Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Staline et la révolution

10 Octobre 2016 Publié dans #GQ, #Front historique, #Qu'est-ce que la "gauche", #Russie, #Ukraine

 

État du texte en septembre 2015

 

Photo : Staline et Lénine en mars 1919

 

Quelle position les communistes doivent-ils prendre sur Staline, sur ce qu’il fut vraiment, sur son image actuelle et ce qu’elle symbolise ? Doivent-ils le rejeter avec effroi, doivent-ils l’esquiver comme un secret de famille honteux ?

 

1

Le but de cet article est d'inciter les communistes du XXIème siècle à se libérer du discours bourgeois sur Staline, discours sur un élément essentiel de leur propre histoire, qu'ils le veuillent ou non, discours faux mais hégémonique, y compris dans leurs rangs. Et de faire en sorte qu'ils se rendent compte que Staline eût-il été un ange, le discours bourgeois à son sujet aurait été exactement le même. En fait, il serait bon qu'ils se rendent compte qu'il leur faudrait tout faire pour mériter une telle réputation dans la bourgeoisie mondiale.

Dans le monde entier les exploiteurs et les hypocrites prononcent le nom de Staline, mort en mars 1953, avec haine, terreur et horreur. A titre conservatoire, c'est plutôt bon signe. C'est peut être le signe qu'il ne devait pas être si mauvais, s'ils ont encore peur de lui, après si longtemps.

Staline comme monstre maléfique dénoncé par l'idéologie libérale-démocratique hante le monde de la fin de l’histoire. Il est abusivement assimilé à Hitler par l’usage de la théorie de guerre froide du « totalitarisme ». Dans le récit incohérent propagé par les manuels scolaires, leurs rôles respectifs deviennent complètement inintelligibles. Le dirigeant criminel raciste contre-révolutionnaire allemand est rejeté en paroles par la même bourgeoisie qui l’a utilisé, comme si elle n’avait rien à voir avec lui. Staline, dirigeant victorieux de l'Union Soviétique et de la révolution mondiale qui a combattu et vaincu le nazisme hitlérien lui est assimilé, au défi de la réalité historique, pour « exorciser le communisme » comme l’a écrit un jour le journal « Le Monde » sans mettre de guillemets, pour rendre à jamais impossible une nouvelle révolution comme celle d'octobre 1917 en Russie. Bref, comme Dostoïevski l’avait anticipé en critiquant les révolutionnaires russes vers 1870 dans Les Possédés, on lui fait porter un costume de démon des plus banals dans la tradition judéo-chrétienne (et d’une version de la théologie judéo-chrétienne bien peu intelligente). 

Le représentant du mal métaphysique ainsi signalé à l'attention du public pourrait attirer à lui le négatif humain que la société bourgeoise veut mettre au rebus, ceux qui sont acculés à la folie, les exploités, les précarisés, les perdants, les humiliés, ceux qui inclinent vers le suicide ou le terrorisme. Staline a acquis une mauvaise réputation du genre à plaire à l’opprimé isolé par le spectacle du triomphe planétaire du capitalisme. Et il vaudrait mieux pour le monde que les révoltés irréconciliables qu'il produit toujours se regroupent autour de son nom, quitte à choisir, que dans les rangs du fascisme ou de l'intégrisme religieux.

Mais Staline n’est pas une figure de la décomposition populaire du romantisme, un "surhomme " nietzschéen abatardi. Il n’a pas été adulé par des foules qui comptaient nombre de héros et de génies comme un exterminateur mais comme un sauveur.

Or il apparait de plus en plus clairement que le Staline historique n’était pas le personnage monstrueux que ses ennemis ont cherché à accréditer depuis le rapport Khrouchtchev de 1955.

L’histoire objective de son pouvoir sur l’URSS et le mouvement communiste commence à être écrite avec le recul scientifique nécessaire à la manifestation de la vérité. C'est une histoire terrible pleine d’excès et de brutalité. Mais la terreur dont il est question n’a pas été introduite dans l’histoire par la malveillance d’un homme ou d'un petit groupe dirigeant. Elle résulte d'un contexte et de circonstances précises. Lorsque ces circonstances se sont appaisées, les groupes dirigeants communistes de l'URSS et des partis frères n'ont plus osé regarder leur histoire en face, et ont cru s'en tirer en faisant de Staline le bouc émissaire de tous leurs excès et toutes leurs erreurs. Et le bouc émissaire était particulièrement mal choisi.

