Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

A propos de l'interview de Strauss-Khan sur TF1 : autopsie d'une opération médiatique de haut niveau par danielle Bleitrach

19 Septembre 2011 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste

sur son blog

 


je viens d'écouter Strauss-Khan, l'homme est incontestablement habile... il a réussi, pas à défendre l'indéfendable son attitude à l'égard des femmes, attitude qui n'est pas celle d'un séducteur mais d'un sagouin. Sa réussite est d'avoir su avec sobriété en s'appuyant sur un document circonstancier l'affaire: "puisqu'il n'y a pas de délit, une simple faute morale qu'il a d'ailleurs payé chèrement".  Il a d'alleursune femme exceptionnelle à ses côtés". Exceptionnelle certes: elle lui a probablement préparé avec sa compétence médiatique cette intervention.  Gisèle Halimi l'a résumé: "une opération médiatique de haut niveau pour protéger une innocence", on pourrait en préciser l'objectif: préserver l'avenir en éliminant le délit et en reprenant de la superbe sur ses "capacités" en matière économique et financière.
 
je me souviens d'un film de Rosi c'était 1963,  Main basse sur la ville (Le mani sulla città) On voyait un député communiste dans son propre rôle devant un promoteur immobilier joué par Rod Steiger (voir photo illustration), ce dernier l'écrasait de sa présence et montrait un évier, faisait couler l'eau en disant que lui il était la réalité, celle du besoin de logement. Strauss-Khan à sa manière a fait appel au même principe de réalité, celui d'un homme de pouvoir intégré à la domination capitaliste et bénéficiant de son aura: il est d'autant plus le réel qu'il n'y a plus de députés communiste pour dénoncer son action. L'affaire est bouclée, le dernier acte s'est joué ce même dimanche à la fête de l'huma.

 L'essentiel et le plus intéressant de cet aspect "réel" de l'intervention de Strauss Khan repose sur le consensus qui s'est créé dans la société française autour des choix du capital et donc cela a été la manière dont il s'est positionné dans un espace politique nouveau et qui selon lui devrait rapidement se construire, l'espace politique européen . Faire cadeau à l'Europe politique de sa personne passait par deux nécessités: avoir fait une faute morale mais sans crime, apparaître comme le sauveur face à la crise.


Il a posé la contradiction du moment, comment réduire l'endettement d'un pays, comme  l'endettement grec et celui  d'autres pays y compris la France, sans étrangler complètement l'économie ? L'histoire de la poule aux oeufs d'or pour la finance.


Alors il a avancé une solution qui, selon moi, ne va pas manquer de nous être imposée : on va vers plus d'intégration européenne au plan politique. Dites vous bien que tous les candidats sont d'acord là-dessus, en dehors de Marine le Pen qui de toute façon ne veut pas avoir le pouvoir mais un maximum de nuisance... L'opération Melenchon sur le PCF est un moyen d'en finir avec le refus majoritaire du peuple français de cette intégration européenne, elle a été préparée de longue date, depuis le NON à la Constitution européenne. Qu'une partie des socialistes se soit dirigé vers le Non était une sorte de contre-feu, peut-être ont-ils délégué les rôles, il suffit d'avoir vécu une élection à Marseille pour savoir comment se passe le partage des rôles, l'isolement du PCF, son étouffement par quelques minoritaires envoyés par le PS pour dégager l'espace centriste pour le candidat socialiste tout en préservant le report du second tour . La dernière étape s'est joué ce dimanche à la fête de l'huma.


Et Strauss Khan  sait parfaitement  que quel que soit le résultat des présidentielles l'orientation sera la même. Cette partie essentielle de son intervention sera d'ailleurs plus ou moins occultée par le landerneau médiatique, bien qu'ayant duré six ou sept   minutes sur les vingt-cinq de l'interview, selon mes calculs approximatifs, peu y feront  allusion. Du bavardage inutile? Point du tout, elle est passée d'une manière sublimale pour l'ensemble des téléspectateurs en renouvellant l'idée de la compétence incontournable de DSK et elle a joué pour le monde politicien l'attitude attendue, celle qui résérve l'avenir personnel de l'individu quel que soit le cas de figure à l'issue d'une présidentielle sans supspens. Et Anne Sinclair sait mieux que personne assurer le service après vente de la prestation en aidant les médias à insister sur tel aspect ou tel autre. La compétence incontournable reviendra en permanence sans jamais être l'objet du tam tam médiatique, pas de petites phrases sur le sujet simplement le regret d'un rendez vous raté avec un homme aussi "compétent".


Il a même dessiné en filigrane des méthodes de l'intégration européenne, si les Etats sont endettés, l'Europe ne l'est pas... Donc on peut envisager des obligations eurogaranties  pour rembourser cette dette, la solution est déjà plus ou moins mise en oeuvre pour le Portugal et ça marche...  de toute manière nous n'en sommes qu'au début et d'autres surprises du système financier risquent de surgir en particulier du côté des CDS, système d'assurance... il faudra bientôt faire face à une nouvelle escalade de la crise financière et la réponse avancée par Strauss-Khan est bien rendre le contribuable européen responsable en faisant de l'Europe l'équivalent d'un Superétat garantissant les faillites des Etats comme les Etats ont été appelés à garantir les institutions financières . Là-dessus il a été très clair la crise provient de 2008 et elle va continuer : il faut prendre des mesures et elles vont s'accélérer parce que nous a-t-il dit le temps du politique est trop long par rapport à la rapidité économique et financière.


