Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pourquoi soutenir la Russie?

30 Septembre 2022 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Russie, #Ukraine, #Qu'est-ce que la "gauche", #lutte contre l'impérialisme, #GQ

Pourquoi soutenir la Russie?

Certains se demandent pourquoi il faudrait soutenir la Russie plutôt que l’Ukraine, ou s’il ne faudrait pas endosser une position complètement neutre dans ce conflit qui opposerait deux nationalismes d’égale nocivité.

On remarquera que cette dernière position implique au minimum de s'opposer aux livraisons d'armes à l'Ukraine qui prolongent inutilement un conflit dont l'issue en faveur de la Russie ne fait aucun doute, au moins pour ceux qui ne sont pas sous l'influence des médias mainstream. Et c'est triste à dire mais fort peu de ces militants de gauche qui renvoient les deux camps dos à dos atteignent ce minimum requis.

Pour les communistes, soutenir la Russie signifie aussi avaler les couleuvres que nous sert Vladimir Poutine qui ne rate pas une occasion pour manifester son aversion pour Lénine. Avec une grande ingratitude, même de son point de vue, car on peut dire que c’est grâce aux bolcheviks que l’Ukraine et la Russie sont restées liées pendant le XXème siècle, les forces séparatistes organisées de l’extérieur ayant déjà réussi pratiquement à détacher le premier pays du « monde russe « dès 1919.

A propos de « monde russe » ce concept cher à Douguine dont la fille vient d’être assassinée, sans doute par les services de l’OTAN pour provoquer une escalade justifiant à terme l’envoi de troupes en Ukraine, ce n’est qu’une tentative de récupérer le patriotisme soviétique qui reste puissant dans l’ensemble de l’ancienne Union, comme le fait de récupérer le drapeau rouge comme « drapeau de la victoire » apolitique.

On peut soutenir la Russie dans la guerre d’Ukraine, sans pour autant souscrire aux discours idéologiques que la Russie a produit pour justifier cette guerre, production inutile d’ailleurs puisqu’elle est déjà amplement justifiée par les provocations répétées de l’OTAN et de Kiev et par les intérêts nationaux vitaux de la Russie.

Il semble bien que la tendance à long terme de la stratégie occidentale unifiée (triade monde anglo-saxon, Europe, Japon) soit de démanteler ou de dissoudre tout ensemble géopolitique susceptible d’agir de manière autonome et de contester tout ou partie de son hégémonie, donc tous les grands États à commencer par la Chine et la Russie, comme Israël le fait à son échelle en semant le chaos dans le monde arabe et musulman depuis 75 ans. L’Empire occidental est objectivement menacé par le développement économique, social, et scientifique du Sud et cherche à conserver son hégémonie en le dissociant en entités les plus petites et les plus faibles possibles, les plus manipulables et influençables possibles, comme il a balkanisé l'Afrique au moment des indépendances vers 1960. Il cherche aussi à le conquérir de l’intérieur en modelant ses élites. La seule chose qui l’en a empêché jusqu’à présent, c’est son profond racisme suprématiste inconscient qui perce à travers son langage moralisateur et hypocrite : les bourgeoisies du Sud et de l’Est qui ne demandaient pas mieux que de s’intégrer et de participer à la fête du meilleur des monde du libéralisme technologique se sont faites renvoyées dans les orties. Cela s'est fait en général en invoquant à contre-sens l'écologie, les droits de l’homme, de la femme, et des minorités sexuelles.

L'Occident du dernier stade de l'impérialisme a développé un type d'économie parasitaire, en externalisant la production industrielle et la classe ouvrière avec elle. Vouloir favoriser sa domination mondiale parce que l'on croit qu'il recèle le nec plus ultra de la modernité, dans l'espoir chimérique qu'il en sortira un dépassement du capitalisme, c'est être en retard d'une ou plusieurs révolutions. L’Occident en tant que tel n'a pas d'autre avenir que le déclassement.

L es Russes ont donc raison de vouloir mettre fin au régime de Kiev issu du coup d'État du Maidan, en 2014, qui est une sorte de « ISIS » européen, bâtard de postmodernisme ultralibéral terroriste et mafieux et de nazisme assumé. Leur guerre est une guerre défensive contre un adversaire qui a foulé aux pieds tous les principes du droit et de la diplomatie, ainsi que les plus élémentaires décence et moralité et qui très adéquatement représenté par son clown-président.

La Russie oligarchique n’est en rien équivalente moralement à son adversaire de ce point de vue, lequel est tombé dans le caniveau depuis longtemps, depuis les massacres perpétrés à Odessa et dans le Donbass en 2014 avec les encouragements et la complicité des médias de masse occidentaux.

Mais au niveau idéologique, les élites russes tentent de présenter leur combat non seulement pour ce qu’il est c’est à dire un combat existentiel patriotique, mais comme une croisade contre un mal « globaliste » envisagé d’une manière mystique assez suspecte. Ce faisant elles singent la logique simpliste de la propagande occidentale en tentant simplement d’en inverser la direction, et récupèrent la théorie ad hoc de Samuel Huntington, dite du « choc des civilisations » (comme s’il y avait plusieurs civilisations actuellement sur la planète alors que c’est à peine s’il y en a une!).

