Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Dialogue sur la légitimité de la référence à la prise du pouvoir par Hitler en 1933 dans la campagne électorale pour Macron

4 Mai 2017 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #élection 17, #Front historique

Hindenburg ou Hitler? (illustration et ndgq)

 

 

 

 

 

 

Vous recevez ce courrier car vous êtes abonnés à la liste de Diffusion d’Annie Lacroix-Riz   www.historiographie.info

__________________      Échange de mails : __________________

 

-------- Message transféré --------

Le 26 avr. 2017 à 11:13, X1 a écrit :


Cher(e)s camarades,

j'ai réfléchi et je n'en veux pas à ceux qui voteront Macron, mais franchement, je ne vois pas comment quelqu'un qui a fréquenté le cortège de tête de la loi travail et qui a vu la violence que de vieux politiciens cyniques ont fait subir à toute une génération de jeunes (et moins jeunes) peut voter pour Macron. Idem pour ce qu'ils ont fait subir aux réfugiés. Et c'est pour ça que la PS a perdu les jeunes pour toujours.

Pour ce qui est de Marine Le Pen, il faut quand même savoir qu'Hitler a été mis au pouvoir par des industriels allemands, tant qu'elle n'a pas ce soutien, je ne crois pas qu'elle puisse gagner une quelconque élection, et ce qui le prouve, c'est que la bourse est au beau fixe.

Signé X1.

_________

Le 26 avr. 2017 à 11:53, X2 (historienne) a écrit :

Et alors, on laisse le FN arriver au pouvoir parce qu’en Allemagne les industriels ont laissé Hitler arriver au pouvoir ? Etrange cohérence , non ?

Du coup, je vous adresse un petit mot parce que là j’ai vraiment l’impression que l’on vit sur Mars… Pensez à ce que l’on aura CONCRETEMENT, IMMEDIATEMENT!

Amitié,

Signé X2, Historienne

PS. A mes ami-es qui boudent, enragent, construisent déjà le 3e tour social, des espoirs sur l'impact du vote blanc... je dis simplement le FN au pouvoir serait la pire des catastrophe. Dénonçons tant que nous pouvons la responsabilité du libéralisme économique, des socio-libéraux déguisés en socialistes, du PS, de la CFDT qui font avaler des couleuvres depuis des lustres, galvaudent les plus dignes idéaux de justice et contredisant leurs mots par leurs actes conduisent au rejet de ce qu'ils prétendent défendre. Bien sûr, dénonçons l'abandon, la trahison, ces élus régionaux qui ont délaissé leurs électeurs en laissant faire la métropolisation dont tous citoyen un peu conscient pouvait prévoir l'impact catastrophique sur les territoires ruraux ... et encore l'accentuation de l'inégalité territoriale, de l'injustice .. et encore de belles progressions pour l'extrême-droite. Bien sur, disons notre colère et notre rejet. La sanction des urnes a été claire. Mais pas suffisante pour donner le pouvoir a une véritable alternative. Les pouvoirs financiers ont paniqué, ont discrédité, ont renvoyé les "extrêmes" dos à dos. Certes.
Mais la politique s'écrit au présent. Nous voilà dans le moment où la réalité est que les ravages du social libéralisme ont conduit l'extrême-droite sur le devant de la scène et amené plus de 20% de nos concitoyens à ce vote suicidaire pour eux-mêmes et nous tous.

