Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Le nouveau bifteck de Bob.

16 Février 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Ce qui ne peut plus durer au PCF

Robert Hue : Une vie de renoncements, de liquidations et de trahisons

sur le blog de Nicolas Maury

Mercredi 15 Février 2012

L’ancien secrétaire national du PCF et double candidat à l’élection présidentielle (1995, 2002), qui avait soutenu François Hollande durant la primaire du PS, vient d’intégrer le conseil politique et stratégique de François Hollande. Avec un objectif : « mobiliser l’électorat populaire qui serait tenté par l’abstention ou le vote Mélenchon » (sic)

Robert Hue : Une vie de renoncements, de liquidations et de trahisons
Certes il aura fallu du temps avant que Robert Hue ne se rallie officiellement au Parti "Socialiste" et a son candidat social-libéral François Hollande. Le père de la "mutation" mais surtout de la liquidation du Parti Communiste Français a laissé de très nombreux dégâts dans notre parti et l’actuelle direction est l'héritière de Robert Hue même si elle a pris ses distances avec la stratégie de ce dernier, cela grâce à la mobilisation des communistes attachés à leur parti de 90 ans.

Rappelons nous les renoncements et les trahisons de Robert Hue :

En février 1981, il fera parler de lui à l'échelle nationale en menant un coup d'éclat contre une famille d'immigrés qu'il dénonce à la vindicte populaire comme trafiquants de drogue, sans autre preuve que la lettre de dénonciation d'une voisine de la famille en question.

En 1994, Robert Hue entame une politique de mutation du parti dont il vient de prendre la tête : ouverture vers d'autres mouvements, abandon d'un certain nombre de doctrines, déstructuration de l’appareil militant notamment au 30ème Congrès de Martigues en 2000 :

- Abandon des cellules qui aboutie à la disparition des militants communistes dans de très nombreuses entreprises et quartiers
- Abandon du marxisme au profit de références floue à Karl Marx
- Stratégie d'alliance systématique avec le PS,au pouvoir depuis 1997 et cogestion avec ce dernier

Bref le règne de Robert Hue se caractérise par une quasi disparition du PCF, une érosion militante et électorale dramatique :

- En 1997 il restait 210.000 adhérents (710.000 en 1981) et il en laisse 125.000 en 2004 lorsqu'il renonce à la tête du Parti Communiste
- Le PCF perd de très nombreuses mairies : En 1995 Corbeil-Essonnes , du Havre, en 2001, le Parti communiste perd les villes qu'il était parvenu à reconquérir en 1995 (La Ciotat, Sète, Nîmes) ainsi que certains de ses bastions (Drancy, Argenteuil, Dieppe, Montluçon). Les gains de Sevran ou d'Arles (aux dépens du Parti socialiste) ne suffisent pas pour renverser l'effondrement progressif du « communisme municipal ».
- Près de nombreux conseillers généraux et affaiblissement des bastions de la région parisienne, de nombreux députés et sénateurs

Le 28 novembre 2008, il quitte le conseil national du PCF, déclarant qu'il ne quitte pas le parti mais effectue néanmoins une « rupture » avec lui, ne le jugeant « plus réformable » après l'avoir sabordé. Il annonce le 9 décembre 2008 la création d’une association politique, le Nouvel espace progressiste (NEP).

Moins d'un an plus tard, il annonce la création d'une nouvelle formation politique : le Mouvement unitaire progressiste, distinct du PCF mais autorisant la double adhésion. Des candidats du MUP figureront sur les listes du Parti socialiste lors des élections régionales de mars 2010. Robert Hue, s'estimant « à mille lieues du Parti communiste » et lui-même candidat en Île-de-France alors que le PCF a choisi dans 17 régions de partir sans le PS.

En 2011, Robert Hue est réélu Sénateur grâce au PCF, sur la liste du PCF, pour finalement après copieusement trahit les communistes allez voir son copain François Hollande.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article