Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

La Corée du Nord n'est pas en situation d'agresseur

15 Septembre 2017 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Corée, #États-Unis, #Impérialisme, #Ce que dit la presse

La Corée du Nord, un agresseur? Rappel à la réalité

 

« (…) la guerre en notre temps est toujours aveugle, c’est une guerre contre des innocents, une guerre contre des enfants.  (Howard Zinn, 1922-2010.)

Toute guerre est un échec de la diplomatie. » (Tony Benn, député, 1925-2014.)

« Aucun pays n’est trop pauvre, trop petit, trop loin pour constituer une menace à la manière de vivre américaine. » (William Blum, « L’État voyou »)      

La mention même d’un pays minuscule a de quoi soulever des interrogations sur la lucidité et le bon sens de ceux qui devraient être beaucoup plus avisés. Le dimanche 6 août, par exemple, The Guardian a publié un éditorial ayant pour titre : « Les sanctions vues par The Guardian : un outil essentiel ». De toute évidence, les cinq mille âmes par mois, des enfants pour la plupart, qui meurent en moyenne « des suites de l’embargo » en Irak, année après année, véritable génocide commis au nom de l’ONU depuis plus d’une décennie, ont depuis longtemps sombré dans l’oubli pour le journal de gauche.

La cible du jour est évidemment la Corée du Nord, contre qui le Conseil de sécurité des Nations Unies a unanimement décidé de geler, d’étrangler et de nier l’essentiel, la normalité, l’humanité. La diplomatie, comme toujours, n’a même pas été envisagée. Ce qui n’a pas empêché The Guardian, chose incroyable, de qualifier les sanctions destructrice de « rare triomphe de la diplomatie (…) » (The Guardian, 6 août 2017)

Le secrétaire d’État des USA, Rex Tillerson, « diplomate en chef » de ce pays, et son homologue nord-coréen, Ri Yong-ho, devaient se rendre à la réunion ministérielle annuelle de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) à Manille le 5 août. Selon un porte-parole du département d’État :  

« Le secrétaire n’a pas prévu rencontrer le ministère des Affaires étrangères de la Corée du Nord à Manille et je ne m’attends pas à ce qu’il y ait une telle rencontre. »

Pathétique. En avril, à l’approche de sa centième journée à la présidence, Trump a dit à propos de la Corée du Nord :

« Je serais ravi de régler les choses par voie diplomatique, mais c’est très difficile. »

Ce ne l’est pas. Parlez, mettez-vous à la place de l’autre. Ils se sont donc retrouvés au même endroit, mais l’administration Trump ne se contente pas de multiplier les occasions manquées, elle les enfouit délibérément dans une décharge à des kilomètres de profondeur, et ce, malgré ces paroles dites dans la même déclaration :

« Les choses pourraient finir par un conflit majeur, majeur oui, avec la Corée du Nord. Tout à fait. »

Mettons les choses en perspective. Le 27 juillet 2017 marquait le 64e anniversaire de l’accord d’armistice ayant mis fin à trois ans de guerre dévastatrice en Corée. Cependant, il n’y a jamais eu de traité de paix, ce qui fait que techniquement, la guerre de Corée ne s’est jamais terminée. Comme les USA aiment bien décimer des pays dont la population est faible et qui ne présentent aucun danger pour eux (l’Afghanistan, l’Irak et la Libye sont des exemples récents), il ne faut donc pas s’étonner que la Corée du Nord cherche à donner l’impression qu’elle dispose d’un dispositif de protection à toute épreuve derrière son entrée principale, pour ainsi dire.

Le minuscule pays qu’est la Corée du Nord compte à peine 25,37 millions d’habitants sur un territoire de 120 540 de km². Les USA comptent 323,1 millions d’habitants sur un territoire de 9,834 MILLIONS de km². De plus, depuis 1945, on présume que les USA ont fabriqué quelque 70 000 armes nucléaires, un nombre maintenant réduit à « à peine » 7 000. Mais c’est la Corée du Nord qui représente une menace?