Face à cette situation que nous ne voulions surtout pas, que nous avons combattu tant que nous avons pu (contre la loi El Komri, contre le sacrifice des sévices publics, contre les crédits incessants concédés sans contre partie aux entreprises...), nous devons faire face. Le FN au pouvoir n'est pas une voie pour mobiliser contre le libéralisme. Nous ne pouvons pas accepter la perspective d'une présidence d'extrême droite et nous devons tout faire pour l'empêcher. Pas un vote blanc, pas une abstention. Nous saurons ce que nous avons voulu dire. Nous savons que la lutte évidemment sera la seule façon d'amener à un véritable échec dans les têtes de nos concitoyennes du FN. Mais ne reculons pas face à la nécessaire mobilisation présente. Réduisons tant que nous le pouvons l'espace de l'extrême droite, en votant le dimanche 7 mai contre cette terrible menace. Ce ne sera pas compromission. Ce sera lucidité politique et ce ne sera pas affaiblir notre critique du système économique délétère de tous contre tous qui permet à l'extrême droite de passer pour porteuse des idéaux de défense des intérêts populaires. Un air de déjà vu sinistre. Attention, ami-es. On ne passe pas impunément son tour en politique!

Le 26/04/17 à 12:31, X3 (historienne) a écrit :

Autre historienne, je partage l’avis d’X2, et je suis perturbée, abasourdie, exténuée, de voir tous ces messages d’hommes et de femmes de gauche tomber comme des hallebardes depuis ces derniers jours, et qui ne semblent pas prêter plus attention que ça à ce que signifie, réellement, le Front national, derrière l’ivresse des mots et des slogans des uns et des autres. La réalité, toute bête, toute simple, de l’horreur absolue.

Amitiés,

Signé : X3

___________________________

  

De :

Wed, 26 Apr 2017 13:37:59 +0000 (UTC), de X4 pour divers de slr-<debats@sauvonslarecherche.fr>, coordination@coord-12mars-labos-en-lutte.org <coordination@coord-12mars-labos-en-lutte.org>

Bonjour,

           je ne m'exprime plus sur cette liste foisonnante depuis des lustres... Mais là, je crois avoir compris (en simple "littéraire") que le véritable objectif (et il me semble digne) sera de tout faire, puis d'aller voter, pour que le FN ait le score le plus bas possible. Tout le reste, désormais, est secondaire. Le "secondaire" n'est pas sans importance, mais il laisse la priorité - à gauche !

Et je me permets de signaler, pour qui ne l'aurait pas vu passer :
http://www.deslivresetvous.eu/content/papa-pourquoi-tas-vote-hitler
C'est bien même pour vos enfants, "les gens" (! - sic).

Cordialement,

                  A.Nonimo

__________________________________

 

Le Mercredi 26 avril 2017 15h19, X5 a écrit :

Merci aux historiennes! Enfin quelques mots qui font sens pour moi...

De : Annie Lacroix-Riz [mailto:annie.lacroix.riz@gmail.com]
Envoyé : jeudi 27 avril 2017 23:47
À : X5; 'prepa.coordination.nationale@shesp.lautre.net'; 'coordination@coord-12mars-labos-en-lutte.org'
Cc : Front Syndical de Classe <frontsyndical.classe@laposte.net>; SNESup Forum (forum-superieur@list.snesup.fr)
Objet : RE: [Prep.Coord.Nat] Fwd: Fwd: Re: [Débats SLR] Non merci.

