Rechercher

Syndication

  • Flux RSS des articles

Non catégorisé

Mercredi 26 juin 2013 3 26 /06 /Juin /2013 12:02

Envoyé par André Gerin :



Madame, Monsieur,

Suite à la disparition de Blandine Chagnard, veuillez trouver, ci-dessous, le message que j’ai fait parvenir à sa fille, Edith Chagnard-Peillard, adjointe au maire de Vénissieux. J’ai un lien particulier avec la famille Chagnard car j’ai travaillé chez Berliet, fin des années 60 et les années 70, aux côtés de Ernest, père de Blandine et Louis-Marc, son frère ainé.

Cordialement

 

 ________________________________________________________________________

 

Chère Edith

Ta maman est décédée.  Toute la ville est sous le choc. C'est une terrible nouvelle.

Je veux te faire part de toute ma solidarité et de mon affection dans cette épreuve douloureuse.

La généreuse, la baroudeuse, la personnalité au grand cœur, cette silhouette Vénissiane connue comme le loup blanc, Blandine l'humaniste jusqu'au bout des ongles, nous ne la verront plus.

A Ernest, Lilou, à toute ta famille, sachez que je suis à vos côtés.

Je vous embrasse.  Il vous faudra  beaucoup de courage pour affronter ce grand malheur irréparable.

Notre Blandine s'en va. J’ai envie de crier que tout ceci est injuste et cruel au moment où elle pouvait pleinement de la vie, de sa vie.

André GERIN

Par Réveil Communiste - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 8 juin 2013 6 08 /06 /Juin /2013 10:03

Envoyé par André Gerin :


MUNICIPALES 2014


Conférence de presse


6 juin 2013


En mars 2014, auront lieu les prochaines élections municipales, dans un contexte de crises qui se superposent, de logiques d’austérité qui aggravent les conditions de vie des habitants. La commune est la base fondamentale de la vie démocratique de notre pays. Ce premier maillon de notre République permet d’agir au plus près de la  population, de faire vivre l’esprit de solidarité, défendre l’intérêt général et le vivre ensemble. Pour les habitants confrontés à de grandes difficultés, la commune, en collant au plus près de la réalité de terrain, constitue un véritable rempart à l’austérité.


Or aujourd’hui, les communes ont de moins en moins de marge de manoeuvre, leurs budgets dépendent de plus en plus des dotations de l’Etat, de nouvelles compétences leur sont dévolues sans ressources financières supplémentaires. Leur autonomie financière et politique est de plus en plus menacée. Le projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, actuellement en discussion au Sénat, suscite, à juste titre, de nombreuses interrogations et inquiétudes tant au niveau des élus, des personnels des collectivités, que des citoyens.


Confrontée à des inégalités criantes qui ne cessent de s’aggraver, Vénissieux, comme de nombreuses villes, constitue un véritable pôle de résistance aux politiques d’austérité et de régression. C’est dans ce contexte difficile que j’entends poursuivre avec les Vénissians le travail engagé durant ces cinq ans.


Vénissieux est une ville populaire particulièrement touchée en temps de crise :


- Un taux de chômage bien supérieur à la moyenne nationale (27%)
- 32% de la population vivait en 2009 en dessous du seuil de pauvreté (Etude Compas de 2012)
- Le taux de bas revenus était de 35% contre 17% pour le département en 2009.


Malgré des conditions de vie de plus en plus difficiles pour la population touchée de plein fouet par les crises économiques et sociales, Vénissieux a toujours gardé sa force, sa singularité : un esprit solidaire et combattif. Un tissu associatif important, des militants associatifs, syndicaux, politiques, engagés, dévoués à la chose publique, à l’intérêt général et qui défendent le vivre ensemble.


Les élus communistes ont toujours été des combats pour une vie digne : aux côtés des salariés de Véninov, de St Jean d’Industrie, Bosch, pour défendre les savoir-faire, l’emploi et la production industrielle ; aux côtés des enseignants pour défendre l’école publique laïque qui doit offrir les mêmes chances à tous les enfants ; pour défendre le logement social et le droit à chacun à disposer d’un toit, pour refuser ces pratiques d’un autre âge que sont les expulsions locatives, les coupures d’eau et d’énergies et les saisies mobilières.


A la rentrée, nous présenterons le bilan de l’action de la majorité municipale, mais d’ores et déjà, nous pouvons vous dire que le contrat 2008/2014 engagé avec les Vénissians est en passe d’être rempli, malgré les restrictions budgétaires et les dotations en berne.