Les USA possèdent 15 bases militaires en Corée du Sud (elle en a déjà compté pas moins de 54) bourrées de toutes sortes d’armes de destruction massive. Deux bases sont situées juste à la frontière avec la Corée du Nord, une troisième se trouvant à proximité. Voir tous les détails concernant chacune d’elles, illustrés d’une carte (note 1)

L’horreur causée par les USA pendant le conflit de trois ans sur un pays qui comptait alors à peine 9,6 millions d’âmes est encore bien présente dans la mémoire collective de la Corée du Nord. Le général étasunien Curtis Lemay avait par la suite déclaré ceci : « Après avoir détruit 78 villes de la Corée du Nord et des milliers de villages, et tué un nombre incalculable de civils (…) Sur une période d’environ trois ans, nous avons tué, je dirais, 20 % de la population. »

« Nous croyons maintenant qu’au nord du 38e parallèle, la population de 8 à 9 millions d’habitants qui y vivait a été décimée de près du tiers durant les 37 mois de guerre « chaude » entre 1950 et 1953, ce qui constitue sans doute un pourcentage de mortalité sans précédent subi par un pays dû à la belligérance d’un autre. » (note 2)

Mise en contexte :

« Durant la Deuxième Guerre mondiale, le Royaume-Uni a perdu 0,94 % de sa population, la France 1,35 %, la Chine 1,89 % et les USA 0,32 %. Durant la guerre de Corée, la Corée du Nord a perdu 30 % de sa population. » (soulignement ajouté)

« Nous sommes allés là-bas faire la guerre, et fini par incendier chaque ville de la Corée du Nord, d’une façon ou d’une autre (…), s’est vanté Lemay.

http://www.globalresearch.ca/wp-content/uploads/2017/09/pyongyangdestructionkoreanwar.jpg http://www.globalresearch.ca/wp-content/uploads/2017/09/pyongyangdestructionkoreanwar.jpg

Image : Pyongyang en 1953

Le général Douglas MacArthur a dit lors d’une audience au Congrès en 1951 qu’il n’avait jamais vu pareille dévastation.

« Je tressaille d’une horreur sans nom (…) devant ce massacre continuel d’hommes en Corée. J’y ai vu là, je crois, plus de sang et d’effroi que quiconque, ce qui m’a noué l’estomac la dernière fois que j’y étais. » (CNN, 28 juillet 2017)

Tout horrifié qu’il était, il a cependant omis de mentionner les femmes, les enfants et les bébés qui ont été incinérés du même coup.

En outre, comme Robert M. Neer l’écrivait dans « Napalm, an American Biography » :

En janvier 1951, l’officier Townsend, qui était chargé des produits chimiques, a écrit que « pratiquement chaque avion de combat US survolant la Corée transportait au moins deux bombes au napalm ». Environ 21 000 gallons de napalm étaient déversés chaque jour sur la Corée en 1950. Quand les combats se sont intensifiés après l’intervention chinoise, cette quantité a plus que triplé (…), en tout, 32 357 tonnes de napalm sont tombées sur la Corée, soit environ le double de ce que le Japon a subi en 1945. Les alliés ont non seulement largué plus de bombes en Corée que dans le Pacifique pendant la Deuxième Guerre mondiale (635 000 tonnes contre 503 000 tonnes), mais la majorité d’entre elles contenait du napalm (…). »

Dans la capitale nord-coréenne, Pyongyang, on a rapporté que seulement deux immeubles restaient encore debout.

Le bellicisme des USA est une histoire sans fin. La Corée du Nord est probablement le pays qu’ils ont attaqué dont la population était la plus faible avant qu’ils s’en prennent à la Grenade en octobre 1983, qui comptait alors 91 000 habitants (nom de code idiot immanquable : « Operation Urgent Fury »).

La Corée du Nord, un pays en ruine depuis l’armistice signé il y a 65 ans, ne cesse de se faire narguer par les USA depuis. Comme toujours, l’administration étasunienne, ce « chef de file du monde libre » autoproclamé, se considère comme la victime.

Ce mois-ci, d’« immenses manœuvres militaires sur terre, sur mer et dans les airs » regroupant des « dizaines de milliers de forces armées » des USA et de la Corée du Sud ont commencé le 21 août pour se terminer le 31.

« Par le passé, on dit que les manœuvres comprenaient des « frappes de décapitation », c’est-à-dire des opérations pilotes de tentatives d’assassinat de Kim Jong-un et de ses principaux généraux (…) », selon The Guardian (11 août 2017).

Le nom de code idiot immanquable de cette absurdité dangereuse, belliciste, onéreuse et menaçante est « Ulchi-Freedom Guardian ». Elle se répète chaque année depuis son lancement en 1976.

Les bombardiers B-1B en provenance de Guam ont récemment effectué des manœuvres en Corée du Sud et « mis en pratique leur capacité d’attaque en libérant des armes inertes sur le site d’entraînement de Pilsung. » Faisant preuve de nouveaux actes de provocation (illégaux), des bombardiers US auraient encore survolé la Corée du Nord, ce qui s’ajoute à bien d’autres actes d’intimidation et de menace, qui seraient au nombre de onze depuis mai de cette année.

