Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Syrie : nous participons à une agression contre un pays et un peuple souverain

19 Juillet 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme

Publié le 13 février 2012 sous le titre : "Syrie : pourquoi la Russie et la Chine ont raison". Lire également :

Intervention de Pasquale Noizet au CN du PCF du 16 janvier 2011 : le communiqué du parti sur la Syrie du 30 décembre est une erreur

 

Syrie : pourquoi la Russie et la Chine ont raison

 

Beaucoup de militants sont naturellement portés à sympathiser avec les rebelles syriens et à adhérer au discours dominant qui consiste en une condamnation sans nuance et totale des autorités du régime baasiste et de son dirigeant, Bachar el Assad.


Je ne partage pas du tout ce point de vue.


La révolution syrienne depuis son commencement m’a paru peu spontanée. Il s’agit selon moi ni plus ni moins d’une « révolution colorée » comme en Ukraine, massivement financée par des officines liées aux services secrets occidentaux, où jouent les premiers rôles des activistes formés en Occident à la manipulation de l’opinion et à l’exploitation des technologies de l’information. Ils créent une agitation artificielle ou amplifient et détournent de ses buts un mouvement qui au début est légitime et endogène. C’est un apéro facebook convoqué par la CIA pour provoquer des incidents sanglants pour discréditer le gouvernement.


Les révolutions en Tunisie et en Egypte ont connu aussi ce processus de détournement, mais il y avait aussi à leur base un puissant mouvement populaire, et une forte montée des luttes ouvrières. J’ignore si c’était le cas en Syrie, mais ce qui se passe dans ce pays ressemble aux manipulations cyniques qui ont ravagé la Libye ; des séditions internes aux clans au pouvoir, des opposants islamistes soutenus à bout de bras par les pétro-monarchies islamistes du Golfe, des déserteurs et des mercenaires, des terroristes liés à Al Qaida, un grand travail de désinformation par la télé de l’émir du Qatar, al Jezzira, relayé avec complaisance par les médias officieux genre le Monde ou le NY Times, avec enthousiasme par la presse « bobo », et finalement l’intervention directe de barbouzes et de forces spéciales étrangères.


Les infos sur la répression en Syrie viennent presque toutes d’un organisme dit « OSDH, alias observatoire syrien des droits de l’homme » basé à Londres, qui est de notoriété publique lié à l’opposition, et plus exactement aux frères musulmans. Les affirmations non vérifiées qui en émanent sont diffusées sans aucune réserve critique et sont à la base de la campagne de déstabilisation de la Syrie qui dure depuis un an et qui a pour but (réussi en Occident, complètement manqué sur les autres continents et en Russie) de dresser l’opinion contre le gouvernent syrien pour justifier une action directe pour le renverser. Notons qu’une partie de la presse « alter » (comme le Diplo) participe tacitement par affinité islamo gauchiste avec les rebelles. Un nombre non négligeable de ces « informations » sont de pures inventions du genre Timisoara ou bébé koweitien.


La révolution syrienne pendant trois mois est restée l’arlésienne du printemps arabe : elle était annoncée sans qu’elle démarre. Il se passait bien davantage d’événements révolutionnaires au Maroc, mais la Syrie était une cible de l’impérialisme, tandis qu’il allait ménager la monarchie d’M6, protégée de l’Occident.


Puis nous avons apparaitre de bien curieux démocrates : du genre de ceux qui ont alimentés les maquis du GIA en Algérie. Pourtant les médias ont continué dans leur grande majorité à soutenir la fable d’une révolte non-violente réprimée sans raison par des bouchers. Pour ce qui est des autorités syriennes, je ne garantirais pas qu’elles soient sans reproche, mais les rebelles armés de la soi-disant ASL (armée syrienne libre), par exemple, sont bel et bien des terroristes manipulés pour plonger le pays dans le chaos de la guerre civile communautariste à l'instar de l'Irak.

Les informations émanant de l’agence syrienne officielle et l’observation des témoins y compris les observateurs de la ligue arabe convergent et sont crédibles sur le point suivant : la violence est partagée [ et il est apparu maintenant qu'elle est bien davantage le fait de l'opposition armée et organisée par la CIA et ses satelittes, nd 18/07/2012]. Les médias internationaux dans cette situation complexe prennent partie [et mentent] de manière éhontée. Abattre le régime syrien, gênant pour l’Occident, seul allié des palestiniens dans la région, est devenu une priorité pour la « société civile » mondiale, c'est-à-dire la grande bourgeoise internationale et ses intellectuels organiques des médias.


