Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Résultats partiels en Moldavie, UE et OTAN pèchent en eaux troubles

1 Décembre 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste, #Europe de l'Est

Lu sur PCf Bassin :


Les premiers résultats après dépouillement d’un tiers des votes donnent une tendance nettement en faveur de ce que l’occident appelle les pro-russes, à savoir les communistes et les socialistes, issus du parti communiste, à savoir la gauche. Lors de notre voyage avec Marianne en octobre et novembre cette tendance nous était apparue majoritaire et la Moldavie calme, éprise de paix. (1) Pourtant ces résultats n’écartent pas tous les dangers de déstabilisation d’un scénario à l’Ukrainienne, au contraire.

Les résultats partiels

Le Parti socialiste (pro-russe) était donné en tête des résultats des élections législatives organisées dimanche en Moldavie après le dépouillement de 30% des bulletins, juste devant le Parti communiste en deuxième position, a annoncé la commission électorale.

Les socialistes, qui souhaitent que la Moldavie s’éloigne de l’Union européenne et se rapproche du bloc économique dominé par la Russie, sont crédités de 23% des suffrages devant les communistes 20%, a annoncé Iurie Ciocan, président de la commission centrale électorale.

Le vote en faveur des « pro-russes » nous était apparu majoritaire. Il faut attendre les résultats définitifs mais si la montée du nouveau parti socialiste – qui est considéré comme plus pro-russe que le parti communiste moldave à qui il a été reproché une attitude trop conciliante face à l’Europe,  et qui a un programme officiellement  plus socialiste que les communistes est exact, il aura réussi une importante percée.

Les libéraux démocrates et les démocrates, membres de la coalition pro-européenne qui dirige l’ancienne république soviétique depuis 2009, sont crédités de 17% et 16% respectivement.

Les 3,5 millions d’habitants de ce petit pays enclavé entre la Roumanie et l’Ukraine étaient appelés dimanche à renouveler leur parlement.

L’enjeu européen ou le rapprochement avec la Russie, la Biélorussie

Il y avait la semaine dernière une unanimité de la presse occidentale pour dire que la Coalition pro-européenne et les pro-russes dont on se gardait bien de souligner les orientations en faveur du socialisme, étaient au coude à coude et on donnait 40% pour les uns et pour les autres. Notons que, comme nous l’avions envisagé après notre voyage dans ce pays, il y a 43% pour les « pro-russes » et 33% pour les pro-européens. Il y avait 21 partis qui se présentaient dont certains avec le même logo que le parti communiste destiné visiblement à lui éroder son électorat.

Les libéraux-démocrates du Premier ministre sortant Iurie Leanca, membres de la coalition tripartite au pouvoir, ont dit souhaiter entrer dans l’Union européenne à l’horizon 2020. Et à ce titre ont passé un accord économique avec l’Europe qui ne leur assure pas grand chose mais les coupe du marché russe et biélorusse ce qui est une catastrophe pour leur production alimentaire et vinicole. Cette accord que le parti communiste et le parti socialiste souhaitent dénoncer a été dernièrement inscrit dans la Constitution, ce qui pose la question d’une majorité suffisante pour la transformer.

Le mécontentement des Moldaves pris entre le marteau et l’enclume des sanctions

Il est à noter qu’un candidat qui avait formé le parti Patria, non seulement pro-russe mais pro-poutine a été interdit parce que « financé de l’étranger ». Ce n’est sans doute pas inexact mais pour le moins étonnant vu que les partis pro-européens le sont évidemment par les USA et quelques fondations européennes. Une telle interdiction à la veille du scrutin a-t-elle pesé sur les scores des deux camps en présence?

La Russie a interdit les importations de vins, fruits, légumes et viande en provenance de Moldavie. La corruption des dirigeants de la coalition,  l’inquiétude devant les événements d’Ukraine et le fait de ne pas pouvoir écouler leur production joue un rôle. Mais il y a aussi le contexte politique que nous avions mis en évidence dans nos reportages: le premier est le regret de l’Union soviétique. Le second le refus en particulier dans le sud en Gagaouzie de la main mise des Roumains sur le pays au titre de l’intégration européenne. Le troisième est l’espérance d’une réunification avec la Transnistrie séparatiste et la Gagaouzie république autonome qui ne veut entendre parler ni de la Roumanie, ni de l’Europe. En février dernier, un référendum était organisé en Gagaouzie. A 98%, les électeurs ont dit ‘oui’ à l’entrée de leur région dans l’union douanière Russie-Bélarus-Kazakhstan. Ce scrutin n‘était pas reconnu par les autorités moldaves.