Donc il propose que l'on rembourse la dette grecque. Qui ?  L'ensemble des Européens, ce qui fait environ 450 euros par tête d'habitants pour la seule Grèce, les  autres  endettés suivront et ils le sont tous. Déjà les banques centrales prennent un rôle de plus en plus important et la BCE mène la danse... Ceux qui ont fait Maastricht ont volontairement rendu impossible la sortie d'un pays de la zone euro, le cas n'est pas prévu et ce n'est pas un hasard, la mécanique conduit à toujours plus d'intégration. Il reste à trouver les institutions politiques correspondant à cette nouvelle étape et c'est là que Dominique Strauss-khan a décidé d'avancer ses pions.


Pour cela il a besoin de jouer finement en prenant de la hauteur, restant français mais sans se mêler trop des choix nationaux et en présentant la manière de sauver la France par une accélération dans l'Europe et dans la mondialisation, avec un plus humain, une circulation des hommes favorisée, circulation des compétences intellectuelles, des sciences et des technologies, mais aussi chance démographique pour une Europe vieillissante. Par parenthèse, on voit bien le rôle de repoussoir joué par Marine Le Pen, elle qui s'intéresse plus à la libre circulation des hommes qu'à celle des capitaux, elle permet à cet homme de gauche (sic) de jouer à l'humaniste. A la limite, ne pas prendre position dans l'élection présidentielle l'arrange. il laisse néanmoins peser sur chacun une menace possible: un piège, un complot, peut-être, on verra...


Plus la crise ira s'aggravant, plus le message sublimal de la grande compétence de l'ex-directeur du FMI prendra de l'importance sans que jamais soit discuté dans le consensus ambiant au profit de qui et aux dépends de qui s'exerce la dite compétence.


Les réactions des politiques non directement impliqués dans la Présidentielle sont éclairantes«  Son intervention remarquable était pleine d'émotion et de justesse. Je suis fier d'être son ami, a déclaré Jack Lang. (...) Son analyse visionnaire de l'Europe fait apparaître que la France aura de nouveau besoin de son impressionnante compétence et de son expérience. » Un autre de ses proches, le député Jean-Marie Le Guen, a estimé que « beaucoup de Français avant, mais peut-être encore plus ce soir, ont des regrets (...). Il était candidat, il se préparait. Il a manqué ce rendez-vous évidemment essentiel mais je ne crois pas que sa parole ne sera pas entendue avec force par les Français dans les mois qui viennent. »A droite, évidemment, la tonalité est un peu différente mais sur le fond assez semblable. L'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin l'a jugé «  plus à l'aise pour afficher sa compétence que sa sincérité », ajoutant que «  la décence eût été le silence ».


Ni l'entente sur l'Europe, ni celle sur l'intervention de l'OTAN de toutes les forces politiques françaises ne sont dûes à des erreurs, par exemple une mauvaise estimation du rôle de l'OTAN ou de l'Europe, mais c'est un consensus qui s'approfondit et s'étend. On peut jouer sa diversité sur le secondaire mais il faut rester uni sur l'essentiel. Parce que la logique du système, ce que Strauss-Khan a présenté comme le nécessaire partage avec des pays et des aires nouvelles est aussi celui d'une aggravation des contradictions impérialistes, le choix de l'Europe est aussi celui d'une lutte pour la conquête des ressources et la mise en concurrence...


Admirable exemple de la manière dont on monte en épingle un fait divers quitte à multiplier les dommages collatéraux en l'occurrence sur les femmes qui ont l'air de mégères ou d'affabulatrices, voir de dindes, pour mieux masquer le fond qui est justement ce consensus aux dépends des peuples. Oui opération médiatique de "haut niveau" avec un système de propagande habituel qui fonctionne à double détente. Pour les masses dépossédées de tout pouvoir sur leur destin, il y avait l'affirmation qu' il n'y a pas de délit et la conviction qu'elles ont  besoin de sa compétence parce que sans lui elles sont  perdues, qui mieux qu'une femme peut illustrer une telle soumission au pouvoir de classe ?  Le même discours  envoyant des "signaux" au petit monde politicien en terme de donnant donnant et même de menaces: un pouvoir despotique sur les peuples, les femmes, les esclaves et une concurrence entre égaux, aboutissant au partage.  C'était déjà ça la définition de la démocratie selon Aristote.

C'est pourquoi personnellement j'ai choisi de m'occuper d'autre chose... devant l'électeur pris à ce point pour un imbécile, il ne reste plus qu'à apprécier le scénario et la mise en scène...

danielle Bleitrach

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article