française, le fascisme sous ses différents visages, du plus haineux au plus soft, occupe l’espace qui devrait être celui du parti communiste et dévoie la colère, la souffrance vers la haine de l’autre, la guerre civile, l’acceptation de la guerre. Ce qui se passe aujourd’hui en Ukraine est le reflet d’un destin qui peut devenir le nôtre.

Cette fête de l’Humanité, ce rassemblement devrait être le lieu d’où partirait un grand mouvement de résistance et pas le lieu médiocre des calculs politiciens. je sais que nombreux sont les communistes et d’autres qui ne le sont pas qui espèrent voir surgir quelque chose d’essentiel, non pas dans l’oubli ou la nostalgie du passé, voici trop longtemps que les communistes sont enfermés dans ce choix mortifère, de n’être plus que d’avoir été et en même temps mépriser et craindre leur propre histoire. Nous sommes devant des temps nouveaux et il faut les assumer pleinement mais dans le même temps il faut retrouver nos racines pour affronter les périls, recouvrer la mémoire, pour affronter le futur. Là encore ce qui se passe en Ukraine est important parce que cela nous permet de mesurer que la révolution de l’avenir ne fera pas table rase mais répondra aux enjeux de l’heure, la guerre, la misère, le chômage, le fascisme.

Voilà ce que j’aurais voulu que le fête de l’Humanité soit… cela ne sera sans doute pas, et la meilleure preuve est dans la manière dont ce journal a rendu compte depuis des mois de la crise ukrainienne, sa soumission de fait à l’UE, sa dérive par rapport au communisme et la manière de nous rabattre toujours plus sur la part des luttes qui ne gênent pas la social-démocratisation de la gauche, exalter Jaurès tout en nous faisant oublier Thorez et Lénine, alors que si Jaurès a un sens c’est d’avoir reconnu Robespierre, le peuple comme boussole, et de n’avoir jamais occulté cette part de la révolution qui a dépassé les calculs d’une bourgeoisie progressiste.

Par rapport à tout cela j’en ai assez des communistes incapables de prendre leurs responsabilités, qui quand vous dénoncez la dérive des directions, la manière de destruction qui s’opère contre eux et contre le pays en détruisant le parti, le coupant de plus en plus de sa base populaire, en perdant peu à peu toutes les positions électorales au maintien desquelles on a limité toute la stratégie de ce parti depuis plus de 20 ans, vous accusent d’anticommunisme. Ce sont eux avec leur adhésion à l’infaillibilité des directions qui sont anticommunistes, eux qui finissent toujours par renforcer ceux qui veulent détruire le PCF dont notre pays a besoin. Ils ont défendu bec et ongles Robert, Marie-Georges et maintenant Pierre, quelles que soient les errances et les échecs. Avec le cas ukrainien, ils sont allés jusqu’au bout du déshonneur en refusant la moindre solidarité aux communistes ukrainiens. Un certain nombre d’entre eux savent exactement ce qu’il en est, ils ont une vision politique tout à fait clairvoyante. Mais soit ils n’arrivent pas à s’opposer, soit quand ils le font ils se divisent en chapelles, en groupuscules hostiles autour de dirigeants avec des patriotismes groupusculaires. ils s’épuisent et nous épuisent. Après avoir été une fois de plus interpellée sur ce blog par deux communistes qui se sont mis à m’accuser de critiquer le parti tout en faisant par ailleurs le même bilan que moi, j’avais décidé de ne pas mettre les pieds à la fête de l’Humanité.

Voilà il faut que chacun prenne ses responsabilités, le peu qu’il y a à faire faisons-le… Rien ne sera idéal dans la période que nous traversons, le peu que je pourrai apporter à mon âge déjà avancé à ce qui a été l’engagement de toute une vie je l’apporterai, que chacun en fasse autant en accord avec ce qu’il croit juste.

Voilà le communisme a été pour moi quelque chose d’essentiel qui vaut mieux que toutes les petites histoires, il a été cette idée robespierriste : nos raisons d’exister valent mieux que notre existence.

Donc rendez-vous dimanche 14 septembre au stand du Pas de Calais à 11 heures pour un débat autour de l’Ukraine et de la résistance du Donbass que nous assurerons Marianne et moi.

Danielle Bleitrach

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article