Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Quand Laurent Fabius louait le « bon travail sur le terrain » de la filiale d'Al Qaeda en Syrie

20 Janvier 2015 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #A gerber !

Lu sur PCF Bassin :

 


 

Article AC pour http://www.solidarite-internationale-pcf.fr/


 

L'état de choc créé par l'attentat de Paris, sa manipulation sécuritaire par le gouvernement tente d'empêcher toute réflexion lucide sur ses causes profondes. Des rappels sont nécessaires sur les principaux soutiens au terrorisme islamiste. Et ils sont parmi nous.

Manuel Valls a promis la « guerre contre le terrorisme, le djihadisme, l'islamisme radical » après avoir insisté sur le combat contre l' « ennemi intérieur ». Des accents de George Bush pour justifier les aventures militaires de la France dans des combats douteux en Irak, Syrie, demain en Libye.

Il y a un an, en août 2013, la France était à deux doigts d'intervenir en Syrie … aux côtés des rebelles islamistes contre le gouvernement de Bachar al-Assad et l’État laïque syrien. Aujourd'hui, il s'agit officiellement de lutter contre ces mêmes islamistes, sans coopérer avec Assad.

Comment en est-on arrivé là ? Les alignements versatiles de la France ne sont pas nouveaux, elle qui est passée sous la présidence de Sarkozy de la lune de miel avec la Syrie d'Assad entre 2008 et 2010, au pays le plus enthousiaste à l'idée d'une chute imminente du régime en 2011.

Au début de l'insurrection syrienne, la France avait clairement choisi son camp : celui de soutenir une rébellion armée qui était sous domination islamiste, bien aidée par leurs bailleurs de fond qataris ou saoudiens, accessoirement nos alliés et acheteurs d'armes dans la région.

Un exemple très révélateur aujourd'hui de ce choix aux conséquences désastreuses, c'est la 4ème réunion des « Amis de la Syrie » à Marrakech le 12 décembre 2012, juste après la création de la Coalition nationale des forces de l'opposition (CNFOR) sous hégémonie du Qatar.

Les États-Unis poussent alors la France à suivre leur décision en classant le Front Al-Nosra, groupe djihadiste de plus en plus influent sur le terrain, sur la liste des organisations terroristes.

Il n'était alors plus un secret pour personne qu'Al Nosra entretenait des relations organiques avec Al Qaeda – devenant officieusement sa branche syrienne – et constituait l'organisation sœur de l’État islamique (EI), de plus en plus puissant dans l'Irak voisin.

La France refuse par la bouche du Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Celui-ci dit exprimer l'opinion de « tous les pays arabes vent debout » (qui sont tous ces pays ? Le Qatar, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis?) ainsi que « du président de la Coalition (CNFOR) ».

Pour lui, Al-Nosra ne pouvait être classée comme une « organisation terroriste », car « sur le terrain, elle fait du bon boulot ». Une déclaration édifiante mais révélatrice de l'attitude de la France vis-à-vis du djihadisme, du terrorisme islamiste dont Al-Nosra est l'incarnation.

La France va bientôt engager un « spectaculaire revirement », comme il fut commenté alors, en mai 2013, sous pression américaine et russe, marginalisée dans son soutien à une Coalition noyautée par le Qatar et les Frères musulmans, ainsi que dans sa proposition d'armer les rebelles, suscitant la colère du médiateur de l'ONU en Syrie, Lakhdar Brahimi.

Elle proposera alors fin 2013 de classer Al-Nosra parmi les organisations terroristes. Il faudra encore un an avant que nos partenaires privilégiés, en premier lieu le Qatar, se désolidarisent officiellement des groupes islamistes qui dominent la rébellion en Syrie.

Sans abandonner, tout comme la France, l'objectif initial : renverser le régime syrien, obstacle à la domination des impérialismes américains, européens et israéliens au Moyen-orient, à la reconfiguration du Moyen-orient sous la coupe de régimes islamistes compatibles avec eux.

Dans cette sorte de nouvelle « stratégie de la tension » que notre gouvernement essaie d'instaurer, plus que jamais, il est nécessaire de rappeler qui sont les principaux soutiens du terrorisme international, et ceux qui profitent de ce climat de terreur entretenu.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michel Gourmel 20/01/2015 19:18


Fabius défendant les terroristes, cela peut paraître délirant !


De très rares sites font allusion à cette affaire censurée par la pensé unique ; et pourtant, c’est Le Monde qui a publié l’info, … on n’est
jamais trahit que par ses amis !


Il s’agissait de la conférence internationale des amis de la Syrie ; cette 4ème réunion, ayant lieu à Marrakech, Maroc, le 12/12/2012 ; 114
États membres des Nations Unies via la participation d’environ 130 représentants, dont 60 ministres, les membres de l’opposition syrienne, des fonctionnaires de plusieurs organismes et ONG
internationales et régionales se sont réunis donc le 12 décembre 2012. Devant cet aréopage international, le compte rendu, sous le titre du Monde du
13/12/2012 :


Pression militaire et succès diplomatique pour les rebelles syriens


Lors de cette conférence, on peut lire que Fabius s’oppose aux américains qui veulent mettre Al Nostra sur la liste noire.... « Monsieur Fabius a ainsi estimé, mercredi, que « tous les
arabes étaient vent debout » contre la position des américains, « parce que sur le terrain, ils font du bon boulot »


http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/12/13/syrie-pression-militaire-et-succes-diplomatique-pour-les-rebelles_1805889_3218.html


 


On peut retrouver les photocopies des coupures de cet exemplaire du Monde sur :


Le blog de Sylvie Neidinger 13/09/2014, sous le titre :


Grand cinéma actuel de François Hollande. En 2012 il soutenait les terroristes d’Al Nosra. Quel retournement de veste !


http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2014/09/13/jihadistes-grand-cinema-de-francois-hollande-en-2012-il-sout-259723.html


En décembre 2012 quand les américains décident de placer  Jabet Al Nosra sur la liste onusienne  des groupes  terroristes, la diplomatie française accepte mal de se séparer de ceux
qui selon elle "font du bon boulot" ( on rêve.....)


Pas d'accord, Laurent Fabius au nom de la diplomatie française socialiste défend les jihadistes ! Il affirme ceci :"tous les arabes sont vent debout -contre cette décision américaine
d'ostraciser Al Nosra-parce que sur le terrain ils font du bon boulot" selon lui.


Conclusion : Que ce soit en Libye et dans tous le Sahel et même au-delà -
Nigeria, Centrafrique, Mali - que ce soit en Syrie-Liban, Irak, Afghanistan, etc… le gouvernement français est toujours du côté des terroristes, contre les peuples… et les français aussi, vu
comment a été escamotée l’enquête de police avec :


-          des papiers tombés, du ciel,


-          l’utilisation de « 
témoins » qui ont « reconnus formellement » à travers leur cagoule, les « terroristes » ;


-          ou encore l’assassinat des suspects