Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Texte de l'intervention de Jacky Hénin au 35ème congrès du PCF

30 Juin 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Congrès du PCF depuis 2008

lien à la video : Intervention de Jacky HENIN - 35ème congrès PCF

 

(note' de RC : merci à Michel Mélinand)

Nous avons tous des questionnements et pourtant :

"L'histoire de toute société jusqu'à nos jours, n'a été que l'histoire de luttes de classes

Homme libre et esclave, Praticien et plébéien, Baron et serf,

En un mot oppresseurs et opprimés, en opposition constante,

La société bourgeoise moderne, n'a fait que substituer de nouvelles classes, de nouvelles conditions d'oppressions, de nouvelles formes de luttes à celles d'autrefois.

La grande industrie moderne supplanta la manufacture, la moyenne bourgeoisie industrielle céda la place aux millionnaires de l'industrie, aux chefs de véritables armées industrielles, aux bourgeois modernes.

La bourgeoisie a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l'unique et impitoyable liberté de commerce

Poussée par le besoin de débouchés toujours nouveaux, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il lui faut s'implanter partout, exploiter partout

La bourgeoisie a enlevé à l'industrie sa base nationale. Les vieilles industries nationales ont été détruites et le sont encore chaque jour

La bourgeoisie a soumis la campagne à la ville

La bourgeoisie supprime de plus en plus l'émiettement des moyens de productions

Et quant il ya crise, comment la bourgeoisie surmonte t elle ses crises?

D'un côté, en détruisant par la violence une masse de forces productives, de l'autre en conquérant de nouveaux marchés et en exploitant plus à fond les anciens.

A quoi cela aboutit il ? A préparer des crises plus générales et plus formidable et à diminuer les moyens de les prévenir…"

A l'exception de la modernité du langage,

A l'exception de la méconnaissance des avancées technologiques récentes pouvant étayer d'autres formes d'exploitations, pour conforter le texte

Ne trouvez vous pas que toutes ces citations sont contemporaines, qu'on peut les entendre dans les conversations d'aujourd'hui?

Ne trouvez vous pas qu'il est éminemment de notre époque ce philosophe qui s'exprimait ainsi en 1847 lors de la publication du manifeste du Parti Communiste?

Moderne, l'analyse de Karl Marx, comme le seront ses propositions pour révolutionner l'ordre établit!

Ou en est le monde actuel?

Partout dans le monde c'est l'accumulation de richesses, l'exploitation éhontée de femmes, d'hommes d'enfants.

C'est le continuel pillage des richesses naturelles des pays pauvres par les pays riches.

C'est la nature que l'on détruit sans possibilité de retour arrière.

Des millions d'êtres humains meurent de faim quand les pays les plus avancés jettent chaque jour des milliers de tonnes de nourriture à la décharge.

Jamais la richesse produite n'a été aussi importante et pourtant 80 % de la population se partagent 15 % des richesses quand 2 % de la population s'approprie 50 % des revenus mondiaux.

L'Afrique voit ses enfants mourir faute de médicaments, quand à un saut d'avion, en Europe c'est l'explosion des gâchis de médicaments.

Cette Europe, notre Europe, qui pourrait pour deux fois rien subvenir aux besoins vitaux de cette population en détresse.

Dans notre pays, le capital et ses alliés, pour les même raisons qu'en 1847, n'en finissent plus de casser, de délocaliser, pour aller exploiter ailleurs.

Le négoce est roi, et l'on invente le RSA pour que le petit peuple ne crève pas trop vite.

Ceux qui ont travaillé beaucoup et n'ont que de petites retraites doivent s'estimer heureux,

Car pour les autres ce sera travailler plus longtemps en gagnant moins,

Pour espérer une retraite plus miséreuse encore!

Les riches sont de plus en plus riches, quand l'énorme majorité n'en finit plus de souffrir.

Les richesses produites dans notre pays battent tous les records et pourtant c'est de régression des services publics, de blocage des salaires et des retraites dont on nous parle!

Pourquoi?

Parce que la bourgeoisie, le patronat, le kapital, veulent tout et tout de suite.

Peu importe les souffrances, nos souffrances, vos souffrances, pourvu qu'ils aient l'ivresse.

Alors que la situation nécessiterait la juste participation de chacun aux charges de la société, c'est aux riches qu'ont consent des cadeaux

Ce sont les grandes entreprises qu'on exonère de charges

C'est l'effort des revenus du travail aux charges collectives qu'on a particulièrement diminué

Dans le même temps

On favorise la progression importante des impôts locaux,

On réduit les droits des populations en sacrifiant les services publics

On fait reposer sur les ménages la charge de la crise

On décide de faire payer davantage encore les pauvres parce qu'ils sont plus nombreux

163 ans après la publication du manifeste du Parti Communiste, la logique est la même, c'est pourquoi je suis venu vous affirmer avec force qu'aux mêmes mots il faut appliquer les mêmes remèdes.

En 1847, des propositions étaient mises sur le devant de la scène...des propositions d'une rare modernité que je n'ai pas hésité à marier avec nos propositions.

