Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Réveil Communiste

Pour un parti du prolétariat en France en 2016

28 Avril 2016 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #GQ, #Réseaux communistes, #Théorie immédiate, #Qu'est-ce que la "gauche"

 

1) Surmonter les divisions

Les rencontres entre militants communistes continuent d'année en année mais n'aboutissent qu'à peu de résultats concrets.

Une raison à cela  : nul ne veut commander, mais nul ne veut être commandé non plus. Tous ces scrupules démocratiques cachent mal un manque évident de détermination. Gramsci le dit : il y a des gouvernés et des gouvernants. Les communistes veulent devenir des gouvernants, pour supprimer différence entre gouvernants et gouvernés. Sinon quoi ?

Et une autre : il existe des clivages idéologiques exogènes qui les déstabilisent ; sommairement, le camp de ceux qui se revendiquent comme « communiste » se divise en deux ailes composées des « patriotes » et des « internationalistes », qui prennent des positions opposées dans la plupart des débats sociétaux. Dans ce genre de débat plus on pense avoir de raisons et moins on se sert de la raison. Mais leur prégnance, sans autre issue que l’hystérisation réciproque, est caractéristique du nouvel âge de la politique bourgeoise.

Pour éviter de s'engager dans ces impasses, il faut sacrifier ou mettre au second plan par un accord tacite des campagnes et des thèmes d’action qui sont chers à beaucoup au point qu'ils y consacrent l’essentiel de leur temps militant.

Ce qui rassemble les communistes tels que je les entends c'est le rejet de l'UE et de l'OTAN. C’est la solidarité au Donbass antifasciste, à la Syrie martyrisée par l’impérialisme, à l’Afrique néocolonisée. Le rejet définitif et sans retour possible des « socialistes » français et européens à placer au rang d’ennemi majeur. Le jugement positif et critique, mais d’abord positif, sur l’expérience du socialisme réel.

Mais il faut pratiquer la suspension ou la mise entre parenthèse des faux débats suscités par la bourgeoise pour détourner l’attention, diviser le prolétariat, et pour cela convenir que nous ne prenons pas position sur les "questions à la mode". Par exemple :

-          Les « patriotes » devraient mettre au second plan la laïcité et les problématiques qui lui sont liées (voile, caricatures, etc.). Pour ce que ça vaut on en a bien assez parlé comme ça, et ces causes ont trouvé d’autres défenseurs dont elles se passeraient bien. Caroline Fourest et consors ont réussi a polluer complètement ce combat.

-          Les « internationalistes » devraient remettre en question leurs certitudes concernant l’immigration : notamment la question de la régularisation globale des sans-papiers. Au fait combien de sans-papiers aidés par des militants sont-ils devenus des communistes ? Car s'il s'agit seulement d'une œuvre pie, la paroisse le fait déjà très bien! Le soutien de facto à une totale mobilité internationale de la main d'œuvre est en effet rédhibitoire pour s'éloigner définitivement du prolétariat. La mobilité internationale des travailleurs pour leur mise en concurrence maximale est une revendication logique du MEDEF, et les travailleurs en sont parfaitement conscients.

Il n'y a par ailleurs aucune raison que les communistes prennent une position particulière sur d'autres questions moins importantes sans doute mais dévoratrices d’énergie et de temps:

-          Famille, mariage homosexuel, reproduction assistée, etc.

-          Mémoire et concurrence de mémoire. Incidemment nous sommes sortis du culte des héros pour tomber dans celui des victimes et nous n’y avons pas gagné au change.

-          Questions d’identité : pour un marxiste je pense que le concept d’identité n’a aucune valeur.

-          Religions : les communistes n’ont pas de religion, et n’ont pas celle de ne pas en avoir. Mais les religions véhiculent des discours politiques et en cas de conflit entre ces discours et le matérialisme historique, ce dernier doit l’emporter absolument.

-          Genre, parité, féminisme etc ;  l’oppression des femmes bourgeoises est un fait du passé. L’oppression des femmes du prolétariat continue pourtant bien tranquillement.