Communistes en Gagaouzie (photo de notre voyage)

Enfin il faut noter l’inquiétude des électeurs en particulier à cause de l’Ukraine et la peur d’un scénario à l’ukrainienne qui s’est sans doute traduite par un assez faible taux de participation, autour de 55,86%, soit presque 8% de moins qu’en 2010. C’est la plus faible participation qu’ait connue la Moldavie pour ce type de scrutin.

Le vrai danger est dans la volonté de l’Occident et de l’OTAN de ne pas respecter le vote

Si les communistes et les socialistes qui sont issus de leurs rangs ont un poids supérieur à la coalition sortante, ont-ils une majorité suffisante dans une situation où la pression est très forte? De surcroît le parti socialiste et communiste sont issus du même parti communiste et ces derniers ont déclaré qu’ils ne voulaient pas de coalition. Mais le principal danger est dans la manière dont l’OTAN, l’UE et les voisins de la Moldavie vont tenter de déstabiliser pour y créer un scénario à l’ukrainienne. Il suffit de voir comme la presse occidentale a contrario de tout ce que nous avons constaté sur le terrain a tout fait et continue à faire pour créer les conditions d’une guerre civile et pour fomenter des troubles. Comme d’habitude les articles de Courrier international sont à cet égard la voix de l’Amérique (2) . Il faut vraiment être aussi incroyable et servile que cette presse pour oser comme dans l’article identifier l’Europe à la paix et le choix majoritaire des Moldaves à la guerre, alors même que les partis de la coalition mettent sur les affiches le sigle de l’OTAN…  Cela va avec la venue la semaine dernière des présidents ukrainien et polonais pour créer les mêmes conditions qu’en Ukraine.

Mais attendons les résultats finaux, ceux-ci indiquent une tendance, mais sur un tiers des bulletins dépouillés probablement dans les zones urbaines plus marquées à droite.

Danielle Bleitrach

 

(1)https://histoireetsociete.wordpress.com/2014/10/28/trajets-moldavie-odessa/

https://histoireetsociete.wordpress.com/2014/10/29/le-voyage-retour-en-arriere-a-tous-les-sens-du-terme-par-danielle-et-marianne/

et surtout:

https://histoireetsociete.wordpress.com/2014/11/06/croquis-de-voyage-la-moldavie-devant-un-choix-crucial-parait-garder-son-calme-tiraspole-aussi/

https://histoireetsociete.wordpress.com/2014/11/09/le-puzzle-moldave-ou-le-socialisme-vingt-ans-apres/

 

(2) voici l’article paru dans Courrier international, un appel à la guerre civile alors que les Moldaves souhaitent le calme et n’ont aucune propension à la guerre civile: : « Ce dimanche 30 novembre, 3,3 millions de Moldaves (dont un million à l’étranger) éliront le nouveau parlement, qui nommera un président début 2015. « Qu’est-ce que nous allons choisir ? » se demande Ziarul national, qui titre en une : « Paix ou guerre ? ». Le climat est explosif dans ce pays membre du Partenariat oriental, ayant signé en 2014 un accord d’association avec l’Union européenne.

Divisé entre les nostalgiques de l’URSS et ceux qui rêvent d’Europe, le pays est également confronté à l’apparition des extrémistes. Parmi eux, on trouve le parti Patria (« la patrie »), avec un leader charismatique, Renato Usatîi, qui a quitté le pays cette nuit, et le groupe « Antifa », « qui était en train de préparer un coup d’État pour après le scrutin de dimanche », informe le quotidien moldave. Patria vient d’être exclu des listes électorales par la Commission électorale centrale, il y a quelques jours. Selon Raisa Lozinschi, rédactrice en chef du journal qui prend clairement position, le scrutin se joue entre « la paix – donc l’Occident –, et la guerre – donc l’Est, l’instabilité et la corruption ».

http://www.courrierinternational.com/une/2014/11/28/des-elections-parlementaires-a-haut-risque

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 01/12/2014 13:44


En têtes, mais minoritaires:



Moldavie : Les "pro-russes" en tête des élections législatives



47 députés "pro-russes" contre 54 "pro UE", mais les premiers majoritaires en voix.