Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

La rencontre nationale de communistes du samedi 6 novembre 2010 reportée

23 Octobre 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Réseaux communistes

 

Chers camarades,
Compte-tenu de la journée de manifestation du 6 novembre, nous reportons la réunion prévue à une date que nous préciserons dans les jours qui viennent.
Fraternellement,
Marie-Christine Burricand

 

Ci-dessous l'appel précédent

 

Nous avions décidé à la Fête de L’Humanité de nous revoir rapidement pour concrétiser les axes de travail qui se dégageaient dans la discussion de la rencontre du samedi au stand du Pas-De-Calais. Une réunion nationale de communistes est donc proposée pour le 6 novembre de 10h30 à 17h

Cher(e) camarade,

Après la fête de l’Humanité, nous t’invitons à participer à une rencontre nationale de communistes :

Samedi 6 novembre 2010

de 10 h30 à 17 h

45, rue Henri Barbusse à Aubervilliers (93) (réfectoire de l’école Jean Macé-Condorcet) à 5 min du métro Aubervilliers-Pantin-Quatre-Chemins

A l’ordre du jour de cette rencontre :

Analyse de la situation politique actuelle : pour élargir et renforcer la mobilisation pour le retrait de la « réforme des retraites » et pour organiser la riposte aux politiques d’austérité

Développer nos capacités d’échanges : site(s), journaux…, proposer des initiatives concrètes, réfléchir à la mise en place d’une politique de formation théorique et pratique

Elaborer dans la transparente et le plus collectivement possible un texte pour le prochain congrès. Une trame sera mise en circulation très rapidement avec appel à contributions pour publication et mise à signatures dès l’assemblée des secrétaires de section du 8 janvier.

Comme nous l’avions affirmé lors du dernier congrès, nous voulons un Parti fort, des communistes rassemblés et un projet révolutionnaire. Durant l’été, nous avons participé à plusieurs rencontres nationales pour avancer dans ce sens : le 2 juillet à Vénissieux avec les signataires de la contribution au congrès, les 28 et 29 août à Marseille avec des communistes dedans et dehors, le 4 septembre avec les camarades du Var.

Ces rencontres, ainsi que le travail quotidien de chacun dans son organisation, ont permis une large participation au débat qui s’est déroulé, au stand du Pas-de-Calais à la fête de l’Humanité sur le thème « Face à la crise, le PCF dont nous avons besoin ».

Plus de 150 camarades ont participé, de toutes générations et de toute la France : Nord, Pas-de-Calais, Meurthe et Moselle, Paris et région parisienne, Bouches-du-Rhône, Isère, Charente-Maritime, Rhône, Somme, Oise, Hérault, Gard, Var, Dordogne, Haute-Loire, Ain, Loiret… y compris des camarades qui ne sont plus au PCF, comme Charles Hoareau et Maxime Gremetz.

L’élargissement comme la diversité traduisent la possibilité de reconstruire l’unité d’action et idéologique des communistes.

Les situations sont diverses, les expressions différentes, mais une majorité de communistes veut œuvrer à faire vivre le PCF !

Face à l’opération Mélenchon orchestrée par la direction pour faire passer le PCF sous la table, les forces existent pour placer le PCF au centre de l’alternative. La direction du PCF a tout fait pour instrumentaliser la fête au service de son projet « Front de Gauche » avec une nouvelle étape, « le pacte partagé ». Elle a largement assuré la promotion de Jean-luc Mélenchon comme présidentiable. La candidature d’André Chassaigne est traitée comme mineure, qui plus est source d’ambiguïté. Les communistes y voient une chance pour une candidature communiste aux présidentielles alors que l’intéressé ne cesse de répéter qu’il est candidat potentiel pour le Front de Gauche !

Il est surprenant qu’aucune autre candidature communiste ne soit envisagée alors que nous disposons d’un riche potentiel de camarades. Au-delà, les communistes auront-ils la liberté de porter aux présidentielles un programme de rupture avec le capitalisme à la hauteur des enjeux de la période ?

La direction du Parti ne paraît pas envisager l’élection présidentielle comme un moment pour faire vivre les idées communistes et donc peser sur le rapport de force réel dans le pays. L’hégémonie du PS n’est jamais remise en cause. Une fois de plus, nous constatons l’écart formidable entre les engagements des communistes et les préoccupations de sommet.

Voyons l’essentiel : la situation sociale est explosive. Que ce soit la lutte contre la « réforme des retraites », les réactions à la politique du tout sécuritaire dont le principal effet est de réprimer les plus précaires, ou le budget d’austérité porté par le gouvernement Fillon pour complaire aux directives de l’Union européenne, il est plus que jamais nécessaire que les communistes soient utiles au mouvement populaire, avec l’objectif d’ouvrir une perspective révolutionnaire. Pour cela, faire vivre notre organisation et la renforcer par l’afflux de nouveaux militants et le retour de communistes laissés de côté par la direction est une nécessité vitale. C’est au service de cette volonté que nous travaillons.

Comptant sur ta présence,

Fraternellement,

Caroline ANDREANI, Paul BARBAZANGE,Floriane BENOIT , Marie-Christine BURRICAND , André GERIN, Jean-Jacques KARMAN, Jean-Claude KORDE, Jean-Pierre MEYER, Alain de POILLY, Hervé POLY, Laurent SANTOIRE

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 25/10/2010 14:25



En ce qui concerne la candidature Buffet de 2007, avec le recul, je pense qu'on aurait pu s'en passer.


En ce qui concerne les régionales de 2010 je pense que nous n'avons rien à gagner à nous positionner dans les vendettas qui déchirent l'appareil, particulièrement dans le 93.