C’était un politicien très intelligent, habile, convaincu, incorruptible, et plutôt prudent, qui fut sans doute, comme Mao après lui, victime des illusions que produit un exercice absolu du pouvoir politique.

Nos idées sont remises en cause concrètement par les résultats concrets de l’expérience historique du socialisme réellement existant, mais fort peu par les travers de personnalité attribués aux chefs qui ont voulu les mettre en pratique. On leur doit bien cela : on peut reprocher tout ce qu’on veut aux communistes intraitables de la génération formée par Staline, mais non d’être inoffensifs, non d’avoir été des « intelligents » tchékhoviens se morfondant en regardant passer l’histoire en se plaignant de leur impuissance, ou des romantiques complaisants qui comme dit Lautréamont « se roulent sur la pente du néant en poussant des cris joyeux ». Ou des modernes plus ou moins jeunes qui continuent ce petit jeu sur les réseaux sociaux.

On ne peut pas si facilement le dissocier de la tradition politique qu'il applique et qu'il prolonge. Staline incarne la dictature du prolétariat. S’il y a quelque chose qui ne va pas chez Staline, c’est dans la théorie de la dictature du prolétariat qu’il faut le chercher, théorie appliquée fidèlement telle que Karl Marx et Lénine l’avaient envisagée.

Et certes, ce n'est pas pour rien que Gramsci (qui a toujours soutenu Staline contrairement à ce que l'on laisse croire souvent) l'a reprise de fond en comble à la même époque, non pour la supprimer, mais pour l'actualiser.

La tentative stalinienne de mettre en pratique le marxisme a finalement été vaincue. Mais il y a quelque chose d’étonnant à voir toute l’intelligentsia mondiale élevée dans le culte de Nietzsche s’épouvanter de voir ce que ça donne, d’agir « par de là bien et mal ». De voir ce qu'elle interprète comme un surhomme en chair et en os mettre en œuvre la dictature du prolétariat à ses dépens.

Le fait est que Staline, dont le nom qu'il s'est choisi signifie "Homme d'Acier", fut le dirigeant rationnel à la barre de la Révolution dans les circonstances de fer où elle se produisit, dans le monde de violence sans limite ouvert par la boucherie de la Grande Guerre impérialiste de 1914-1918 qui avait déprécié totalement la valeur de l’existence humaine, et face à la contre-révolution également sans limite du fascisme et du nazisme qui en avait au concept même d’être humain. L’analyse qui veut proposer un « communisme sans Staline » qu’il fût celui de Trotski, de Rosa Luxembourg, ou de « Socialisme ou Barbarie », n’a pas de sens. Ces communismes-là s'ils ne produisent pas de terroriste, n’ont que des martyrs à proposer, car ce sont comme des religions qui parlent d’un autre monde que le monde réel. Et leur analyse est à contresens des faits : Staline n’a pas exercé la terreur au nom de la bureaucratie contre le prolétariat, il a exercé la terreur sur la bureaucratie, au nom du prolétariat.

Lui, et le groupe dirigeant qui l'entourait, étaient persuadés qu'une partie importante de la bureaucratie soviétique était prête à trahir la Révolution, "l'œuvre de Lénine", et à baisser pavillon face à l'Allemagne nazie, puis face aux États-Unis impérialistes. Ce qui s'est effectivement produit, deux générations plus tard.

Le recours à la Terreur eut pour but de faire face à la situation d'urgence créée par la menace extérieure nazie et/ou impérialiste. Le groupe dirigeant produisit une façade légale à la Terreur, assez inconsistante, pendant les grands procès de Moscou, de 1936 à 1938. Cette Terreur, en elle même, est infiniment tragique. Mais personne ne saura jamais si sans elle, l'URSS ne se serait pas écroulée au premier choc, comme la France de 1940.