· Nous avions fait le pari de l’enfance et de la jeunesse : c’est ce qui a guidé notre action tout au long de ces années.

 
Par exemple, nous avons fait le choix de maintenir des infirmières scolaires, de développer l’atelier santé ville pour repérer et mieux prendre en compte tous les aspects liés à la santé, d’introduire 20% de Bio aux menus de notre restauration scolaire. Nous avons décidé de mettre en place un programme de réussite éducative sur toute la ville pour les élèves en grande difficulté, parce que la jeunesse c’est un investissement pour l’avenir.


C’est aussi, l’augmentation de l’offre pour les gardes d’enfants : l’extension des crèches Carrousel ou Gribouille, la construction du groupe scolaire Joliot-Curie ou la reconstruction bien avancée du lycée Jacques Brel. De nouvelles implantations et la rénovation de nos équipements polyvalents jeunes, l’installation du Conseil municipal enfants pour renforcer la citoyenneté et former les citoyens de demain.


· C’est notre dynamisme culturel qui a été conforté avec par exemple la modernisation du cinéma Gérard Philipe, la réhabilitation de bibliothèques de quartiers.

· La politique sociale, en matière de logements, d’accès aux soins a été confortée ; une politique en faveur des personnes âgées, quand beaucoup de villes externationalisent leurs missions, nous avons choisi de conserver des outils municipaux, comme le maintien à domicile avec les aides ménagères et les aides-soignantes, les résidences … Quand de plus en plus de personnes sont confrontées à la précarité énergétique, nous avons fait le choix de développer et d’améliorer notre chauffage urbain.
· Nous avons développé la citoyenneté et l’aide aux associations, avec par exemple, la construction d’une maison des associations.
· Nous avons impulsé une dynamique pour améliorer la qualité de vie des Vénissians, avec notamment l’Agenda 21 et la commission du développement humain durable.
· Nous avons poursuivi nos actions pour faire vivre la démocratie de proximité dans nos quartiers (conseils de quartier).
· Sur les questions de sécurité et de tranquillité, nous avons renforcé les dispositifs pour répondre aux réalités de terrain et aux préoccupations des Vénissians : réorganisation de la police municipale, TOP, amélioration du Centre de supervision urbaine (CSU).


Les questions de sécurité sont pour moi une priorité. C’est un travail au quotidien que je mène avec tous les acteurs concernés (réunions partenaires- ZSP).


Pour faire face à la crise terrible subie par les Vénissians, nous actionnons tous les leviers en même temps : emplois, commerces, logements, équipements publics de proximité, équipements culturels et sportifs.


Vénissieux est une ville qui bouge et change à la fois. Elle est devenue très attractive : de nombreux Vénissians reviennent s’y installer comme de nouveaux habitants de l’agglomération, des entreprises s’implantent sur notre commune, comme prochainement le laboratoire Carso, une entreprise de 550 salariés qui va s’installer sur le site du Couloud.


Les nouveaux Vénissians apprécient notre ville pour sa qualité de vie :

· Des infrastructures routières (BUS, BUE, boulevard Laurent Bonnevay), la ligne de tramway T4, le métro et la gare multimodale (3ème gare de l’agglomération)
· Des services publics de proximité
· Des équipements culturels de tout premier plan accessibles grâce aux tarifs sociaux : médiathèque Lucie Aubrac, école de musique Jean Wiener, cinéma Gérard Philipe, Théâtre, Espace d’arts plastiques Mado Lambert et les ateliers Henri Matisse.

· En terme d’équipements sportifs, Vénissieux est la ville la mieux dotée proportionnellement
à son nombre d’habitants,
· Vénissieux dispose de quatre poumons verts exceptionnels (Le Parc des Minguettes, le Plateau des Grandes Terres, le Parc Dupic, et celui de Parilly : Au total, 44% d’espaces verts dont 20% qui relèvent du domaine public.


Tous ces espaces suscitent une pression foncière, d’où l’importance de bien définir dans le Plan Local d’Urbanisme et d’Habitat les zones qui doivent être densifiées et celles que l’ondoit préserver.


Comme toutes les villes de la 1ère couronne, Vénissieux est appelée à se densifier. D’une manière générale, la densification des 1ères couronnes entraîne un éloignement des populations les plus défavorisées vers les 2èmes ou 3èmes couronnes. A Vénissieux, nous nous y refusons. Nous voulons accueillir de nouveaux habitants, mais aussi garder notre population. C’est pourquoi, nous agissons sur tout le panel de logement social (tous types : PLAI/PLUS, Foyers …) Ces dernières années, nous avons impulsé un formidable bond en avant de Vénissieux pour la rendre encore plus solidaire, plus citoyenne, plus dynamique et plus respectueuse de son environnement.


