Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

René González :: « Maintenant, il faut encore libérer mes quatre frères »

7 Mai 2013 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Cuba

Sur Solidaire :

Erwin Carpentier, d’Initiative Cuba Socialista (ICS), était à Cuba à l’occasion du 1er mai. Il a été le premier journaliste étranger à pouvoir rencontrer René.

Erwin Carpentier

 

Quelle impression cela fait-il d’être libre après tant d’années d’emprisonnement et d’injustice ?  

    René González. C’est une petite victoire. Mais nous ne devons pas crier au triomphe. Car la réalité, c’est que j’ai purgé ma peine jusqu’au dernier jour, et même un peu plus. Et nous ne devons surtout pas oublier que mes quatre « frères » sont toujours détenus. On n’a certainement pas encore exercé suffisamment de pressions pour faire fléchir le gouvernement américain. C’est une erreur de croire que nous avons déjà atteint notre but.
    Bien sûr, je suis très heureux aussi. J’ai quitté Cuba voici 23 ans. Ma famille a connu des temps très difficiles. Nous avons vécu ensemble aux États-Unis à peine plus d’un an, puis il y a eu l’arrestation et la prison. Quatre camarades sont toujours soumis à cette injustice.

 

Pensez-vous que, pour eux aussi, nous obtiendrons victoire ?

    René González. Je pense effectivement qu’une porte s’est ouverte et que certaines choses bougent. Nous devons continuer à mettre la pression et passer à une vitesse encore supérieure dans le combat pour la liberté des Cinq. Nous devons surtout nous concentrer sur la société aux États-Unis. Tout ce que nous faisons doit aller en ce sens, de sorte que chaque homme politique, journaliste ou citoyen américain soit au courant de l’affaire des Cuban Five.
    L’injustice est toujours là et, si rien de fondamental ne se produit, Gerardo va mourir en prison. Nous devons persévérer jusqu’à ce que sa situation soit résolue. Il subit une très lourde peine, totalement imméritée.

Comment voyez-vous désormais votre rôle dans la lutte pour la libération des autres Cuban Five ?

    René González. Il est trop tôt aujourd’hui pour décider du rôle que je puis jouer précisément. J’espère que mes frères verront une lueur d’espoir dans ma libération. Aujourd’hui, ils ne sont plus que quatre, et non cinq. En fait, je suis sûr que ça va leur donner espoir, ils sont certainement et sincèrement contents pour moi. Quant à mon rôle par la suite dans la lutte pour leur libération, je ne le vois pas encore exactement. J’espère que le fait que je suis à Cuba va renforcer la motivation pour continuer la lutte. J’en serais heureux et j’espère pouvoir y contribuer beaucoup, pour que mes quatre frères puissent eux aussi rentrer à Cuba.


Lire l’interview complète sur www.cubanismo.net

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article