Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

UN REQUISITOIRE CONTRE L'EUROPE : QUI A ECRIT CET ARTICLE ?

18 Mai 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste

 

Article signalé et commenté par Jean Lévy sur son blog

Solidaires du peuple portugais  

 

"Ce lundi se réunit le Conseil européen de l’économie et des finances sur la situation au Portugal.

Dans ce pays, les élections législatives sont convoquées pour le 5 juin. Mais la Commission européenne et le Fonds monétaire international ont déjà décidé quelle politique sera mise en œuvre au cours des quatre années à venir.

 

Conformément au pacte pour l’euro plus, ce sont donc des autorités extérieures qui décident du sort des Portugais, quel que soit leur vote. Ils sont traités comme un peuple privé de souveraineté, colonisé par des structures de nature impériale au service d’une dictature. Celle de l’oligarchie et des marchés financiers.

 

L’oukase du FMI et de la commission Barroso ne se contente pas de fixer les choix économiques et budgétaires.

 

Il s’attaque à toutes les politiques, du Code du travail jusqu’à la carte judiciaire. Qu’on en juge ! Réduction des services de l’État, du budget de l’éducation, réduction de 1 à 2 % des effectifs des administrations nationales et locales, réduction des dépenses de santé, tout en abaissant la contribution des employeurs, démantèlement de l’assurance chômage, augmentation de la TVA, des taxes sur le tabac, sur l’achat des voitures, programme de privatisation des ports, des compagnies d’assurance, d’aéroports, de compagnies aériennes pour une valeur de 5,5 milliards d’euros, réduction du nombre de communes et de municipalités, suppression de tribunaux, lois d’encadrement relatives aux associations et fondations avec la possibilité d’en fermer.

 

Derrière l’expression « réduire le chômage de longue durée » est envisagé un système de travail de plus en plus précarisé, la durée d’indemnisation du chômage réduite d’un tiers et une baisse du montant des indemnités, la réduction des primes sur les heures supplémentaires, l’obligation d’aligner les indemnités de licenciement sur les régimes en vigueur dans l’Union européenne. Dit autrement, c’est l’abaissement à la fois des rémunérations du travail, des minima sociaux déjà très bas au Portugal et des indemnités de licenciement dans le cadre d’une refonte du Code du travail.

 

Les secteurs de l’énergie, des ports, des transports sont ouverts à la concurrence, les tarifs réglementés de l’électricité et du gaz sont supprimés et les professions jusque-là protégées sont mises dans la concurrence.

 

Voilà le niveau et la violence de la purge imposée au peuple portugais, décidée avant même qu’il ait pu choisir ses députés.

 

Ce programme reprend la philosophie appliquée à la Grèce, auquel on ajoute les orientations dictatoriales et intrusives du pacte Sarkozy-Merkel, le fameux « pacte des rapaces ».

Il a vocation à s’appliquer partout, donc chez nous aussi.

Il faut le faire savoir !

Mobilisons-nous contre la dictature de l’argent !

Dévoilons l’imposture actuelle qui consiste à saigner les travailleurs et les retraités pour grossir les magots des banques et de l’oligarchie".

 

 

Qui n'applaudit pas à un tel réquisitoire, qui met en clairement en accusation l'Union européenne ? Et que la première des choses à faire, est d'en sortir, et vite !

 

Certes,  Place du Colonel Fabien, ne trouverait-on pas que ce texte a un fumet  "populiste", quil sent à plein nez l'euroscepticisme ?

 

Eh bien, pas du tout !

L'article, paru dans L'Humanité,  est signé Patrick Le Hyaric, Directeur de l’Humanité et député européen.

Il est vrai que le dit directeur ne tire pas de ses propres affirmations, l'attitude  naturelle des victimes de la politique européenne, par lui, décrite.

 En effet, il conclut son papier par cette phrase :

 

"Mettons en débat le projet d’un pacte social, solidaire, écologique européen, avec la création d’un vrai fonds social pour les salaires, les services publics, l’emploi sécurisé, un changement du rôle et des missions 
de la Banque centrale européenne". 

 

Même DSK, s'il n'était pas embastillé pour l'heure, ne manquerait pas de faire sienne cette belle conclusion.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article