 

Moins les communistes seront tentés de répudier le Staline historique, moins ils seront tentés de rejeter Staline dans les poubelles de l’histoire, moins ils seront staliniens, au sens trivial du mot qui caractérise bien l’apparatchik brejnévien ou postcommuniste : autoritaire, menteur, dissimulé, corrompu, brutal, inculte, veule, opposé à la spontanéité révolutionnaire et à la démocratie. Car ceux que l’on qualifie spontanément de « staliniens » avec ce que cela comporte d’opprobre justifiée ne sont pas staliniens, mais khrouchtcheviens, gorbatchéviens, yeltsiniens. Ou pour traduire dans les termes de la Révolution française, ce sont ceux de Thermidor et du Directoire, pourris et cyniques, qui ne peuvent pas juger la Terreur, à laquelle ils ont participé sans vertu.

Restent les mérites du personnage historique Staline auquel il faut rendre justice : Il a su rendre concrète l’expérience du « socialisme dans un seul pays (l’alternative étant, non pas la « révolution permanente » mais « le socialisme dans aucun pays »), expérience que l’humanité du XXème siècle devait faire. Il a su diriger le peuple soviétique pour vaincre le nazisme. Sans Staline, le Parti communiste soviétique, et le peuple russe, le Troisième Reich aurait triomphé. Il a accéléré la décomposition du monde colonial et du racisme, et rendu dans le monde entier l’exploitation et la misère illégitime.

Le seul moyen de vaincre le socialisme a été de faire provisoirement mieux que lui sur son terrain, le terrain social, et on voit bien ce que ça donne aujourd’hui que ce puissant stimulant a disparu.

Il est vrai que Staline assume avec tous les autres dirigeants soviétiques (y compris ceux qui en ont été victime à leur tour) le bilan terrible de la Terreur, atteignant peut-être (selon une estimation élevée) un million de morts exécutés ou morts en déportation, en trente ans, une fois écartés les bilans délirants et hyperboliques diffusés par les historiens anticommunistes professionnels, et notament l'imputation au régime soviétique de la mortalité due aux calamités naturelles.

Comme le montre Domenico Losurdo, l'État révolutionnaire fondé par les bolcheviks n'a jamais pu se sortir de l'état d'exception, il n'a pas réussi à fonder une nouvelle légalité, de manière à entrer dans un développement pacifié et prosaïque, et il pense même, paradoxalement, que la composante anarchisante du projet communiste, qui comporte l'objectif du dépérissement rapide de l'État, a empêché la stabilisation du socialisme et son retour au respect de la légalité. Et en effet, les premiers bénéficiaires d'une telle pacification devaient être les cadres, les "bureaucrates", et leur face souriante, les intellectuels et les artistes. Staline, comme promoteur de la constitution démocratique de 1936, représente justement la recherche jamais atteinte du point d'équilibre entre légalité et révolution, entre "experts" et "rouges".

Gramsci voyait le Parti communiste en "Prince" machiavélien unifiant le prolétariat, et Staline personnifie cette théorie, dans les conditions d'un pays encore peu développé, et d'un monde qui considéré globalement ne l'était guère plus.

Mais tout ça ne s’est pas produit dans une époque et dans des pays tranquilles, où comme dit le chant de partisans "les gens aux creux des lits font des rêves", et en condamnant sans nuance Staline et son groupe dirigeant on fait comme s'il n’y avait jamais eu de guerre menée au socialisme, comme si l'Union Soviétique et la révolution prolétarienne n’avaient eu aucun ennemi, et surtout comme si cet ennemi n’avait pas pris dès avant octobre 1917 l’initiative de la violence et de la Terreur.

Il est certain qu’aujourd’hui, et on le voit en Amérique Latine, les révolutionnaires ont appris à économiser le sang versé. Et cela n’empêchera contre eux ni calomnies, accusations délirantes, provocations, complots où les médias bourgeois participeront avec enthousiasme. 

Nous ne devons pas accepter les jugements moralisateurs des hypocrites dans des faux-procès en inhumanité, car les morts qu’ont causés le capitalisme, et l’ordre social de classe depuis son origine dans la nuit des temps, sont tellement nombreux que personne n’a même essayé de les compter.

 

2

La discussion sur le passé du communisme s’approfondit avec le temps. Il semble qu’il soit impossible pour un communiste d’exister sans se positionner vis-à-vis de grands événements comme la Révolution d’Octobre, Stalingrad, la Résistance, la Révolution Culturelle, ou de personnalités considérables (Lénine, Staline, Trotski, Mao, le Che). 

