Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Contre la gauche coloniale

26 Septembre 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Qu'est-ce que la "gauche"

Est-ce que la Gauche a gagné la guerre en Libye ? par danielle Bleitrach



 

Cette interrogation je l'emprunte plus ou moins à un Espagnol Carlos Martinez  qui déclarait hier :

¿Es posible que la OTAN sea aliada de una revolución? ¿Puede la izquierda compartir lucha y objetivos junto a los fundamentalistas islámicos implicados en los atentados del 11-M de Madrid?
Est-il possible que l'OTAN se soit alliée à une Révolution ? Est-ce que la gauche peut partager une lutte et des objectifs avec des fondamentalistes islamistes impliqués dans les attentats du 11 mai de Madrid "

Les alliances improbables: le cas bernard Henri Levy en France...

Il énumérait toutes les contradictions d'une telle alliance et j'en aurais d'autres à ajouter comme le fait que l'opération a reçu dès le début le soutien actif de Bernard Henri Levy dont les enthousiasmes pour les exactions de l'extrême-droite israélienne ont laissé croire qu'il était un agent du Mossad, en tout cas de la CIA.  Son pouvoir médiatique auprès des patrons de presse en France n'aurait pas d'autres raisons. Il est en quelque sorte à un niveau infiniment supérieur  ce que fut un Robert Ménard de Reporter sans frontière, un stipendié de la CIA et toute sa carrière de pseudo grand intellectuel phare de l'humanité aurait été complètement fabriquée. Il partage d'ailleurs avec l'individu pré-cité le fait que ses appuis se situent au niveau des patrons médiatiques et que plus on descend dans la hiérarchie journalistique plus les réserves sont nombreuses.  Pourquoi un tel individu met-il en selle des rebelles qui sont plus ou moins li és à Al qaida et à l'Islam le plus fondamentaliste ?

Rebelles, c'est déjà plus logique, qui reçoivent également le soutien du Hamas, alors même que Khadafi est réputé à tort ou à raison dans bien des pays arabes, en Tunisie en particulier  être un allié objectif des Israéliens comparable à Moubarak. A un point tel qu'on l'accuse d'être juif.

Le cas Bernard henry levy est d'alleurs tout à fait symbolique des confusions utilisées et entretenues dans l'opération libyenne entre les alliés les plus improbables, y compris en France où il s'affirme hautement le soutien à Martine Aubry, candidate du PS, tout en proclamant que le seul président digne de ce nom est Sarkozy. Pourquoi un Bernard henri Levy soutient-il des armées dont l'avancée se fait avec ostentiblement des signes nazis sur les véhicules comme le symbole de la radicalité anti-sioniste ?

Ou encore alors que les mêmes rebelles, devenus héros de la gauche, se livrent à une chasse au facies africains préparée par une propagande sur Khadafi et ses mercenaires pour mieux masquer l'existence d'une guerre civile tribale ?

La confusion étant à ce point la règle que  le discours du CNT sur l'avenir oscille systématiquement entre la charia et l'Etat laîque. le fait est que les femmes ont disparu de cette Révolution .

 Enfin en débordant la seule affaire libyenne mais toujours dans la même logique, je m'interroge sur la manière dont l'intiative palestinienne de demande de reconnaissance à l'ONU a été jusqu'au bout entourée en France de bruyantes proclamations visant à la déconsidérer et en tout cas à empêcher toute solidarité militante, tout rassemblement autour de cette position? Pourquoi une partie de la gauche française sous couvert de radicalité a-t-elle cru bon de s'engouffrer derrière le Hamas comme elle le fait depuis des années derrière des thèses négationnistes qui ne peuvent que déconsidérer la lutte des Palestiniens.Et à ce titre le journal qui publie les saines interrogations de Carlos Martinez, Rebellion, ferait bien de s'interroger sur ses propres complaisances.

Le rôle de l'OTAN en matière de protection des civils ?

Mais revenons à la démonstration de Carlos Martinez, il s'interroge non sans pertinence sur la vocation humanitaire de l'OTAN en se demandant depuis quand il entre dans sa vocation de protéger les populations civiles et en plus à coup de missiles et de bombardements? On pourrait donc bombarder, détruire un pays sous le prétexte qu'il est dirigé par un dictateur ? Et Carlos Martinez d'interroger ses compatriotes:  est-ce que nous aurions demandé à l'OTAN de bombarder Madrid pour nous débarrasser de Franco ?

Une telle interrogation me paraît ainsi posée pêcher par naiveté. L'OTAN poursuit une stratégie inaugurée lors de la deuxième guerre mondiale dans laquelle les Etats-Unis semblent avoir eu à coeur de copier ce qui s'est passé à Guarnica. En tant que petite marseillaise j'ai subi un bombardement américain absolument fou, les avions larguaient les bombes à de telles hauteurs que les objectifs étaient confondus, il s'agissait de nous débarrasser des nazis, mais ceux-ci furent vaincus par le corps à corps des armées soviétiques et à Marseille par celui des Tabors marocains qu'on envoya au péril de leur vie déloger l'armée allemande qui tirait des hauteurs de Notre Dame de la garde.