Ce patrimoine vénissian, notre bien commun est le fruit d’une politique volontariste, solidaire et ambitieuse des équipes municipales qui se sont succédé.


Le développement de Vénissieux s’inscrit également dans un cadre plus large : celui de l’agglomération lyonnaise. Si le partenariat entre nos deux collectivités est effectif sur certains dossiers, nous avons besoin de réelles coopérations avec le Grand Lyon, sur tous les sujets qui concernent non seulement la ville, mais aussi tous les grands dossiers de l’agglomération. Pour ne citer qu’un exemple en matière de transport, dans les dossiers du COL, du TOP et du Fret ferroviaire, Vénissieux, 3ème ville de l’agglomération et ses 62 000 habitants doivent peser sur les choix politiques et être mieux entendus.


Or, avec le projet de l’acte III de décentralisation, la métropole prend des compétences aux communes et décide de celles qu’elle leur laisse. La commune deviendra donc un fusible et un lieu de tensions car la population continuera à s’adresser à ses élus de proximité.


Il est, au contraire, indispensable de conforter la commune, comme premier maillon de notre République, cet espace de proximité et de citoyenneté pour les habitants, de résistances et de soutien aux populations. Et puis quelle va-t’être la transparence sur le fonctionnement, le budget et les choix politiques de cette métropole, quelle va-t’être la place du citoyen, sa possibilité de peser sur les enjeux d’agglomération, de porter les enjeux vénissians pour qu’ils deviennent des enjeux d’agglomération ? Au final, quelle place aura le citoyen dans les décisions qui engageront son avenir ?


Pour 2014, les élus communistes veulent mobiliser toutes les énergies progressistes pour construire, avec les Vénissians, la ville de demain : une ville à taille humaine, à la fois dynamique et solidaire.


Nous entendons poursuivre :


· Notre lutte contre le désengagement de l’Etat, pour maintenir nos budgets qui nous permettent de mettre en place des politiques pour les Vénissians.
· Nos actions en faveur de l’enfance, de notre jeunesse et de nos anciens.
· La bataille pour l’emploi autour du triptyque éducation-formation-emploi, pour que chacun puisse vivre décemment des fruits de son travail, pour des formations d’avenir pour notre jeunesse qui débouchent sur des emplois. C’est la bataille pour sauvegarder nos industries, les savoir-faire et les emplois sur la ville.
· C’est aussi le levier du logement avec une diversification de l’offre pour coller au plus près des demandes des habitants : logement locatif, social, accession sociale …
· Ce sont des commerces et des services de proximité.
· C’est notre bataille pour maintenir la présence de l’Etat et des services publics dans nos quartiers : comme nous l’avons fait pour maintenir la Maison des services publics de Vénissy et ses trois entités : Etat, Conseil général et ville.
· Le droit à la tranquillité et la sécurité pour chaque Vénissian pour lequel nous sommes fortement mobilisés auprès de nos partenaires.
· C’est la transmission de notre histoire commune et des valeurs qui nous ont été léguées.
· C’est l’esprit de coresponsabilité partagé avec les habitants, la citoyenneté enseignée aux enfants car ce sont eux qui constituent l’avenir.
· Une politique sociale qui évolue en fonction des besoins de la population.


Les grands projets à l’horizon 2030 ont commencé à être abordés lors du Grand Rendez-Vous : le cœur de ville, le développement du quartier de la gare, le développement des Minguettes, et le secteur du Puisoz.


Des projets sont d’ores et déjà à l’étude :


- Un nouveau groupe scolaire pour le Centre.
- La future Cuisine centrale.


Une réflexion est aussi menée sur une Maison des Mémoires qui sera un lieu central de l’histoire constitutive de notre ville.


Contrairement aux villes dortoirs, Vénissieux est une ville habitée dans tous les sens du terme. On y vit, on y travaille, on y étudie, on s’y cultive et on y fait du sport, on fait vivre la démocratie de proximité. C’est ce qui fait sa force, sa richesse.


Vénissieux est aussi une ville singulière où le lien social et le vivre ensemble ne sont pas des vains mots, grâce à une mobilisation de ses acteurs locaux : des citoyens, des associations, des élus totalement mobilisés pour l’intérêt général.


Depuis 5 ans, je prends à bras-le-corps tous les dossiers de la ville et je travaille pour l’intérêt général et le vivre ensemble. Je conduis la majorité municipale et j’impulse une dynamique pour faire avancer les projets de la ville, pour que nous soyons toujours plus réactifs dans la prise en compte des préoccupations et des attentes des Vénissians.