Cette suspension ne signifie pas que ces débats sont complètement dépourvus d’intérêt, et de fait ils passionnent les foules, mais qu’ils sont dans le contexte capitaliste autant de pièges qui font disparaitre le prolétariat de la scène et travaillent à le dissoudre en l’enfermant dans des communautés opposées. L’opposition bourgeoise au communautarisme finit d'ailleurs par former un communautarisme de plus.

Le cadre de tous ces débats est au fond la Déclaration des Droits de l'homme de 1789, et leur horizon est bien en deça de la déclaration universelle de 1948. C'est dire qu'il s'agit de débats d'avocats complètement englobés dans la conception du monde de la bourgeoisie. La Déclaration de 1789, ce sont les "Dix Commandements" de la bourgeoisie.

Fondamentalement dans le nouvel âge du capitalisme sont opprimés les femmes prolétaires, les homosexuels prolétaires, les musulmans prolétaires, les noirs prolétaires, les juifs prolétaires, et les prolétaires sans qualité ne relevant d’aucune pseudo-communauté. Le reste est littérature.

Sur la question nodale de l’immigration, un seul objectif : l’unité de la classe ouvrière en France et l’organisation de la classe dans le monde. Ni fermer les frontières pour préserver une identité nationale largement mythique, ni les ouvrir en grand pour faire pression à la baisse sur les salaires ne peuvent s’inscrire dans un programme communiste. Il faut  cesser d’osciller sans vouloir l’admettre entre le programme chauvin et le programme libéral. Leur programme doit transcender ces oppositions fomentées par la bourgeoisie.

Pour retrouver la légitimité du prolétariat il faut lutter pour restreindre l’immigration de l’ère capitaliste qui est une arme contre lui, en se préparant à faire appel après la révolution à une gigantesque immigration socialiste pour compenser la fuite de la bourgeoisie (ceci n'est pas un souhait mais un fait : à chaque révolution réelle, il y a toujours émigration massive de la bourgeoisie).

Il n’y a plus que deux contradictions antagoniques qui jouent dans le monde : capital/travail, et Occident néocolonialiste/monde.

 

2) Se tourner vers les travailleurs

S’il faut reconstituer un vrai parti des exploités c’est sur eux qu’il faut s’appuyer, pour former son ossature. Le caractère de classe du parti doit s’affirmer concrètement dans son recrutement ; ce qui signifie qu’il ne doit pas recruter en priorité dans les groupes qui sont spontanément attirés par le discours politicien, et singulièrement parmi les étudiants en pseudo-sciences politiques.

Cela ne signifie pas qu’il faut attendre que les militants salariés élaborent seuls la théorie et les objectifs, mais qu’il faut leur présenter la théorie de manière concrète. Que leur langage doit prédominer, pour le parti soit représentatif. La classe ouvrière n’est pas porteuse spontanément d’une politique révolutionnaire, mais seul un parti révolutionnaire avec de nombreux cadres formés parmi les travailleurs et parlant leur langage peut devenir légitime dans le prolétariat. Seuls des militants d’entreprises sont à l’abri de la plupart des tentations opportunistes du spectacle électoral et médiatique de la democracy de marché.

Un vrai parti des exploités doit se plonger dans le peuple des travailleurs et sortir de la fausse sécurité de l’entre-soi militant et de son langage, fût-il radical, révolutionnaire ou bolchevik. Les militants d’entreprise sont l’interface entre le monde militant et les masses. Les élus, dans la mesure où ils ne doivent pas leur élection au PS peuvent l’être également, mais le cas est comme on le sait de plus en plus rare.

 

3) Produire un manifeste actualisé

Rédigé en langage clair, et qui servirait de ressource virale à la formation de groupes communistes en France, et tant qu’à faire partout dans la monde.

Ce texte bref, sans avoir peur d’aller à contre-courant de la mode, mais en évitant aussi le repli sur des formes langagières dépassées affirmerait :

-          La volonté de réaliser le socialisme, défini comme la propriété collective des grands moyens de production, en expliquant pourquoi c'est souhaitable et nécessaire.