De l’histoire, il nous en faut, et pas sélective, « totale », comme disait le grand historien Pierre Vilar. Les historiennes, dont je suis, doivent expliquer en quoi la tactique du « moindre mal », illustrée aux élections présidentielles d’avril 1932 par le choix d’Hindenburg contre Hitler opéré par le SPD (parti socialiste, soutenu par son syndicat organique (l’ADGB) qui prônait officiellement depuis 1931, avec Fritz Tarnow « “un mariage de raison” avec les patrons » : « ne devons-nous pas être le médecin au chevet du capitalisme ? ») a élevé un barrage contre Hitler. C’est le même Hindenburg qui, officiellement, appela Hitler au poste de chancelier en janvier 1933 (combien de mois après les présidentielles?), mais les véritables promoteurs de ce choix étaient les principaux délégués du capital financier en Allemagne et hors d’Allemagne, France, Grande-Bretagne et États-Unis compris, unanimes sur ce point depuis 1930-1931 au sein de la Banque des règlements internationaux de Bâle. C’est le tandem SPD- ADGB qui s’opposa au Front commun proposé par le KPD (eh oui, le KPD « gauchiste » soi-disant responsable de la venue d’Hitler au pouvoir) contre le coup d’État de juillet 1932 de Goering en Prusse (contre le gouvernement SPD) en arguant qu’on avait bien le temps et que les législatives de novembre 1932 règleraient le problème. C’est le même tandem qui refusa la grève générale proposée par le même KPD fin janvier 1933 au motif que la décision était légale et que les législatives à venir donneraient tous apaisements. Puis, mais si, mais si, qui fit même des grâces (en se délestant de ses membres juifs) et jusqu’à des offres de services au nouveau régime après avoir participé à la mascarade du 1er mai 1933, jour précédant l’interdiction des « syndicats libres » (dont l’ADGB) en Allemagne : voir quelques détails in http://data.over-blog-kiwi.com/1/10/37/54/20160214/ob_05014e_pnm-333.pdf , http://data.over-blog-kiwi.com/1/10/37/54/20160303/ob_e2e6f1_pnm-334-web.pdf et http://data.over-blog-kiwi.com/1/10/37/54/20160404/ob_3c2c02_pnm-335.pdf

La poursuite depuis plusieurs décennies, inexorable faute d’organisations de défense politique et syndicale solides, de la ligne unique « droite-gauche de gouvernement », conduite sous la double égide extérieure d’une Union européenne dominée, d’une part, par Berlin et le curieux antifasciste Wolfgang Schaüble, bourreau de la Grèce (entre autres), et, d’autre part, par les États-Unis, n’a cessé de faire le lit du Front national. Et elle va continuer, à vitesse accélérée, ce qui dicte l’urgence de la reconstruction des organisations en question. Le rouleau compresseur, notamment contre les services publics et l’université, que promet clairement le candidat officiel de la haute banque et de la loi El Khomri, héritier sans complexe de Guizot (« Enrichissez-vous! »), va précipiter l’avantage pour ledit Front, de même que la politique, identique, du trio Chirac-Sarkozy-Hollande a déjà doublé, en quinze ans, le score de ce parti héritier direct de Vichy (les archives policières, notamment celles de la Préfecture de police, sont catégoriques). En quoi sont antifascistes l’alignement sur l’Allemagne et le loyalisme aux intérêts américains dont M. Macron est, comme membre des « French-American Young Leaders », un des éclatants symboles, comme François Hollande et Alain Juppé d’ailleurs, sans oublier Bernard Guetta et tant d’autres, https://frenchamerican.org/youngleadersclasses?

Sur les listes, l’insulte a fleuri au printemps 2012, contre tel intervenant un peu brutal (« indépendance des chercheurs ») sur prepa.coordination annonçant que Hollande, comme le PS dans toute son histoire (ère SFIO) incluse, adorait « la finance » autant que Sarkozy. On peut reprocher à l’intéressé de n’avoir jamais soutenu les luttes, assurément, et par là de contribuer personnellement au statu quo, mais pas d’avoir entretenu l’illusion sur « le vote utile ».

Je m’étonne au surplus, comme historienne et comme citoyenne, que le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire, dont certains membres sont convaincus que Macron nous protège de Le Pen, reste désespérément muet sur l’offensive banderiste, c’est-à-dire nazie, je dis bien nazie, qui déferle sur l’université française cent ans après la révolution d’Octobre, et pour célébrer le centenaire de celle-ci aussi dignement que la droitisation générale de la corporation l’autorise. Une autre historienne, assurée de la publicité du Monde pour pouvoir appeler, sans oser l’avouer, au vote Macron, a prétendu, contre Mélenchon, qu’elle n’a pas désigné non plus mais clairement visé, que la mise en cause des liens entre la haute banque et Macron relevait uniquement de l’antisémitisme. Somme toute, la gauche de gauche ferait chorus avec les fascistes et seulement parce que l’intéressé avait travaillé pour Rothschild : « Le substrat antisémite est toujours remonté à la surface en période de crise. C’est encore le cas aujourd’hui. On l’entend encore au sujet d’Emmanuel Macron en rappelant qu’il était banquier chez Rothschild. Comme je le dis souvent, on ne lui collerait pas cette étiquette de banquier s’il avait travaillé au Crédit agricole. » (http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/04/10/annette-wieviorka-la-france-c-etait-a-la-fois-de-gaulle-a-londres-et-petain-a-vichy_5108938_823448.html)

