Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Solidarité avec les luttes sociales et pour les libertés syndicales au Maghreb - Réunion publique à la Bourse du travail de Paris aujourd'hui

10 Juin 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Initatives et rendez-vous

 Solidarité avec les luttes sociales et pour les libertés syndicales au Maghreb

À: "Solidal Solidal" <solidal@yahoogroupes.fr>
Date: Mercredi 9 juin 2010, 21h13


> Réunion publique
>
> à la Bourse du travail de Paris
>
> Jeudi 10 juin 2010 à 18h30
>
>  Solidarité avec les luttes sociales   et pour les libertés 
> syndicales au Maghreb
>
> Dans tous les pays du Maghreb, des luttes ont lieu contre 
> l'exploitation, les effets de la mondialisation capitaliste et pour 
> la défense des libertés.
>
>   A Khourigba (Maroc), 850 ouvriers de la SMESI ont été licenciés 
> par l' Office Chérifien des Phosphates (OCP) pour avoir osé monter 
> une section syndicale dans leur entreprise. Ils sont en butte à un 
> pouvoir répressif qui les assigne en justice sous de fallacieux 
> prétextes de droit commun, après avoir tenté de les faire taire à 
> coups de matraque et de tirs à balles réelles au mois d'avril 2010.
>
>   Au Sahara occidental, ce même employeur, l' OCP, qui vient 
> néanmoins d'obtenir un prêt de 240 millions d'euros, dans le cadre 
> d'un "accord stratégique pour une croissance verte" entre la France 
> et le Maroc, s'illustre par des pratiques discriminatoires à 
> l'encontre des travailleurs sahraouis du site de Boukraâ.
>
>   Dans le bassin minier de Gafsa (Tunisie), des dizaines de 
> participants aux mouvements sociaux de 2008, dont de nombreux 
> enseignants syndicalistes, ont passé de longs mois en prison. En 
> libération conditionnelle depuis novembre 2009, ils n'ont toujours 
> pas été réintégrés dans leurs emplois et subissent brimades et 
> intimidations. D’autres militants condamnés par contumace en 
> février 2009 continuent à faire l’objet d’emprisonnement et de 
> poursuites judiciaires. Hassan Ben Abdallah, coordinateur du comité 
> des diplômés chômeurs à Redeyef, a été arrêté le 24 février 2010, 
> il purge une peine de 4 ans et 1 mois de prison ferme. Le 
> journaliste Fahem Boukadouss, qui a réalisé des reportages 
> télévisés sur le mouvement, sera jugé en appel le 22 juin 2010. Il 
> a été condamné en première instance à 4 ans de prison. Mouhiedine 
> Cherbib, militant de l’immigration tunisienne en France, est sous 
> le coup d’une condamnation à 2 ans de prison pour avoir soutenu le 
> mouvement.
>
>   Au Maroc, les diplômés chômeurs qui manifestent pour le droit à 
> l'emploi affrontent une répression systématique et leur 
> association, l' ANDCM est toujours interdite. Le Ministère de l' 
> Education Nationale traite par le mépris 22 enseignantes de Rabat, 
> en grève de la faim depuis le 15 mars, malgré l'intervention 
> d'organisations syndicales et de Droits de l' Homme. Elles 
> participent depuis de longues années au mouvement national de 
> mutations sans en bénéficier, et réclament le rapprochement du 
> conjoint, dénonçant népotisme et clientélisme.
>
>   Des militants de l' Union Générale des Etudiants Tunisiens (UGET) 
> qui protestaient contre les conditions de logement des étudiants 
> ont été arrêtés, torturés, interdits de passer leurs examens, 
> exclus de l' Université. Le pouvoir a interdit la tenue du congrès 
> de cette centrale syndicale étudiante.
>
>   Même sort pour les étudiants sahraouis dans les universités 
> marocaines, qui subissent le même type de répression 
> (emprisonnements, procès, interdiction de se présenter aux examens, 
> jusqu'à exclusion de l'université) dès lors qu'ils manifestent pour 
> le respect des libertés et contre les violations des Droits de l' 
> Homme.
>
>   En Algérie, le gouvernement a décrété l'état d'urgence pour 
> tenter de criminaliser les mouvements sociaux. Les syndicats 
> autonomes subissent harcèlement, suspension, menaces de dissolution 
> et création de clones, ces syndicats factices mis en place par le 
> pouvoir. C'est dans ce contexte qu'a éclaté début mai une grève 
> illimitée des cheminots, initiée par la base syndicale avec pour 
> revendication des salaires décents et pour mot d'ordre «ce n'est 
> pas à nous de payer leur crise».
>
> Afin de populariser ces luttes, les soutenir et organiser des 
> mobilisations communes de part et d'autre de la Méditerranée, 
> plusieurs organisations associatives, syndicales et politiques ont 
> constitué en France le «Réseau Maghreb-Solidarité». Ce réseau 
> organise une
>
> Réunion publique
>
> Jeudi 10 juin à 18h30
>
> Salle Grande Croizat, Bourse du travail de Paris
>
>       3 rue du Château d'Eau 75010 Paris, métro République
>
>
> Participent au «Réseau Maghreb-Solidarité» les organisations 
> suivantes:
>
> Associations: AMF, ASDHOM, ATF, ATMF, CEDETIM, CISA, Comité de 
> soutien au Bassin Minier, CORELSO, CRLDHT, FTCR, Groupe de soutien 
> AMDH Paris, MRAP,...
>
> Syndicats: CNT, Union Syndicale Solidaires, ...
>
> Partis politiques: FASE, NPA, PCF, PCOF, PCOT, PDP, PG, Verts, Voie 
> Démocratique, ...

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article