Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Récuser l'amalgame entre Hitler et Staline en récusant les accusateurs et leur dossier

13 Août 2017 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Front historique, #Russie, #Ukraine, #GQ

Lorsque l’on refuse l’amalgame Hitler Staline on se voit parfois traité de « révisionniste » ou de « négationniste » des soi-disant « crimes de Staline ».

Sur ce point il faut d’abord affirmer clairement et nettement que les accusations proférées contre Staline, l’URSS, le socialisme réel et le mouvement communiste ne sont pas historiquement valides : quelques soient leurs redondances scolaire et médiatique, il s’agit d’accusations polémiques et de témoignages littéraires avancés sans preuves et qui dans la plupart des cas n’ont pas été corroborés par une recherche indépendante, ni par le recours direct aux archives depuis la chute du socialisme est-européen.

Le cas de l’historiographie occidentale sur l’URSS est lourd de partialité et de mensonges : truffée de chercheurs ad hoc qui ont fait leurs classes dans les services secrets, elle émane principalement de fondations et d’universités privées richement dotées par le grand capital américain et européen dans le but d’instruire un procès à charge, et qui ont petit à petit investi les lieux de pouvoir intellectuels, à commencer par de prestigieuses universités américaines.  Ses informateurs sont exclusivement des adversaires virulents du socialisme, ou des transfuges qu’ils contrôlent complètement. La méthode de ce type d’historiographie partisane est magnifiquement résumée par Hannah Arendt, pour qui l’absence de preuve des crimes staliniens est un crime de plus : elle prouve qu’elles ont été supprimées.

L’interprétation historique des expériences socialistes est en effet un axe stratégique du combat d’idées de la guerre froide, bien davantage encore que durant les deux guerres mondiales. Alors qu’il s’agissait auparavant simplement de conforter le moral des combattants en diabolisant l’adversaire et en donnant la confiance en la victoire, pendant la guerre froide la lutte de propagande est devenue essentielle, parce que l’enjeu de la guerre n’est ni plus moins que l’extension du système socialiste au monde entier, et parce que l’opinion publique est devenue le terrain même de la décision, considérant l’impossibilité d’arracher une décision militaire par la bataille finale à cause de l'arme nucléaire.

Un autre fond de la littérature pseudo historique dont le but est de calomnier le socialisme provient des luttes de faction internes au groupe dirigeant soviétique, et de la propagande et des plaidoyers en justification de Trotsky et de ses nombreux partisans de droite et de gauche avant guerre, puis des efforts des déstalinisateurs aux intentions suspectes après-guerre,  dont le chef-d’œuvre est le « rapport secret » cynique et affabulateur de Nikita Khrouchtchev (1955). Il fut aussi l’inspirateur et protecteur des intellectuels officiels puis dissidents qui ont été lancés par cette tendance dans la période dite fort inadéquatement du « dégel », dénomination dérobée au grand roman d’Ehrembourg.

La diabolisation de Staline est alors destinée à justifier un repli de la théorie soviétique vers un humanisme vague, qui légitimera à son tour la transition régressive au capitalisme, sous le camouflage de l’idéologie des droits de l’homme (version 1789 et non 1948). Ils n’ont pas déstalinisé parce que Staline aurait été inhumain, mais ils l’ont fait passer pour inhumain pour pouvoir « déstaliniser », c’est à dire interrompre définitivement un processus révolutionnaire déjà largement enrayé par les effets effroyables de la guerre de 1941-45 sur la société soviétique.

D’autre part il n’y a aucune équivalence même superficielle entre les répressions nazie-fasciste-colonialiste qui sont revendiquées par leurs auteurs comme une composante centrale de leur projet de société inégalitaire (même s’il peut leur être tactiquement utile de nier certains crimes au moment où ils sont commis) et la terreur révolutionnaire (qu’elle soit exercée par des communistes « staliniens » ou par d’autres) qui est une mesure nécessaire à la survie de la révolution prolétarienne mais regrettable et temporaire. En 1936, les anarchistes espagnols placés devant la nécessité du « eux ou nous » n’ont pas été plus modérés que les bolcheviks, loin de là.

On accuse Staline et à travers lui les communistes et les révolutionnaires de tous les temps de paranoïa, à contresens : les paranoïaques sont les nazis qui exterminent les juifs parce qu’ils croient simultanément qu’ils sont des sous-hommes, qu’ils dominent le monde, qu’ils propagent le communisme, et qu’ils gouvernent les États-Unis. Et non les staliniens qui pourchassent et qui répriment les factieux parce qu’ils démoralisent les masses, qu’ils minent la cause du socialisme et la trahissent au moment du plus grand danger. L’histoire contre-révolutionnaire fait l’innocente mais elle ne peut pas faire passer l’année 1937, l’année « des grandes purges » comme elle dit pour une année aussi ordinaire que, par exemple, l’année 1968 !

La plupart des victimes de la terreur révolutionnaire aurait été classée par un observateur objectif à l’extrême droite par ses idées et ses actions. A commencer par Soljenitsyne. Une des fonctions essentielle des camps d'internements soviétique après 1945, quand leurs effectifs se sont accrus a été de réprimer les collaborateurs de l’hitlérisme. Il a bien fallu mettre quelque part les assassins de base d’Auschwitz et de Baby Yar puisqu’il n’était pas question de les tuer tous.

Les témoignages littéraires trop nombreux qui suppléent le manque de sources historiques ne montrent que d’innocentes victimes de mesures arbitraires qui ne comprennent absolument pas la raison de ce qui leur arrive. C’est de bonne guerre. Environ 25% des condamnations politiques de 1937-1938 ont été annulées ou allégées par les autorités soviétiques elles-même dès 1939, mais la majorité des condamnés à mort ou à la déportation étaient bel et bien des opposants actifs dans une situation historique où il n’y avait pas d’espace pour l’opposition, et bon nombre aussi ont précisément été condamnés pour abus de pouvoir tyrannique ou dénonciation calomnieuses (y compris Yagoda et Yejov, les deux chefs successifs du Ministère de l'Intérieur - NKVD).