La vrai question que nous, militants communistes, devons nous poser est celle-ci, est-ce que nous acceptons d’appuyer une agression anglo franco turco qataro américaine contre un pays souverain, utilisant une stratégie de déstabilisation qui commence à être bien rodée, et bien connue aussi,  mêlant le harcèlement médiatique, l’utilisation subversive des réseaux sociaux, et le terrorisme le plus sanguinaire, ou bien non ?


Il faut soutenir les communistes syriens qui sont partagés sur la question du régime mais qui sont unanimes pour refuser les sanctions et l’ingérence internationales.



GQ, 10 février 2012

Du même auteur : Syrie : quatre vérités pour ceux qui disent "on ne peux tout de même pas rester là sans rien faire"!

 

PS


Parmi les défenseurs du régime syrien (dont je ne fais pas partie : je ne défends que l’intégrité et l’indépendance de la Syrie) on trouve des groupes qui ont la réputation d’être des antisémites larvés et des « rouges bruns » comme le réseau Voltaire qui est proche du site « info Syrie », et qui est d’ailleurs basé en Syrie. Certes, et alors ? Il se trouve que ce qu’ils disent sur la situation en Syrie pourrait bien être vrai, cette fois-ci,  que ça plaise ou non. Aujourd’hui les salauds à l'œuvre qu'il faut démasquer d'urgence sont dans les rédactions « mainstream » et leurs mensonges sont sans commune mesure par leur nocivité avec les élucubrations sur le 11 septembre qu’ont pu commettre certains soutiens de Bachar el Assad.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Caroline ANDREANI 19/07/2012 10:03


Je suis d'accord avec ton analyse. Je comparerais plutôt ce qui est fomenté en Syrie au Kosovo : mêmes techniques de désinformation, mêmes financements, mêmes objectifs, et au final si
l'impérialisme remporte la mise, même type de gouvernement fantoche au service des USA.


L'autre élément à prendre en compte, c'est que la Syrie est le dernier verrou avant une attaque en règle contre l'Iran. C'est d'ailleurs pour cela que ni la Russie ni la Chine ne cèdent.


Enfin, tout le monde appréciera le traitement médiatique après l'exécution de trois dirigeants syriens : il ne s'agit pas de terrorisme mais de lutte pour la démocratie... Quelle belle vision des
choses.


 

GQ 01/03/2012 12:43


LA RUSSIE ET LA CHINE REAFFIRMENT LEUR REJET DE TOUTE INGERENCE ETRANGERE DANS LES AFFAIRES DE LA SYRIE


INFO REPRISE SUR LE BLOG DE JACQUES TOURTAUX La Russie et la Chine réaffirment leur rejet de toute ingérence étrangère dans les affaires de la Syrie 01 Mar 2012 Moscou / Les ministres des
affaires…


Pour lire la suite cliquez ici

GQ 28/02/2012 13:33


Les Syriens approuvent à 89,4 % le changement de Constitution


Al-Oufok Les Syriens approuvent à 89,4 % le changement de Constitution lundi 27 février 2012, par La Rédaction Les Syriens se sont prononcés à 89,4 % en faveur d’un changement de la Constitution…


Pour lire la suite cliquez ici

GQ 28/02/2012 01:18


Il y a quatre points à ne jamais oublier :


La vérité sur les faits en Syrie, justifiant l'unanimité médiatique contre son gouvernement, et contrairement au bourrage de crâne médiatique, n'est pas du tout établie. Médias, presse,
journalistes faillissent complètement à leur mission et déontologie, et ont atteint des sommets de Tartufferie.


Dans le conflit en cours, la victoire de l'opposition syrienne telle qu'elle est serait bien plus dommageable à la démocratie et aux droits de l'homme que la victoire du gouvernement.


Il s'agit en fait d'une guerre internationale classique, une agression impérialiste qui utilise des moyens médiatiques (relativement) nouveaux. Ne pas s'y opposer, ne pas la dénoncer est
impensable et crée un précédent très dangereux.


Le devoir de tout militant communiste internationaliste est de s'opposer aux menées interventionistes, colonialistes, de son propre gouvernement, quelques soit le prétexte mis en avant.


Alors à ceux qui disent "on ne peux tout de même pas rester sans rien faire" il faut répondre "il faut empêcher l'agression en cours contre la Syrie, et celle qui est programmée contre l'Iran".


 


 


 

GQ 17/02/2012 11:05


sur info Syrie, des témoignages de la presse britannique :



L’opinion britannique très majoritairement contre l’ingérence en
Syrie