Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

SYRIE : L'ultimatum d'Amnesty International à la Russie

23 Mars 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Impérialisme

Envoyé par Alain Rondeau

http://www.collectif-communiste-polex.org/palestine-moyenorient/syrie_cartalucci.htm


Tony Cartalucci

Amnesty International demande à la Russie d'autoriser les Etats-Unis et l'OTAN à commencer la ruine et le pillage de la Syrie.

Cet article concerne Amnesty International section USA. Ceci étant il faut bien constater que le phagocytage des ONG par les services de renseignements US Otanesque et autres se renforce. Pour ce qui concerne la section française d'Amnesty International le rôle qu'elle a jouer dans la repercussion de rumeurs non fondés (ce que sa présidente a reconnu trop longtemps après ) jusqu'a l'ONU montre que malheureusement celle ci n'est pas en reste.

Alors que la Libye se fractionne en factions antagonistes et que des escadrons de la mort racistes et génocidaires chassent les «indésirables» à travers la nation, que des régions entières du pays se détachent comme des émirats de la terreur semi-autonomes, qu'un patron d'institut pétrolier financé par BP, Shell et Total est installé comme premier ministre, chacun peut vérifier aujourd'hui que les dizaines de milliers de morts occasionnées par la campagne sponsoriée par les Etats-Unis et menée par l'OTAN dans cette nation souveraine d'Afrique du Nord est un échec total. A savoir, si la préservation de vies innocentes en étaient bien le but.

Quoi qu'il en soit, si le but était de fractionner la nation en micro-états inefficaces et belligérants tout en installant un gouvernement fantoche à Tripoli afin d'autoriser les contrats donnés aux entreprises occidentales pour le pillage en règle de la richesse nationale, alors ce fut un succès retentissant.

Le monde a été clairement berné par les Nations-Unies, le tribunal pénal international, le gouvernement des Etats-Unis, les gouvernements britanniques et français et bien sûr par l'OTAN dans sa mission de «responsabilté à protéger». Autoriser le renouvellement de ces actes crimininels qui ont ravagés la Libye serait inconcevable. C'est pourtant exactement ce que demande Amnesty International à la Fédération de Russie.

Avec une demande intitulée: «Russie, plus d'excuses, agissez contre le bain de sang en Syrie», Amnesty tente de manière perverse, de retourner les violences et les troubles clairement fomentés par l'occident en Syrie, comme étant quelque part le résultat du refus de la Russie de capituler devant la perspective d'une autre intervention de l'OTAN. Une intervention, qui soit dit en passant, est certaine de créer encore plus de violence, de divisions ethniques et de bains de sang en Syrie, en même temps que le pillage par les entreprises occidentales avides de remplir le vide laissé quand l'establishment nationaliste syrien sera éliminé comme il le fut en Libye.

Le rapport d'Amnesty cite les statistiques de mortalité fabriquées par l'ONU et qui ne sont exclusivement basées que sur les rapports de l'opposition syrienne, avant de critiquer le positionnement des troupes syriennes et de son équipement autour de la ville de Homs, qui est reconnu depuis récememment comme la bases d'opérations de militants lourdement armés. Amnesty demande ensuite de manière réthorique: «combien de victimes devront –elles souffrir avant que la Russie ne prenne une attitude décisive envers les crimes contre l'humanité commis en Syrie ?» On pourrait tout aussi bien répondre par cette question: combien de victimes doivent encore souffrir avant que le monde ne prenne l'attitude nécessaire contre Wall Street et la City de Londres dans leur carnage global perpétré de la Libye à la Syrie, en passant par l'Iran, l'Irak et les montagnes et villages d'Afghanistan ?

Amnesty conclut son ultimatum en demandant que la Russie arrête de vendre des armes à la Syrie, et ce alors même que les gouvernements occidentaux, par le biais de l'OTAN et ses clients des états arabes continuent eux à suppléer de manière constante des armes, des fonds et même des combattants étrangers au mouvement d'opposition syrien.

Amnesty est financée et gérée par le ministère des affaires étrangèrs américain et le gros business.

D'aucun pourrait se demander pourquoi Amnesty International travaille clairement en contradiction avec son propre objectif de mission qui est de «protéger les personnes à qui on refuse la justice, la liberté, la vérité et la dignité où que ce soit». Notre premier indice vient de qui en ce moment est le patron de l'association: Suzanne Nossel en est sa directrice exécutive.

Nossel a terminé une pige comme secrétaire assistante des organisations internationales auprès du ministère des affaires étrangères états-unien, avant d'avoir été nommée à la tête D'Amnesty International. Elle fut également vice-présidente des opérations stratégiques pour le Wall Street Journal et fut une consultante médiatique pour McKinsey & Co (membre fondateur corporatiste du Council on Foreign Relations – CFR -). La manipulation de l'opinion publique est une de ses spécialités, une qui est certainement pleinement utilisée en ce qui concerne la Syrie.

Nossel alors au ministère des affaires étrangères, parle du «printemps arabe» créé par les Etats-Unis et le rôle des Etats-Unis dans le soutien des groupes d'opposition. Elle parle au National Iranian American Council et elle cite spécifiquement la Brookings Institution pour bâtir le cas sur les abus des droits de l'Homme en Iran. On peut se demander si Nossel ne s'est pas négligemment inspirée de rapport de la Brookings «Which path to Persia», qui conspire ouvertement pour renverser le régime iranien en soutenant une «révolution colorée», en armant des groupes terroristes dûment répertoriés (tout comme les Etats-Unis le font maintenant en Syrie), et provoquer l'Iran dans une guerre dont elle ne veut absolument pas. Nossel continue de manière évidente son travail de déstabilisation de nations souveraines en utilisant comme levier la cause des droits de l'Homme au sein d'Amnesty International.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 23/03/2012 00:41


Amnesty a donc perdu sa crédibilité, encore plus que HWR qui dénonce "aussi" les crimes de l'opposition.


Cet article est le 5000ème posté sur RC depuis sa création le 12 septembre 2007, sans compter ceux qui ont été supprimés.