Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Pourquoi André Chassaigne est il candidat?

25 Octobre 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Élections

  un numéro spécial de L’Eveil Hebdo (envoyé par PCF Suresne)


Front de Gauche : Un communiste Candidat pour la présidentielle

André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme, s'est déclaré candidat à la candidature du Front de gauche PCF-Parti de gauche pour la présidentielle.
 
 "Je suis attaché à une candidature commune du Front de gauche" pour la présidentielle, mais "pour moi il n'y a pas de femmes ou d'hommes providentiels", estime M. Chassaiagne dans une déclaration écrite transmise aux journalistes au premier jour de la Fête de L'Humanité . "Aucun candidat ne s'impose a priori", poursuit-il, souhaitant "non seulement préserver cette richesse qu'est le Front de gauche, mais aussi aider à la consolider, à l'élargir à des forces nouvelles".
 
 "J'ai certes conscience du caractère particulier de ma candidature. Elle est différente, donc un brin anachronique dans le bouillonnement médiatique autour d'une poignée de personnalités nationales", écrit le maire de Saint-Amant-Roche-Savine (Puy-de-Dôme) depuis 1983. "Serait-il donc incongru qu'un élu local, forgé dans la défense des intérêts de la population d'un territoire, puisse porter un message national?" demande ce natif de Clermont-Ferrand, moustachu âgé de 60 ans.
 
« Pour une Terre commune » :
M. Chassaigne qui publie le 20 septembre "Pour une terre commune" (Editions Arcane17), "dans ce grand pays qu'est la France, nous devons imaginer et mettre en oeuvre un nouveau modèle social" et "aider la planète à privilégier le bonheur humain".
 
André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme, revient, dans un ouvrage, sur « sa prise de conscience progressive sur les questions environnementales ». Il était la veille dans le sud de la France. Sur le chemin du retour vers le Puy-de-Dôme, André Chassaigne, député PCF et candidat à la candidature du Front de gauche (FG) à la présidentielle, a fait étape à Saint-Flour pour dédicacer son ouvrage Pour une terre commune, à la librairie du faubourg (*). Sa candidature ? « Je suis attaché au Front de gauche et ma démarche se place dans le souci qu'il se développe et s'installe durablement dans le paysage politique ». « Je me situe, bien sûr, dans la dynamique Front de gauche et quoi qu'il en soit, je souhaite qu'il y ait, au final, un candidat unique. Au sein du FG, il y a plusieurs composantes et donc plusieurs candidats possibles », insiste le parlementaire. Mais il veut essayer d'orienter ce que sera la politique du FG dans un sens qui [lui] semble le sens juste ». Le député auvergnat a été découvert par le grand public en 2008, en déposant un amendement au projet de loi sur les OGM. Un des chapitres de Pour une terre commune revient justement sur « cette bagarre » qu'il a conduite. « J'ai eu une prise de conscience progressive sur les questions environnementales. Et cela à partir de mon travail à l'Assemblée où, depuis 2002, j'ai pris en charge, parmi les députés communistes, ces questions et les sujets agricoles et d'aménagement du territoire. » Dans son livre, qu'il définit comme « un ouvrage de fond », où il formule différentes propositions, il remet notamment en cause le productivisme et plaide pour de « nouveaux modes de production ». « J'essaie d'expliquer qu'il faut qu'on change nos modes de vie mais qu'avant - car ce n'est pas la solution de culpabiliser le citoyen - il faut d'abord changer le mode de production et tout le système qui fait qu'on pousse à la consommation et qu'on est en train de pourrir la planète. » André Chassaigne assure aussi, entre autres, qu'il « faut qu'on se pose la question d'une nouvelle croissance », pointe du doigt « l'hypocrisie du Grenelle de l'environnement », affirme que « le capitalisme vert est un outil mis en place par le capitalisme pour continuer à augmenter ses profits », et consacre une partie aux « biens communs de l'humanité » « Chaque fois, poursuit-il, j'essaie de faire le lien entre le social et l'écologie, parce que les premières victimes des atteintes portées à la planète sont les plus modestes ». (*)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Emmanuel Lyasse 17/12/2010 10:16



Que j'aime ce genre de discours ! Il me rappelle ma jeunesse, et les dernières années de l'UNEF. (Apparemment, les théoriciens de la candidature Chassaigne sont les mêmes qui ont mené l'UNEF au
bord du gouffre, puis ont fait un grand pas en avant)


 


Les faits lui donnent incontestablement raison. Deux exemples suffiront à le montrer.