Ces élites dont Poutine, Lavrov, Choïgu, Zakharova, Medvedev, Kadyrov, sont les représentants intelligents (on ne peut pas en dire autant des nôtres!) sont embarrassées du fait que l’amour ou la haine de la Russie qui sont fort répandues toutes les deux dans le monde n’ont qu’une seule et même cause : le souvenir encore brûlant de la grande Révolution d’Octobre. La Russie risque bien de reperdre rapidement tout ce que les sacrifices qu’elle consent de faire aujourd'hui lui apporteront si elle persiste à renier le point central de son histoire, qui est l’événement le plus important de l’histoire de l’humanité du dernier millénaire, et qui est la seule raison qui puisse mobiliser en sa faveur les masses, à l'intérieur et dans le monde. et il est de plus en plus évident qu'elle ne gagnera pas la confrontation globale avec l'Empire occidental sans l'intervention des masses.

Il faut aussi noter que le principal allié de la Russie, la Chine, ne montre aucun enthousiasme particulier pour la défense des « valeurs traditionnelles » invoquées contre la décadence de l’Occident. L'affirmation du caractère socialiste de plus en plus explicite de ce pays montre la voie.

La Russie doit gagner pour l’intérêt des peuples qui luttent contre l’impérialisme et pour l’intérêt des classes ouvrières du monde mais ces dernières ne le savent pas. Elle vivent en effet dans le monde imaginaire du spectacle occidental, dans l’univers lénifiant ou pervers des Disney, Stefen King, etc. Ce n’est pas en inventant un récit du même tonneau qui présente la Russie comme le paladin des valeurs traditionnelles dont les masses confrontées à la réalité matérielle des crises à répétition se fichent éperdument qu’on va déchirer le voile de quatre générations de propagande de guerre froide qui ont diabolisé ce grand pays.

Le combat de la Russie n’est pas une croisade du « Bien «  contre le « Mal » où on aurait simplement inversé les protagonistes habituels, c’est un combat pour le retour au réel. C’est un combat contre le monde de la post-vérité. C’est un combat, que ça plaise ou non à ceux qui l’ont déclenché à contre-cœur, parce qu'ils y ont été acculés par l'impérialisme, un combat contre le capitalisme à son stade ultime de décomposition.