Ah bon? Sur la base de quelle démonstration? On attend avec impatience la réaction de la même collègue contre l’offensive nazie-antisémite des banderistes négationnistes officiellement accueillis à Paris, avec entre autres le soutien politique et financier de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et du quotidien Libération, dans une session « universitaire » dont elle devait assurer les « conclusions », conclusions qui n’ont pas été présentées vu l’ampleur du scandale qui venait de s’y dérouler http://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/lukraine-bandero-maidaniste-luniversite-francaise-annie-lacroix-riz/. Est-ce que la russophobie délirante qui a saisi la France, historiens de Contemporaine inclus, justifie tout, et en particulier le distinguo entre un antisémitisme illicite et un antisémitisme licite?

Au nom de l’Union européenne dont l’Ukraine « occidentalisée » devrait faire partie, sous l’égide des États-Unis et de l’Allemagne, il y aurait des nazis-antisémites acceptables? « Je n’accepte pas le projet raciste de Marine Le Pen », nous a le 27 avril au matin seriné Jadot sur France Inter. Et le projet raciste de l’allié Porochenko, qu’ont à nous en dire les bons apôtres de l’antifascisme?

Je ne mettrai pas dans l’urne un bulletin Macron le 7 mai précisément parce que je me bats et me suis toujours battue sans réserves contre le Front national. Quelle crédibilité aurait alors la dénonciation de la loi El Khomri, que Macron, avec l’aval de nos voix, confirmera dans les meilleurs délais? Et la dénonciation de la précarité à l’université, qu’il symbolise et va poursuivre et aggraver, etc.? La campagne du deuxième tour doit expliquer ce dont nous menace dans l’immédiat la poursuite de la politique qui a continuellement fait le lit du Front national depuis l’ère François Mitterrand – lequel n’a pas réussi à faire disparaître son nom d’une « Liste complète alphabétique des dignitaires de l’ordre de la francisque » établie par la direction générale de la Sûreté nationale alors qu’il avait, peut-être depuis les années 1950 grâce à ses fonctions de ministre de l’intérieur, fait disparaître sa fiche individuelle du dossier de la série F7 15387-15388, titulaires de la francisque, 1940-1944 (15388, 2e vol., lettres L-Z), signataire comme tous les demandeurs et bénéficiaires, de la formule« Je fais don de ma personne au Maréchal Pétain comme il a fait don de la sienne à la France. Je m’engage à servir ses disciplines et à rester fidèle à sa personne et à son œuvre. » : « Mitterrand François, Marie, Maurice, né le 26 octobre 1916 à Jarnac (Charente), dt [demeurant] 20, rue Nationale, Vichy. Délégué service national des étudiants. »

source : BB/18/7135, Dossier 8 BL 1217/R, Francisque, vœu émis par CDL [comité de libération] de l’Allier d’exclure de tout poste officiel les individus titulaires de la francisque, Archives nationales.

