Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Gilles Questiaux démissionne de la fonction de rédacteur en chef de la revue "Unir les communistes"

19 Août 2015 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Réseaux communistes, #GQ

La revue "Unir les communistes" est éditée par le réseau du PCF "Faire vivre et renforcer le PCF" dont la force militante principale se trouve dans la section de Vénissieux. Quatre numéros sont parus depuis 2013.

Le comité de rédaction de la revue s'acheminant vers le refus de publier mon compte rendu et mes réflexions sur l'échec de la manifestation des Assises du communisme, le 30 mai dernier, j'en ai tiré la conclusion logique et j'ai démissionné de la fonction de rédacteur en chef, et du comité de rédaction.

Contrairement au PRCF, qui n'admet pas qu'on puisse parler d'un échec, on me reprocherait plutôt l'inverse : d'avoir cru que les Assises devraient s'organiser effectivement pour réussir.

J'assume la responsabilité politique des quatre premiers numéros de la revue, mais pas au-delà. Je remercie vivement tous ceux qui ont participé à l'aventure, et je souhaite bonne chance à ceux qui continuent.

A vrai dire cet éloignement est inscrit dans l'évolution de mes positions : non seulement je ne crois plus qu'il faille "Faire vivre et renforcer le PCF", mais je me pose la question de l'utilité pratique qu'il y aurait à unifier verbalement des individus qui se proclament communistes, dans des réseaux fantomatiques, sur la seule base d'une référence idéologique commune (et qui ne l'est parfois que très superficiellement).

En fait seul un congrès ouvert pourrait unifier les communistes, dans un nouveau parti, doté d'un groupe dirigeant, d'un programme d'action et d'une ligne correcte. Tout le reste me parait maintenant de l'ordre des illusions et du faux-semblant.

Fraternelles salutations GQ, 21 juin

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
c'est bien dommage qu'il y ait si peu de gens pour les entendre . je n'y était pas , Paris c'est loin pour nous , même si je sais qu'il y en a qui sont venus de loin . pour ma part je considère comme positif ,que le rassemblement ait eu lieu . donc pour toi c'est un échec . on peut peut être poser la question au delà du nombre , quels sont les éléments qui te permettent de parler d'échec ? car apparemment dans le club dirigeants des assises vous n’êtes pas sur la même longueur d'onde politique , ce n'est pas une surprise pour ma part , c'est le contraire qui m'aurait étonné . sam 82 .
Répondre
G
@karl, en fait si je comprend bien tu es d'accord à 100% avec moi, sauf que tu considères que ce n'est pas un échec pour le simple fait que le rassemblement ait eu lieu. Moi je pense que ça ne suffit pas comme critère.<br /> @Sam, JC Pottier. Georges Gastaud et Léon Landini font de bonnes interventions, c'est bien dommage qu'il y ait si peu de gens pour les entendre.<br /> Bref l'échec, c'est pas grave, ce qui est intolérable, c'est qu'on le dise.
Répondre
P
Non, ce qui importe, c'est de se donner un impératif : mobiliser plus et mieux. <br /> <br /> Quand Rouge Midi, organisation des Assises, appelle à une manifestation à Marseille le même jour, on ne peut que se poser des questions. L'échec ne serait-il pas un échec sciemment provoqué?
S
je partage, l'essentiel est dit . quand aux assises ce n'est que la reproduction d'une unité de sommet , dont certains responsables ont un égo surdimensionné , ce qui doit les inciter a croire qu'ils sont indispensables . j'ai lu les prises de paroles de Landini et Gastaud , je trouve aussi qu'elles sont en résonance avec les préoccupations des travailleurs . sam 82 .
Répondre
P
On ne peut pas parler d'échec, il faut replacer cette manifestation dans son contexte politique. Le contexte électoral montre un électorat entre désaffection et attentisme mais suffisamment mûr pour exprimer une totale défiance à l'égard du politique. 40 ans de crise sociale continue avec le passage de l'union de la gauche puis de la gauche plurielle comme pratique de collaboration de classe parvenu à un très haut niveau de trahison. Le PCF obscurcit le champ des solutions et joue à fond contre l'intérêt des travailleurs. Ne parlons même plus du PS...<br /> En arrière fond, l'effondrement du camp socialiste et ce qu'il en ressort : la propagande antisoviétique a atteint nos rangs et se solidifie. <br /> Les organisations des Assises rajoutent à la confusion : la situation exige la création urgente d'un authentique parti communiste révolutionnaire et ce sont les progrès vers cette création qui stagnent. La classe ouvrière, les millions de victimes du chômage, les forces populaires, sont laissés à l'abandon. Offerts en pâture au FN.<br /> La petite bourgeoisie (à laquelle appartient désormais le PCF) occupe le terrain de l'agitation politique, entre opportunisme réformiste et gauchisme en bout de course. <br /> L'offensive de classe des milieux dirigeants a totalement anesthésié la classe ouvrière et l'idée fausse que celle-ci est en voie de disparition prend corps dans la conscience collective. Alors que les Assises devraient montrer un visage uni et offensif, on doit bien constater qu'on est dans la division et le sectarisme. <br /> Les présents le 30 mai ont affirmé par leur présence une authentique volonté communiste et révolutionnaire. Les prises de parole de Landini et Gastaud ont résonné fort et juste.
Répondre
K
Echec ? certainement pas. Plusieurs centaines de personnes pour cette manifestation dans les conditions "d'organisation" que l'on sait, un large rassemblement, avec les organisations des Assises et au dela, le soutien de nombre de personnalités dans et au delà du mouvement communiste non on ne peut pas parler d'échec sur le plan politique.<br /> C'est une réussite de l'unité d'action des communistes que cette première manifestation commune a pu se tenir. Démontrant dans la rue à tout ceux qui étaient présents que l'on peut agir ensemble. Concrètement. Mon avis que l'avenir est là, et non pas dans des congrès au sommet, entre personnalités et choc des égos. mais bien dans la décision d'agir ensemble, pour les 4 sorties.<br /> <br /> Certes ce n'est pas une réussite totale, du moins sur le plan pratique, car même si nous étions nombreux, le sabotage de l'initiative par certain qui ont organisé malgré leurs engagement au sein des assises des manifestations en même temps en d'autres endroits de france, les défauts d'organisation (en raison des même d'ailleurs) qui n'ont pas permis d'organiser véritablement la mobilisation en amont mais que quelques semaines avant en plein mois de mai chargé pour tous le monde font qu'il y a une marge de progrés certains et qu'entre les espérances que l'on pouvaient avoir et ce qui a pu être réalisé pratiquement (et il faut rendre grâce aux militants notamment ceux du PRCF, qui ont joué totalement le jeu) on DOIT progresser.<br /> <br /> le bilan politique et pratique doit être tiré, point besoin de noircir le tableau en parlant d'échec, ni de l'éclaircir pour éviter d'en tirer pleinement les conclusions que je partage avec Gilles : nous avons besoin un groupe dirigeant, d'un programme d'action et d'une ligne correcte<br /> En esperant que cela avance au sein des assises. Moi j'en tire toute les conclusions, et je rejoins dans l'action les camarades du PRCF qui ont une organisation, un programme et une ligne correcte.
Répondre
R
Même si les participants avaient été 500, comme l'a rapporté le PRCF on ne peut pas parler d'un succès, considérant que nous avons eu 6 mois pour le préparer, et que personne n'en a fait écho, même par réprobation.