Impôts fortement progressifs, Moins tu gagnes moins tu payes, plus tu gagnes plus tu payes

Encore les mots de Karl Marx:

Il n'y a qu'une seule façon de tuer le capitalisme : des impôts, des impôts et toujours plus d'impôts.

Centralisation du crédit entre les mains de l'Etat moderne et démocratisé.

Constitution d'un grand groupe Bancaire et assurantiel public avec comme feuille de route la prise en compte de la volonté collective d'un développement harmonieux de notre pays

Centralisation des moyens de transports, Constitution de véritable service publics des transports: ferroviaire, maritime terrestre, aérien permettant à chaque citoyen d'exercer son droit à la liberté de circulation

Education publique et gratuite, combinaison de l'éducation avec la production matérielle. Un grand service de l'éducation de la maternelle à l'université accessible à tous, la mise en place tout au long de la vie d'une sécurité emploi formation

La nationalisation de secteurs entiers de la production pour permettre à la fois l'aménagement du territoire, la capacité du pays à répondre aux besoins de sa population, la possibilité d'ouvrir des coopérations humanitaire comme pour les médicaments

La mise hors portée du marché concurrentiel des services essentiels à la vie de chaque jour: l'eau, l'électricité…

Toutes ces mesures, sont d'essence marxiste, toutes ces mesures peuvent nous rapprocher du communisme.

Dans cette crise, chacun d'entre vous le voit bien ça n'est donc pas de moins, mais de plus de communisme dont nous avons besoin.

Est il nécessaire d'avancer masquer pour parvenir au but? Certains le croient, c'est leur droit.

Mais c'est aussi le notre que de pouvoir leur dire en face qu'ils se trompent!

Notre Parti Communiste du haut de ses presque 90 années d'existence, en a déjà beaucoup vu, entendu, subit.

Il a été de tous les combats pour l'émancipation des peuples, de tous les combats pour conquérir des droits nouveaux, de tous les combats pour la liberté.

Nous ne sommes peut être pas parfait, mais nous avons toujours voulu nous ouvrir aux autres, et respecter ce principe fondamental qu'est la démocratie et le respect de la personne humaine.

Vous me connaissez, ou vous aurez compris à écouter ces quelques mots, que je fais parti de ces communistes qui n'ont pas peur de lever la tête, qui sont à l'aise dans leurs convictions.

C'est justement pour cela que je suis de ces communistes qui veulent tendre la main.

Tendre la main à tous les communistes, tendre la main à tous ceux qui autour de nous subissent la même peine et méritent les mêmes victoires.

De ces communistes qui respectent les autres comme eux mêmes veulent être respectés.               Ces communistes, ce PCF qui est notre, ne perd rien à afficher ses couleurs, à s'adresser aux autres...

Il faut qu'il ose.

Danton pour défendre la révolution française face aux troupes royalistes disait "osez, osez, osez, toute notre politique est dans ce mot."

 

Si l'on n'avait pas osé, Hier, jamais il n'y aurait eu de résistance, jamais il n'y aurait eu de parti communiste.

Si l'on n'avait pas osé, jamais nous n'aurions gagné aux élections cantonales du weekend dernier à Houdain, un canton pourtant jugé imprenable par tous les observateurs.

Oui, je suis de ceux qui osent.

Osent d'être communiste.

Osent tendre la main aux autres, pareils et différents,

Osent penser que la diversité, dans le parti et dans la société, est une richesse

Osent penser que quand le capital se croit tout permis, les communistes doivent rassembler, sans taire ce qu'ils sont, sans oublier qu'ils sont, à la disposition de tous.

Et d'abord à la disposition de tous ceux qui souffrent le plus.

Camarades, seules des propositions Communistes permettront à nos sociétés de rompre avec le capitalisme pour construire un monde de justice, de paix, de démocratie où chacun trouvera sa place.

D’autres voies, ont été ou sont actuellement explorées, elles n’ont ou n’aboutiront, qu’à permettre au capital et à ses serviteurs de s’en sortir à bon compte ;

Regardez en Grèce, en Espagne.

Alors oui pour changer Vraiment, rassemblons avec les communistes.

 

Oui, le combat est difficile.

Nous avons pris beaucoup de coups et en prendrons encore certainement.

D'aucuns nous pensent groggy, incapable de réactions, au bord du KO.

Qu'ils le croient, leur déception n'en sera que plus forte quand nous leur assénerons une série de gauche terrible qui leur fera mal et les obligera à reculer.

Alors ils se rendront compte

Que ses femmes et ses hommes qu'ils ont cru fatigués, désabusés, sont bien là debout, prêt à tout donner pour gagner.

Alors peut être comprendront ils que ce qui nous fait fonctionner se sont nos convictions, la fierté de nos couleurs, l'espoir de vivre un monde meilleur et que pour cela ils sont prêt à tout donner là ou d'autres ne pensent qu'a eux-mêmes.

Pour conclure, je vous propose une pointe d’humour 

Et si plutôt que d’essayer en permanence de réinventer le fil à couper le beurre, on décidait simplement d’être communiste

Ça aurait de la gueule, non ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article