Malgré tout cela, la Corée du Nord demeure « l’agresseur » :

« Les ogives nucléaires des États-Unis d’Amérique sont entreposées à 21 endroits, notamment dans 13 États des USA et 5 pays européens (…), certains à bord de sous-marins étasuniens. Il existe aussi des ogives nucléaires « zombies », qui sont gardées en réserve, dont 3 000 attendent encore d’être démantelées. (Les USA) étendent aussi leur « parapluie nucléaire » à d’autres pays comme la Corée du Sud, le Japon et l’Australie. » (worldatlas.com)

Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergey Lavrov, qui était présent aussi à la réunion de l’ANASE à Manille, a fait bien sûr ce qu’un diplomate digne de ce nom doit faire en s’entretenant avec Ri Yong-ho, son homologue de la Corée du Nord. Un observateur de Fort Russ News a résumé l’opinion du ministre Lavrov :

« La péninsule coréenne est en état de crise non seulement en raison des menaces constantes des USA à l’endroit de la Corée du Nord, mais aussi à cause de divers actes de provocation, comme les manœuvres militaires conjointes auxquelles se livrent Washington et Séoul dans un climat de tension, et que Pyongyang considère comme une menace à sa sécurité nationale. »

Les « actes de provocation » comprennent aussi le survol menaçant de l’espace aérien nord-coréen par des avions étasuniens en provenance de Guam. Cependant, lorsque la Corée du Nord a déclaré que si les choses continuaient ainsi, elle songeait à lancer des missiles dans l’océan près de Guam (et non pas à bombarder Guam comme l’ont rapporté certains hystériques), l’agent Orange qui se pointe de temps à autre à la Maison-Blanche entre deux rondes de golf et qui ne nomme pas le bon pays contre lequel il vient de larguer 59 missiles de croisière Tomahawk pendant qu’il mange du gâteau au chocolat a répondu que la petite Corée du Nord allait subir « (…) du feu et de la fureur comme le monde ne l’a encore jamais vu ».

On a à peine remarqué que la Corée du Nord, en réponse à ce coup de semonce, a tenu des propos assez raisonnables :

(Les USA) « devraient cesser immédiatement leur provocation militaire téméraire à l’endroit de la RPDC, avant qu’elle n’ait d’autres choix que de recourir à une solution militaire.” (3)

Comme Cheryl Rofer (voir note 3) l’a souligné, au lieu de constamment proférer des menaces, la diplomatie étasunienne pourrait suivre bien d’autres voies :

« Nous aurions pu transmettre un message à la Corée du Nord par l’entremise des Canadiens qui s’y sont rendus pour libérer un de leurs concitoyens. Nous pourrions transmettre un message par l’entremise de l’ambassade suédoise en Corée du Nord, qui représente souvent les intérêts des USA. Nous aurions pu prendre des moyens diplomatiques dont la Chine aurait assuré la direction. Les possibilités ne manquent pas, qui auraient permis de démontrer à la Corée du Nord que nous sommes prêts à renoncer aux pratiques qui l’effraient, si elle est prête à renoncer à certaines de ses actions. Le programme nucléaire serait exclu pour le moment, mais la porte resterait ouverte pour plus tard. »

Il y a en tout 24 missions diplomatiques présentes en Corée du Nord, à qui les USA pourraient s’adresser pour communiquer. Trump pourrait aussi se comporter comme un adulte et prendre le téléphone.

Siegfried Hecker est le dernier représentant étasunien connu à avoir inspecté les installations nucléaires nord-coréennes. Il affirme que s’en prendre à Kim Jong-un comme s’il était sur le point d’attaquer les USA est à la fois inexact et dangereux :  

« Certains aiment dépeindre Kim comme un fou, un dément, ce qui amène la population à croire que le gars est prêt à tout. Il n’est pas fou, ni suicidaire. Il n’est même pas imprévisible. La véritable menace, c’est que nous allons trébucher sur une guerre nucléaire dans la péninsule coréenne. » (5)

Trump a proféré sa menace « de feu et de fureur » la veille de la commémoration de 60 secondes de l’attaque nucléaire des USA sur Nagasaki, une ironie nauséabonde qu’il n’a sans doute pas remarquée.

Des adultes vont-ils diriger le Capitole avant qu’il ne soit trop tard?

