Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Présidentielles- législatives Comme pour le NON un mouvement politique en profondeur ? par Paul Barbazange (CN du PCF)

23 Mars 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

Il devient utile de comparer nos expériences

sur lepcf.fr


Nous percevons tous une situation politique en rapide évolution ; ce mouvement est ancien. Il s’accélère depuis 1995 en France. Echangeons sur la base de nos expériences pour dégager au mieux les objectifs : ceux qu’expriment les citoyens, ceux que les organisations mettent en avant et ceux qu’il faudrait voir prendre plus de place : niveau de vie et salaires, emploi, partage des richesses, produire en France, questions écologiques.

Présidentielles-législatives 2012, comme pour le NON un mouvement politique en profondeur ?

Avoir depuis des décennies milité, gagné des voix PCF une à une lors des présidentielles successives permet au moins une chose, garder quelques éléments de comparaison. C’est avec cette capacité de compréhension liée à la mémoire et à l’effort théorique que les adversaires -de l’extérieur et de l’intérieur- du PCF veulent en finir en diluant définitivement notre parti et ses structures de proximité dans un Front de gauche pâle copie d’Izquierda Unida ou de Die Linke, en nous réduisant de ce fait à des individualités, à des regroupements groupusculaires.


Lors des premières réunions publiques présidentielles que j’anime pour partie en tant que candidat présenté par le parti communiste dans le cadre du Front de gauche aux législatives des éléments de réflexion, des positions politiques s’affirment. Essayons d’en décrypter quelques uns en comparant 2002, 2007 et 2012.


2002 On se souvient tous du formidable rejet de Jospin et de la Gauche Plurielle. J’étais alors essentiellement syndicaliste. Sans mesurer totalement l’ampleur du désatre nous nous inquiétions fort... pour le PCF plombé par Hue, Gayssot et les leurs. Souvenons nous d’un Jospin incapable de fédérer les siens dans la grande famille social démocrate. Résultat, j’ai été obligé d’appeler à voter et de voter pour le candidat de droite au second tour, ça, je ne le regrette pas. Nous avons payé cher, 1997-2002, Jospin et son "impuissance reconnue face aux travailleurs de Michelin", Claude Allègre et son "Mammouth à dégraisser", Gayssot-Hue et leurs PPP.... Je m’arrête. Chacun sait ce que ces individus deviennent. Allègre avec Sarkozy, Hue au PS, Jospin à la retraite et Gayssot VRP (de luxe ?) des vins du Languedoc-Roussillon pour une "partie du parti socialiste".


2007 Autre chose Une campagne totalement à la main du candidat Sarkozy. bâtie sur les peurs : Peurs des étrangers et des immigrés, racisme, misère dans les quartiers populaires et l’essentiel le "travailler plus pour gagner plus" ; Mot d’ordre qui au travers d’un effondrement idéologique, politique (et tactique : souvenons nous des Cuals) de la direction du PCF ouvrait la voix au capitalisme triomphant. Face à cela le PS et sa candidate n’ont pas pesé lourd. La peur d’une réédition de 2002 n’étant que le fond de scène d’une pièce qui se jouait ailleurs, autrement. Cela a donné, 1,97 % pour Marie-Georges Buffet et le PCF ; Sarkozy au Fouquet’s et un septennat nouvelle étape dans la progression du taux d’exploitation et le rapprochement droite extrème-droite.


2012 : Musique différente. Au moment où j’écris ces lignes, le candidat du Front de gauche essentiellement porté par le PCF est annoncé à plus de 10% des intentions de vote. Certes c’est un ancien troskyste, plus jeune sénateur socialiste, admirateur et continuateur actuel de F Mitterand (il l’a récemment rappelé) ! Certes, certes... Il est quand même à 10 % et quelque chose se passe, reste à savoir quoi.

Le rejet de Sarkozy est profond. Il semble assez difficile au leadeur de la droite de l’inverser... quoique en 30 jours avec un Hollande plus social démocrate que jamais bien des choses peuvent se passer. Nous constatons avec joie que le mouvement va dans notre sens.

Nous participons enfin d’un espoir de victoire. L’idée et quelques prémices d’un rassemblement de luttes des classes portée (en partie !) par les capacités personnelles de Mélenchon changent certains éléments de la donne. Son refus de participer en tant que ministre à un gouvernement social démocrate fait réfléchir.  

L’essentiel est ailleurs : dans l’explosion de la crise du capitalisme, ses conséquences pour les exploités et peut être une crise anthropologique (crise radicale du mode de production capitaliste quasi mondialisé, révolution technologique, modifications démographiques, crise climatique). Aux yeux de nombreux citoyens ce que les communistes n’ont cessé de dire (Ni Hue, ni Gayssot, ni leurs actuels successeurs dans la direction du PCF !) les communistes restés communistes dans le PCF et à l’extérieur depuis des décennies devient réalité.  

Le capitalisme a fait son temps!


. Le risque (il y en a !) de la rupture révolutionnaire devient de fait moins risqué que la dégradation sans fins de ce système, des gaz à effets de serre au drame de la gestion à Fukushima, des risques du nucléaire civil par TEPCO quintesssence du capitalisme.... jusqu’au moins 32 % de diminution infligé par la troïka européenne au salaire minimum des travailleurs grecs ! La rupture de nécessité théorique devient passage nécessaire pour un certain nombre. Comment accroître leur nombre ? Alors qu’une lueur d’espoir est de retour. La classe ouvrière retrouverait même une visibilité au travers de son poids électoral et peut être du contenu de certaines luttes. Fralib/Aubagne entre autres. Mesurons l’importance des résistances en cours. Le caractère de la crise et l’existence de résistances (globales avec la bataille des retraites) par secteurs sur l’emploi et parfois sur les salaires, contre les violences à l’entreprise contribuent à changer la donne. Ne passons pas surtout à côté de ce mouvement.