Pourquoi ? Parce que ces événements et ces personnes caractérisent l’époque où le mouvement avait atteint son maximum d’influence sur les consciences et sur les événements historiques.  La construction du socialisme s’avère une affaire de longue haleine (sur cela Marx s’est trompé par optimisme exagéré) et ces figures conserveront leur actualité tant que le capitalisme existera, tant que la pré-histoire continuera. 

Dans quel sens devons nous utiliser cette histoire ? Marx nous indique en tout cas la marche à ne pas suivre : faire comme les révolutionnaires de 1848 fascinés par la Montagne de 1793 qui cherchent à rejouer la grande révolution, et qui souvent se déguisent en révolutionnaires plutôt qu’ils n'agissent. Reévaluer le rôle révolutionnaire de Staline ne signifie donc pas préconiser l'emploi ici et maintenant de son langage ni de ses méthodes d'action, et encore moins de l'utiliser comme un symbole creux destiné à choquer le bourgeois. Mais cela signifie qu'il faudra pour renverser le capitalisme une détermination de fer, comme la sienne.

Il faut reconnaitre le fait évident et considérable que dans le monde entier les révolutionnaires prolétariens déterminés, à l’exception notable des anarchistes espagnols (dont soit dit en passant la détermination à user de la violence plus qu'elle n'est nécessaire est bien connue), se sont rangés du coté de Staline quand il gouvernait l’URSS. Et une grande partie des mouvements bourgeois de libération nationale dans les colonies et le Tiers Monde aussi. Et que l’URSS s’est consolidée et a vaincu l’Allemagne hitlérienne sous sa direction, sans quoi il n'aurait pas survécu beaucoup de communistes dans le monde y compris en France. Que nombre d’antistaliniens, à commencer par Khrouchtchev, ont été de son vivant des animateurs zélés de la répression. Et que le mouvement communiste n’a fait que décliner depuis la déstalinisation.

Donc nous voilà devant les dilemmes suivants : devons nous accepter comme des « dommages collatéraux » les aspects négatifs de ce moment de l’histoire communiste? Ou devons nous chercher à convaincre, en nous prenant les pieds dans le tapis d'ailleurs que nous n’avons rien à voir avec cette histoire et qu’elle nous cause des remords terribles ? Devons nous tenter d’ajouter aux omissions nombreuses et aux quelques mensonges de la propagande de l'époque de Staline un mensonge de plus, qui consiste à dire que Staline n’était pas un communiste (ou pas un « vrai » communiste) ?

 

3

 

Pour tenter de les trancher, je dirais que notre mouvement a mal géré son repli idéologique depuis 1960 environ, et qu'il faut reprendre l'autocritique au début.

La critique anticommuniste a raison sur trois postulats :

1) Staline est un communiste authentique, ceux qui s’intitulent encore communistes doivent assumer cet héritage et expliquer pourquoi ils le font.

Je prétends que ce défi est très facile à relever, et sans provocation ni extrémisme ! Il suffit de savoir ce qu'on veut, la respectabilité ou la révolution. Car ce qui est perdu en obstruction, calomnies et conspiration du silence des médias peut être regagné et largement au-delà par la publicité involontaire que produisent les imbéciles scandalisés par la chose. Et parce que la haine de la bourgeoisie authentifie le mandat révolutionnaire de ceux qui décident de représenter la cause du prolétariat. La référence à Staline est même un procédé qui permet de faire l'économie de la surrenchère et de la démagogie dans sa stratégie de communication.

2) L’URSS a été une tentative de réaliser une utopie économico-politique qui a échoué dans la confrontation avec l'impérialisme.

Sauf que pour nous, ce n’est pas l’utopie en elle qui la condamne, au contraire ! Et de plus en plus clairement, c'est le projet économique capitaliste dans son ensemble qui semble une utopie mortifère.

3) Et le phénomène historique nazi-fasciste s'explique par une réaction à la menace communiste.