JJK comme tout les communistes qui gagnent des élections peut parfois prendre des positions peu othodoxes, il n'empêche qu'il a une qualité qui fait défaut à la plupart des apparitchiki : il est
sympathique et gagne à être connu.



gilles G 25/10/2010 01:55



et oui je sais c'est bourré de faute!


promis un jour je me relirais avant d'appuyer sur le bouton publier...


un jour ... peu être...



gilles G 25/10/2010 01:49



sinon que jjk donne son parainage a d'autre candidats que le candidat pcf ne risque pas de manquer de parainages, vu le nombre d'élus pcf et apparenté qu'il y a encore en france, cela me parrait
tout a son honneur.


d'ailleur ce système de parainage me parrait totalement Obsolète voire grotesque mais au moins son existance donne a voir tout le bien que pense la " classe politique" des électeurs: tous des
mineur dont il faut encadrer les choix.


apres ça étonnez vous que les électeurs se comportent comme des gamins qui cassent leur jouet.


 



gilles gourlot 25/10/2010 01:32



" Maintenant, j'ai plus besoin de traiter avec le PCF, j'ai le groupe Front de gauche pour faire alliance"


juste une question est ce que cela s'est vérifié dans les fait? et si oui dans quelle occasion?


gilles



section PCF 24/10/2010 11:21



Sur la réponse de Carole


Le couplet sur l'antisexisme fait sourire: il s’agit d’une pirouette traduisant un certain embarras.


Pour le reste la camarade ne dément nullement nos propos.


JJ Karman a parrainé la candidature d’ O. Besancenot. Qui peut croire sérieusement que la présence de l’extrême gauche à la Présidentielle était menacée ? Les parrainages nécessaires à
l’extrême gauche ont toujours été réunis : les maires sans étiquettes, divers gauche, socialistes et même parfois de droite fournissent à chaque fois, les signatures requises. Mais, à cette
époque- celle de l’épisode grotesque des CUAL, il était un parti auquel certains à gauche, et hélas dans le parti, contestaient la légitimité et la possibilité d’être présent dans la compétition
présidentielle : le PCF! C’est lui qui risquait d’être absent du paysage pluraliste ! Libre à elle d'estimer que, dans ces conditions, le parrainage d’un candidat  d’extrême gauche
par JJ Karman et donc son refus d’apporter son soutien à la candidature de M.G. Buffet, n'allait pas dans le sens de l'effacement du PCF.


 
S’agissant de l’épisode plus récent des Régionales, Carole Andréani est trop au fait des enjeux stratégiques et des débats au sein du PCF, pour résumer l’engagement – qui en a surpris plus
d’un(e) ! – de JJK, le dirigeant de la Gauche communiste, derrière P. Braouezec à une simple question de notoriété. Curieux critère d’ailleurs, qui reviendrait, in fine, à laisser
aux médias de la Bourgeoisie le soin de désigner le ou la candidat(e) communiste ou celle ou celui du mouvement social… Mais passons. L’enjeu politique, et Carole ne peut l’ignorer, était de
savoir si cette séquence des Régionales allait ou non constituer une nouvelle étape de l’effacement, voire de la dilution du PCF. Personne ne s’y est d’ailleurs trompé : les communistes
partisans de « la métamorphose » du parti, de sa transformation en autre « chose », s’inspirant de l’exemple (!) allemand ou italien – choix respectable, mais rejeté
majoritairement par le congrès -  se sont tous retrouvés dans la candidature de P. Braouezec lequel, chacun le sait, a depuis quitté le PCF. A l’inverse, les communistes
attachés à la continuation du PCF ont soutenu la candidature de P. Laurent, laquelle repoussait l’option de dilution et ouvrait la possibilité dans le cadre de la stratégie complexe de Front de
Gauche d’une meilleure affirmation – certes encore insuffisante aux yeux de beaucoup – du parti et de ses propositions de transformations radicales.  Là encore, le choix de JJK
n’était pas cohérent avec la teneur du texte qu’il vient de cosigner.


 


Sur la situation de Clichy (92), ville socialiste où les élus communistes ont été exclus du bureau municipal et de la majorité pour avoir refuser un PLU trop sarkocompatible, la réaction
d’incrédulité et d’indignation de Carole est tout à son honneur et nous rassure même. En effet, que la représentante locale de la Gauche communiste sur Clichy crée au conseil municipal, un groupe
Front de Gauche – sans le PCF !- lui semble impossible : ce serait « n’importe quoi ».


Malheureusement Carole a un métro de retard (qu’elle se rassure, ça arrive souvent avec la Ligne 13 !). Un tel groupe « Front de Gauche » existe bel et bien et à l’initiative de la
Gauche communiste !


J’invite Carole à consulter le prochain compte-rendu du Conseil municipal : elle pourra ainsi vérifier que, sur ce point comme sur d’autres, les communistes de Clichy n’ont pas coutume de
raconter n’importe quoi.


Ajoutons que l’apparition de ce nouveau groupe semble réjouir G. Catoire, le maire de Clichy, isolé au sein de la gauche et même au sein du groupe socialiste, au point que son PLU, ouvrant les
vannes de la spéculation immobilière sur la ville, n’a pu être finalement adopté que grâce aux voix de la droite MODEM et UMP. Réaction de Catoire, dans les couloirs après la création de ce
groupe Front de Gauche (de mémoire) : " Maintenant, j'ai plus besoin de traiter avec le PCF, j'ai le groupe Front de gauche pour faire alliance"


Les faits sont têtus.


Mais si la Gauche Communiste publie un désaveu, nous le ferons connaître, bien volontiers....



section de Clichy