Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Terrorisme euro-yankee au Venezuela

3 Octobre 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme

Sur le blog de Danielle bleitrach :

 

Nicolás Maduro : La mort de Serra est le test plus fort

Nicolás Maduro : La mort de Serra est le test plus fort
Nicolás Maduro: La muerte de Serra es la prueba más fuerte
Date de publication 2 octobre 2014

email

 

Le président vénézuélien s’est rendu au Parlement, pour un dernier adieu à l’adjoint socialiste Robert Serra, tué mercredi avec sa compagne . En outre, il a donné plusieurs  décorations post-mortem  aux proches du défunt parlementaire.
Le Président  vénézuélien, Nicolás Maduro, s’est rendu au Parlement vénézuélien pour un dernier adieu à l’adjoint Robert Serra, qui après son assassinat est veillé dans une chapelle ardente de cette instance législative. Le Président a déclaré que la mort du député   est l’épreuve la plus forte et plus douloureuse de ce à quoi doit faire face la révolution bolivarienne au cours de son mandat.

"Nous sommes dans cette salle où repose le témoin de notre indépendance (…) pour jurer au commandant que nous avons été avec le peuple  d’une manière impeccable et que nous continuerons à prendre le chemin de la révolution, de victoire en victoire ", a déclaré le Président, qui a souligné que la mort de Serra est le test plus douloureux.

Il a également souligné la sagesse de Serra quand il disait que "la chose importante n’est pas un poste dans le gouvernement mais de rendre irréversible la révolution".

En ce qui concerne la formation de Serra, il a souligné qu’il avait été formé dans la liberté de pensée et la cohérence de l’exemple de Simón Bolívar et sous l’impulsion du commandant Hugo Chávez.

  Au moment où est accompli ce cérémonial en hommage au député Serra, est mis en évidence son esprit de lutte et de fidélité à la révolution bolivarienne et surtout aux jeunes.

 Parmi les hommages post-mortem  à Serra il y a l’ordre du libérateur et des Libérateurs du Venezuela et l’ordre de Juan Francisco de León de première classe remis par la municipalité de Libertador (ouest de Caracas).

Le Président Maduro a remis l’ordre du libérateur et des libérateurs du Venezuela à la mère du député décédé.

Dans le contexte

Robert Serra a été tué hier soir mercredi à 27 ans. Selon le ministre de l’intérieur, de la justice et de la paix, Miguel Rodríguez Torres, le meurtre était intentionnel et prémédité.

Ce reportage de Télésur doit être complété pour un lecteur français par le rappel de l’assaut mené depuis des mois contre le gouvernement légitime du Venezuela, toutes les tentatives de sabotage, mais aussi les meurtres. Cette violence fasciste a été précédée comme à l’ordinaire par une pseudo-révolte "démocratique" des étudiants, des enfants de la bourgeoisie, mais surtout comme cela a été démontré des voyous financés par les Etats-Unis qui n’avaient jamais mis les pieds à l’Université et qui sous couvert d’une esthétique manifestation de jeunes épris de démocratie, faisaient et continuent à faire régner la terreur. (note de Danielle Bleitrach)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 04/10/2014 14:00


Faut-il s’émouvoir quand un député est assassiné ? Oui, mais ça dépend où !





Il y a deux ans, le garde du corps de Robert Serra a été abattu d’une balle dans la tête. Le 1er octobre, Robert Serra et sa femme ont été exécutés à l’arme blanche chez eux.


Robert Serra était un jeune et charismatique député vénézuelien. Les médias nous rappellent assez que ce pays est violent et que trop d’armes à feu y circulent (comme aux USA). Ils nous
rappellent moins qu’il y a quelques années, un commando, de tueurs colombiens a été capturé à quelques dizaines de kilomètres de Caracas et que son chef a avoué sa mission :
« Couper la tête de Chavez ».


Depuis Quito (Equateur), le Secrétaire général de l’Union des nations sud-américaines (1) Ernesto Samper (président de la Colombie de 1994-1998) a déclaré que cet assassinat est « un signe inquiétant de l’infiltration de paramilitaires colombiens » au Venezuela.


Il est trop tôt pour désigner le ou les coupables ou les commanditaires du crime, mais le fait que la première
hypothèse émise avec sérieux soit celle d’une froide exécution d’un trop brillant et trop prometteur leader chaviste suffit à situer le climat politique vénézuélien où la
droite est prête à tout. A tout.


Là-bas, tout le monde le sait, comme vous le savez et comme l’ignorent les consommateurs de nos "grands" médias.


Théophraste R. (Companero Hugo Chavez ! Presente !).


 


(1) L’UNASUR dont l’objectif est de « construire une identité et une citoyenneté sud-américaine et [de] développer un espace régional intégré » est composée de douze pays d’Amérique du
Sud :Argentine, Bolivie, Brésil, Colombie, Chili, Équateur, Guyana, Paraguay, Pérou, Suriname, Uruguay et Venezuela.