Quelque chose du Non de 2005 revient. Rassemblons. Nous pouvons dans cette dynamique être en position de faire reculer l’abstention populaire. Peu à peu le programme "L’humain d’abord " commence à être compris non comme un bréviaire (ce qu’était devenu le programme commun avant 1981), mais un élément en construction des luttes à venir. Luttes décisives.


Chassons Sarkozy, premier et second tour. Construisons non pas un rapport des forces qui amènerait Hollande "plus à gauche" on connaît d’expérience l’inanité de ce rêve. Construisons une perspective de luttes des classes diversifiée qui dès le lendemain des élections impose à Hollande et au MEDEF le smic à 1700 euros brut, 1325 € nets. La sauvegarde des centaines de milliers d’emplois menacés. Un collectif budgétaire de rentrée permettant d’accueillir les élèves à l’école publique...etc. Cessons d’avoir peur de ce qu’a été le passé social démocrate d’un Mélanchon,( et est sans guère de doutes son présent !) c’est l’avenir qui nous préoccupe, le notre ,c’est nous qui déciderons de ce qu’il sera, pas lui et surtout pas lui seul ! Il n’y a pas de sauveur suprême.


Remontons d’une présidentielle encore : que valaient les 6,5%  [ note de RC : 8,6 %] de Hue en 1997 ? Quand on sait ce qu’est devenu la Gauche plurielle et le personnage... ils ne valaient que ce que vaut l’identité politique, le projet, l’organisation communiste, les luttes communistes, y compris à une présidentielle. Cette identité est aussi un devenir.


Vive la 6ème République !
 

 

Paul Barbazange.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sam 82 24/03/2012 16:48


l'abstention en ce qui nous concerne a un contenu politique , qui veut dire n'ayez plus d'illusions par rapport a la gauche institutionnelle , que ce soit le PS, PG, FDG ,PCF ,ils vous mentent
,ils ne veulent pas rompre avec le capitalisme ,que ce soit au niveau national ou européen , alors que c'est la condition incontournable pour satisfaire les besoins dans tous les domaines de la
population . certes ce n'est pas la facilité . il faut arréter que la gauche dans toutes ses composantes continue a semer des illusions entrainant fatalisme et résignation . ne nous voilons pas
la face le vote Mélenchon est le vote du moindre mal , il faut reconnaitre que c'est un très bon illusioniste qui en aménagent le capitalisme veut faire croire qu'il va changer les choses . voilà
résumé pour nous ce qui structure l'abstention .  sam 82 .

GQ 23/03/2012 21:00


Mélenchon n'est pas la panacée mais l'abstention est une solution à rien du tout !

sam 82 23/03/2012 17:31


chasser Sarkozi oui , sortir de l'union européenne oui, sortir du capitalisme oui . voilà pour moi la perspective politique incontournable sans laquelle il n'y aura pas changements politiques qui
permette d'améliorer la vie du peuple . est-ce ce que propose Mélenchon et le FDG non . d'autant plus qu'au segond tour , ce n'est pas un mystère la direction du PCF et l'ensemble du FDG vont
appeler a voter Hollande . donc la social démocratie sera au pouvoir avec la complicité du FDG et des communistes . la perspective de lutte de classe imposant au medef et Hollande le smic a 1700
euros brut et autres ne sont que des aménagements a la marge du système capitaliste dont la nuisance restera entière , ne réglera rien sur le fond . au contraire nous avons besoin d'une
perspective politique qui amorce clairement une rupture avec le capitalisme . Mélenchon est social démocrate et anti communiste , le PCF est devenu social démocrate , sa participation au FDG ,son
adhésion au PGE , son slogan sur l'illusoire europe sociale n'est qu'un masque , qui essaye de camoufler son soutien a l'europe structurée par le capitalisme . tous ces éléments montrent que non
seulement le PCF n'est plus communistes , mais en plus a ancré définitivement sa perspective politique dans le réformisme , dont Mélenchon est le gouroux médiatique ,en tant que candidat .
officialisant ainsi la fin du PCF . alors que certains communistes aient des illusions , ou fassent semblant d'en avoir , onpeut le comprendre , d'autant qu'au deuxième tour tout ce beau linge se
désistera sans problème de conscience pour Hollande , avec pour certains l'ambition d'avoir des places au soleil . donc a partir de là pour ma part ce sera l'abstention pure et dure ,sans états
d'âmes , comme d'ailleurs pas mal d'autres communistes ayant quitté le PCF , ou ecore adhérents au PCF . nous militons pour cela ,car on ne peut pas a la fois participer electoralement a la mise
en place d'un pouvoir social démocrate , en sachant très bien que la politique d'austérité de la droite ,va devenir le fil conducteur de la nouvelle politique dite de gauche , renforçant ainsi le
capitalisme , tout en distillant un sentiment de résignation dans le peuple , comme cela a été déjà le cas . c'est encore une nouvelle tromperie politique qui s'annonce , qui va anesthésier pour
logtemps la lutte de classe, n'est-ce pas finalement le but recherché par l'UMPPS . l'abstention est la seule solution pour ne pas cautionner cette spirale infernale dont on ne se relèvera pas
.  sam 82 .