Felicity Arbuthnot

 

1. https://militarybases.com/ south-korea/

2. http://www.globalresearch.ca/ know-the-facts-north-korea- lost-close-to-30-of-its- population-as-a-result-of-us- bombings-in-the-1950s/22131

3. https://nucleardiner. wordpress.com/2017/08/11/ north-korea-reaches-out/

4. https://www.commondreams.org/ news/2017/08/08/sane-voices- urge-diplomacy-after-lunatic- trump-threatens-fire-and-fury

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Gourmel Michel 05/09/2017 11:50

Un texte excellent, ce qui a toujours été caché et inimaginable !
________________________________________
Je me posais la question de savoir combien de Nord-coréens seraient assassinés par l’OTAN s’il y avait une vraie guerre, en se basant sur la 15aine de guerres coloniales qu’ils ont menées depuis 16 ans. Par exemple, sur la Libye, 1,5 % de la population en 2011, L’Irak, au moins 3 % ; Afghanistan, au moins 1,5 % et encore, dans la période la plus médiatisée des guerres (comme en 2011 pour la Libye) sans compter tous ceux qui sont morts de le chaos installé par l’OTAN ; on se doute bien que dans un pays communiste, l’OTAN, les forces spéciales, la CIA, et tous les criminels du monde s’en donneraient à cœur joie pour massacrer les populations communistes, et que cela serait donc bien supérieur, à toutes ces guerres coloniales actuelle. Mais ce texte nous donne une idée plus précise, si la Corée du Nord avait obéi à l’ONU, elle serait en position d’être attaquée et détruite par l’OTAN.
« Nous avons tué, je dirais, 20 % de la population. » - « été décimée de près du tiers durant les 37 mois de guerre » - « La Corée du Nord a perdu 30 % de sa population ».
La réponse la plus probable à ma question est donc : Sur 25 millions ha de la Corée du Nord, on peut donc estimer que l’OTAN et en particulier les USA feraient … 5 à 8 millions de morts si une guerre devait éclater…
________________________________________
Dans l’article on lit : « Comme les USA aiment bien décimer des pays dont la population est faible et qui ne présentent aucun danger pour eux (l’Afghanistan, l’Irak et la Libye sont des exemples récents) »
Mais cela a peu de chances de se produire, car les Nord Coréens viennent, d’une part, de faire exploser une bombe atomique beaucoup plus puissante que les précédentes, et qui est sans doute, d’après les experts, une bombe H thermo-nucléaire ; et d’autre part, de lancer un missile intercontinental qui n’a pu être intercepté par aucun missile anti-missile US dans les régions survolées, ni en Corée du Sud, ni au Japon, ni venant de Guam, ni de la marine US !
Autrement dit, la Corée du Nord peut porter le feu nucléaire et même thermo-nucléaire où elle veut, sans que les USA puissent faire quoi que ce soit !
________________________________________
Pourquoi la Corée du Nord a tiré un missile au dessus du Japon
Le 29/8/17, en plus du Japon, le missile Nord-Coréen a sans doute survolé aussi la Corée du Sud et est tombé à 19-25 miles de Guam (US), et tout cela sans jamais être abattu !
Il ne s’agit pas ici de savoir si Trump ou Kim Jong-un ont raison, mais de chercher à comp-rendre ce tir de missile qui est passé au dessus du Japon sans être intercepté ! Ceci est d’autant plus intéressant que cela vient d’un journal Russe peu enclin à être très gentil avec la Corée du Nord. Les affirmations de sputniknews.com ne sont pas toujours vraies, mais ici elles sont recoupées … même si c’est du bout des lèvres … par des sites US ou français, donc publiab¬les. On avait ri à RAS de voir les médias dire que : Un avion d'Air France évite de peu un missile nord-coréen… 10 min cela fait 4.800 km pour le missile et une centaine pour l’avion. Le "peu" était donc ridicule. Cependant, on n’avait pas vu, que c’était une supercherie des médias destinée à cacher l’essentiel, sans doute sur ordre de la CIA ou de l’OTAN ou les 2 !
Info (Hwaseong-12 survol le Japon) recoupé par Wikipedia US : https://en.wikipedia.org/wiki/Hwasong-12
Et par Challenges : https://www.challenges.fr/monde/pyongyang-justifie-le-tir-du-missile-hwasong-12_495952
________________________________________
Hwaseong-12 Nord Coréen contre Anti-missile US ; Ou pourquoi le dernier test de missile Nord-Coréen humilie le système de défense US
