Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pourquoi faut-il un candidat communiste en 2012 ? par Gilles Questiaux

12 Juin 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

http://fdata.over-blog.net/1/30/57/63/avatar-blog-1011820533-tmpphpzXI8Vh.jpeg

 

Le point de vue exprimé ci-dessous n'engage que moi et est susceptible d'évoluer d'ici le congrès de juin 2011 (mais pas en ce qui concerne DSK). GQ, membre du CE de section de Paris XXème, 11 juin 2010.

 

Parmi les trois options tactiques mentionnées par Pierre Laurent dans son article de l’Huma du 7 juin, à savoir :


Participation aux primaires socialistes, candidature du Front de gauche, candidature communiste

(La première paraissant très peu crédible)

 

Je choisis la troisième et je m'en explique.

 

Réfutation préalable d'une objection fréquente :


Il paraît que le parti est trop faible et qu’en se présentant seul il rééditera les contre-performances de Robert Hue et de Marie-George Buffet en 2002 et 2007. Oui, s’il les présente à nouveau, ou un candidat qui développe la même ligne. Non s’il présente un candidat communiste sans complexe, qui sache adopter un langage populaire, et si possible qui ait fait la preuve qu’il sait obtenir au niveau local ou régional un succès populaire.

Outre leur orientation peu audible au niveau du contenu les campagnes de 2002 et 2007ont dû se mener dans de difficiles conditions de désunion. En 2002 de nombreux communistes opposés à la mutation antimarxiste et anti ouvrière  du congrès de Martigues (2000) ont voté ou fait voter pour les candidats d’extrême gauche (qui ont totalisé 10%), et en 2007 les refondateurs enthousiastes de la même mutation ont saboté le lancement de campagne, et soutenu la candidature Bové. Si de telles circonstances se reproduisaient la candidature communiste serait à nouveau un échec. Mais l’extrême gauche s’est effondrée dans le trou noir du NPA et les refondateurs viennent de claquer la porte.

Il faut remarquer sur le contenu que la campagne de 2007 se prétendait une campagne « gauche antilibérale » ce qui a achevé de désorienter tout le monde et réduit le résultat à 700 000 voix, alors que la participation atteignait des records. L’année suivante aux cantonales, les candidats communistes « PCF » présents sur 35% du territoire ont réuni 1 200 000 voix et environ 9% des suffrages exprimés. On comprend dans ces conditions pourquoi l’appareil issu du congrès de Martigues a fini par se résigner à continuer le PCF, plutôt qu’à le métamorphoser en une « gauche » dont personne ne veut.

 

Pourquoi le Front de Gauche ne fonctionne pas :


Il va de soi que ces expériences condamnent non pas le principe d’une candidature loyalement et ouvertement présentée par notre parti, mais les choix stratégiques d’un groupe dirigeant prétendant non seulement moderniser le parti en renonçant au marxisme et à la lutte des classes, mais dument incarner et diriger « la gauche » toute entière, et rien moins. C’est aussi pour cela qu’une campagne du Front gauche échouera de la même manière que la campagne de 2007. Aucun dirigeant de micro parti, aucune figure un peu mise en avant par les médias qu’il s’agisse de Bové ou de Mélenchon, ne veut servir de compagnon de route à un PCF qui n’ose plus dire son nom. Ils y pensent au contraire comme à un gisement de main d’œuvre pour leurs campagnes personnelles ou une casse pour y récupérer des pièces.

En aucun cas, Mélenchon ne s’alignera derrière un candidat communiste ou soutenu par les communistes dans le cadre d’une campagne « Front de Gauche » pour défendre un programme « Front de Gauche ». Pourquoi accepterait-il ce que Bové a refusé alors qu’il est manifestement bien plus doué que lui? La comédie n’est pas encore jouée qu’on en connaît déjà la fin.


Nécessité de la campagne communiste :


Une campagne communiste à la présidentielle est une nécessité, pour soutenir en amont la campagne législative, et retrouver un groupe communiste avec au moins 20 parlementaires (il n’en reste aujourd’hui sauf erreur de ma part que 11, avec l’exclusion de Gremetz et la défection des refondateurs).  Ce qui implique aussi la désignation de candidats communistes aux législatives très longtemps à l’avance, et le choix de candidats connus localement et populaires,  soutenus effectivement par les militants, pas question d’attendre le mois d’avril 2012, en espérant fournir quelques strapontins à des alliés groupusculaires (va-t-on proposer à Mélenchon de se présenter à Saint Denis contre Braouezec ? poser la question c’est y répondre).