Forte de notre bilan, j’entends poursuivre le formidable bond en avant de Vénissieux.


En mars 2014, je conduirai une liste de large rassemblement à gauche pour continuer à faire vivre les valeurs progressistes de notre ville, pour bâtir avec les habitants la ville de demain, une ville dynamique et solidaire.

Par Réveil Communiste - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 8 avril 2013 1 08 /04 /Avr /2013 22:03

Communiqué

 

Ce samedi 6 avril, à l’initiative de la Coordination Communiste, devait se tenir, dans une salle municipale, une conférence-débat intitulée « la parole aux Syriens », avec comme principale invitée Ayssar Midani, de l’Union des Patriotes Syriens en France, qui milite pour la paix et la concorde en Syrie, pour la défense de la souveraineté nationale syrienne contre toute ingérence étrangère.

Un débat annoncé en toute transparence sur la place publique depuis près de 3 semaines, avec moult tracts distribués dans les manifestations, sur les marchés et au porte-à-porte.

Or la veille de la Conférence, après nous avoir pourtant confié la clef de la salle, subitement, par un coup de fil sur un répondeur puis un mail en soirée, nous étions informés par la Mairie que le « thème » de notre conférence était « susceptible de troubler l’ordre public » et que, par conséquent, la salle nous était retirée : « Nous vous demandons d’annuler le conférence prévue » concluait la Mairie.

Très rapidement, et comme il était impensable de ne pas tenir cette réunion publique ne serait-ce que par respect pour les Syriens qui souffrent, dans le silence médiatique absolu, de l’agression occidentalo-salafiste, nous décidions d’un lieu de repli.

 Le jour J, venus devant la salle municipale pour mettre des affiches indiquant le nouveau lieu, nous constatons que la Mairie a été jusqu’à changer les serrures de la porte de la salle ! Comme s’il était dans notre intention de briser par la force cet interdit politique ! De même la police était présente, officiellement parce qu’était annoncée une « contre-manifestation » (ceux qui, réellement, voulaient « troubler l’ordre public » ?) : mais bien sûr, pas l’ombre d’un manifestant n’a pointé son nez, ce n’était, de toute évidence, qu’un prétexte facile pour interdire le débat.

Par cette réaction de la Mairie de Lille, nous voyons clairement qui fait usage de la force et veut censurer le débat démocratique.

Nous ne savions pas que nous étions dans un état de guerre et que l’heure était à l’union sacrée derrière la position officielle du gouvernement français de soutien (y compris armé ?) à la rébellion islamiste. Comment peut se comprendre autrement la volonté d’étouffer des voix discordantes ?

Comment peut-on encore accepter ces attentats et ces massacres fomentés pour briser la Syrie ? Comme, dernièrement encore, cet attentat le 28 mars à Damas : des obus de mortier tirés sur la faculté d’architecture à 13h, faisant une dizaine de morts parmi les  étudiants et 6 blessés. Comme le 1er avril, le site juif le plus sacré de Syrie, la synagogue Jobar, vieille de 2 000 ans,  détruite, pillée, incendiée, et son toit arraché.

Heureusement, ce samedi 6 avril à Lille, ce sont au final près d’une centaine de participants, de toutes origines, qui se sont pressées dans une salle trop petite, pour apprendre et échanger sereinement sur la réalité syrienne, son histoire (ses tentatives passées de dislocation et de soumission par les grandes puissances impérialistes, dont la France), ses difficultés sociales, et les enjeux à l’échelle nationale, de la sous-région et du monde de l’entreprise de déstabilisation d’un des derniers pays laïcs et non-alignés. La voix de la Syrie, contournant la censure, a pu se faire entendre ! Un succès qui en appellera d’autres, car la campagne contre la guerre en Syrie ne fait que commencer !

Non, nous ne nous tairons pas ! Non, nous ne cèderons pas à la censure qui bafoue le droit constitutionnel, conquis de haute lutte dans ce pays, du droit à la libre expression et à la libre information ! Oui, nous continuerons à donner la parole aux Syriens pour dire leur vérité sur la tragédie macabre que subit ce peuple ! Oui, nous résisterons aux médiamensonges ! 

 

Coordination Communiste 59/62

www.rassemblementcommuniste.org

 
Par Réveil Communiste
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 9 janvier 2012 1 09 /01 /Jan /2012 16:50
Par Réveil Communiste
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 9 septembre 2011 5 09 /09 /Sep /2011 15:56

Disparition de Léo Figuères

 

Cher(e) Camarade,

Tu trouveras, ci-dessous, le message que j'ai fait parvenir à Gilles Figuères, avant l'hommage public qui sera rendu à son père Léo Figuères, samedi 10 septembre.

