Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Présidentielle 2012 : vote ou boycott ? (le point de vue de Diablo)

19 Mars 2012 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

Comme des millions de français je n'ai aucune illusion quant à la possibilité d'imposer, par un simple vote, un changement radical de politique lors de la prochaine présidentielle. Je n'approuve aucun programme à 100 % loin de là.
Je n'apporterai donc mon soutien actif à aucun candidat.
Plus simplement j'utiliserai (sans doute) le bulletin Mélenchon qui me semble le plus approprié pour contribuer à recréer une dynamique dans les milieux populaires et les entreprises, là où aujourd'hui la résignation domine.
Certes c'est un pari mais je crois qu'il faut le tenter. J'ai déjà, lors de scrutins précédents prôné l'abstention là je crois que ce n'est pas opportun.
En effet, contribuer qu'on le veuille ou non à la réélection de Sarkozy (son dernier mandat donc il a rien à perdre) serait terriblement dangereux quand on sait le pouvoir dont dispose le Président de la République sous la Vème République et la déprime supplémentaire que génèrerai une réélection.
Pas d'illusion non plus si Hollande gagne, c'est clair. Mais son électorat est différent et s'il est poussé "sur sa gauche" on peut espérer éviter le pire.
Quant au meilleur nous ne l'obtiendrons que si les forces populaires retrouvent espoir et combativité (d'où ma démarche de vote expliquée ci-dessus).
Certes je ne prétends pas détenir la vérité mais comme beaucoup je suis à la recherche, comme communiste, d'une issue à l'impasse dans laquelle nous sommes.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Diablo 08/04/2012 19:00


Nous sommes bien d’accord, nous savons bien que le
Capital ne reculera pas sans luttes. Encore faudra-t-il que ses luttes soient puissantes, unitaires et bien organisées. C’est toute la question.


Prenons la contre-réforme des retraites de Sarkozy : combien de millions de manifestants dans les rues
et ça n’a pas suffit.


Je pense que tous les communistes sont, grosso modo, d’accord pour dire cela.


Maintenant, il y a la présidentielle : c’est l’élection majeure de la Vème République et même si nous
souhaitons tous parvenir à changer les institutions, aujourd’hui c’est comme ça.


Et dans ce cadre nous avons aujourd’hui ce que certains appellent le « phénomène Mélenchon ». Tous
les témoignages convergent : nous n’avions pas vu cela depuis de très nombreuses années, des meetings monstres dans toute la France, certains re-militent, de nouveaux militants se révèlent,
beaucoup de jeunes… Une dynamique réelle s’est créée.


Je n’analyserai pas ici les causes de cette mobilisation. Elle est et il faut en tenir compte.


C’est tout ce que je dis.


Alors bien sûr Mélenchon ceci, Mélenchon cela…Oui, oui nous sommes d’accord mais ce n’est pas le problème du
moment.


Le problème du moment c’est : comment faire pour que la pâte ne retombe pas, que la mobilisation se
muscle au niveau de son contenu politique, y compris sur les questions fondamentales (Traités européens, Euro…) et bien sûr qu’elle se structure durablement (certains parlent de créer des
comités de base).


Il faut que le peuple entre durablement dans le jeu : voilà l’enjeu !  Ce n’est pas gagné mais
jouable.


Les groupes et associations de communistes constitués hors du PCF doivent-ils investir ce
terrain ?


Je m’interroge.


Donc, il va y avoir un vote et j’entends, dans la mouvance communiste, plusieurs sons de cloches certains
allant jusqu’à militer pour l’abstention ou le boycott ce qui, en fin de compte, revient à la même chose.


Ceux-là, farouches opposants à la politique de Sarkozy et n’utilisant pas leur droit de vote favorisent,
arithmétiquement, une éventuelle réélection de celui-ci. Cela ressemble tout de même un peu à une folie vous ne croyez pas ?


Car si Sarkozy est réélu, il est à craindre que la désespérance gagne à nouveau du terrain chez les
progressistes.


Une condition est nécessaire, et bien sûr insuffisante, pour avancer aujourd’hui c’est battre Sarkozy, le
président de la République le plus réactionnaire depuis Vichy.


Or, si l’on veut « virer » Sarkozy il faut bien voter pour un candidat qui se présente contre lui
!


Pour ma part je dirais « utiliser le bulletin de vote » d’un candidat qui se présente contre lui,
c’est plus clair et ça montre qu’il ne s’agit pas d’une adhésion « en bloc » au programme du dit candidat.


Voilà quelques réflexions qui ne font pas le tour de la question mais je souhaite éviter les longueurs et
j’aurai probablement l’occasion d’y revenir.


Diablo