Le tableau effarant des effets meurtriers de ce phénomène nullement mystérieux n'exige de la postérité aucun mutisme craintif, aucune sidération. Il est parfaitement possible, et nécessaire, de continuer à penser "après Auschwitz". Ce n’est rien autre chose que le fruit démesuré d’une réaction de panique de la bourgeoisie, face à ce qu’elle nomma le « bolchevisme », terme émotionnel dont le contenu est à peu près le même que celui de « Staline » aujourd’hui, et le plaidoyer pour une réhabilitation implicite du nazisme qui a été présentée avec cohérence par Ernst Nolte en Allemagne, est en fait un aveu de la bourgeoisie, qui replace le génocide sans mystère au terme de l’escalade criminelle de la contre-révolution des années 1920/30.

Les communistes actuels, s’il était possible par magie de les transporter dans l’époque et les circonstances qui ont vu naître et grandir l’URSS, et la contre-révolution fasciste, dans la mesure où ils sont honnêtes et déterminés, seraient staliniens, et sans doute plus que les originaux.

J’en viens enfin à ce qui me parait le plus important : les communistes, forts de leur expérience historique inestimable et chèrement acquise par les camarades qui les ont précédés dans la lutte ne doivent rien renier de leur passé s’ils veulent avoir un avenir. Ils doivent utiliser l’échec global de l’expérience commencée en octobre 1917 pour corriger leur théorie, mais non pour se replier dans un humanitarisme inconsistant qui ne permet aucune analyse, ne justifie aucune prise de risque et aucune révolution. S’il s’agit d’être utile aux « gens », pas besoin d’être communiste ! S’il s’agit de relancer la révolution prolétarienne, plus nécessaire que jamais, alors il faut avancer, en refusant d’être enfermé dans une « prison scripturaire », dans les mythes de l’histoire contre-révolutionnaire en contestant point par point tous les procès qui concernant le passé de leur mouvement, et en suivant ces principes :

1) La quasi-totalité des allégations de l’historiographie antistalinienne est fantasmatique, fausse ou exagérée.

Soljenitsyne, Conquest, Trotsky, Chalamov, les Medvedev etc. ne sont pas des sources fiables, mais des auteurs partisans, le plus souvent directement lié à des forces organisées contre-révolutionnaires, des auteurs souvent lourds et grossiers qui ne seraient pas pris au sérieux s'ils écrivaient sur n'importe quel autre question.

2) Dans l’affrontement entre la révolution mondiale et la contre-révolution mondiale, depuis 1914, le camp capitaliste est responsable de crimes innombrables et n’a pas de leçon de morale à donner. 

3) Nous éviterons à l’avenir les dérives antidémocratiques, les erreurs et les excès violents en étudiant toute l’histoire de notre mouvement et non en reproduisant les critiques de l’adversaire. 

4) Les critiques émanant de mouvements ou d’hommes d'idéologie révolutionnaire qui n’ont pas fait de révolution n'ont pas de valeur.

Comme celles de Georges Orwell par exemple, prototype de tous les conservateurs déguisés en gauchiste, ainsi que celles émanant d’acteurs de l’histoire du communisme qui tentent de couvrir leurs responsabilités, comme Trotski et Khrouchtchev.

L'application de ces principes, en s'inspirant notamment des concepts critiques développés dans les Cahiers de prison de Gramsci, devrait aboutir à une critique nuancée, comme le fait la critique du maoisme en Chine, et non à la diabolisation de l'histoire de la révolution.

 

GQ, 16 septembre 2015 (texte élaboré depuis 2010, publié en versions successives)

 

PS  le mot "communisme" doit s'entendre dans ce texte comme "mouvement politique communiste réellement agissant".


Voir également : Dossier contre l'anti-stalinisme ou soi-disant tel !

 

Partager cet article

Commenter cet article

DD 01/10/2016 18:35

Précision : Quand je parle de 3 millions de prisonniers promis aux camps de la mort, il s'agit de camps de concentration nazis...