 


1) Le non à la constitution européenne. Que c'était sectaire, faussement radical, éloigné des préoccupations des Français qui, comme chacun sait n'ont rien à foutre des traités européens ! Juste
punition: il s'est écrasé lamentablement, à à peine 55%.


 


2) La candidature GP de Buffet en 2007. Ça c'était radical, proche des gens, pas de dogmatisme… Et le triomphe fut radical: 1,9%.


 


Combien pour le radical Chéssaigne ? (J'ai parlé de Félix Gouin à son propos. J'aurais dû parler plutôt d'Henri Queuille) On peut espérer qu'elle atteindra l'objectif un instant envisagé par la
GP en 2007: un score à deux chiffres. Deux chiffres derrière la virgule, bien sûr, avec un zéro devant.


 


Hasta la radicalité siempre ! 


 



el diablo 17/12/2010 09:31



Eloignement des électeurs c'est la conséquence d'abandons des fondamentaux par le PCF. Maintenant si, selon vous, défendre ces fondamentaux c'est être doctrinaire...Je vous conseille d'être
"réaliste" et de voter DSK (sans moi).



jb.robert 17/12/2010 00:05



avant de s'éloigner des PC freres, on s'est surtout éloignés des électeurs non? Parce qu'a force de voir le monde comme on voudrait qu'il soit , et non comme il est, certains ont des discours
absolument incompréhensibles pour le commun des mortels. La radicalité, c'est de rassembler. La pureté révolutionnaire qui se conclue par un splendide isolement n'est pas etre révolutionnaire,
c'est etre doctrinaire.



el diablo 16/12/2010 19:41



Réponse au commentaire n°3 : vous évacuez la question principale : le PCF est-il encore un parti communiste? Vous faites comme s'il n'y avait pas
eu "la mutation" de ce parti à la fin des années 90. Or, il a bien muté ce PCF et le débat ne se pose plus dans les mêmes termes qu'auparavant. Avant, la question se posait d'avoir (ou non) un
"candidat communiste"à ces élections présidentielles, stratégiques dans cette 5ème République. Aujourd'hui, une chose est d'ores et déjà certaine : il n'y aura pas de candidat communiste à cette
élection (Chassaigne ou pas) et pour un communiste conséquent (ils sont encore très nombreux) la question n'est pas le nom du candidat ou son appartenance à tel ou tel parti mais le contenu de
son programme, notamment sur la question de la souveraineté nationale et populaire. Personnellement, militant du PCF pendant 30 ans (avant la mutation) et responsable de section presque autant de
temps, je constate une dérive européiste du PCF et un éloignement affirmé avec le mouvement communiste international (PC Cuba, PC de Grèce...) et parallèlement une intégration au PGE pro-européen
(comme le Pde Gauche de Mélenchon d'ailleurs). Dans ces conditions, j'observerai à la loupe le programme des candidats républicains qui s'affirment opposés à l'euro et pour une sortie des traités
de l'UE et je ferai mon choix ...à moins que je ne puisse que m'abstenir faute de candidat optant pour cette orientation, seule capable d'éviter le chômage, la misère et pourquoi pas la guerre à
notre peuple! Salut et fraternité.



jean-baptiste Robert 16/12/2010 16:29



Toujours aussieffarant le camarade Lyasse. Entre un Marxiste et un populiste, l'animal Lyasse s'interroge encore ? J'espère que lorsque les LePen seront au pouvoir, le 5e sera épargné.