Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Tunisie: Chokri Belaid, haut responsable de l'opposition communiste abattu

6 Février 2013 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #L'Internationale

Sur le blog de Nocolas Maury :

Chokri Belaïd, l'un des responsables de l'opposition communiste laïque en Tunisie, Chokri Belaïd, a été assassiné par balles ce mercredi matin, a indiqué son frère à l'AFP, alors que les violences politiques s'aggravent deux ans après la révolution
Tunisie: Chokri Belaid, haut responsable de l'opposition communiste abattu
Selon l'épouse de l'opposant, s'exprimant à la radio Mosaïque, il a été touché par plusieurs balles alors qu'il sortait de chez lui, à El Menzah 6 à Tunis, pour rejoindre son lieu de travail. Selon la radio tunisienne Shems, Chokri Belaïd a été atteint au niveau du cou et de la tête. Il a été transféré à une clinique à Ennasr, où il a succombé à ses blessures. «Chokri Belaïd a été assassiné de quatre balles tirées dans la tête et dans la poitrine devant son domicile», a pour sa part déclaré à Reuters Ziad Lakhder, l'un des responsables du Front populaire. «C'est un triste jour pour la Tunisie», a-t-il ajouté.

Son frère accuse le parti islamiste Ennahda d'être responsable du meurtre

«Mon frère a été assassiné, je suis plus que désespéré et déprimé», a indiqué à Abdelmajid Belaïd. Il a immédiatement accusé le parti islamiste Ennahda, qui dirige le gouvernement tunisien, d'être responsable du meurtre. «J'emmerde tout le mouvement Ennahda et j'accuse (son chef) Rached Ghannouchi d'avoir fait assassiner mon frère», a-t-il déclaré, sans plus d'explication.

La veille de sa mort, il avait dénoncé la stratégie de la violence d'Ennahda

Chokri Belaïd, figure de l'opposition de gauche communiste et critique acerbe du gouvernement actuel, avait rejoint le Front populaire, constitué de douze partis politiques et associations de gauche, communiste, socialiste, panarabiste et écologistes, ainsi que de nombreux intellectuels indépendants. Chokri Bekaïd était le secrétaire général d'une de ses composantes, le Mouvement des patriotes démocrates. Le Front populaire est l'un des principaux adversaires politiques du gouvernement dominé par les islamistes d'Ennahda, vainqueurs des élections législatives organisées après le renversement de Ben Ali en janvier 2011.

Chokri Belaïd avait à de nombreuses reprises critiqué la montée de la violence en Tunisie, et à la veille de sa mort mardi, avait dénoncé une stratégie de la part d'Ennahda. La Tunisie a vu se multiplier les violences sociales et politiques ces derniers mois. Plusieurs partis d'opposition et des syndicalistes ont accusé des milices pro-islamistes d'orchester des heurts ou des attaques contre les opposants ou leurs bureaux.

Rassemblement devant l'ambassade de Tunisie à Paris à 11h
La coordination Ile de France du front populaire de Tunisie appelle les tunisiens de la région parisienne et tous les amis de la Tunisie à se rassembler à partir de 11h devant l'ambassade de Tunisie à Paris (Ligne 13 / Métro St François Xavier) pour dénoncer ce crime odieux.

 

Le Front populaire (الجبهة الشعبية) ou Front populaire pour la réalisation des objectifs de la révolution (الجبهة الشعبية لتحقيق أهداف الثورة) est une coalition politique tunisienne regroupant douze partis politiques et associations de gauche, communiste, socialiste, panarabiste et écologistes, ainsi que de nombreux intellectuels indépendants.

Après la révolution tunisienne de 2011 qui aboutit au départ du président Zine el-Abidine Ben Ali et à l'élection d'une assemblée constituante qui porte les islamistes d'Ennahda et leurs alliés au pouvoir (troïka), le paysage politique de la Tunisie se transforme : Béji Caïd Essebsi, ancien Premier ministre du deuxième gouvernement de transition, fonde un parti, l'Appel de la Tunisie, qui rassemble des représentants de la bourgeoisie, des hauts cadres et des personnalités du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) de Ben Ali, dissous après la révolution.
Ce nouveau parti, considéré par certains comme le recyclage du RCD, arrive pourtant à trouver des alliés auprès de certains partis centristes et de droite, pour la plupart issus de l'éclatement de l'ancien régime et à attirer la sympathie de près de 20 % des Tunisiens selon de premiers sondages, juste derrière Ennahda, au nom de la logique « Tout sauf les islamistes ».

Ces faits donnent au paysage politique une réalité bipolaire que les partis de gauche tentent de briser en créant le Front populaire afin de donner aux Tunisiens un choix autre que les islamistes au pouvoir et l'Appel de la Tunisie et ses alliés, allant davantage dans le sens des revendications sociales de la révolution.

Le Front Populaire est fondé le 7 octobre 2012 ; son porte-parole est Hamma Hammami.

 

Tunisie: Chokri Belaid, haut responsable de l'opposition communiste abattu
Les partis membres:

-Parti des travailleurs tunisiens de Hamma Hammami (ex-PCOT / Marxiste Léniniste)
-Parti du travail patriotique et démocratique, aile menée par Mohamed Jmour (se revendique du socialisme scientifique)
-Mouvement des patriotes démocrates de Chokri Belaïd (marxisme panarabique)
-Patriotes démocrates (Watad) de Jamel Lazhar
-Parti de la lutte progressiste de Mohamed Lassoued
-Ligue de la gauche ouvrière de Jalel Ben Brik Zoghlami, trotskiste
-Parti populaire pour la liberté et le progrès de Jelloul Azzouna, socialiste
-Front populaire unioniste d'Amor Mejri, panarabe marxiste
-Mouvement du peuple de Mohamed Brahmi, nationaliste arabe nassérien
-Mouvement Baath d'Othmen Bel Haj Amor, nationaliste arabe baasiste
-Parti d'avant-garde arabe démocratique de Kheireddine Souabni, nationaliste arabe baasiste
-Tunisie verte d'Abdelkader Zitouni, écologiste
Autre article : dernière déclaration de Chokri Belaïd :
Le secrétaire général du Mouvement des Patriotes Démocrates (MPD, Al Watad) et leader du Front populaire, assassiné mercredi matin, alors qu'il sortait de chez lui, a eu, la veille, sur la chaîne Nessma TV, une phrase prémonitoire
Tunisie : La dernière déclaration prémonitoire de Chokri Belaïd
Interrogé sur l'attaque du meeting du Front populaire, dimanche, au Kef, par un groupe se proclamant des Ligues de protection de la révolution et du parti Ennahdha, Chokri Belaïd a dénoncé «la violence politique pratiquée méthodiquement par certaines parties politiques.»

Le défunt avait aussi accusé ouvertement les «ligues criminelles» qui «pratiquent le meurtre politique», par allusion aux Ligues de protection de la révolution, proches du parti Ennahdha, ajoutant que «le communiqué publié à l'issue de la dernière réunion de Majlis Choura du parti Ennahdha a pris la défense de ces Ligues, lui donnant ainsi un feu vert officiel pour poursuivre leurs agressions.»

Il était loin de penser qu'il sera abattu froidement, quelques heures plus tard.
Autre document :
 
Nordine Idir, Secrétaire Général du MJCF
Nous avons appris avec tristesse et colère l'assassinat de Chokri Belaïd, abattu ce matin devant son domicile à Tunis. Leader du Mouvement des patriotes démocrates, membre du Front Populaire tunisien, il fut une figure de la révolution tunisienne puis de l'opposition de gauche au gouvernement islamiste d'Ennahda.

Cet assassinat s'inscrit dans le cadre de violences dirigées contre l'ensemble des acteurs de l'opposition et du mouvement social tunisien. Depuis plusieurs mois, ces derniers sont victimes d’agressions répétées de la part de milices pro-gouvernementales sous le regard complice du pouvoir tunisien. Le 18 octobre 2012, un responsable du mouvement Nidaa Tounes (une autre organisation d'opposition) était tué lors d'un affrontement avec des militants liés à Ennahda.
Le 4 décembre dernier, ce sont des militants de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) qui étaient attaqués par des manifestants pro-gouvernement lors d'une commémoration organisée en l'honneur de Farhat Hached, un syndicaliste assassiné dans les années 1950.

Il faut que cela cesse. Après des dizaines d'années de dictatures où il était extrêmement périlleux de mener des actions politiques, les tunisiens doivent pouvoir s'exprimer et militer librement.

Depuis la révolution de 2011 la situation politique tunisienne s'est réellement tendue. Les élections présidentielles prévues suite au départ de Ben Ali avaient finalement laissées la place à un « gouvernement d'union nationale » (rempli de membre du RCD), puis finalement à des élections législatives, remportées par le parti Ennahda.
Aujourd'hui ce parti est accusé par le reste des formations politiques d'empêcher toute contestation de sa politique en menant diverses actions violentes (descente dans des locaux, assassinats), notamment via une milice qui s'est auto proclamé « défense de la révolution ».

Le Mouvement des Jeunes Communistes de France réaffirme son indignation et sa colère face au meurtre de Chokri Belaïd ainsi que toutes les exactions commises contre les mouvements citoyennes et politiques tunisiens. Nous soutenons tous ceux qui se battent en Tunisie pour réussir à établir une démocratie permettant l'expression de chacun et le progrès pour tous.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

Un peu tard. Au métro Couronne ça risque de chauffer, c'est le QG des barbus.


TUNISIE SOLIDARITE : TOUS, ce soir jeudi 7 février 2013, métro Couronne 18 heures !


TUNISIE SOLIDARITE ! APPEL URGENT AUX DÉMOCRATES RASSEMBLEMENT A LA MÉMOIRE DE CHOKRI BELAÏD DIRIGEANT TUNISIEN DE GAUCHE ASSASSINÉ HIER A TUNIS ET CONTRE L'HYDRE FASCISTE INTÉGRISTE QUI VEUT…


Pour lire la suite cliquez ici
Répondre
G
















La colère gronde en Tunie : demain vendredi GREVE GENERALE


INFO REPRISE SUR BANDERA ROSSA L'UGTT appelle à la grève générale jeudi 7 février 2013, par La Rédaction C'est une journée sous haute tension qui commence en Tunisie. Mercredi, l'opposant
Chokri…


Pour lire la suite cliquez ici




Répondre
G

Sur la liste du PCF XXème ;



Objet: TUNISIE  OCCUPATION A L’AMBASSADE DE TUNISIE A PARIS



Six camarades, démocrates tunisiens occupent l'ambassade de Tunisie à Paris suite à l'assassinat du dirigeant de gauche tunisien Chokri Belaïd ils demandent une condamnation ferme de cet
assasinat de la part du gouvernement tunisien ainsi que la dissolution des ligues fascistes intégriste et a proclamation d'une journée nationale de deuil avec la bise des drapeaux en berne ici
même à Paris.
Venez les soutenir au rassemblement ce soir au métro Saint-François xavier


 
Répondre