Des archives, c’est terrible, il en reste toujours, même quand on en détruit par monceaux…

La mise en garde contre le fascisme, le racisme en général et l’antisémitisme en particulier ne saurait être à géométrie variable. Je ne doute pas de la bonne foi d’historiennes alarmées par la conjoncture électorale. Il n’est pas moins devenu indécent, à ce stade d’une politique poussant systématiquement en avant le Front national, de nous enjoindre de renouveler l’opération de 2002 et de prétendre que ceux qui refusent le choix entre la peste et le choléra seraient responsables de la catastrophe. La seule position cohérente consiste à informer sur le vrai programme du Front national, à mener maintenant et dans la suite le combat politique contre lui, à refuser simultanément d’accorder crédit au regroupement de type « union nationale » droite-PS auquel on nous convie et à reconstruire pour nous défendre des organisations politiques et syndicales vertébrées. Voilà l’urgence, la vraie.

On veut tirer des leçons de l’histoire? Qu’on m’explique que Daladier n’a pas aidé Pétain à renverser la République, alors que toutes les sources originales convergent dans la démonstration contraire : il a été un de ses principaux complices, non seulement complice objectif d’ailleurs, mais subjectif, et en osant se réclamer de la « république » et de l’intérêt national. Encore la haute banque était-elle contrainte en 1938-1940 de se dissimuler derrière des hommes politiques présumés « républicains ». Actuellement, le capital financier contrôle tout, du sol au plafond, et n’en a même plus besoin, http://www.les-crises.fr/emmanuel-macron-un-putsch-du-cac-40-par-aude-lancelin/.

Dame Parisot annonce d’ores et déjà sa candidature ministérielle.

J’aurais refusé de choisir entre Fillon et Le Pen, je refuse de choisir entre Macron et Le Pen, et je récuse tout chantage à ce sujet.

 

Bien cordialement à tous,

Annie Lacroix-Riz

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Ouallonsnous ? 04/05/2017 23:44

Annie Lacroix Riz, refuser de choisir est légitime, quand on le peut, mais il ne faut pas se mettre la tête dans le sable pour ne rien voir, si nous ne choississons pas, le système le fait pour nous, je suis pour une tactique moins dommageable !
Le positif à venir, c’est que de plus en plus de citoyens ayant allumé leur cerveau et éteint leur télé
commencent à réfléchir à la bonne tactique pour mettre en échec les magouilles et calomnies télévisuelles électorales du système siono-hollandiste.

Constatant que l’ élection du président de la République au suffrage universel donne trop de pouvoir à un seul personnage pour être compatible avec la démocratie, ils réalisent que le front républicain et national maintenant passe par le vote MLP/NDA et son contrepoids de gauche incarné par les 7 millions d’électeurs du premier tour de la France Insoumise pesant aux législatives, sinon Macron c’est la dissolution de la république Française dans l’UE/OTAN/USA avant la fin du quinquennat !

La tactique du vote MLP/NDA au second tour corrigé aux législatives est celle qui fera barrage à Macron et à la menace qu’il représente pour la pérennité de notre pays, nous pourrons ensuite toujours corriger le « tir » aux législatives, mais entre français !

C’est l’occasion que nous attendions depuis longtemps pour enfin faire bouger les lignes et mettre de l’ordre dans notre pays livré depuis longtemps aux lobbys financiers et communautaristes ainsi que religieux bafouant sans vergogne la laïcité et le caractère social et solidaire de notre République.

Nous pourrons également enfin contrôler nos frontières et nous isoler des effets délétères dus à notre appartenance forcée depuis 2009 à l’UE/OTAN/USA.

Réveil Communiste 05/05/2017 07:11

Cette tactique (MLP le 7 mai et FI le 11 et 18 juin) crée la confusion. Elle se tient à la rigueur sur le papier mais elle est impossible à mettre en pratique de manière efficace.

DD 30/04/2017 23:40

Merci Annie Lacroix-Riz pour cette mise au point magistrale. Pas une seule voix pour les révisionnistes et les promoteurs du fascisme, refus de choisir entre la peste et le choléra, ni FN ni Macron, et ce sont bien les banquiers et autres industriels allemands, européens et américains qui ont porté Hitler au pouvoir.