Fraternellement


André GERIN


 

Cher Gilles,

J’ai appris la disparition de Léo, votre père et l’hommage public qui lui sera rendu le samedi 10 septembre prochain.

Léo fut un éminent dirigeant, d’une intégrité, d’une fidélité sans faille aux valeurs et aux idéaux du communisme.

C’était un homme d’une trempe exceptionnelle. Sa bravoure, ses engagements et ses actions tournées vers autrui laisseront des traces indélébiles et viendront marquer à jamais l’histoire de France.

Léo était partie prenante d'une période historique inédite au cours de laquelle le Parti communiste a joué un rôle prépondérant dans la société française, qu'il s'agisse de la Résistance, de la reconstruction, des luttes anticoloniales, de mai et juin 1968, de l’élaboration d’un socialisme aux couleurs de la France aux côtés de Maurice Thorez, de Waldeck Rochet et de Georges Marchais.

Son long passé de dirigeant politique communiste illustre pleinement son engagement humaniste. Il était, pour ma génération, une personnalité référente intègre et d’une droiture exemplaire.

J’ai une pensée émouvante pour votre maman Léa.  Il n’est pas possible de parler de Léo sans évoquer Léa que tout un chacun continue très justement d’appeler « Andrée » : son nom de Résistante. Je voudrais que vous lui fassiez part de toute mon amitié, ma fraternité et mon plus profond respect, que vous lui disiez combien je partage sa peine.

Cher Gilles, je vous présente mes très sincères condoléances, ainsi qu’à Andrée, votre maman, Jean-Paul, Françoise, Claudine, ses enfants, sans oublier ses petits-enfants et arrière petits-enfants.

C’est un ami, un père de combat et d’espérance qui s’en est allé. J’espère que nous poursuivrons ses engagements pour que vive le Parti communiste français dans la lutte des classes mondialisée.

Recevez toutes mes amitiés en ces moments douloureux.

J’embrasse Léa et je vous souhaite beaucoup de courage.

André GERIN

Par Réveil Communiste - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 12 août 2011 5 12 /08 /Août /2011 09:25
 

Serge Tarrassioux est décédé brutalement. C'est un véritable choc pour sa compagne, son fils, ses parents et sa famille. C'est la consternation pour les habitants de Pierre-Bénite.

Je veux leur dire toute mon amitié, mon affection et ma solidarité dans cette terrible épreuve : "Il vous faudra beaucoup de courage pour affronter la disparition de Serge".

Aux habitants de Pierre-Bénite :" Vous perdez un maire qui va laisser un immense vide alors qu'il portait, avec sa jeunesse pleine de promesses, des idéaux de justice sociale et de solidarité, pour la ville dans laquelle il était le premier magistrat".

Ce jeune maire enthousiaste a été foudroyé en plein engagement d'élu, de militant communiste, fier de ses combats au service des citoyens. C'est un véritable électrochoc pour toute la ville de Pierre-Bénite.

Serge avait acquis ces deux dernières années, une réelle notoriété dans ses relations de proximité et une véritable reconnaissance auprès des institutions et des autorités de l'Etat. 

Sa compagne et toute sa famille sont dans une immense peine et éprouvent un grand sentiment d'injustice face à la perte d'un être cher, disparu en pleine force de l'âge.

Je vous présente, à toutes et à tous mes très sincères condoléances.

André GERIN

 

Par Réveil Communiste - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 30 juillet 2011 6 30 /07 /Juil /2011 17:09

 

Bonjour,

 

J'informe mes lecteurs que depuis le mercredi 27 juillet 2011, pour des raisons que j'ignore, les articles que je publies, n'apparaissent plus dans les quatre communautés citées ci-dessous, dans lesquelles je suis inscrit.

 

1) Syndicalisme
2) Un PCF de lutte de classe
3) Les anticapitalistes
4) Pour la grève générale

 

Afin de limiter le tort considérable fait à mon travail militant sur ce blog engagé dans la lutte de classe, je demande à mes lecteurs de venir directement sur mon blog pour y lire les articles que je publies.

 

Cet incident est signalé à Over-blog qui, je l'espère va solutionner ce problème .

