Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Réveil Communiste

Nouveau changement de société, 6 juin 2010

6 Septembre 2010 , Rédigé par Réveil Communiste Publié dans #Publications

Le danger de guerre y compris nucléaire, y aura-t-il à la fête de l’huma une amorce de prise de conscience ? par danielle Bleitrach

Dimanche 5 septembre- le président iranien, Mahmud Ahmadinejad, a averti qu’une quelconque attaque de son pays aboutira à la « destruction » d’Israël, dans une déclaration faite à Doha, où il se trouvait pour une courte visite.
« Tout acte contre l’Iran aboutira à la destruction de l’entité sioniste »  (Israel), a dit aux journalistes le président iranien, qui a prévu de se réunir avec l’émir du Qatar, le cheikh  Hamad ben Jalida al Thani. L’échéance fixée par le conseil de sécurité et le vote des sanctions approche, la fête de l’humanité sera-t-elle l’occasion d’une prise de conscience des forces progressistes? Il s’avère que pour des raisons historiques Cuba est le lieu de la planète où le plus haut niveau de conscience anticapitaliste et anti-impérialiste existe et un appel est lancé de ce pays pour nous inviter à nous opposer à la double tragédie qui menace l’humanité, tragédie de guerre y compris nucléaire dans l’immédiat et qui peut détruire la planète, tragédie écologique que l’on ne pourra résoudre que par un système plus juste donc dans des luttes menées par les forces progressistes contre l’impérialisme et le capitalisme. la fête de l’humanité est le lieu où de tels problèmes doivent être posés d’urgence.

Continue reading ‘Le danger de guerre y compris nucléaire, y aura-t-il à la fête de l’huma une amorce de prise de conscience ? par danielle Bleitrach’

Xénophobie d’état ou instrument de classe ? par Annie Lacroix-Riz

Annie Lacroix-Riz

source : http://www.lepcf.fr/Xenophobie-d-etat-ou-instrument-de


Dans une discussion sur le texte de Pascal Maillard sur l’insécurité et la xénophobie d’Etat et pour une éthique de la résistance, Annie Lacroix-Riz apporte un point de vue de classe nécessaire aux communistes pour dépasser une réaction de révolte devant le discours Sarkosyste. Ce n’est pas une dérive fascisante, qu’on pourrait éviter avec une alternative centriste ou socialiste, mais bien un choix de la grande bourgeoisie pour atteindre son objectif central de réduction massive des salaires, telle qu’elle l’avait déja fait dans le passé.

 A Toni Gatlif, aux « Bohémiens en voyage », à tous les sans-papiers,

« Aux captifs, aux vaincus !… à bien d’autres encor ! » (chapeau emprunté à : http://lepcf.fr/) Continue reading ‘Xénophobie d’état ou instrument de classe ? par Annie Lacroix-Riz’

Les avancées Révolutionnaires en Amérique latine par Remy Herrera*

 Le sous titre du dernier livre de Rémy Herrera en dit l’ambition : « des transitions socialistes au XXI e siècle« .  Il part d’un constat : « la brusque aggravation de la crise aux Etats-Unis et la poursuite de deux guerres perdues au Moyen orient, (Irak et Afghanistan)rappellent nous explique-t-il un certain nombre de faits. d’abord que la crise n’est pas financière ou même socio-économique, mais systémique, aux multiples dimensions liées(alimentaire, climatique, énergétique, politique culturelle); il s’agit en fait d’une crise structurelle du capitalisme en tant que système mondial, et pas seulement dans sa forme passagère dite néo-libérale. » Rémy Herrera établit un diagnostic sur l’origine de cette crise systémique: »Expression et extension de la domination de la haute finance, l’impérialisme est indissociable des rapports de domination et d’exploitation que les puissances centrales du Nord continuent d’entretenir avec les périphéries du système mondial capitaliste.  » On comprend que le propos du livre n’est pas la recherche d’une régulation à l’intérieur du système . En revanche face à un impérialisme dans une crise aussi profonde ce qui frappe est   cette étrange situation où les forces progresistes perçoivent bien la nocivité et l’épuisement d’un système mais  elles restent sur la défensive faute de savoir ce qu’il faudrait faire et quoi construire. Et ce n’est pas un hasard si Rémy Herrera  insiste sur un nouvel internationalisme pour dépasser cette inertie. Il ajoute que seule l’Amérique latine et caribéenne offre l’image d’un continent dont les peuples ont commencé à passer à l’offensive et dont l’expérience peut constituer l’amorce de cet internationalisme. « L’opposition aux Etats-Unis est le principal facteur d’unité des peuples du continent qui savent jusque dans leur chair- que l’impérialisme a mis en oeuvre tous ses moyens et toutes ses énergies pour écraser de façon systématique, obstinée, acharnée chacune des incessantes tentatives qui ont été conduites au Sud pour marcher vers la démocratie et la justice sociale » (p.8)   