-          L’expropriation des oligarques et des super-riches, le ressentiment à leur égard étant assumé, car légitime et vertueux.

-          La nécessité de quitter immédiatement l’UE et l’OTAN ;  Il indiquerait la nécessité de la souveraineté nationale comme cadre démocratique incontournable, et de l'appuyer sur une alliance intercontinentale anti-impérialiste.

-          L’objectif de la refondation d’une sécurité sociale étendue au logement, à l’alimentaire et aux services publics gratuits, contre l’invasion de l’humanitaire ; un monde des droits opposables (à commencer par celui du travail) et non du don caritatif, un monde où tout le nécessaire est gratuit.

-          Le pouvoir populaire, et l’initiative populaire pour reconstruire la république de la base au sommet.

-          Il montrerait que l’expérience soviétique fut une expérience positive de socialisme réel, et affirmerait ne rien renier du passé des expériences socialistes et des révolutions : que rien n’a pu les rendre mauvaises ! Le discours antisoviétique étant à classer dans sa totalité comme propagande bourgeoise, et la chute de l'Union Soviétique étant présentée pour ce qu'elle est : un recul de civilisation aux conséquences dramatiques dans le monde entier.

-          Il se rangerait dans le camp anti-impérialiste, le camp de la paix et du respect de souveraineté des peuples, et non dans celui de l’altermondialisation ambigüe et de l’ingérence morale.

-          Placerait  le socialisme en préalable à la solution des problèmes écologiques qui menacent la survie de l’espèce, sans minimiser ces problèmes, au contraire, en défendant l’écologie scientifique contre l’écologie mythique des petits bourgeois.

-          Négativement il doit utiliser le marxisme comme science et méthode et non comme idéologie, et sans se complaire en aucune façon dans le jargon militant.

-          Il doit éviter le bolchevisme théâtral des symboles qui ne choque ni n’intéresse personne à part quelques zombies des pays de l’Est.

-          Ce texte devrait rompre avec le style commémoratif qui sévit trop souvent chez les communistes, comme si notre âge d’or était derrière nous.

-          Il ne doit pas non plus comporter cette rhétorique de l’indignation qui finit sans s’en apercevoir par présenter l’ennemi comme tout puissant.

-          Il doit refléter la force et la confiance en soi des masses qui se mettent en mouvement.

Ce manifeste devrait s'accompagner d'une campagne de critique des médias et de la culture stipendiée par le capital, de Google à Louis Vuitton, et de l’idéologie artiste-bohème qui cimente la petite bourgeoisie française.

En conclusion, il nous faut enfin revenir dans le cœur du sujet, il nous faut parler de l’exploitation, du socialisme, de la révolution, et des moyens de la libération économique et politique du prolétariat.

 

4) Construire un front patriotique

Quels alliés politiques envisageables des communistes voulant redevenir les représentants légitimes du prolétariat ? (eux-mêmes pour la plupart encore issus du long passé du PCF ou des courants marxistes-léninistes du monde ouvrier) :

- les sociaux démocrates véritables qui acceptent de rompre avec l'Europe et l'OTAN, admirateurs cohérents des mouvements sociaux et politiques latino américains. Ni le PS, toutes tendances confondues, ni l'appareil du PCF ne sont sociaux-démocrates, ils sont situé maintenant bien plus à droite que cela.

- tous les courants politiques tendant à préserver la souveraineté nationale, condition nécessaire de toute action politique, mais jamais à la remorque d’aucun, ils sont d’ailleurs très faibles. Notons que le FN n'en fait pas partie, car il n'est pas fiable sur cette question : il cristalise les reliquats idéologiques de plusieurs traditions anti-patriotiques (plutôt Hitler que le Front Populaire).

Quels ennemis proches à démasquer ?

 Approfondir et dialectiser la scission avec eux pour attirer à nous les jeunes militants trompés par leur langage : « la gauche », postcommunistes, gauchistes libéraux (NPA), et les idéologues des droits de l’homme quelque soit leur déguisement.