 

Jacques Tourtaux

 

Note de RC : ça ne risque pas de nous arriver, en ce qui concerne "un PCF de lutte des classes" où nous avons été censurés directement par le webmaster (qui gère "Vive le PCF", ou blog de la section dissidente du Quinzième). Comme à "Bellaciao" et à "La Ripose" d'ailleurs. Les grands esprits et les petits groupuscules se rencontrent.

Je crois par ailleurs que les "communautés overblog" ne génèrent pas beaucoup de trafic.

Par Réveil Communiste - Communauté : les anti-capitalistes
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 22 avril 2011 5 22 /04 /Avr /2011 09:16

L’association « Rouges vifs – Ile-de-France » communique :


Notre camarade Gilberte Salem, née Serfaty, épouse de notre camarade Henri Alleg, est décédée dimanche.

Gilberte (originaire de Mostaganem) avait souffert des lois antijuives de Vichy, elle avait été exclue de l’Université.

Elle faisait partie de l’équipe rédactionnelle de l’agence de presse France – Afrique où elle fit la connaissance d’Henri Alleg.

Elle adhère au Parti Communiste Algérien et se marie avec Henri en Juin 1956.

Deux enfants naîtront de leur union.

Après 1954, Henri est contraint de rentrer dans la clandestinité.

Après son arrestation le 12 Juin 1957, Gilberte remuera ciel et terre pour le sortir des griffes de ses tortionnaires.

Expulsée en France, où elle poursuit son combat, alors qu’Henri est emprisonné en France, elle l’aidera à s’évader.

Au lendemain de l’indépendance, elle obtient la nationalité algérienne pour sa participation à la guerre de libération.

Après le coup d’Etat de du 19 juin 1965, elle quitte l’Algérie avec Henri auquel le PCA a confié la mission de participer à l’extérieur au rassemblement des forces démocratiques pour soutenir le combat du peuple algérien.

Gilberte n’a pas cessé de militer en restant profondément fidèle à son idéal communiste  (informations données dans « l’Humanité »  du 20 Avril 2011).

Elle fut dès l’origine signataire et militante active de l’appel “Nous assumons nos responsabilités” lancé en mai 2000 qui se concluait ainsi :

“Communistes, nous revendiquons la modernité de l’esprit de résistance, de révolte, face aux injustices dans notre pays et dans le monde: nous appelons à se rassembler, à décider d’initiatives politiques pour aider à bien situer les enjeux des luttes, pour proposer des projets et solutions anticapitalistes et anti-impérialistes, pour dégager avec la population les chemins d’un changement de société.

Prenons appui sur les aspirations et revendications populaires, avec cette conviction que rien n’est fatal ! Le rassemblement dans l’action permet de mettre en cause sur le fond la politique gouvernementale et patronale insérée dans les dispositifs de la construction européenne et de la soi-disant  fatalité du capitalisme mondialisé.

Nous proposons d’animer, dans toute la France,  le débat sur les questions de fond, l’initiative et  l’action sous toutes les formes appropriées ; d’assumer nos responsabilités de communistes pour contribuer à redonner confiance et espoir ; d’être porteurs d’un projet alternatif ouvrant la possibilité de regagner autorité et influence.”

Dans notre combat pour le 62 rue Montmartre, Gilberte et Henri ont soutenu les camarades du 1er/2ème arrondissements de Paris.

« Rouges vifs Ile-de-France » tient à saluer la mémoire de Gilberte Salem, militante communiste exemplaire, et appelle ses adhérents à lui rendre hommage lors de ses obsèques qui se dérouleront ce SAMEDI 23 AVRIL à 10 Heures au crématorium du Père-Lachaise

Par Réveil Communiste - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 28 mars 2011 1 28 /03 /Mars /2011 12:57

Joe Bageant, 1946-2011

Joe2

A l'issue d'une vie intense, Joe Bageant s'est éteint hier, après un combat de quatre mois contre le cancer, à 64 ans. Il laisse son épouse, Barbara, ses trois enfants, Timothy, Patrick et Elizabeth, et des milliers d'amis et d'admirateurs. Il nous laisse aussi son œuvre et ses idées. Selon sa volonté, il sera incinéré. La famille organisera une cérémonie à sa mémoire, dans l'intimité.

After a vibrant life, Joe Bageant died yesterday following a four-month struggle with cancer. He was 64. Joe is survived by his wife, Barbara, his three children, Timothy, Patrick and Elizabeth, and thousands of friends and admirers. He is also survived by his work and ideas.

According to Joe's wishes, he will be cremated. His family will hold a private memorial service.

