Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Question écrite d'André Gerin à Mme Lagarde, sur le chantage patronal

29 Juillet 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Luttes 2008-2011

http://www.andregerin.com/admin/img/eve/00001.1852g.jpg

 

  Photo : André Gerin, Xavier Mathieu, Élie Domota à la fête de l'Huma 2009

 

 

Madame, Monsieur,

Veuillez trouver, ci-joint, la question écrite de André Gerin à Mme la Ministre de l'économie, de l'industrie et de l'emploi suite au référendum organisé par General Motors à Strasbourg.

Cordialement




Monsieur André GERIN attire l’attention de Mme la ministre de l’économie, de l’industrie et de l’emploi sur la multiplication des référendums organisés dans des entreprises de grands groupes industriels.

Ils constituent d’inacceptables chantages à l’emploi, s’accompagnent de premières suppressions d’emplois et consistent à faire accepter aux salariés de graves reculs sociaux en échange de la promesse illusoire et le plus souvent limitée dans le temps du maintien de l’activité.

L’expérience montre que ces stratagèmes sont annonciateurs de délocalisations, de liquidations de sites en France.

Les 1150 salariés de General Motors à Strasbourg viennent d’être confrontés à ce scénario. Ils ont été sommés de ratifier un plan, qui prévoit le gel des salaires sur deux ans, la suppression de l’intéressement jusqu’en 2013, la renonciation à plus d’un tiers des 16 jours de RTT actuels, soit une baisse de 10 % du coût de la main d’œuvre.

L’objectif assigné par la direction du groupe américain est de réduire l’écart entre les coûts pratiqués au Mexique et en France. En échange, l’activité serait garantie… jusqu’en 2014.

Il s’agit d’un marché de dupes. Nous avons déjà été confrontés à ces méthodes devenues désormais communes aux multinationales implantées en France et en Europe. Il y eut Bosch à Vénissieux, Hewlett-Packard, Goodyear à Amiens. Le cas le plus fameux est celui de Continental à Clairoix dans l’Oise. En 2007, les salariés avaient accepté de renoncer aux trente sept heures et demie et de revenir aux quarante heures contre l’engagement de la pérennité de l’entreprise. Cette dernière est aujourd’hui fermée.

Et pour ceux qui rêvent de « moraliser le capitalisme », Continental ne manquera pas de les faire réfléchir. Le groupe allemand se livre à présent au même chantage auprès des salariés de Toulouse, Foix et Boussens avec l’illusoire garantie d’un maintien des effectifs sur cinq ans.

Il convient de rappeler que Continental Automotive France (CAF), filiale électronique automobile du groupe Continental, qui emploie 2500 personnes dans les trois usines précitées, atteindra, fin 2010, 450 millions d’euros de chiffre d’affaires contre 410 millions en 2009. Il en est de même des groupes auxquels il a été fait référence plus haut.

Les députés communistes et républicains avaient déposé une proposition de loi afin de lutter contre les délocalisations, les méthodes employées par les multinationales pour y parvenir, les licenciements collectifs pour motif économique sans cause réelle et sérieuse. La majorité parlementaire l’a repoussée.

Le parlementaire rappelle qu’il avait, lui-même avec plusieurs de ses collègues, déposé une proposition de loi dans le même sens en février 2009.

L’année 2010 aura été marquée par une hécatombe de l’emploi industriel. Nous sommes loin du « travailler plus pour gagner plus » promis par le Président de la République. Ce qui est proposé aux salariés de GM Strasbourg, comme à tant d’autres, c’est de « travailler plus pour gagner moins » et à terme de ne plus travailler du tout et de pointer au chômage.

Le député souhaite savoir ce que compte entreprendre madame la ministre pour mettre un terme à cette hémorragie aux conséquences économiques et sociales graves, qui n’a rien d’inéluctable si nous avons la volonté politique de faire prévaloir l’intérêt général et national sur la dictature des actionnaires et des financiers.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article