Adversaires stratégiques à combattre avec la dernière énergie:  MEDEF, CFDT, PS, tous les européistes et atlantistes, séparatistes, écologistes mystico-arrivistes. Un vote de second tour pour les socialistes est manifestement exclu, et un "vote révolutionnaire" contre eux ne l'est plus.

Quant au FN, ce n'est qu'un épouvantail gonflé à bloc pour verrouiller la situation politique.

 

5) Questions internationales

Sur la question palestinienne, recentrer la position en critique des États-Unis qui sont l’ennemi principal des peuples du monde et le donneur d’ordre d’Israël (et non l’inverse).

Exigence de l'arrêt de l'agression impérialiste contre la Syrie et soutien à l'armée nationale de ce pays pour la libération de son terrritoire. Même exigence au Yémen.

Soutien critique à la politique extérieure de la Russie et de la Chine, non à leur politique intérieure. Leur rôle étant positif dans la mesure où ils affaiblissent l’impérialisme occidental (le seul impérialisme effectif), mais négatif dans la mesure où ils oppriment leur prolétariat national.

Soutien sans failles à Cuba socialiste. Opposition résolue aux agressions de l'impérialisme en Corée. Soutiens aux socialistes anti-impérialistes d’Amérique latine.

Exigence de l’évacuation militaire par la France de l’Afrique. Soutien actif  et renouvelé au panafricanisme.

Définition du terrorisme islamiste comme une forme de fascisme à éradiquer, mais exposition de ses manipulateurs : l'Occident, les pétro-monarchies.

 

6) Organiser un congrès fondateur

Comme au congrès fondateur du Parti Communiste d'Italie, en 1921, à Livourne, provoquer une scission dans "la gauche" pour rassembler sur une base saine, en l'occurence une base sociologique.

Le but n’étant pas de créer une organisation de militants d’accord sur tout mais de rassembler des voix diverses enthousiastes pour l’unité prolétarienne et l’action.

Pour valider le manifeste et pour désigner un groupe dirigeant réellement compétent et un petit nombre de porte-paroles médiatiques choisis sur leur capacité et leur conviction.

Un congrès de rassemblement sur une base claire, avec une scission claire avec les éléments dominés par l’idéologie protéiforme de la petite bourgeoise, dans sa « diversité », sa « pluralité », sa « multiplicité », sa « tolérance », sa vie privée et son individualisme de masse.

C’est moins sur des tactiques que doit se fonder la scission que sur l’appartenance de classe ; en 1921 en Italie et en France celle-ci faisait partie de la réalité la plus tangible et évidente. Au pays des enfants-rois du capitalisme, au cerveau lessivé par la marchandise, c’est devenu beaucoup moins clair. Le critère sera donc à chercher du coté de la volonté de l’engagement prolétarien du parti.

 

GQ, décembre 2014 - févier 2016

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

DD 07/03/2016 17:29

Étrange réaction, que ce soit mon intervention du 02/03 ou celle d'aujourd'hui, j'ai l'impression de ne pas avoir été lu. Entre autres sur "l'impérieuse et urgente nécessité de quitter l'Europe et l'OTAN"... et "l'instrumentalisation -historique- du fondamentalisme religieux par le capitalisme et l'impérialisme"...
J'avais également dénoncé les (sociaux)-démocrates comme étant "parmi les pires ennemis du prolétariat."
Ce qui est très différent de ce que tu m'objectes...

DD 07/03/2016 12:27

Réponse à Réveil communiste (05/03/16 - 21h58)

Je pense que cela a trait à mes remarques au sujet de la laïcité ?

Dans ce cas je pense que l'on commet une regrettable confusion entre islam et islamisme, en ayant nécessairement à l'esprit que l'islamisme commence toujours par s'attaquer aux musulmans, et qu'il est ainsi l'ennemi principal de nombre de nos concitoyens ressortissant à cette religion, qui aimeraient tant qu'on ne les confonde pas avec d'autres...
La défense de la laïcité, qui doit son émergence en France aux horreur des guerres de religion, puis aux persécutions des protestants, ainsi qu'à l'antisémitisme, ayant précédemment sévi sur notre territoire national, avait pour but de rappeler que la foi était avant tout un droit « sacré » et inaliénable de tout être humain, droit défendu par la République, en vertu de quoi toutes les religions étaient autorisées en son sein, dès lors qu'elles s'engageaient à demeurer dans le domaine privé, et n'attentaient ni aux droit de l'homme et du citoyen, ni aux principes républicains.