Info Démocrite, Traduction Michel Gourmel. Un observateur militaire russe Alexander Khrolenko explique comment la Corée du Nord, avec ses tests de plus en plus sophistiqués de systèmes de missiles met la honte au vaste éventail de systèmes de défense antimissile US…
Bien que le Japon n’ait signalé aucun dommage aux navires ou aéronefs lors du test, Khrolenko a fait remarquer qu’il est extrêmement curieux qu’ils n’aient même pas essayé d’abattre le missile « voyou ». « Ils auraient pu au moins tenter de l’abattre, ne serait-ce qu’à des fins de formation », a écrit l’analyste. « La communauté mondiale ne condamnerait pas une telle démarche, et Washington aurait certainement appuyé Tokyo. Cependant, les systèmes de défense antimissile américains et japonais se sont seulement contenté de suivre la trajectoire de Hwaseong-12. » …
Le mois dernier, par exemple, à la suite des menaces de Pyongyang, disant qu’ils étaient disposés à mettre en place une attaque massive de missiles contre Guam (ile rattachée aux USA NDLT), le Pentagone a répondu que tout lancement de missile serait détecté en quelques minutes et conduirait à la perspective d’une guerre grandeur nature.
Il est intéressant, cependant, d’après Khrolenko, de noter que le Pentagone « n’a pas précisé si les missiles nord-coréens pourraient être interceptés. « Et cela revêt une importance fondamentale lorsqu’il s’agit de prédire les pertes et le résultat d’une guerre » …
En outre, selon l’analyste, le lancement du missile nord-coréen s’est avéré particulièrement humiliant compte tenu du fait que le jour même où le lancement a eu lieu, les troupes japonaises effectuaient des exercices de défense aérienne sur la Base aérienne de Yokota, dans l’ouest de Tokyo, où ils ont pratiqué le déploiement d’intercepteurs Patriot-3…
En fait, Khrolenko a fait remarquer que le dernier essai de missiles de la Corée du Nord a « créé une parité paradoxale des forces dans la confrontation de ce pays avec les États-Unis ». Dans ces circonstances, notait-il, Washington serait bien avisé d’éviter de soumettre leurs alliés régionaux au danger.
https://sputniknews.com/military/201709021057030930-north-korean-missile-vs-us-abm/
J’ai traduit une plus grande partie du texte, c’st ici juste un extrait. Je le tiens à disposition si quelqu’un le veut.
________________________________________
Propagande. La presse : missile Nord coréen et US « contre » avion civil.
Un avion d'Air France évite de peu un missile nord-coréen… 10 min ! ! ! ! ! !
Selon la presse … Le Boeing 777, en provenance de Tokyo et à destination de Paris, avec 332 personnes, a en fait survolé l'endroit où le missile s'est écrasé seulement 10 min avant, et il ne se trouvait qu'à une 100aine de kilomètres (évité de peu ? !) plus loin au moment de l'impact.
Missile intercontinental à pleine vitesse : 28.800 km/h = 480 km/min ; soit 10 min = 4 800 km
La presse nous égare dur des balivernes pour cacher l’essentiel !
https://fr.news.yahoo.com/avion-dair-france-%C3%A9vite-peu-missile-nord-cor%C3%A9en-065100842.html
________________________________________
Pyongyang. Essai d'une bombe H thermo-nucléaire, tollé international...
Notre blog s'est toujours prononcé pour l'interdiction totale des armes nucléaires sur l'ensemble des continents et leur destruction par tous les pays, sous contrôle international.
Aujourd'hui, la Corée du Nord a procédé à un essai nucléaire et cet acte provoque une "vague d'indignation", en particulier par les pays qui ont accumulé un stock de bombes cent fois, mille fois plus puissantes que celles lancées sur le Japon par les Etats-Unis en mai 1945.
Selon des spécialistes sud-coréens, la puissance de la nouvelle secousse était cinq à six fois supérieure à celle du précédent essai de septembre 2016, d'une puissance de 10 kilotonnes…
Quelle que soit la puissance de la déflagration, Jeffrey Lewis, du site armscontrolwonk.com, a estimé qu'il s'agissait d'une arme thermonucléaire, ce qui constitue un progrès notoire dans les programmes nucléaire et balistique nord-coréens pourtant interdits.
http://canempechepasnicolas.over-blog.com/2017/09/pyongyang-revendique-l-essai-parfaitement-reussi-d-une-bombe-h-tolle-international.commentaire-de-jean-levy.html