Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Recrutements forcés en Ukraine

14 Juin 2015 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Ukraine, #Impérialisme

Les autorités de Kiev usent de méthodes radicales pour compléter les rangs de l’armée ukrainienne


Sur le blog de Danielle Bleitrach

http://kprf.ru/international/ussr/143518.html

Vers la fin d’avril en Ukraine a commencé la cinquième vague de mobilisation. « Environ » parce que cette fois l’état-major général ukrainien a décidé de ne pas nommer la date exacte de son début, afin d’éviter toute perturbation de l’événement. En mai, le ministère de la Défense a indiqué que les préparatifs de la cinquième vague avaient commencé dix jours avant la fin de la quatrième, et dès le 22 avril au matin les premiers appelés ont été envoyés aux unités de formation.

L’état-major général a également choisi de ne pas divulguer le nombre de nouvelles recrues, car cela « constituerait une menace pour la sécurité nationale. » Nous savons seulement que la nouvelle vague durera 60 jours et se déroulera selon les mêmes règles que la précédente – sont particulièrement demandés, comme avant, les agents de liaison, les mécaniciens, les artilleurs. Auparavant, le chef du ministère ukrainien de la Défense Stepan Poltorak a rapporté qu’en 2015 il est prévu de mobiliser 50.000 personnes, et, si nécessaire, deux fois plus (104 000). Mais cela se ferait, selon le décret de janvier de Petr Porochenko, en trois étapes.

La prochaine vague va commencer, le plus probablement, juste après la fin de l’actuelle, c-à-d, dans le milieu de l’été. L’atmosphère de secret dans laquelle se passe la vague actuelle de la mobilisation n’est pas accidentelle. Les informations sur l’étape précédente, pour employer un euphémisme, ne sont pas réconfortantes. Par exemple, en janvier 2015, le chef du Département Mobilisation de l’état-major général Oleg Boiko a révélé que seulement 6% des mobilisés sont venus volontairement. A titre de comparaison, au cours de la première étape le nombre de volontaires était de 20% du total des conscrits.

Au cours des troisième et quatrième vagues le chiffre a chuté à 10%. Le 27 mars, l’attaché de presse de l’état-major général Vladislav Seleznev a rapporté que le plan de mobiliser 52 000 personnes pour le service militaire du 20 janvier au 20 avril était rempli à 76%. Mais selon d’autres sources, le nombre de réfractaires avec chaque vague est en augmentation. En mars, le magazine « Semaine ukrainienne » a publié des données montrant que 95% des habitants de Kiev concernés par la mobilisation ne s’étaient pas présentés dans les bureaux d’enrôlement militaire. La plupart d’entre eux n’ont tout simplement pas reçu la convocation. Pour éviter de recevoir le papier de mauvaise augure, les jeunes paient le concierge pour qu’il déclare aux agents du bureau de recrutement qu’ils ne vivent pas à cette adresse, au pire ils fuient, qui en Russie, qui en Europe.

Le même Oleg Boyko a admis que dans la région de Transcarpathie il y a eu un cas où les villageois appelés pour le service militaire avaient tout simplement loué deux bus qui les ont conduits en Russie, après avoir payé un pot de vin à la frontière. Dans d’autres cas, les villageois qui ne voulaient pas quitter leur maison ont brûlé leurs papiers militaires. Cependant, à l’heure d’aujourd’hui, les employés des bureaux militaires qui doivent impérativement mener à bien le plan, ont décidé de montrer leur «créativité».

Sur Internet on peut trouver beaucoup de vidéos et rapports sur ce que font les commissaires militaires afin que de remettre l’ordre de mobilisation. Certains se font passer pour des employés des services communaux ou des concierges, et vont de porte en porte, officiellement pour des affaires publiques. D’autres tentent d’alpaguer directement les jeunes dans les transports en commun (tel cas a été enregistré sur vidéo à Kharkov). L’état-major général a même dû expliquer le 4 Juin que la loi ne précise pas comment doit être remise la convocation, ce qui signifie qu’ils peuvent la délivrer de n’importe quelle façon et n’importe où. En particulier les travailleurs d’usine sont malchanceux, qui reçoivent la convocation militaire directement sur leur lieu de travail. Selon la direction, un homme sur trois a été enrôlé de force dans les usines « Electrotyazhmash » (Kharkov) et Novokakhovsky (région de Kherson). Et à Lviv ce sont les artistes de l’opéra local qui ont été enrôlés massivement.

En général, il est à noter que par rapport à la vague précédente de la mobilisation, l’état-major général ukrainien a été très actif dans le recrutement pour les armées. La question se pose pourquoi, si à l’Est se poursuit au moins officiellement une trêve, et les conditions de vie des soldats, pour employer un euphémisme, laissent beaucoup à désirer? Il est également intéressant de noter que les agences sociologiques ukrainiennes ont arrêté les sondages, ou au moins de les publier, sur l’attitude de la population vis-à-vis de la mobilisation. La dernière étude a été réalisée à la mi-mars, par le « centre de suivi social ». Selon le centre, seulement 20% des personnes interrogées ont déclaré que leurs amis répondraient à l’appel en cas de guerre. Le reste a suggéré qu’une partie ou la majorité des Ukrainiens va essayer d’échapper à l’enrôlement. Mais à Kiev, on ne tient pas compte de l’humeur du public et on continue de mener la campagne de mobilisation prévue avant l’Accord de Minsk.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article