La laïcité procède donc pour partie non négligeable, de l'émancipation de l'Homme en lui accordant la liberté de penser – et de fait, ce n'était pas le cas sous l'Inquisition ; rappelez-vous, la Terre alors était plate…
Aussi ne vois-je aucune antinomie, bien au contraire, entre cette dernière et le communisme procédant de l'émancipation du prolétariat, en brisant les chaînes du capitalisme.

D'autant plus que la laïcité au regard d'événements passés et contemporains, et en toute logique, est bien traitée en ennemi déclaré du capitalisme et de l'impérialisme : ces derniers n'ont de cesse de la bannir pour mieux instrumentaliser les fondamentalismes religieux, contre la décolonisation, le progressisme et le communisme, et notamment :

Lorsque l'impérialisme britannique impose à l'Irlande « libérée » une partition religieuse en 1921, avec en prime une authentique dictature catholique et anticommuniste au Sud,
Lorsque ce même impérialisme, après avoir promulgué l'indépendance de l'Inde en 1947, laisse sciemment se former l'État religieux du Pakistan contre la volonté des nationalistes indiens. Un accouchement dans l'horreur et le meurtre de masse, avec au moins des centaines de milliers de morts,
Lorsque les États-Unis dès la libération, financent les Frères Musulmans en Égypte pour contrer la politique anti-coloniale de Nasser,
Lorsque les mêmes financent et arment massivement les talibans d’Afghanistan, pour jeter bas le gouvernement progressiste soutenu par l'URSS. Rappelez-vous, ce régime où l'on voyait sur nos écrans de télévision, des jeunes filles y compris musulmanes, faire de l'informatique en Jean et sans voile…
Et sur ce sujet, notamment pour qui ne l'aurait pas déjà lu, un peu de lecture édifiante :
http://www.initiative-communiste.fr/articles/international/les-usa-sont-intervenus-en-afghanistan-avant-lurss-les-islamistes-sont-leurs-monstres/
En Indonésie en 1965, lorsque la CIA après des années de discrètes préparations, distribua aux milices intégristes islamistes, et notamment à celle du « Nahdlatul Ulama », les listes de communistes à liquider purement et simplement. S'ensuivit une vague de massacres de masse sans précédent, avec tortures et exécutions publiques complaisamment photographiées et filmées, cependant que les génocidaires transmettaient, à la CIA, les noms qu'il fallait rayer sur les listes…
Cela toucha également des enfants, des chrétiens et des musulmans modérés, entre un et trois millions de victimes, en outre un camp de concentration fut ouvert sur l'île de Buru...
Et à présent dans nos banlieues mêmes, prospérant certes sur de nouvelles formes de misère, mais pas seulement, les émules de l'État Islamique à l’œuvre. Ne soyons pas naïfs : combien de cellules dormantes ? Allons-nous laisser agir ces nouveaux nazis, car finalement ils font bien le même travail, le sale boulot, en instaurant ce chaos social si cher à l'impérialisme qui les arme et les finance ?
Allons-nous attendre qu'il soit trop tard pour comprendre combien la laïcité – une belle exception française – est douce, agréable à vivre pour tous, et doit être défendue sans concession ?

Réveil Communiste 07/03/2016 12:35

Ce que tu dis est exact mais l'islamisme n'est pas l'ennemi principal (pas plus que le FN), l'ennemi principal, c'est le PS, l'EU, l'OTAN, etc A mettre en exergue les crimes de l'islamisme (qui sont souvent ignorés avec une certaine complaisance dans le milieu islamique plus large) on va se faire entrainer sur le terrain bourgeois des droits de l'homme

DD 02/03/2016 19:14

Quelques remarques sur ce texte particulièrement riche.