 

Par Réveil Communiste - Communauté : les anti-capitalistes
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Vendredi 3 décembre 2010 5 03 /12 /Déc /2010 10:13

http://fr-fr.facebook.com/profile/pic.php?oid=AQB-ZntI-Fidg9Xl0x4U5VqQkfsykTBU5JjKsPDI07UqE2OAvRsTu8hbngk8jWRGvt8&size=normal&usedef=1Le lundi vers midi Gisèle m’appelle du CN, elle cherche Pascal qui a loupé un rendez-vous.

 

Je cherche à le joindre : échec. Le temps passe, l’inquiétude se fait jour, ce n’est pas son genre, d’autant que nous avons à causer,   Vendredi il m’avait dit être fatigué.

 

L‘après-midi, Je travaille avec Paule et Rodolphe sur un tract pour le marché.

Le téléphone sonne, c’est Gisèle, sa voie m’indique le pire, intuitivement je sais ce qu’elle va me dire,    Pascal est mort. Arnaud son fils, qu’elle a contacté, a trouvé son père décédé à son domicile.

Quelques mots, je raccroche et j’informe mes camarades,    Paule Rodolphe et moi sommes anéanties.

C’est que Pascal est un camarade qui compte beaucoup, plus qu’un camarade, un ami.

Je mets  presque Paule et Rodolphe à la porte, le calendrier est impitoyable, ils ont, malgrè ce sentiment de perte, à finaliser le conseil municipal du soir même.      

 

Seul je me remémore mes rapports avec Pascal.

 

Depuis des dizaines d'années nous nous côtoyons sur le plan syndical et politique, Les questions posées chez Dassault et à la Snecma, nous réunissaient sans cesse dans des batailles syndicales et politiques. Il était au CCE de Dassault  et moi au CCE de la snecma.

Il nous racontait, avec sa gouaille , bien connue et son verve très particulier,  les dernières bonnes histoires sur ses affrontement avec le PDG  qui tenta de le licencier à plusieurs reprises.

En mémoire l’action des communistes et de la CGT pour l’A200 bis CFM56, nous avons été jusqu’à bloquer les pistes à Orly  alors que le gouvernement et les directions ne se décidaient pas, ou encore la lutte pour l’indépendance nationale avec le Rafale et sa motorisation M88. 

Les luttes aussi contre les ouvertures de capital opéré par le gouvernement Jospin et donc dans une confrontation entre communiste avec le Ministre JC Gayssot que nous avions « enfin » rencontré dans une réunion houleuse le 11 juillet 2001.

Il attachait beaucoup d’importance aux délégations au salon du Bourget.  Je me souviens de sa rage à propos de ce salon en pleine période d’ouverture du capital de la Snecma en juin 2001, où nous avions organisé une délégation qui devait être conduite par Robert Hue, lequel n’est finalement pas venu évitant ainsi de contrarier le Ministre des transport par la déclaration contestant la privatisation.  

 

Le stand aéronautique à la fête de l'Huma était une invention commune avec les copains d'hispano. Année après année, Il en est était  la cheville ouvrière et accomplissait des prouesses pour obtenir du matériel d’exposition des entreprises aéro et la venue de haut cadres pour débattre avec nos syndicalistes.

 

Nous nous sommes personnellement bien sûr encore plus rapproché au moment de la fusion des sections Dassault et Suresnes proposée par Christian Fohano avec la FD.

 

Comme nous partagions l'idée et les actes concernant l'enjeu de l'organisation du Parti à l'entreprise, nous avions des scrupules a cette fusion, car nous taraudait l’idée que ce faisant,  l’entreprise Dassault  n’aurait plus l’attention nécessaire que l’on doit porter à l’intervention communiste dans les boites. Il n’est effectivement pas sûr que cela crée les bonnes conditions pour les communistes de chez Dassault  pour surmonter les transformations sociologiques de la boite et pérenniser des adhérents du PCF. ( départ des ateliers et en parallèle la transformation en quasi siège social, d’étude, de commerce).  

Pascal était extrémement soucieux du travail politique en direction des ingénieurs et  avait travaillé de longues années  avec René Leguen . Il se désolait de l’abandon de ce secteur d’activité du PCF.

 

Cet expérience  nous a conforté dans la conviction qu’il ne fallait plus aller dans ce sens pour les autres lieux de travail où le Pcf est organisé.   

 

Pascal était de toutes les luttes à Suresnes et nous étions devenus des amis.

Pascal était un responsable très précis sur la prise d’initiatives et le suivi.

Tout en disant les choses avec le sourire, il était très exigeant avec lui-même et avec les autres.

Combien de fois, l’ai-je entendu pester parce qu’un relâchement avait retardé une réunion ou une action.