Continue reading ‘Les avancées Révolutionnaires en Amérique latine par Remy Herrera*’

Il est temps d’apprendre à espérer et Ernst Bloch, ou la réaffirmation de notre modeste expérience… par danielle Bleitrach

Nous vous avions expliqué que le blog changement de société allait connaître une évolution… Il sera moins centré sur l’actualité mais plus sur ce en quoi l’actualité, l’événement nous donne le goût d’une réflexion, d’un retour sur les fondamentaux révolutionnaires. Il n’y a pas huit jours que l’expérience a commencé et déjà malgré les difficultés du rodage, elle est sur une voie qui nous encourage, c’est-à-dire que le but se construit se dégage dans la réalisation parfois hasardeuse en laissant à ceux qui acceptent l’aventure à commencer par ce couple étrange, une vieille dame et un jeune homme, approfondir à leur grè cette idée neuve: il est temps de réapprendre à espérer. Hier cependant  l’expérience a subi un double assaut, d’un côté il y a ceux qui nous accusent quasiment d’élitisme, ou font des faux procès politiciens et tentent de transporter ici les médiocres concurrences et ragots d’une situation politique difficile ou faute de perspective on se déchire et l’espérance s’étiole… D’un autre côté, l’aveuglement sert de prétexte au retour sur l’existant sans espoir de changement. Dans le premier cas la conscience qui s’obscurcit, le malheur, la nuit où on se heurte sans cesse à des vestiges du passé, de l’autre côté au nom de ce malheur des révolutionnaires, le sarcastique nihilisme   sous des aspects savants et même osons le pédant, positivistes, visant à repousser toute transformation… Nous avons été confrontés aux deux dangers d’une entreprise comme la notre, d’un côté la traque politicienne, le présupposé complot, de l’autre le refus de toute perspective comme jeu de l’esprit narcissique. Il ne s’agit pas d’individus mais de questions politiques et de la manière d’interdire toute réflexion théorique, de stigmatiser  celle-ci et surtout la tentatve difficile d’élargir son accès. Alors aux deux assauts parallèles et complémentaires je répondrais par ce texte  du philosophe allemand Ernst Bloch. Ernst Bloch a été obligé de quitter la RDA, parce qu’il y était suspect d’hérésie, en proie à l’hostilité et à des manoeuvres auxquelles il ne savait pas répondre, il a donc fini en RFA où il a pu à son aise exercer son sens critique sans que cela ne dérange personne. Mais jusqu’à la fin de sa vie, il a non seulement affirmé qu’il était marxiste et communiste, mais il a défendu l’idée que le pire des régimes socialistes vallait mieux que le meilleur des régimes capitalistes, parce que dans le premier il subsistait ce qui avait disparu dans le second: le principe espérance, le rêve éveillé, le déploiement de soi vers l’avant. Comme Lukacs, il y a aussi chez Bloch l’idée que la pensée demeure un enjeu alors que cet enjeu là a disparu dans le capitalisme où l’individu est anéanti dans ses buts, dans son « rêve éveillé », dans ses buts par sa propre transformation en « chose ». En ce sens le projet du marché n’est pas complètement étranger à celui de l’industrie de la mort. Alors puisque à propos de la guerre il est beaucoup question de la pulsion de mort, voici comment Ernst Bloch défend la pulsion de vie révolutionnaire. Le triomphe d’Ernst Bloch est que personne ni le nazisme, ni les haines stupides de certains bureaucrates n’ont pu lui enlever cette attente active.Après ce texte, qui explicite le projet de ce blog il y a une brêve présentatio d’ Ernst Bloch par J.M.Palmier. note de danielle Bleitrach

Continue reading ‘Il est temps d’apprendre à espérer et Ernst Bloch, ou la réaffirmation de notre modeste expérience… par danielle Bleitrach’

Qu’est-ce que l’exploitation ? (Voie prolétarienne)

La deuxième partie de l’article de David S. Pena, répondra, avec une habileté inégale, à certaines objections courantes concernant l’exploitation. En attendant, voici une autre explication de la formation de la plus-value.  Publié sur le blog Où va la CGT? mais tiré du cours n°1 de l’école de formation de Voie prolétarienne, cet article a le mérite d’insister sur la différence entre la valeur de la force de travail et la valeur que crée cette force de travail, entre la quantité de travail qui permet de travailler une heure et la quantité de travail exécutée en une heure. (Marc Harpon)

LA PLUS-VALUE ET L’EXPLOITATION

La propriété de la force de travail humaine, sa valeur d’usage, c’est de produire plus de richesses qu’elle n’en consomme pour se reproduire. La différence entre ce qu’elle produit et ce qu’elle consomme, c’est ce qu’on appelle le travail gratuit, ou sur-travail. Et la quantité de valeur que représente ce sur-travail, c’est la plus-value.