GQ, 26 août 2022, revu le 20 septembre

Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Ton raisonnement est un peu alambiqué ! Pourtant l'affaire est simple. L'opération militaire spéciale (pourquoi devrait-on dire autrement que les russes ?) oppose l'occident au reste du monde, avec la Russie actuellement en tête de pont. Donc on soutient la Russie parce qu'on condamne l'occident, ses exactions, ses guerres, sa haine des peuples. Nous sommes dans cet occidental détestable et il est de notre devoir de dire non. Les considérations sur Poutine, les grandes pincettes que tu prends pour dire que Poutine n'est pas ta tasse de thé son sans objet ! Poutine, Président Russe, c'est l'affaire de russes, pas la nôtre ! C'est une question de non ingérence. Contrairement à l'occident, qui se fait un soi-disant devoir de "s'ingérer", nous devons ne pas le faire ! Les états d'âmes, les hésitations, de la gauche sont écoeurantes ! La droite patriotique existe et nous donne des leçons de détermination : oui au soutien à la Russie dans son conflit décisif contre l'occident, alliance avec tous ceux qui partagent ce point de vue, pas d'ingérence dans les affaires de autres pays (en particulier les pays amis, jusqu'à la Corée du Nord) et on réglera nos problèmes entre nous plus tard, quand le moment sera venu !
Répondre
R
Ce n'est pas moi qui prend Poutine avec dédain, c'est Poutine qui rejette Lénine et qui se tire une balle dans le pied.
R
Ouais, ça c'est de la rhétorique. Vouloir la Révolution dans le monde entier c'est s’ingérer partout. L'Occident n'est pas détestable, il a joué et accompli son rôle historique.
M
Une analyse argumentée travaillée mais aussi partisane Comme pour Charles de Gaulle les communistes français ont du mal à reconnaître la souveraineté d'un peuple d'une nation mots jamais cités mais oh combien de valeurs pour eux et pour moi aussi
Répondre
J
Un récit convaincant et indispensable de la raison pour laquelle nous devons soutenir la Russie malgré tout argument que nous pourrions avoir autrement.<br /> Et si je puis répéter avec toute l'emphase possible :<br /> (La Russie doit toujours souvenir) "le point central de son histoire, qui est l'événement le plus important de l'histoire de l'humanité du dernier millénaire."
Répondre
R
Je partage globalement ton analyse qui est proche de celles de partis communistes dit " orthodoxes" comme le KKE grec et qui se différencie de celle de nos partis de gauche français y compris celle du PCF qui toutefois comme LFI demandent la sortie de l Otan mais réservent toutes leurs attaques vers la Russie...
Répondre
J
Excellente analyse, tout à fait empreinte de dialectique et fort utile justement parce que ce qui manque au Parti, c'est précisément la dialectique, qu'il a troquée contre un dualisme primaire : la Russie serait réduite à une oligarchie, le Parti faisant totalement fi de la population russe ex-soviétique : jamais l'Huma ne donne à voir la classe productive, ne donne la parole au KPRF. Comble d'ironie, il est gorbatchévien contre le choix des Soviétiques et le rejet très affirmé de Gorbatchev et la destruction de leurs droits corrélée à celle de l'URSS.<br /> Du reste, au sujet de l'Ukraine, on y prétend dans les instances dirigeantes qu'il faut s'opposer à cette opération car c'est une guerre voulue par l'oligarchie. Et l'on tait la nature oligarchique et criminelle de la junte de Kiev, prétendument élue démocratiquement : le Parti reprend les thèses de l'OTAN.<br /> Or, comment expliquer alors la position du Parti et de l'Huma en 2014 ? Où était l'oligarchie russe ? Julien Thorez mentait effrontément devant un public de camarades ignares mais aussi de Russes ( dont des historiens ) et des Ukrainiens venus là que "l'armée russe était au Donbass, on en avait la preuve"; Quelle preuve ? Le bla bla du MI6. Comment preuve scientifique, c'est se moquer. Le problème pour lui comme pour la Direction est la crédulité des ignares : c'est pourquoi ils censurent les historiens russes ou réellement scientifiques.<br /> Ainsi, dès 2014, le soutien à la junte était acté, sans "guerre des oligarques russes". Le prétexte actuel est donc de mauvaise foi.<br /> A cette mauvaise foi s'ajoute un contresens sur la réalité, le déni du réel. Ces thèses n'expliquent rien.Pourquoi le 22 février 2022, cette opération ? Et pourquoi, tout cet armement et cette infrastructure militaire et cette présence de l'OTAN depuis 8 ans ? pourquoi les labos de biioarmes ?<br /> Effectivement, face à ce discours, en miroir, il y a celui de Poutine. Or l'intervention était attendue, et la résistance populaire active depuis 8 ans ! ( je connais pas mal de Russes et d'Ukrainiens, tous antinazis, aucun "pro-Poutine", et tous anti-libéralisme impérialiste occidental ). Il y a des vidéos de RPL où les résistants se plaignent, comme jadis la résistance communiste à l'ouest, d'être sous-approvisionnés en gilets pare-balles. La Russie de Poutine se méfie de ces alliés là. Jamais il n'y eut ici, sauf à titre individuel, de solidarité avec le Donbass. Et voilà qu'on nous parle de solidarité avec l'Ukraine !!! qui y croit ? pure propagande pour oblitérer les crimes de Kiev et la présence de l'OTAN, pour oser soutenir l'armement de Kiev et du marché noir avec nos impôts, notre richesse.<br /> Il est clair que Poutine et son appareil cherchent à récupérer le prestige de l'URSS. Du reste, ils détruisent l'arsenal soviétique, 30 ans après, encore fonctionnel à l'ouest de la Russie. Ils aident tous les ex-pays socialistes à devenir les esclaves du complexe militaro industriel US, qui a de beaux jours en perspective !<br /> Daria Douguina, dans une interview, répondait avec sagacité à une série de questions posée par un "blogueur" français : or, elle a carrément sabré la période soviétique, à une question portant précisément sur le regard que portaient les ex-soviétiques sur l'URSS. Elle osait parler de "retour de la grandeur impériale russe du début du 20ème, à laquelle les Russes étaient attachés" !! Bref, un discours anti-historique, tout autant que ceux d'ici et au fond, à la grandeur impériale près, un point de pas si éloigné de celui de l'Huma, malgré les oppositions de façade...Nier l'URSS. Après tout, ici,quoi qu'on dise, on nie Jaurès, puisqu'on soutient la guerre contre la population du Donbass. Et on perd le rôle d'avant-garde du Prolétariat.<br /> .
Répondre
R
D accord avec toi, ma famille héberge un jeune ukrainien d un petit village proche du Donbass, son père est russe et sa mère ukrainienne, lui et sa famille détestent autant Zelenski que Poutine ils considèrent le premier comme un fasciste et le deuxième comme un traître qui les a abandonné pendant 8 ans et dont l armée bombarde aveuglement les villes pro- russes en prétendant les libérer...<br /> Pour ce qui concernent les Douguine, dont je n aurais pas l hypocrisie de pleurer la mort de la fille, ils disent plus fort que Poutine que l objectif réel de l intervention en Ukraine est la conquête de nouveaux territoires pour reconstituer la grande RUSSIE tsariste encore plus étendue que l ex URSS... Il appartient au peuple russe et son parti communiste de se débarrasser de POUTINE et ses oligarques afin de reouvrir une voie vers le communisme.