 

Je me rappelle qu’aux débuts de nos relations suresnoises, j'ai eu à subir sa vindicte une fois parce que je n’étais pas parvenu à ce que tous les bureaux de vote soient pourvus d’assesseur titulaire et suppléants. Cela m’avait  semblé tellement injuste que j’explosais de colère et lui jetait les feuilles sur la table.  À la fin de la réunion, nous étions les meilleurs camarades  du monde. 

 

Tous les fronts de luttes que nous avons ouverts à Suresnes Saint Cloud  ont été réfléchis avec lui.

En face de la droite et en dépit de l’absurde tentative du PS, de marginalisation du PCF à l’occasion des municipales, nous avons, avec la direction de section, mis au point l’idée de la  liste "tous ensemble à gauche pour Suresnes", qui a enregistré un succès bien au-delà de nos espérances.

 

L’avenir du PCF le souciais, Il faisait appel à la raison pour argumenter vis à vis de camarades qui jugeaient les valises trop lourdes, le communisme repoussant et envisageaient sa disparition, sa « métamorphose » !.

Mais même dans la difficulté, il a été aussi dans les tout premiers communistes de Suresnes, l'artisan d'efforts réels d'actions avec l'élue communiste Jacqueline Fraysse et a été très meurtri de sa défection.

 

Néanmoins, il se refusait à avoir des réactions épidermiques de rejets, avec toujours en tête, la nécessité de préserver l’unité des communistes.

 

Formé dans les batailles politiques d’affrontement du père et du fils Dassault Il pouvait être dur et rugueux avec ses adversaires.

Je me souviens de  ces apostrophes vis-à-vis des gens de Droite qui viennent nous « chatouiller » sur les Marchés de Suresnes, son ton, la portée de sa voix et son ironie qui les destabilisaient et  conduisatient rapidement  à leur fuite.

Ce fut quelquefois le cas avec des membres du PS aux dernières municipales où  nous devions les affronter.

Sur les marchés il ne manquait jamais, avec son ami Christophe, lui aussi de Dassault  où il se sont cotoyé 40 ans, de regarder et commenter, sans aucune vulgarité bien sûr,  le passage des jeunes femmes. Nous avions là des moments de franches bonne humeur.    

 

Dans le département comme au CN, nous étions ensemble avec d'autres dans la bataille pour l'avenir et la transformation novatrices du PCF.

Il a subi dans ces batailles éminemment politiques, ce qu’il faut bien appeler un barrage en règle de l’état-major fédéral et national contre la proposition qu’il devienne membre du Conseil National. Ce qui a conduit à son élection sur une liste alternative construite avec des camarades pourtant bien en osmose avec le texte adopté très majoritairement par les communistes.

Ses interventions nombreuses y sont connues. Il y  fit un bon travail, dans le collectif entreprise dont il était un des animateurs, et celui plus spécifique concernant l’aéronautique.

Il annimait aussi la lettre électronique « Capital-Travail »

 

J'ai vécu sa fière détresse avec la perte de Dolorès.

Il affectionnait nous parler de ses enfants et petits enfants. A travers lui nous suivions Arnault qui milite a Gennevilliers, nous avions vécu les  succès sportifs de sa fille, nous suivions l’évolution de ses petits-enfants dont il se réjouissait  d’avoir la garde. J’imagine leur chagrin.

Pascal était un camarade joyeux et convivial, Avec Gisèle nous aimions l’inviter.

 

Pascal était Vendredi dernier au Conseil National et à la Commission « entreprises ». Il nous a laissé le texte de son intervention au CN, que je joins.

Il m'avait aussi donné son avis éclairé pour un texte, au sujet de la situation actuelle et des enjeux de 2012, texte que je vous adresserais ultérieurement, avant la réunion  des animateurs de section.

Pascal va me manquer terriblement comme à tous.

Un hommage lui sera rendu, vendredi 15h  lors de ses obsèques à Argenteuil.

 

Jean louis Cailloux

Par Réveil Communiste - Communauté : Parti Communiste Français
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Qui sommes-nous?

Réveil Communiste : qui sommes nous? (17/07/2013)
Réveil Communiste : blog animé par des membres du PCF remettant en cause l'évolution générale postcommuniste de la ligne depuis le congrès de Martigues (2000). Initialement fondé en septembre 2007 ...

Animateur principal depuis février 2010 : Gilles Questiaux.

NB : la publication d'un texte sur Réveil Communiste ne signifie ni toujours ni intégralement l'approbation de son contenu.

Recommander

sur le web

Calendrier

Septembre 2014
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          
<< < > >>

Archives

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés