Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Trois députés communistes sur treize soutiennent Mélenchon : pourquoi?

14 Juin 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

Envoyé par Jean Louis Cailloux (PCF Suresnes)

 

Ils ont de la suite dans les idées : 3 députés communistes sur 13 (1), M.G. Buffet, R. Muzeau et C. Sandrier, viennent  de signer un texte de soutien à Mélenchon.

·              JL Mélenchon, ce candidat préféré de nos 3 députés, considère pourtant le Front de Gauche comme une étape pour constituer un nouveau parti issu de la fusion des partis PCF, PG et GU ( plus quelques autres petites organisations qui s’y joindraient).

Il comprendre cette attitude il faut remonter au congrès de 2008 et se souvenir que :

 Roland Muzeau, actuel président du groupe communiste avait porté dans le 92 un amendement lors du congrès de 2008 sous le titre « la métamorphose ». Il y proposait l‘abandon du parti communiste, la création d’une autre formation politique à gauche de la gauche. Cet amendement indiquait que pendant une certaine période transitoire, les anciens communistes auraient la double appartenance politique.

Jean Claude Sandrier, lui,  avait signé un texte natioanl intitulé « Nommer clairement ce que nous voulons » (HQ 10.11.08), avec François Auguste, Nicole Borvo, Joël Canapa, Sophie Celton, Patrice Cohen-Séat, Jean-Marc Coppola, Marie-Claire Culié, Pierre Dharréville, Michel Duffour, Elisabeth Gauthier, Brigitte Gonthier-Maurin, Joëlle Greder, Fabienne Haloui, Alain Hayot, Gérard Mazet, Gérard Piel, Marjolaine Rauze, Gilles Ravache, Richard Sheehan.


Ce texte portait deux idées

a) Changer le nom du parti. Le communisme étant un sigle porteur de « l’ancien ».  

b) Transformer le parti pour faire la place à d’autres cultures politiques.


P.Cohen Seat était l’animateur de ce courant. Dans L'Huma du 21/06/2008 nous pouvions prendre connaissance de son intervention lors d’un débat à Aubagne, avec des représentants de PRS et des comités antilibéraux où il indiquait  « La construction d'un front peut être une étape avant d'aller plus loin... »

Marie Georges Buffet , lors de la conférence nationale des 3/4/5 juin 2011, explique aux délégués que l’effacement de l’étiquette PCF candidat du Front de Gauche au profit d’une étiquette Front de Gauche soutenu par les PCF, PG GU…permettrait une plus grande dynamique électorale !


Autrement dit, l’effacement du parti serait un atout.  


Selon cette thèse un candidat PCF Front de Gauche ne pourrait donc pas rassembler autant qu’un candidat intitulé F de G. Cette réponse fait suite à l’inquiétude exprimé par plusieurs camarades lors de cette conférence sur le pacte conclu avec le PG et la GU. Ce pacte prévoit que nos candidats aux législatives seront des candidats Front de Gauche  soutenus par le PCF, le PG et la GU (et éventuellement d’autres) au détriment  de l’étiquette plus significative de candidats PCF soutenu par le Front de Gauche, Ainsi pour les électeurs, plus rien ne distinguera les 70 à 80% de candidats PCF des 20 à 30 % autres (PG, GU ….).


Outre que c’est totalement contraire à la réalité que démontre A. Chassaigne et plein d’autres candidats qui s’affichent PCF, candidats du Front de Gauche, ce n’est pas respectueux du choix de congrès des communistes qui ont choisi à la fois le parti communiste et les fronts de lutte.

Récidive ! Déjà le 9 juin 2006, devant le Conseil National du PCF, MGB affirmait : Il nous faut poursuivre cette démarche des collectifs anti-libéraux, (2) afin que puisse durablement exister dans ce pays une force crédible capable de porter le changement ». C’était révélateur de l’opinion de la Secrétaire nationale sur le parti dont elle etait la première dirigeante. Déjà, elle considérait que le PCF ne pouvait pas être une force crédible capable de porter le changement » !

(1)        Le PCF compte actuellement 13 députés, Gremetz ayant démissionné et quatre l'ayant quitté pour rejoindre diverses organisations de gauche.
(2)          Déjà Jean Luc Mélechon alors membre du PS et du « club PRS » était dans les collectifs antilibéraux où il s’était proposé comme candidat sauveur, s’opposant notamment à une candidature de Francis Wurtz.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article