Laïcité :

On ne peut ignorer à quel point cette question de la laïcité aujourd'hui préoccupe – et c'est un euphémisme – nos concitoyens.
S'il s'agit uniquement d'un débat interne entre communistes, cela peut effectivement être remisé à plus tard. Mais l'attente de la société me semble forte, et il faudra bien un jour remettre les pendules à l'heure, même sobrement.

Socialistes à la Guy Mollet :

L'Histoire nous apprend, maintenant depuis plus d'un siècle, à quel point les partis prétendus sociaux-démocrates et néanmoins fauteurs de guerres (14-18, montée du nazisme en Allemagne, Indochine, Algérie, Syrie...) s'inscrivent parmi les pires ennemis – généralement masqués – du prolétariat.

Il faut rompre avec ces alliances contre nature.

Internationalisme et frontières :

Qu'entend-on ici par « les internationalistes » ? Les partisans de l'Europe supranationale de Bruxelles dont le PCF ? Ou ceux qui estiment que même un État totalement indépendant se devrait, par solidarité prolétarienne, d'accueillir sur son sol « toute la misère du monde » ?
Dans tous les cas je rejoins l'impérieuse et urgente nécessité de quitter et l'Europe et l'OTAN, et parallèlement de recouvrer la maîtrise souveraine et donc totale de nos frontières.
Du reste, maîtriser nos frontière ne signifie nullement les fermer systématiquement, mais induit de leur ré-attribuer le rôle régalien de contact et de contrôle avec l'extérieur, permettant à l'État de prendre, en fonction de l'intérêt national et de celui des travailleurs, toute mesure utile en termes d'entrée et de sortie du territoire.
Quant à l'internationalisme prolétarien, il ne consiste pas davantage à accueillir indistinctement sur notre sol toute la misère du monde, mais à mettre en œuvre des politiques de solidarité réelle au service des peuples en lutte, notamment pour faire échec aux agressions de l'impérialisme américain et de ses valets – dont l'Europe de Bruxelles, qui répandent misère, chaos et obscurantisme dans le monde. Mais il faut pour cela être une nation libre, en d'autres termes indépendante.

Globalement en accord avec le reste. Il est bien d'avoir rappelé la nature historique exacte de la révolution bourgeoise de 89, en dépit de proclamations remarquables, qui néanmoins ont conduit à l'aventure coloniale, et aux répressions de 1830, 1848 et 1871...

Une question non traitée, peut-être prématurée, qui inclut le mode de scrutin en général, les rôles respectifs des deux assemblées du parlement, celui des départements garants de l'égalité des citoyens et de l'unité nationale, celui des régions...

Réveil Communiste 05/03/2016 21:58

beaucoup de camarades très valables sur tout le reste sont obnubilé par l'islamophobie qu'ils voient partout au point de croire contre toute raison à l'existence d'un racisme d'état.

ALBA MALTA NORTH AFRICA 14/12/2015 18:51

Bonjour nous voudrions partager cet excellent article sur la socialdemocratie et comment les marxistes lenisnites doivent y repondre et s'organiser - en anglais. Merci
Faute d'avoir votre courriel: " Social Democracy in the Service of the Ruling Class"

The communist movement is forced to learn from its mistakes. The conditions under which the capitalist crisis places the class struggle requires a frontal attack against the positions of integration that social democracy and revisionism promote in the workers' ranks.

Ideological, political and organizational independence of the working class must be firmly defended, without compromise: "Now the people, the workers and employees, the self-employed must write their own pages in the history of this country, in really large and bold letters. Their anger must be transformed into strength so that they can take their counterattack to its conclusion. There is no other way (...) Barbarism cannot be made humane"

http://mltoday.com/social-democracy-in-the-service-of-the-ruling-class

Réveil Communiste 19/12/2015 19:00

si vous en fournissez la traduction je le publierai

GQ 14/12/2015 16:39

je pense qu'aujourd'hui je ferais plus court : pourquoi tant parler de ce dont on ne doit pas parler?

