Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Un leader sans parti pour un parti sans leader...

14 Avril 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Ce qui ne peut plus durer au PCF

VU sur lepecf.fr (et article RC numéro 4000  ) :

vendredi 8 avril


La lecture par le journaliste Frederic Seis de France Culture de la position de la direction nationale du PCF est éclairante...

Vendredi 7 mars, journal de 12h30

Jean-luc Mélenchon vient de recevoir un appui de poids. la direction nationale du parti communiste qui exprime sa préférence pour le porte-parole du parti de gauche.

La conséquence directe de ce choix, c’est qu’il n’y aura pas, qu’il n y aurait pas de candidat issu du parti communiste en 2012.

Inédit depuis 1974 et le programme commun. Il reste encore pour confirmer ce choix le vote ds militants. il aurait lieu du 16 au 18Juin

La stratégie de la direction du PC c’est en fait de profiter de la puissance médiatique de l’éruptif Jean-Luc Mélenchon, pour éviter l’expérience Robert Hue ou Marie-George Buffet en 2002 et 2007, respectivement 3 et 2%.

C’est en fait un mariage de raison entre Mélenchon et les communistes deux partis qui sont très complémentaires :
- d’un coté le microscopique et tout jeune PG, uniquement tracté par la personnalité de Mélenchon,
- de l’autre le parti communiste dépourvu de vrai chefs, mais toujours fort de son réseau militant et de son implantation locale.

Bref, c’est l’union d’un leader sans parti et d’un parti sans leader

il y a aussi une dote dans ce mariage, les candidatures aux législatives. le parti communistes, en échange de son soutien, présentera des candidatures dans presque toutes les circonscriptions et ne laissera qu’une part symbolique aux amis de Jean-Luc Mélenchon.

C’est ce qu’on appelle en économie... une OPA, qui plus est amicale, puisqu’avec l’accord de la direction du PCF.

Les communistes ont quelques semaines pour ne pas être vendus.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

marcel raym 18/04/2011 11:53



L'impérialisme fabrique tous les jours ses dictateurs. En soutenant d'abord les nationalistes arabes contre les communistes (saddam hussein a été agent de la CIA et torturait lui m^me les
militants de gauche, Nasser malgré ses mérites n'a pas été tendre non plus avec nos camarades eyptiens). En soutenant ensuite les islamistes contre les nationalistes (freres musulmans et
autres talibans..) En soutenant ensuite les pro occidentaux contre les islamistes (ben ali, moubarak) et maintenant, ça vient de sortir les managers pro américains contre ces vieux
dictateurs pro occident. TOUJOURS dans l'interet des capitaux exportes, des marchés protégés, des ressources à bas cout. JAMAIS dans l'interet de la democratie. JAMAIS pour protéger les
populations civiles. Alors oui les quelques pays qui ont une ligne anti impérialiste (ils ne sont pas si nombreux) m^me timide,  s'entraident au delà des divergences idéologiques. Ils sont
après tout sur la m^me liste d'Etats voyous que l'OTAN veut détruire apres les avoir diabolisés: Khadafi aujourd'hui , demain El Assad ? Et puis Kim Jong , Loukatchenko, Amanidejahd  et
ensuite sans doute Correa, Chavez, Castro.   


Quand les communistes algériens refusent de manifester contre Bouteflika, que les communistes syriens le refusent également contre El Assad c'est que, malgré tout ce qu'ils ont enduré, ils font
le choix de l'anti impérialisme. 



Pingouin094 18/04/2011 11:25



Je ne confonds pas le PG et son co-président.


Lisez les communiqués officiels du PG ; ils ne sont en rien sociaux-démocrates. La critique du capitalisme, la nécessité de rompre avec le capitalisme est présent dans chaque communiqué.
Quant aux propositions du PG pour le programme partagé, ce ne sont en aucun cas des propositions sociale-démocrate.
Pour un certain nombre d'entre vous, le PG a un "péché originel" dont vous êtes incapable de passer outre.


Pour revenir sur la Lybie, je vous invite à poursuivre la discussion sur mon blog. Un mot cependant : au nom de la lutte contre l'impérialisme américain, Chavez s'allie avec les Mollahs d'Iran.
Et personnellement, je n'ai rien de commun avec ces fanatiques religieux qui oppriment leur peuple. Chavez se fourvoie en soutenant l'Iran.


Quant Chavez soutient Kadhafi, il est dans la même logique. Chavez arrive quand même a appelé "ami" un homme qui a fait bombardé par des avions de chasse une manifestation désarmée dans sa propre
capitale !!!


Kadhafi est un dictateur, le soutien de Chavez est l'aboutissement absurde de "l'ennemi de mon ennemi est mon ami". Il a tord, même si je respecte ce qu'il fait dans son pays.



Eric RUIZ 18/04/2011 09:57



Je constate que Pingouin fait la confusion entre les leaders et leur parti.


Moi, je suis comme beaucoup ici adhérent au PCF et communiste. C'est bien parce que je ne me reconnais pas dans la ligne politique et la stratégie de dilution de la direction nationale que je me
bats avec le réseau !


Mélanchon tient un discours apparement radical mais est à la tête d'un parti officiellement social-démocrate avec des militants sociaux-démocrates.


Laurent et consorts tiennent un discours social-démocrate au sein d'un parti qui est officiellement communiste avec des militants qui, pour la plupart, se définissent aussi comme communistes.


C'est bien le décalage entre le discours et les actes de notre direction par rapport à la base qui est à l'origine de notre réseau. Et c'est bien le décalage entre le discours et les actes de
Mélanchon qui est à l'origine de notre méfiance ou rejet de sa candidature.


L'incarnation d'un parti dans un homme est une déformation classique, malheureusement, que l'on retrouve dans la présidentialisation de notre système politique français et que nous
connaissons également trop bien dans l'histoire du communisme.


"Il n'est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun !"



marcel raym 18/04/2011 08:22



Il semble que sur l'intervention impérialiste en Libye, JLM ait abandonné le triangle rouge et les bisous au drapeau des sections communistes du nord. En appelant puis en approuvant les
bombardements il s'oppose à nos amis cubains et venezueliens. La position (après quelques hésitations qd même) du Parti est sur ce point plus à gauche , du moins plus anti impériaiste
que celle de JLM.



Pingouin094 17/04/2011 23:25



Si la direction du PCF était sur une ligne de rupture avec le PCF, j'appellerais sans état d'âme à voter pour un candidat PCF.


Mais aujourd'hui, force m'est de constater que dans les discours, le PCF se socialdémocratise très bien tout seul. Bien au contraire, c'est aujourd'hui le PG et Mélenchon qui "ancrent à gauche"
le PCF.


Ca me parait le monde à l'envers, mais hélas, c'est comme ça.


Alors, que pense Mélenchon en se rasant ? Je n'en sais rien. Je sais par contre que son discours est bien plus radical que celui de Chassaigne. Et donc je sais que les électeurs qui iront mettre
un bulletin Mélenchon dans l'urne penseront à un idéal plus radical que s'ils mettent un bulletin Chassaigne.


Et ça, c'est ce qui m'interresse.


Parceque sauver un parti qui garde le nom "communiste" mais est dans les faits une simple tendance à gauche du PS (ce que devient et deviendrait encore plus notre parti sans le front de gauche),
ça ne m'interresse pas.


Je préfère un parti réellement communiste, mais sans le nom, à un part ayant le nom communiste, mais socialsite dans les faits.