DD 01/10/2016 18:32

Face à la terreur génocidaire du fascisme, du nazisme - renaissant- et de l'impérialisme, aucune révolution communiste digne de ce nom ne peut faire l'économie d'une forme de terreur révolutionnaire.
Staline a eu le mérite d'industrialiser l'URSS à marche forcée, et donc de l'armer face à la menace nazie. Et il a eu raison d'être un "homme d'acier" vis à vis de la contre-révolution.
Il y a néanmoins, et sans faire le jeu de la bourgeoisie, des questions que tout communiste doit se poser, comme la décapitation de l'armée rouge à la veille de la guerre, parfois sur des renseignements en provenance des milieux nazis (?), avec des preuves de bonne foi"diplomatiques" comme le recul de l'armée rouge de 40 à 60 km des frontières, comme le dédain des avertissements des services de renseignement soviétiques, comme l'exécution du général Prokurov... toutes choses qui ont couté très cher au peuple soviétique, avec trois millions de prisonniers promis aux camps de la mort.
Mais je te rejoins sur le fait que les cris d'orfraie de la bourgeoisie seraient risibles, s'ils n'étaient odieux et tragiques.

POTTIER Jean-Claude 29/06/2016 15:50

Je n'avais pas lu ce texte jusqu'ici. Je le cautionne de bout en bout, il est un texte intelligent et lucide sur Staline, le socialisme soviétique et le communisme mondial. Ce texte devrait même être proposé aux militants communistes engagés dans le presque après PCF muté. Il faut publier ce texte sur bien d'autres supports pour susciter le débat absolument décisif entre militants communistes convaincus et éclairés. C'est un texte FONDAMENTAL...

Réveil Communiste 30/06/2016 11:57

Merci pour l'intérêt porté à ce texte. La diffusion en est libre

Brest 21/01/2016 16:30

il y a eu un grand moment d'espérance révolutionnaire quand le parti bolchevik a pris le pouvoir en Russie dans le but de se servir du pouvoir comme d'une tribune pour propager la révolution en Europe (Lénine). Celle-ci n'ayant pas eu lieu, la Russie s'est enfoncée dans des contradictions sans fin et impossibles à surmonter sans l'apport d'une révolution en Europe. En liquidant le parti de Lénine et sa politique internationaliste et révolutionnaire, Staline s'est imposé comme guide suprême d'un capitalisme d'état industrialisant à marche forcée le pays. C'est toute la société qui dès lors s'est vue soumise au diktat du Capital concentrée entre les mains de l'état., et toute la société (le salariat) qui en subissait la loi. Staline a été le premier a créer un nationalisme à tendance socialisante ou marxisante.Pour ma part je n'irais pas plus loin . Le socialisme et le communisme sont encore devant nous.
Un autre point : L'impossible dissociation de la question russe et de la question de la révolution internationale a été fatal au mouvement communiste. La russification de l'internationale communiste (tous les cadres dirigeants étaient russes) a entrainé une confusion entre la question spécifiquement russe (son développement) et la question de la révolution mondiale qui suivait un cours indépendant. En identifiant défense de la "patrie du socialisme réel" au sort de la révolution mondiale, celle ci a fini par être sacrifiée - et au bout du compte le message et l'action de Lénine ont été anéanti.
Staline ne fut pas l'homme de la situation mais un opportuniste brutal et sans scrupule qui a su s'imposer dans le contexte d'une situation contrerévolutionnaire et catastrophique. Sa réhabilitation ne représenterait en rien une bonne nouvelle pour le mouvement communiste à construire.

Réveil Communiste 26/07/2016 12:48

Intervention impertinente. Les moyens de prod doivent croitre selon les besoins, et c'était le cas en Russie en 1920-1950 d'un besoin de croissance accélérée

Jao Aliber 21/07/2016 21:43

Aujourd'hui, la théorie de la reproduction progressive est mal connue et sans la connaître on ne peut pas comprendre ni Lénine ni Staline.

Dans une économie planifiée, lorsque la production des moyens de production croît plus vite que la production des articles de consommation, il se crée un nouveau type de surproduit historique.C'est cette nouvelle plus-value d'Etat qui a été le but des bolcheviques.Une exploitation des prolétaires qui s' accompagne toujours d'une pénurie chronique d'articles de consommation.

C'est pour cela que Lénine a falsifié(Pour caractériser le romantisme économique p.12) la théorie de la reproduction de Marx car pour Marx, c'est au contraire, la production des articles de consommation qui doit croître plus vite que la production des moyens de production (livre 2, p.571-572)

Réveil Communiste 21/01/2016 19:04

Je ne suis pas d'accord avec cette analyse, ni sur les faits ni sur l'interprétation. Je crois qu'elle est fondée sur un raisonnement qui consiste à opposer le réel à l'idéal (c'est l'habituelle erreur trotskyste), et construit une opposition artificielle et manichéenne entre Lénine et Staline (d'autres opposeront Marx à Lénine de la même manière).