 Il faut une campagne et un candidat communiste pour sortir du dilemme de la grande et de la petite gauche : nous n’avons vocation ni à être une force d’appoint directe du PS comme dans la gauche plurielle, ni à être un appoint  dans la force d’appoint de Mélenchon, dans la gauche plus rien. Le problème posé en terme électoraliste est posé à l’envers.


Pour une campagne réellement populaire, pour les classes populaires :


Il faut renforcer le PCF, réactiver le parti de classe et de masse, ce qui implique de proposer un projet concret pour aller vers le socialisme qui est le seul anticapitalisme réel : faire campagne sur une thématique véritablement populaire, non négociable, sans suivre la mode:

Contre les licenciements, contre les délocalisations,  pour l’augmentation des salaires, exiger la sortie de l’OTAN et le retrait d’Afghanistan, exiger la nationalisation des banques, sortir de l’euro, refuser d’appliquer les directives européennes condamnées par le referendum de 2005, investir et embaucher massivement dans les services publics, faire respecter la laïcité, conditionner les relations avec Israël à la levée du blocus de Gaza. Annuler les contreréformes concernant les retraites, la sécu et l’hôpital, l’éducation, les collectivités locales, les privatisations de la poste et des services publics, des banques et de l’énergie…

 

Attention à l'extrême droite :

 

Tout ça n’empêche nullement de produire un programme plus élaboré. Mais les priorités doivent être simples et parler directement aux classes populaires qui se méfient à bon droit des politiques, qui les ont trompées systématiquement, y compris à « gauche » (moi, je ne suis pas « fier d’être à gauche » depuis l’expérience honteuse de la « gauche plurielle », pas du tout). Sinon, c’est l’extrême droite qui en profitera,  en récupérant et en dénaturant ces thèmes. Et l’élection contre Marine Le Pen  d’un social-démocrate ni social ni démocrate, proconsul étatsunien en France, à la Papandréou, sera inévitable. En attendant peut -être l’élection de la première au tour suivant.


Bien entendu, il ne s’agirait en aucun cas de centrer la campagne sur un creux « battre Sarkozy ». L’autonomie politique de cet épouvantail que Merkel ou Obama traitent avec mépris est très faible.  Et s’il s’agit pour ce faire d’élire DSK, je le dis tout net et dès maintenant, moi, je reste chez moi.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

marcel raym 18/01/2012 16:13


Oui il est bien le seul à s'être déclaré à ce jour. Et comme selon toute probabilité il n'aura pas ses 500 signatures, il n'y aura donc personne pour faire entendre la voix des
communistes à l'élection présidentielle. Face à ce fait (têtu) on note plusieurs attitudes:


 Voter Mélenchon dès le premier tour: le PCOF, le RCC dont Rouge Vif


S'abstenir au prétexte que cette élection est une invention de la bourgeoisie pour piéger les travailleurs (sans doute) : URCF, ROC ML etc 


Crier très fort que 'non JLM n'est pas notre candidat' et travailler à élaborer de vrais programmes communistes amorces d'autant de plateformes distinctes pour le prochain congrès du Parti
 : le réseau FVR, les communistes du XVe.


Cela consiste surtout à se foutre des électeurs rouges (si si il y en a) qui voient débouler sans complexe Miguet, Cheminade, les rois mages trotskystes, Morin, Nihous, Boutin, Lepage etc etc sur
la scène médiatique et se demandent bien pourquoi chez nous personne d'autre que Ricerchi ne lève le doigt. Ou pourquoi personne n'aide Ricerchi.

admin 17/01/2012 22:02


Bonjour,


Il y a désormais un candidat communiste à l'élection présidentielle :


http://www.youtube.com/watch?v=HiSsgGTOZu4&list=HL1326557336&feature=mh_lolz


Cordialement

GQ 19/06/2010 20:23



les candidats communistes potentiels susceptibles de se présenter en tant que tel et de faire au moins 5% ne manquent pas :  en ordre alphabétique : Alain Bocquet, André Chassaigne, Maxime
Gremetz,  André Gerin, Jacky Hénin, Didier Le Reste ...



GQ 18/06/2010 21:24



nombreuses interventions au congrès national aujourd'hui dans ce sens



Eric RUIZ 15/06/2010 10:02



Ca pauvre Courtois est dans une situation paradoxale : il ne vit que grâce au Parti contre lequel il lutte ! Sans le PCF, il ne serait rien vu que toute son "oeuvre" repose sur une dénonciation
du communisme.


Ceci étant, je ressent chez lui comme une tentative de recyclage dans la cartomancie : le voilà qui pronostique le score du candidat communiste en 2012.


Les communistes doivent être imputrescibles : cela fait 20 ans que l'on nous donne pour morts et le cadavre bouge encore ! Voilà pourquoi les scribouillards du capital continuent de nous
attaquer. C'est effectivement bon signe.