Quant aux propagandistes occidentaux à commencer par le pamphlétaire surestimé George Orwell, ils tentent de mettre en avant une gigantesque théorie du complot, selon laquelle le pouvoir soviétique aurait organisé lui-même la subversion à son encontre. En 1937 ! Comme s’il n’avait pas assez de problèmes à résoudre pour avoir à s’en inventer ! Il est caractéristique que les arguments utilisés par les accusateurs du socialisme seraient tournés en ridicule par les gens de bon sens s’ils étaient employés au bénéfice de n’importe quelle autre cause.

Le grand récit anticommuniste procède par invention pure et simple, dénaturation des faits, affirmations sans preuves, procès d’intention, exagération (notamment des bilans). On dirait un pur exercice de rhétorique pour apprentis avocats.

Il n’y a qu’à le comparer avec le récit documenté des crimes nazis pour voir la différence de style. Il s’explique fort bien : les accusateurs du nazisme, à l'image de Primo Levi n’ont pas d’agenda caché, ils ne lui reprochent ni plus ni moins que ce qu’il a fait, négligeant à tort ou à raison d'examiner les causes politiques de son action criminelle. Le dossier est établi scrupuleusement, après la défaite sans appel de ce mouvement, quand il ne représente plus aucun danger pour personne, mais au moment où les deux camps en présence qui se disputent l’hégémonie en Allemagne auraient tout intérêt à en ménager les survivants (et c’est d'ailleurs celui qui l’a fait qui a gagné la guerre froide); d’où la lenteur de la prise de conscience de leur gravité, en dehors du champ des consciences politisées.

Les accusateurs du socialisme, de leur coté, ne lui reprochent en réalité qu’une seule chose, la même que les nazis reprochaient aux juifs : d'exister. Et donc de proposer une alternative, même insuffisante, au capitalisme. Les communistes "staliniens" (et eux seuls) représentaient un danger permanent pour la société de classes qui est la seule société humaine et civilisée aux yeux de ses bénéficiaires et des intellectuels qui sont rémunérés pour la défendre. On ne doit donc pas se laisser impressionner par leurs arguments, ni par leur ton hystérique. La nécessaire critique du socialisme ne peut pas reproduire les méthodes et arguments de ses ennemis ni prendre pour argent comptant les faits tels qu'ils sont établis par ses ennemis.

Nous ne sommes ni des "négationnistes", ni des "révisionnistes". Pour cela il faudrait que nous ayons affaire à des hypothèses d'histoire scientifique, et non à une légende noire incohérente qui dénature complètement les faits.

GQ, 6 décembre 2016

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

CHADI 09/12/2016 13:15

Réponse au monsieur qui n'arrive pas à trouver la trace de la citation de Churchill sur Staline que j'ai mentionnée dans mon commentaire ci-dessus. Voici,ci-après,une indication sur la citation en question :
allez sur internet et saisir les termes suivants : " Quand Churchill parlait de Staline en 1959",cliquez et
un texte s'affichera incluant la fameuse réflexion.
J'espère vous convaincre ainsi mon cher monsieur.

Réveil Communiste 09/12/2016 21:12

Oui mais je crois que son authenticité est discutable.

CHADI 09/12/2016 01:52

Analyse brillante et bien charpentée. Pour ma part,j'ai quelques éléments à exprimer à ce sujet :
d'abord,commençons par la stratégie des communistes,notamment l'URSS,en
matière de défense idéologique,qui d'ailleurs avait de graves prolongements militaires.
Cette défense idéologique contre les impérialistes capitalistes,se cantonnait structurellement sur la défensive. L'URSS,se comportait comme si elle était coupable de quelque chose.
Les conséquences de ce qu'il faut bien appeler un complexe d'infériorité,d'ailleurs
totalement injustifié,des soviétiques vis à vis de l'Occident sont désastreuses. Trois
exemples sont là pour nous rappeler cette triste réalité :
1) sur le plan politique :
- la campagne anti Staline de Khroutchev,menée pour "plaire" aux occidentaux.
- les catastrophiques accords d'Helsinki de 1975,signés de plein gré par l'URSS mais
qui l'obligeaient,par la suite,de se plier à la stratégie de destruction du bloc soviétique par étape soigneusement élaborées.
2) sur le plan militaire :
la guerre du Vietnam et le conflit israélo-arabe,où les alliés de l'URSS; à savoir : le
Vietnam,l'Egypte et la Syrie- recevaient un armement largement inférieur à celui de
l'ennemi. Les soviétiques observaient des règles de prudence qui s'apparentaient, disons le franchement,à de la lâcheté.
Enfin,et pour revenir à Staline, Churchill a bien résumé ce qu'il faut penser de ce grand
révolutionnaire : "Staline a hérité d'un pays à la charrue,il l'a laissé avec la bombe atomique." Et si l'Occident a quelque chose à reprocher à Staline,c'est bien ce miracle,
sans équivalent dans l'Histoire,qu'il a réalisé pour son pays et pour la cause du socialisme. Point.

Réveil Communiste 09/12/2016 06:39

Je n'ai pas trouvé la trace directe de cette citation attribuée à Churchill. Par contre de nombreuses citations cyniques attribuées à Staline sont fausses aussi, dont "le vatican, combine de divisions?", et "la mort d'un homme est une tragédie, la mort d'un million d'hommes une statistique"