Touré 29/09/2015 23:38

Dans la partie 3), je crois qu'il n'est pas inutile d'ajouter: la suppression du travail spécialisé et donc la suppression de l'enseignement professionnel spécialisé.

Comment Marx a t-il défini l'appropriation des moyens de production par la société ? Il l' a définie comme étant "le développement d'une totalité de facultés correspondant à une totalité d'instruments de travail".C'est à dire la suppression de la spécialisation des travailleurs et donc aussi la suppression de la subordination des travailleurs à la division du travail.C'est après cela, seulement, que la propriété privée des moyens de production se trouve définitivement abolie.

L'étatisation et la planification de l'économie sont des moyens indispensables pour atteindre ce but.
Mais limiter la révolution à l'étatisation et à la planification sans supprimer la spécialisation des travailleurs est une erreur dangereuse(le bourreau véritable de l'URSS).

Jusqu'à présent des communistes continuent de définir la suppression de la propriété privée des moyens de production comme étant seulement l'étatisation et la planification des moyens de production mais c'est une erreur.

Cette erreur a fait (URSS,etc.) et ferra que la révolution ne puisse jamais supprimer les classes car les celles-ci naissent toujours de la spécialisation des travailleurs(une loi découverte par Marx et Engels et exposée dans leur livre "L'idéologie Allemande").

Le socialisme est une société où la norme de la production est le changement dans le travail, la variation dans le travail, la mobilité universel du travailleur.Le métier spécialisé est impossible sous le socialisme, il est la chose à supprimer.

Pourquoi les historiens communistes se sont lourdement trompés depuis presque un siècle pour ne pas découvrir cette évidence ?

Parce que, dans leur étude, ils ne partent pas de la terre pour monter vers le ciel.Autrement dit, ils ne partent pas des conditions de production réelles de l'URSS pour expliquer les luttes de classes qui s'y passent.Ils ont été victime de l'idéalisme.
Les conditions de production se signifient pas l'énumération de statistiques sur l'industrie ou le commerce mais essentiellement le mode d'activité économique, la manière dont le travail est repartit par la société entre les travailleurs.

GQ 28/09/2015 22:09

Changement d'époque, changement d'esthétique, le tag de la classe ouvrière sur le train remplace l'ouvrier et la kolkhozienne.

GQ 16/02/2015 18:14

Ce texte est habituellement placé dans les pages, en lien sur ce blog sur la colonne de droite mais dans ce cas les commentaires ne se lisent plus. il est donc republié sous forme d'article.

sam 82 11/01/2015 18:18


arretez avec vos assises , car on voit bien qu'il y a des désaccords iréversibbles dans votre galaxie . et il ne peut pasen être autrement ,certains responsables PCF encore en place dans
certaines fédérations ont montré x fois leurs versatilité . a partir de là vouloir rassembler a tout prix en écartant ce qui divise revient a vouloir marier l'eau et le feux . et puis dans cette
galaxie on se souvient de certains donneurs de leçons ,qui voudraient au tavers des assises continuer de jouer les professeurs de communisme .alors que pour ma part je considère qu'ils se sont
discrédité de par leur pratique politique ouverte a tous les vents . cela relève peut être du sectarisme , pour moi au contraire c'est de ne pas me laisser aveugler par tous les appels a l'unité
, et au rassemblements quels qu'ils soient , trés en vogue aujourdh'ui , dont le seul but est de perpétuer l'ordre capitaliste . sam 82.

GQ 10/01/2015 16:06


écarter ce qui divise, cela signifie dans le moment présent mettre une sourdine aux cris à l'islamophobie parce que c'est un peu tôt pour inverser les rôles, et cesser de présenter les victimes
de Charlie hebdo comme des sortes de révolutionnaires en oubliant leur virage à droite.


Il faut aussi s'interoger sur l'excès de passion pour le religieux, même quand on est contre.


C'est pour cette raison que RC ne publiera pas malgré leur intérêt les réactions de Said Bouamama et d'André Gerin, pour considérer les deux extrêmes dans la galaxie des "assises".