Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Occident über alles ! Hollande veut nous faire le traité transatlantique dans le dos

1 Mars 2014 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #l'Europe impérialiste et capitaliste

surle blog de Danielle Bleitrach :

 

Un piège transatlantique par Serge Halimi

usa_europe

 

En France, nous sommes passé en peu de temps d’une attitude circonspecte et d’indépendance relative, les restes de l’histoire du gaullisme et celle du communisme, à une vassalité sans rivage d’abord avec Sarkozy et maintenant avec Hollande, c’est d’ailleurs à ce titre que la crise ukrainienne m’a en priorité intéressée, la manière où comme dans d’autres lieux de la planète l’Europe était chargée d’exécuter la politique nord-américaine mais où la France en était devenue le lieutenant zélé… (note de danielle Bleitrach)

mars 2014

On peut parier qu’il sera beaucoup moins question de ce sujet lors des prochaines élections européennes que du nombre d’expulsions d’immigrés clandestins ou de l’enseignement (prétendu) de la « théorie du genre » à l’école. De quoi s’agit-il ? De l’accord de partenariat transatlantique (APT), qui va concerner huit cents millions d’habitants à fort pouvoir d’achat et presque la moitié de la richesse mondiale (1). La Commission européenne négocie ce traité de libre-échange avec Washington au nom des vingt-huit Etats de l’Union ; le Parlement européen qui sera élu en mai devra le ratifier. Rien n’est encore joué, mais, le 11 février dernier, lors de sa visite d’Etat à Washington, le président français François Hollande a proposé de hâter le pas : « Nous avons tout à gagner à aller vite. Sinon, nous savons bien qu’il y aura une accumulation de peurs, de menaces, de crispations. »

« Tout à gagner à aller vite » ? Dans cette affaire, il importe au contraire de donner un coup d’arrêt aux machines à libéraliser et aux lobbys industriels (américains, mais aussi européens) qui les inspirent. C’est d’autant plus nécessaire que les termes du mandat de négociation confié aux commissaires de Bruxelles ont été cachés aux parlementaires du Vieux Continent, tandis que la stratégie commerciale de l’Union (s’il en existe une, en dehors de la récitation des bréviaires du laissez-faire) n’avait plus aucun secret pour les grandes oreilles américaines de la National Security Agency (NSA) (2)… Un tel souci de la dissimulation, même relative, annonce rarement de bonnes surprises. De fait, le bond en avant du libre-échange et de l’atlantisme risque d’obliger les Européens à importer de la viande aux hormones, du maïs génétiquement modifié, des poulets lavés au chlore. Et d’interdire aux Américains de favoriser leurs producteurs locaux (Buy American Act) lorsqu’ils engagent des dépenses publiques pour lutter contre le chômage.

Pourtant, le prétexte de l’accord, c’est l’emploi. Mais, enhardis par des « études » souvent financées par les lobbys, les partisans de l’APT sont plus loquaces sur les postes de travail créés grâce aux exportations que sur ceux qui seront perdus à cause des importations (ou d’un euro surévalué…). L’économiste Jean-Luc Gréau rappelle cependant que, depuis vingt-cinq ans, chaque nouvelle percée libérale — marché unique, monnaie unique, marché transatlantique — a été défendue en prétextant qu’elle résorberait le chômage. Ainsi, un rapport de 1988, « Défi 1992 », annonçait que « nous devions gagner cinq ou six millions d’emplois grâce au marché unique. Toutefois, au moment où celui-ci a été instauré, l’Europe, victime de la récession, en a perdu entre trois et quatre millions (3)… »

En 1998, un accord multilatéral sur l’investissement (AMI), déjà conçu par et pour les multinationales, fut taillé en pièces par la mobilisation populaire (4). L’APT, qui reprend certaines de ses idées les plus nocives, doit subir le même sort.

Serge Halimi

(1) Lire Lori M.Wallach, « Le traité transatlantique, un typhon qui menace les Européens », Le Monde diplomatique, novembre 2013.

(2) Patrick Le Hyaric, député européen du groupe de la Gauche unitaire européenne (GUE), a publié le texte intégral de ce mandat de négociation dans son livre Dracula contre les peuples, Editions de L’Humanité, Saint-Denis, 2013.

(3) Jean-Luc Gréau, dans « Le projet de marché transatlantique », actes du colloque de la Fondation Res Publica, Paris, septembre 2013.

(4) Lire Christian de Brie, « Comment l’AMI fut mis en pièces », Le Monde diplomatique, décembre 1998.

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

GQ 02/03/2014 11:23


L'extême gravité de ce qui se prépare en Crimée ne doit faire passer à l'as les plans de liquidation de la France du renégat Hollande, petit soldat de l'Occident, au moins autant que Sarkozy.

GQ 01/03/2014 11:45


Sans doute la raison principale de s'opposer résolument et radicalement à l'Union Européenne, c'est que son concept fondamental est celui de la poursuite de la domination de l'Occident sur le
reste du monde, et donc la guerre comme horizon. Domination identifiée à la civilisation et au progrès, et identifiable en fait au règne millénaire du capitalisme. Les thuriféraires de ce projet
sont d'ailleurs organisés de manière de plus en plus consciente et cohérente, comme un vrai parti mondial avec une ligne econnaissable d'un bout à l'autre de la planète (il suffit de lire
Courrier international pour s'en rendre compte) qui emprunte du reste des idées d'organisation à ce qu'était, ou aurait dû être l'Internationale Communiste.


 

GQ 28/02/2014 00:52


"tout à gagner à aller vite", tout de même il est gonflé, le flanc.


les politiciens un tantinet débonnaires et rassurants, comme Raffarin ausi, sont particulièrement malfaisants.