Qu’est-ce que la plus-value ?

La plus-value est la source de tout le profit capitaliste. Elle est, par définition, la source de toute « valeur »! Et elle est, en même temps, le fondement et le moteur du mode de production capitaliste. Le salariat est donc le rapport fondamental de ce mode de production.

Continue reading ‘Qu’est-ce que l’exploitation ? (Voie prolétarienne)’

Marine Séba née Le Pen ou l’extrême droite de demain, par Marc Harpon

Dans l’article qui suit, je fais usage très libre d’une conceptualisation du néoracisme que j’emprunte à Etienne Balibar et Immanuel Walerstein. Je mobilise également, de façon assez libre, des outils empruntés à des gens aussi divers que Dimitrov, Politzer, Delphy, Wittig. Cependant, l’usage implicite que je fais de ces auteurs, souvent sans les citer, est strictement personnel : je crois que l’extrême droite est en mutation et si l’on parvient à empêcher le conflit nucléaire que nous prépare l’Impérialisme, c’est sous un nouveau masque qu’elle risque de ressurgir…à moins que le PCF ne se réveille de sa léthargie liquidatrice.(Marc Harpon)

 

Marc Harpon, qui a écrit cet article.

 


Que diriez-vous d’une attitude théorique et pratique postulant que, du fait de leurs irréductibles différences, les « ethnies » devraient vivre séparément les unes des autres? Même si cette affirmation ne vous choquait pas, il y a fort à parier que vous hurleriez au racisme. Imaginez-vous maintenant que l’adepte de cette attitude vous dise que vous n’avez rien compris, qu’il ne parle pas de différences biologiques mais seulement de différences culturelles. Qu’auriez-vous à répondre à cela? Vous seriez forcé d’admettre qu’il n’est pas tout à fait raciste et que, même si vous ne le partagez pas, son point de vue se défend plus ou moins. Si l’un de vos amis tient ce type de discours, dites-vous que vous connaissez un néoraciste. Le néoracisme commence à partir du moment ou le raciste, qui a compris que personne ne l’aimait, passe par la « culture » ou la « civilisation », pour justifier son rejet spontané ou réfléchi de l’altérité. Continue reading ‘Marine Séba née Le Pen ou l’extrême droite de demain, par Marc Harpon’

Obama prolonge d’un an les mesures de blocus contre Cuba, qu’est-ce que résister ?

Si une chose devait décrire l’injustice et la haine irrationnelle que les Etats-Unis vouent à Cuba ce serait cette brève annonce qui vient de tomber : Obama prolonge d’un an de plus les mesures de blocus contre Cuba. Cela ne signifie pas comme on pourrait l’espérer que dans un an on reconsidérera la situation, mais que cette mesure « routinière » est prise par tous les gouvernements étasuniens depuis plus de 50 ans qui affirment que le blocus « convient aux intérêts nationaux des Etats-Unis ». . Le président des Etats-Unis, Barack Obama, a annoncé aujourd’hui, jusqu’au 14 septembre 2011, la prolongation des sanctions de la loi contre « lecommerce avec l’Ennemi » qui de fait entérine dans la pratique  la poursuite du blocus contre Cuba. Ce que je voudrais faire partager c’est le caractère non seulement injuste et cruel mais grossier et vulgaire des gouvernements des Etats-Unis. femme, enfants, veillards, parce que je suis grand et fort je vais tous les écraser jusqu’à ce que vous cédiez… Cela est de la vengeance politique, la nécessité de faire un exemple pour empêcher la contagion de la rébellion mais cela va plus loin, ce n’est pas civilisé et totalement immoral. Il  est vital d’y résister, si on accepte on est détruit de l’intérieur. J’ai pensé à ce noyau indispensable de résistance qui va au-delà de la politique  en voyant ce  film- poetry- où une vieille dame oppose sa dignité, sa loi morale à un monde hostile, à la maladie, tisse des solidarités minuscules. Je vous en parle ici, ainsi que d’un livre « anthropologie de la guerre »,je crois que nous sommes devant l’intolérable, la guerre n’en est que le couronnement. il faut faire monter la conscience pas seulement politique mais humaine tout simplement. traduction et commentaires de Danielle Bleitrach pour changement de société. 

Continue reading ‘Obama prolonge d’un an les mesures de blocus contre Cuba, qu’est-ce que résister ?’

