Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Voici le communiqué du Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah :

15 Janvier 2013 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme

------------------------------------
 
LE MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR BLOQUE 
LA LIBÉRATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH

 
Le 21 novembre 2012, un avis favorable à la libération de Georges Ibrahim Abdallah a été donné par le tribunal d'application des peines, conditionné par un arrêté d'expulsion signé par le ministre de l'intérieur.

Aujourd'hui, 14 janvier 2013,  M. Valls n'a toujours pas signé cet arrêté, retardant ainsi la libération de notre camarade.

Le prochain acte de cette farce judiciaire aura lieu le 28 janvier.

La vengeance politique se poursuit : l'État français, par l'intermédiaire de son ministre de l'intérieur, refuse d'accepter - après plus de 28 ans de prison - qu'il n’a pas réussi à faire plier Georges Ibrahim Abdallah, combattant de la résistance libanaise et palestinienne, adversaire résolu et inflexible des entreprises impérialistes et sionistes au Moyen-Orient.

Le Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah appelle à la mobilisation la plus large pour exiger l'application du droit au retour sans délai de notre camarade Georges Ibrahim Abdallah.


RASSEMBLEMENT

samedi 19 janvier 2013, à 15 heures
Place des Saussaies - Paris 8e (non loin du ministère de l'intérieur)
  Rendez-vous métro Saint-Augustin (L9 / L14)
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 28/01/2013 19:47


Sur le blog de Nicolas maury :


 




Le sort de Georges Ibrahim Abdallah devait être fixé au lundi 28 janvier. Il n’en sera rien











L'audience prévue lundi pour statuer sur sa demande de libération conditionnelle est une nouvelle fois reportée en raison d'un appel du parquet, rapporte Europe 1.

La chambre d'application des peines de Paris avait accédé, le 10 janvier, à la huitième demande de libération du Libanais, emprisonné depuis 28 ans pour complicité d'assassinat de deux
diplomates en 1982, à condition d’être expulsé.

Le ministère de l’Intérieur, qui devait signer un arrêté d’expulsion d'ici au 14 janvier, s’oppose à la libération de Georges Ibrahim Abdallah. Le tribunal d'application des peines (TAP)
de Paris avait alors décidé d’ajourner son jugement au 28 janvier.

Cependant, cet ajournement est aujourd'hui contesté par le parquet qui a fait appel, estimant que le TAP aurait dû « déclarer la demande de libération conditionnelle de M. Abdallah
irrecevable, compte tenu de l'absence d'arrêté d'expulsion, préalable indispensable à l'examen de cette demande ».