 Les Américains avaient très vite adopté la stratégie géniale d'Hitler qui consistait par des bombardements à déplacer le champ de bataille sur les civils et dans ce domaine il y eut une incontestable  apothéose stratégique avec Hiroshima et Nagaski. Pour empêcher l'avancée de l'armée rouge contre une armée japonaise épuisée les Etats-Unis jetèrent le feu nucléaire sur une population à l'arrière, une majorité de femmes, d'enfants et de vieillards. Donc que Carlos Martinez se rassure L'OTAN aurait pu bombarder sans état d'âme la population madrilène si la vraie question n'était pas celle d'un deal passé entre Franco et la dite OTAN.

>Ce fait est le seul pertinent puisque nous n'avons aucune illusion à nous faire sur la capacité à tuer les populations civiles en revanche il est parfois plus difficile de comprendre que nous sommes dans des tactiques à géométrie variable ou il n'y a pas d'alliés mais seulement des intérêts.Lle larbin de hier sera sacrifié sans problème si sa vassalité paraît fragiliser les intérêts, il en fut ainsi de Saddam Hussein.

Donc selon nous la vraie question, outre le pétrole libyen, fut de reprendre la main dans un monde arabe secoué par des révolutions populaires pour la liberté mais aussi contre les politiques néo-libérales, les pays pillés et les privatisations massives engendrant chômage et désespoir de la jeunesse comme du monde prolétarien. A ce titre il y une autre interogation :pourquoi la gauche européenne confrontée à des problèmes semblables semble-t-elle avoir à coeur d'ignorer cette base économique et sociale, le terrain favorable qu'elle peut fournir à des prises de conscience pacifique y compris en Israêl. certes nulle part cette révolte économique et sociale n'est une garantie d'en finir avec les haines, les oppressions mais elle peut être le terrain sur lequel s'il y a action politique de masse peuvent être remis en cause bien des impérialismes.

Donc la question n'est pas celle des populations civiles, celle-ci n'ont aucune importance dans la logique otanesque au point que seuls sont comptabilisées les pertes de soldats américains , français ou autres, l'idéal d'une guerre réussie étant zéro mort de ce côté là. Pour les populations "libérées" d'un méchant dictateur quand on aime on ne compte pas. Le question est bien celle de l'étrange pacte qui unit désormais la gauche, l'OTAN et les fondamentalistes islamistes sous double parapluie otanesque, celui des bombardements et celui de la propagande comme pour mieux faire oublier ce qui peut unir les peuples: la volonté de paix et de vivre mieux.

Le nouveau consensus auquel participe la gauche européenne : le retour du colonialisme

Et à ce titre il est tout de même extraordinaire que dans toute l'Europe en proie à une crise et à l'étranglement des populations civiles par des mesures d'austérité personne n'ait jamais osé interroger le coût de telles opérations dont les buts ont tout de même consisté à rétablir la monarchie et de livrer Tripoli à un général d'Al qaida, en ignorant le fait que les troupes de ce charmant individu égorgeaient les individus qui se rendaient.On voit à quel point la résolution de l'ONU confiant à l'OTAN la protection des populations civiles est une palinodie et on se demande jusqu'où peut aller la complaisance internationale dans ce domaine. Et c'est là que nous nous interrogeons quand nous constatons que cette complaisance a été partagée par l'ensemble de la gauche y compris en France par les communistes qui  certes ont vers la fin de l'assaut émis quelques réserves polies mais ont témoigné dès le début une étrange cécité sur le sens de l a manoeuvre.

Est-ce une erreur? Ou s'agit-il bien d'une nouvelle configuration dont tout laisse à penser qu'elle sera désormais permanente, je crois hélas que c'est la seconde solution qu'il faut retenir et de ce fait s'étonner de la manière dont la gauche a accepté jusqu'au bout de déconsidérer toutes les tentatives de médiation qu'il s'agisse de celle de Chavez ou celle de l'Union africaine en allant jusqu'à soutenir une propagande immonde qui insultait Chavez, le "leader populiste", ou se faisait méprisante face à l'Afrique et à son droit en tant que continent à réclamer la paix. On a vu à ce propos les thèses les plus réactionnaires être gobées par la gauche et même les communistes, le fond en était que l'Afrique et l'Amérique latine étaient des continents de sous développés en proie eux-même à des systèmes tyranniques ou communistes, de telles confusions sont depuis toujours courantes aux Etats-Unis, mais elles sont désormais une tactique au niveau de l'Europe et là encore les complaisances négationnistes d'une certaine extrême-gauche s'interrogent.

Là encore il y a des alliances   dont l'Amérique latine , Chavez en tête feraient bien de tenir compte désormais: pourquoi les négationnistes et une véritable extrême-droite antisémite ont-ils à coeur de déshonorer les prises de position d'un Chavez ou des pays africains en les accompagnant d'un choeur suspect, qui servent-ils? Pourquoi l'Iran et ses alliés du Hezbollah et du Hamas ont-ils dans cette affaire joué les complaisances face aux "rebelles" contre khadafi et font-ils partie des pays qui ont considéré comme une victoire l'assaut contre khadafi ? Est-ce qu'il ne serait pas temps de considérer les limites d'une stratégie d'union entre des gouvernements fascistes, fondamentalistes et des pays qui tentent une émancipation par des voies originales? ces gouvernements peuvent être soumis à la pression de l'impérialisme et à ce titre il faut dénoncer la guerre qui les menace, il n'empêche que les contradictions avec l'impérialisme sont internes e t il se trouvera toujours des accommodements .On passe aisément de l'ancien dictateur à ses associés pour mieux asseoir l'alliance entre un capital  local et l'impérialisme.

Est-ce que nous ne devons pas nous interroger sur les valeurs, les principes que la gauche doit défendre et d'abord nous Français dans le cadre de l'Europe tenter de voir un peu plus clair dans les positionnements internationaux?  La crise qui déferle et dont nos peuples font les frais est une crise liées à la mondialisation financière mais aussi à l'affrontement nord-sud avec un pillage séculaire et la montée de nouvelles relations sud-sud, la troisème dimension de cette crise est le bellicisme, le poids du complexe industrialo-militaire dans l'avancée aveugle d'un occident en lutte pour son hégémonie sur les ressources mondiales.

Tout va être fait dans nos pays pour entraîner le consensus de nos peuples sur cette stratégie impérialiste à commencer par manipuler ce que nous entendons par la gauche. Et à ce titre la manière dont effectivement on a tenté de déconsidérer les intiatives du venezuela et de l'Union Africaine sont exemplaires parce qu'elles témoignent du fait que tout le monde a désormais besoin d'une reflexion stratégique sur ses alliances.

Et dans l'attente d'un éclaircissement politique en profondeur je propose de suivre ce que préconise Carlos Martinez et qui est d'ailleurs ma ligne depuis pas mal de temps: s'opposer résolument sous quelque prétexte que ce soit à toute intervention de l'OTAN et défendre la paix et la souveraineté des peuples. j'assortirais cela d'une mise en garde : ne pas céder à une propagande raciale sous quelque prétexte que ce soit mais bien considérer à  chaque moment ce qu'est la nature de l'impérialisme.

Lutter contre les politiques d'austérité en Europe passe aussi par une conscience anti-impérialiste.

Est-ce un hasard si la Gauche qui a choisi de se battre en Europe contre les politiques imposées par le dit impérialisme à notre continent et qui le font dans une solitude qui s'interroge puisque les périls sont les mêmes, je veux parler les communistes grecs font une analyse originale de l'intervention en Libye ?

Le Bureau de presse du Comité central du Parti communiste de Grèce (KKE) a commenté les développements en Libye : « Après une guerre qui s’est étirée sur de longs mois, déclenchée contre la Libye par les impérialistes US et européens, ceux-ci achèvent leur projet, avec leur habituelle hypocrisie, en remplaçant leur ancien allié par ses anciens associés.  Ceux-là visent le contrôle du pétrole et du gaz naturel de la Libye, et le renforcement de leurs positions dans la région.  Les problèmes du peuple libyen vont s’enraciner;  pendant que les dangers issus de l’intensification de la compétition inter-impérialiste pour le contrôle de la région vont, eux, augmenter. »  (Athènes, 23 août 2011)

Il y a en effet un lien étroit entre les analyses de la gauche sur les interventions de l'OTAN et sa propre capacité à résister aux politiques d'austérité qui lui sont imposées. La gauche qui s'est tue ou a approuvé l'intervention de l'OTAN est la même que celle qui a refusé sa solidarité au peuple grec comme hier aux républicains espagnols. Derrière cette absence de solidarité il y a l'illusion d'un refuge et d'un niche de protection qui passe par l'oppression de plus malheureux que soi. Et la boucle est bouclée si l'on considère qu'un pseudo radicalisme fondé sur les boucs émissaires favorise cette attitude...

J'ai dit dans un précédent article mon pessimisme sur l'état actuel de la population française et la manière dont face à la crise, cette population est de plus en plus corrompue par une vision néo-colonialiste, les attitudes de "la gauche" reflètent cette démission face à l'impérialisme et donc le refus de la paix.

Danielle bleitrach

Ajouter un commentaire à cet article

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article