Exploitation, plus value, toujours mais quid de l’impérialisme ? Extraits à propos de Rosa Luxembourg par irène petit

Voici un texte d’introduction à l’oeuvre de Rosa Luxembourg sur l’accumulation capitaliste et l’impérialisme(1). Rosa Luxembourg pose un certain nombre de questions toujours et encore plus valides sur le stade actuel du capitalisme, celui de l’impérialisme, c’est-à-dire la concurrence généralisée des monopoles dans le partage du monde engendrant les guerres tel que lénine l’a décrit mais sur ce schéma toujours valide de l’impérialisme il faut encore aujourd’hui montrer le rôle de la financiarisation.Pour sa démonstration,nous explique Rosa Luxembourg,  Marx a défini un univers fictif composé d’ouvriers et de capitalistes mais si tel était le cas le capitalisme pourrait se reproduire indéfiniment comment donc rendre compte de l’hypothèse de Marx de l’effondrement inéluctable du capitalisme ? Cela va être l’occasion d’un vaste débat théorique et politique à l’intérieur du mouvement communiste dont voici des extraits des grandes lignes de ce débat telles que nous les définit Irène Petit pour présenter l’oeuvre de Rosa Luxembourg. Il est à noter que derrière la question de l’impérialisme ce qui est posé est à la fois la fin du capitalisme, le rôle de l’exploitation et du pillage de la planète et celle des guerres impérialistes. Et également que dans le Manifeste Marx lie mondialisation capitaliste, crise de surproduction et concentration capitaliste à la socialisation des forces productives autant qu’au développpement de la force des exploités. A lire donc mais ne pas oublier de lire également impérialisme stade suprême du capitalisme y compris sur ce blog. (note de DB)

Continue reading ‘Exploitation, plus value, toujours mais quid de l’impérialisme ? Extraits à propos de Rosa Luxembourg par irène petit’

Vous êtes peut-être marxiste si…vous voulez mettre un terme à l’exploitation des travailleurs

Par David S. Pena, Political Affairs (http://www.politicalaffairs.net/article/articleview/9473/), USA

Traduit de l’anglais par Marc Harpon pour Changement de Société

Chaîne de montage des automobiles Peugeot à Sochaux en 1931

David S. Pena, dans deux numéros successifs de Political Affairs, la revue théorique du Communist Party Of the United States Of America (CPUSA), propose un éclaircissement conceptuel sur la nature, le sens et la portée du concept d’exploitation. Voici la première partie de son article. (Marc Harpon)

Le capitalisme exploite les travailleurs. Puisqu’une vaste majorité de personnes dans notre société capitaliste doivent travailler pour vivre, il n’est pas exagéré de dire que la majorité des gens dans notre pays et dans le monde sont des travailleurs exploités.

Quel sens cela a-t-il de dire que les travailleurs sont exploités? Dans la théorie marxiste, l’exploitation signifie que les travailleurs sont littéralement volés par les capitalistes. Bien sûr, les capitalistes n’admettent jamais cela. Ils prétendent qu’ils donnent à leurs travailleurs un salaire honnête pour un travail honnête, que chacun est payé pour ce qu’il produit et rien de plus. Mais les marxistes disent que ce n’est pas ainsi que les choses se passent.
Continue reading ‘Vous êtes peut-être marxiste si…vous voulez mettre un terme à l’exploitation des travailleurs’

Fidel premier discours public : MESSAGE AUX ÉTUDIANTS CUBAINS (traduction plus photos et videos)

Chers compañeros

Je vous ai demandé de nous réunir tôt avant que notre soleil ne chauffe trop.

Ce grand escalier d’honneur où je pensais ne jamais revenir fait remonter en moi des souvenirs indélébiles des années où j’ai commencé à prendre conscience de mon époque et de mon devoir. Vous pouvez, certes, acquérir des connaissances et vous conscientiser  tout au long de votre existence, mais vous ne ferez jamais plus face à la vie avec la même pureté et le même désintéressement de votre jeunesse. C’est à cet âge-là que j’ai découvert mon vrai destin.

Je suis entré à cette Université, alors la seule du pays, une première semaine de septembre. Il est donc inévitable que j’évoque le souvenir de tant de compañeros que j’ai connus voilà exactement soixante-cinq ans, sans toutefois risquer à me demander ce que chacun est devenu : je préfère conserver le souvenir de l’époque où ils étaient tous jeunes et enthousiastes, et, en règle général, désintéressés et purs.

Continue reading ‘Fidel premier discours public : MESSAGE AUX ÉTUDIANTS CUBAINS (traduction plus photos et videos)’

Page suivante »

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

GQ 06/09/2010 10:23



A suivre une dicussion pédagogique sur la théorie de la valeur de Marx


Vous êtes peut-être marxiste si…vous voulez mettre un terme
à l’exploitation des travailleurs