DD 13/01/2016 02:07

Un peu trop laudateur peut-être ? Je ne suis pas convaincu que la terreur stalinienne ait toujours été révolutionnaire. L'Armée Rouge décapitée - et pas qu'un peu si j'ose dire - à la veille de l'invasion hitlérienne...

DD 13/01/2016 17:25

J'apprécie votre réponse nuancée. Je pourrais développer nombre d'autres thèmes identiques, et j'obtiendrais probablement des réponses similaires. Je reste néanmoins convaincu que, face à la férocité sans limite aucune du capitalisme, de l'impérialisme et du fascisme, des formes de terreur révolutionnaire peuvent et doivent s'imposer. Mais on ne peut galvauder le doute et l'arbitraire en la matière (la vie humaine). Même Joukov a parfois craint pour sa vie... La pénétration hitlérienne jusqu'aux faubourgs de Moscou a coûté, outre les morts au combat, je crois, près de trois millions de prisonniers soviétiques, dont le plus grand nombre exterminé par les nazis n'est jamais revenu.

Réveil Communiste 13/01/2016 16:00

Les généraux de l'état major européen de l'Armée rouge ont été éliminés en juillet 1937, à la suite d'accusations croisées de trahison qui émanaient de diverses sources (dont le tchèque Bénes). Leur cas aujourd'hui n'est pas vraiment tranché objectivement (c'est le moins qu'on puisse dire!). Leur réhabilitation après la mort de Staline s'explique par les pressions de l'armée sur le parti. La terreur stalinienne n'est pas un procédé révolutionnaire dont on puisse se féliciter, mais elle est certainement dirigée contre la bureaucratie et non exercée en défense de celle-ci comme le prétend Trotsky

vila 06/11/2015 16:39

Castro, vous plaisentez. il n'y a rien a dire. seul a resister dans la region pdt 50 ans total respect.
et surtout 10 ans a resister tout seul (1990-1998), total total respect

olivier imbert 06/11/2015 15:38

je t'accorde les deux séries de conclusions. Je serai moins sévère sur le socialisme réel comme mode de production élargi à plusieurs pays et du côté des politiques un peu plus sévère dans la condamnation d'une certaine répression..; C'est pourquoi lénine me paraît être la figure du dirigeant et de l'intellectuel organique à maintenir plus que staline ou mao ou Kim ou Castro etc;;;

vila 05/11/2015 10:12

finalement le chiffre de 800 000 mort (deportation + execution) sur 30 ans est annoncé.
Sincerement ca correspond à 6 semaines de capitalisme.
il le dise rapidement mais il le dise qd meme dans apocalypse, les pays occidentaux ont commencé à financer la guerre anti révolutionnaire à partir du 7 novembre 1917. La guerre froide n'a été qu'un prolongement.
Comment établir un regime sereinement dans ce cas là.
Mais la periode stalinienne a qd meme vu une progression unique dans l'histoire économique, en 40 ans on est passé du moujik au spoutnik. Seul les chinois de deng ont fait mieux et encore.....il n'y avait pas l'harcelement permanent.
marxistement votre

GQ 04/11/2015 15:32

D'apès "Apocalypse" (tu parles !) Staline aurait dit un jour "le problème c'est l'homme, supprimer l'homme, il n'y alus de problème" ou quelque chose d'approchant. Ça m'a tout l'air d'être une invention, comme le fameux "le Vatican, combien de divisions?"
Quelqu'un saurait-il dans quelle circonstance on lui attribue ce propos?

vila 04/11/2015 14:05

cela fait plaisir de lire cet article, surtout après la leçon (en trois actes) hier soir sur france 2 (apocalypse) sur staline qui au passage cherchait plus a discrediter lenine.
Pour avoir lu annie lacroix riz, j'ai preuve qu'ils ont menti au moins a deux reprises (holodomor et toukhachevski). Et comme vous le dites si bien les medias bourgeois n'ont aucun interet de dire la verité sur cette periode car cela pourrait creer de l'espoir.
marxistement votre